mardi 10 mai 2011

Le destin de Kassandra

Photo signée Les Cyclopes. Deux photographes de talent, aussi connus sous le nom de LedBer, ce sont Christian Leduc et Patrick Bernèche qui ont « croqué sur le vif » leurs amis Isabelle et Dominic, les deux principaux artisans de la websérie Le stage de Kassandra, une belle aventure qui prend fin aujourd'hui avec la diffusion du septième et dernier épisode.



Le destin de Kassandra



Je viens tout juste de visionner le dernier épisode, en ligne depuis quelques minutes. Deux fois même. J'ai braillé. Les deux fois. Pour mille raisons.



Peut-être que la réalité rejoint la fiction dans mon cas parce que je connais trop bien les comédiens. Derrière les personnages et les scènes tournées, montées et réalisées où je reconnais une signature à nulle autre pareille, il y a toutes ces personnes que j'aime infiniment. Kassandra, elle a les traits physiques et les mimiques d'Isabelle. Bon d'accord, elle joue un rôle à l'opposé d'elle-même mais elle donne dans cet épisode toute une performance d'actrice, vous verrez :






Alors, quand elle retient ses larmes, moi, je sais plus quoi faire avec les miennes. Quand elle capote, je voudrais la prendre dans mes bras, la serrer fort, lui dire que ça va aller. Parce que pour vrai, Isabelle poursuit toujours ses études au baccalauréat en enseignement du français, à l'UQAT. Elle vient de terminer son stage 3. Quand elle est heureuse, je braille encore. C'est cette face-là qui me fait brailler, moi! Je n'ai plus de jugement, je n'ai que des émotions!



La semaine dernière, je vous ai parlé de Paulo, notre grand ami, celui qui incarne le personnage du directeur de l'école. Je vous rappelle que pour vrai, Paulo était le directeur de la polyvalente Iberville jusqu'à sa retraite récente. J'ajoute maintenant qu'avant lui, son père était aussi directeur d'école. Et Paulo, je vous le dis en toute confidence, a aussi une de ses filles qui oeuvre dans le monde de l'éducation...



Beaucoup d'entre vous m'avez demandé si cette websérie allait être diffusée sur un autre réseau ou si elle allait avoir une suite. Souvenons-nous que Le stage de Kassandra était à la base un travail universitaire d'Isabelle. À la suite de son stage 3, elle devait produire un travail en utilisant les nouvelles technologies d'information et de communication. Et il y a eu cet engouement... Le nombre de clics s'est multiplié dans les amis, les familles, les réseaux sociaux, les écoles, les universités, les commissions scolaires, les chroniques culturelles, etc. Il paraît même que ça sert déjà de document de formation dans des universités. À ma connaissance, ils n'ont pas eu encore de proposition de diffusion plus large mais j'imagine que leur porte ne serait pas fermée si jamais ça se présentait. Par contre, les deux travaillent présentement à un même projet en complicité (je trouve qu'ils font une super équipe) et par ailleurs, chacun des deux a aussi ses projets personnels en chantier.



Le stage de Kassandra aura été une belle aventure à laquelle nous avons pris part avec un plaisir renouvelé à chaque épisode. Frais, humoristique, vivifiant, jeune, déjanté, un tantinet rebelle, collé à une certaine réalité, chacun des épisodes était construit de manière à nous faire réaliser plein de choses. Je reconnais à Isabelle cette particularité d'avoir toujours su écrire, depuis son tout jeune âge, des histoires avec plusieurs niveaux de compréhension, pour ceux et celles qui sont prêts à « écouter ». Finalement, on peut dénoncer beaucoup de comportements et de situations délicates avec l'humour, si on arrive à le faire avec juste la distance qu'il faut, mais ça prend du talent, de la subtilité et beaucoup d'amour pour le genre humain! Mission accomplie pour Isabelle et pour Dominic.



On va s'ennuyer de Kassandra, de Manon, sa maître associée, du prof de maths, du superviseur de stage, de la prof d'anglais, du directeur d'école et de tout ce petit monde-là auquel on s'était attachés... C'est la prof d'expérience qui vous le dis!



Le mot de la fin, je le laisse à Pierre F., qui écrivait hier ce commentaire tout à fait prémonitoire. Pourtant, il n'avait pas vu plus que nous ce dernier épisode : « Avoir un tempérament comme Kassandra, c'est parcourir un chemin parsemé d'embûches, mais beaucoup des grands leaders ont été irrévérencieux à une époque de leur vie. Ils ont eu le courage de brasser la cage et remettre en question le pouvoir et les règles établis.»



Pour le reste, on s'en reparle... dans les commentaires!

19 commentaires:

Anonyme a dit…

Morte de rire! La fiction dépasse la réalité! Je n'en dis pas plus,hihihihi!
Soisig

Mijo a dit…

Alors, la chameau, je m'attendais à tout sauf à cette fin.

Bravo à elle, bravo à eux.

On va s'ennuyer le mardi maintenant sans Kassandra.

GeRT a dit…

Merci pour tous les bons mots!
Je suis heureuse que la fin vous plaise!
Kassandra xx

Zoreilles a dit…

@ Soisig : Là où tu ris, moi je braille! En tout cas, on passe par toute la gamme des émotions, chacune à notre façon. Non, la vie n'est pas toujours juste. Faudrait bien recycler Kassandra, maintenant qu'elle a réussi son stage 4, qu'est-ce qu'on va faire avec elle? La verrais-tu comme prof en théâtre? Moi oui ♥

@ Mijo : Non, c'est sûr, personne n'aurait pu prévoir un tel dénouement, moi la première. Quand je l'ai su, lors du dernier tournage, le 16 avril dernier, cette pensée m'a obsédée pendant toute la journée... Oui, on va tellement manquer quelque chose les mardis matin maintenant ♥

Marico a dit…

Avant même de lire ton post du jour: la fin de Kassandra vaut celles de Fabienne Larouche. BRAVO! Bon. Maintenant je vais lire sa maman! Bisous.

Zoreilles a dit…

@ GeRT : Quelle surprise, toi, ce matin? Bon, ça y est, je vais me remettre à brailler ♥

J'ai bien hâte de voir les réactions de tout le monde, ici et ailleurs, sur les autres réseaux.

♥ ♥ ♥

Zoreilles a dit…

@ Marico : Va voir, Marico, on s'en reparle après. Avant tout, je te dis merci, tu as été une fidèle depuis le début, tu as même répandu ton enthousiasme auprès de tes petites-filles, ça m'a beaucoup touchée, moi, personnellement ♥

Marico a dit…

Re-Allo Zoreilles.
Avant de voir l'épisode ultime, j'en étais arrivée à me dire que Kassandra ne pourrait apprendre certaines manières d'être et de faire qu'à la dure, sur le terrain. Elle n'est pas du genre à se couler dans un système...
Un gros merci à toute l'équipe pour tous ces bons moments. Quelque chose me dit qu'on entendra parler de tout ce monde-là un jour ou l'autre.
Un gros merci à toi aussi.

Zoreilles a dit…

@ Marico : Tu as peut-être compris encore plus loin que nous tous et beaucoup plus que le prof qui lui a octroyé sa note pour ce travail universitaire. Notre société n'est pas tendre envers ceux qui dérangent... C'est sans doute là que le personnage de Kassandra rejoint le plus celle qui l'a créé, je te cite : « Elle n'est pas du genre à se couler dans un système... » et il en faudra qui viendront bousculer l'ordre établi, les vérités toutes faites. Dans le monde de l'éducation et ailleurs aussi. Ce sont ceux-là qui feront le Québec de demain ♥

Marico a dit…

Sérieux, elle n'a pas eu une super note pour ce travail universitaire?

Zoreilles a dit…

@ Marico : Non! Partout ailleurs, elle a des A+ mais pas là. Non... Elle passe quand même, faut pas s'énerver, mais c'est pas avec un A. Sans commentaires... (mais je n'en pense pas moins!...) Comme quoi, bousculer l'ordre établi, t'sais? ;o)

crocomickey a dit…

J'avais vraiment mais vraiment pas vu venir le punch de la fin. Bravo à toute cette belle gang de ... pros !

Zoreilles a dit…

@ Croco : Tiens, t'es revenu, toi? Guy Lafleur était de bonne humeur? Moi non plus, je l'avais pas vu venir, le punch de la fin! Ils me l'ont dit le 16 avril dernier, juste avant le dernier tournage, j'ai été sciée sur place pendant quelques minutes. As-tu pensé que l'an prochain, quand Isa va faire son stage 4, pour sa maître associée, voir arriver dans sa classe pour 4 mois la fille qui incarnait Kassandra Lebelle? ;o)

Solange a dit…

La belle aventure est terminée, mais il y en aura d'autres, quand on a autant de fougue et de talent tous les espoirs sont permis. On leur demande de faire un travail avec les nouvelles technologies, mais surtout d'éviter d'innover. Encore félicitations pour l'imagination et la présence en scène.

Barbe blanche a dit…

quelle finale, toute en subtilité déguisées, à l'image de cette série que nous voudrions voir se poursuivre encore et encore, impossible de se résigner qu'elle soit terminée...
Du talent au naturel, en écriture comme en réalisation, en jeux d'acteurs...
Que du plaisir, tout au long de cette saga...
Merci...

Le factotum a dit…

Comme j'ai aimé la façon que Kassandra a réagi face à sa classe ...
Du bonbon ! Quel jeu des acteurs pour ses jeunes élèves ...
Mais quelle fin ! Comme dans la vraie vie! Lorsqu'on se demande, mais où le patron a-t-il été chercher ce phénomène pour travailler avec nous?
Dure réalité, quand tu nous rattrape ...
Cela arrive encore trop souvent, surtout chez les professionnels.
Cela nous bouscule dans notre quotidien.
Une série qui nous aura captivé jusqu'à la fin.
Bravo à toute l'équipe. De vrais pros ...

Zoreilles a dit…

@ Solange : Merci pour tes mots du coeur, je t'assure qu'ils en auront des échos. Et tu as raison, cette aventure se termine mais ils planchent déjà sur autre chose de totalement différent... et rémunéré! La passion, ça nourrit, mais pas à 100 %!!! Merci pour ta fidélité tout au long de la diffusion ♥

@ Barbe blanche : C'est comme toi avec tes photos, moi, j'avais l'impression ces dernières semaines de partager avec vous tous ce que je trouvais épatant et drôle, jeune et vivifiant. Tu as été fidèle tout au long de la série, je sais depuis longtemps que c'est un trait de caractère chez toi. Quand tu t'enracines, c'est pas à peu près. J'aime les gens entiers et passionnés ♥

@ Le factotum : Ah oui? Tu as aimé sa réaction? C'était assez théâtral, hein? On la sentait complètement affolée, la Kassandra, perte totale de contrôle, j'ai l'impression d'avoir enfin compris le personnage : tout à prouver, elle passe son temps à crâner, à bluffer, c'est du jello en dedans sous ses dehors frondeurs, Kassandra. Mais quand ton père est directeur de l'école et que t'es la quatrième génération, il doit y avoir une méchante pression... Tu vois, je suis en train de la psychanaliser!!! Les jeunes qui ont participé à ce tournage étaient formidables paraît-il. Il y ont mis du sérieux, du talent, beaucoup d'eux-mêmes. Ce sont des jeunes qui font du théâtre et de l'impro à l'école La Source. Et la finale, wow, comme dans la vie, moi, j'ai compris tout à coup pourquoi tout le monde avait eu une patience d'ange avec Kassandra depuis le début : c'était la fille du directeur, Simonac! Merci pour tes commentaires tout au long de la diffusion, ils nous ont fait chaud au coeur à chaque fois ♥

Air fou a dit…

Quatrième génération? Je dois dire que oui, il a dû y avoir de la pression... Ouais... Quand même...

Bien belle colère... Quand j'étais en maitrise, j'avais fait de la supp dans un groupe de quatre classes de 3e secondaire avec problèmes de toutes sortes pour avoir un peu de sous. J'avais du front tout le tour de la tête, rien à perdre. Un jour où exceptionnellement les comportements avaient commencé à se déchainer, je les ai plantés là et je leur ai dit que s'ils voulaient me revoir, ils viennent d'eux-mêmes s'excuser à mon bureau.

Ils sont venus, quelques minutes après, les représentants de la classe, les fortes têtes. Du jus, ils m'en ont tiré, pas croyable. Je passe vite, mais la finale est très Walt Disney aussi, l'une des plus belles et marquantes expériences de ma vie.

Et heureusement, ce n'est vraiment pas la branche à laquelle je me destinais. Après ceux-ci, quelques autres mais pas longtemps. Faut gagner des sous quand on étudie!
Partir à la guerre et s'armer jusqu'aux dents plusieurs fois par jour, non merci. Pas pour moi.

Le papa, directeur, semblait tellement parfait. Il dut être excellent dans la vie aussi. Il sait prendre du recul.

Bravo à l'équipe!

Zed ¦D

Zoreilles a dit…

@ Zed : Contente de voir que la finale ne t'a pas trop fâchée. C'était délicat, ils ont été braves, je trouve, d'imaginer cette fin à la Walt Disney, avec un cynisme qui frise l'arrogance. Parce que ce sont des choses qui arrivent dans la vie, qu'une personne soit dans le métier alors qu'elle n'est pas prête. Parce qu'elle a ses entrées dans le milieu ou pour toutes sortes de raisons qui n'ont rien à voir avec la compétence dont elle a fait preuve... Enseigner aux ados, ça ne doit pas être de tout repos, tu en as expérimenté les aléas! Isabelle, pourtant, sait y trouver son compte... pour le moment! Elle dit déjà qu'elle ne fera pas ça toute sa vie et elle n'a même pas encore terminé son bacc! C'est une clientèle particulière en effet. Je me souviens d'avoir eu des profs qui étaient vraiment à leur place avec les ados que nous étions à l'époque... Paulo, tu le devines même quand il interprète son role de directeur, est un géant à mon avis dans le monde de l'éducation. Il en mange encore aujourd'hui. Il s'intéresse à tout ce qui se décide et qui se passe dans cet univers-là. Il aime toujours profondément les jeunes, il sait voir le potentiel en chacun d'eux. Il aime le monde, finalement, et il faut l'aimer beaucoup pour faire le travail qu'il a fait toute sa vie.

Des gens comme lui, ce sont des piliers pour notre société, des géants de l'ombre.