mardi 13 avril 2010

De près ou de loin



Photos 1 et 2 : La même île sur la même rivière (des Outaouais) qu'on s'en approche ou qu'on s'en éloigne, quand le ciel s'assombrit...

De près ou de loin

Vous souvenez-vous où vous étiez quand vous avez appris la mort de René Lévesque? Moi oui. Avec mon petit bébé tout neuf, on jouait sur le tapis du salon, la télé ouverte avec le volume très bas, et j'ai compris tout à coup qu'il se passait quelque chose de grave. On annonçait le décès de celui qui pouvait nous rallier à cette cause de la souveraineté un jour. J'aurais voulu pour ma petite ce qu'il y avait de plus beau, un pays immense comme le Québec, j'avais tout l'espoir du monde, et même pas encore 30 ans. Et là, tout s'effondrait...

Il y a eu le décès de Bourgault. Dernièrement, Falardeau. Aujourd'hui, c'est Chartrand. J'avais beaucoup aimé aussi Simone Monet, sa compagne de vie. Chaque fois qu'un de ces grands monuments nous quitte, j'ai l'impression de perdre un proche. Comme si mon ciel s'assombrissait.

Hier, on entendait quelques bribes de confidences des coulisses du pouvoir, d'une époque pas si lointaine, par l'ex-ministre Bellemare, au sujet de la nomination des juges, du financement des partis politiques et quoi encore? Il vise Jean Charest, son gouvernement, son parti. Lui, il se défend avec les moyens qu'il a, politiques et juridiques, il perd la face, on s'en fiche pas mal, on se doutait bien de tout ça. Il y a longtemps qu'on n'a plus confiance, ni à ce parti-là ni aux autres non plus qui le picossent, même si c'est de bonne guerre, on sait d'avance qu'on ne saura rien en fin de compte. Ce qu'on se demande, c'est plutôt ce que Bellemare peut gagner dans cette affaire et pourquoi il s'ouvre la boîte à souvenirs tout à coup, avec une si grande conscience et tellement d'intégrité. Et puis, on supposera encore pire que ce qui sera dévoilé au grand jour.

Peut-être que je mêle tout aujourd'hui, le politique, le syndicalisme, le social, l'environnemental, le culturel, le je-m'en-foutisme généralisé, la magouillerie patentée, qui finira par avoir une apparence légale mais si tant tellement immorale.

Ce qui me cause le plus grand cafard, c'est que je ne vois vraiment plus personne qui puisse incarner ici et maintenant des convictions solides, des positions claires, des objectifs louables, des idées plus grandes que sa petite carrière, une vision de notre société qui aille au-delà d'une éventuelle campagne électorale et du pouvoir, de la petite politicaillerie à laquelle on assiste, impuissants, tous les jours.

Vous en connaissez, vous, de ces hommes et de ces femmes dignes de représenter nos espoirs et qui pourraient me faire mentir? Si oui, dites-le moi, ça m'aiderait à faire mon deuil.

Je vous laisse sur ces mots de Georges Dor qui s'incarnaient merveilleusement pour moi dans l'Homme de Parole qu'était Michel Chartrand : « Tout homme qui se tient debout est le plus beau des monuments ».

--------------------------------------------------------------------------------

Parlant de monuments, d'hommes de parole et d'action qui se tiennent debout, les mots de Georges Dor s'appliquent aussi à Claude Robinson qui a besoin de notre soutien dans sa lutte contre la grosse machine infernale.

Je vous invite sur le site http://clauderobinson.org

Soutien et solidarité s'expriment de plusieurs façons, si vous souhaitez le faire financièrement aussi, c'est possible par carte de crédit et le site est sécurisé par Desjardins.

34 commentaires:

Barbe blanche a dit…

Le dernier homme honnête connu vient de s'éteindre, il nous a montré la route à suivre, celle de la droiture, de la franchise et de la tenacité.
À partir d'aujourd'hui, chaque homme, chaque femme libre du Québec devra se relever la tête et dire tout haut ce qu'il , elle chuchotait du temps de Michel Chartrand.
Je relisais dernièrement sa biographie,"les dires d'un homme de parole" et force me fut de constater à quel point, ses discours sont malheureusement toujours d'actualité.
Il reste tant a faire.
À bientôt Michel.

gaétan a dit…

Et Michel Chartrand a rendu hommage à Simoe et à toutes les femmes du Québec d'ailleurs dans l'un des nombreux extraits vidéos que j'ai regardé ce matin.
Comme peuple faudra apprendre grandir et à avancer sans berger maintenant. En ce sens je rejoins le propos de Barbe blanche. Ça peut commencer dans les assemblées municipales, par la participation de solidarité quand on se sent concerné par la cause,les CRÉ, les C.A de certains organismes publics et para-publics, bref faut ça commence autour de soi suffit d'y croire et d'avoir la volonté de se prendre en main et faire ce qui doit être fait.

Zoreilles a dit…

@ Barbe blanche : J'espère qu'il n'était pas le dernier homme honnête mais je comprends ce que tu veux dire, le dernier dans le lot de ceux qui ont été nos chefs de file! Je ne suis pas trop inquiète sur ce qu'on peut dire tout haut, tous et chacun d'entre nous, si on se relève la tête et qu'on trouve notre colonne vertébrale mais on manque de modèles, d'inspiration, de rassembleurs(euses) et tant qu'on n'aura pas ça, on s'époumonera à crier chacun notre petit discours individualiste et plus personne n'écoutera personne. C'est l'impression que j'ai actuellement. C'est pas jojo, j'en conviens. Comme toi, j'aimerais relire sa bio, « entendre » à nouveau ses dires d'homme de parole.

@ Gaétan : Comme Barbe blanche, ton commentaire est très inspirant, rempli d'espoir et de bonne volonté. De pistes à suivre aussi. Que je vous envie donc... J'aimais ce discours de Chartrand qui a toujours su rendre un hommage vibrant à sa femme, ses filles, sa mère, ses collègues, nos politiciennes, nos travailleuses, et toutes celles qui ont été là avant nous, qui ont construit le Québec, à force de courage et d'intelligence, d'implication et de solidarité. On sentait toute sa passion et sa sincérité quand il parlait de ça. Là-dessus, il me faisait penser à mon père...

Rosette ou Rosie, c'est pareil a dit…

La sincérité qui se dégageait de ce grand personnage a contribué à construire un Québec qui ne craint pas ses passions et qui les vit avec une immense fierté.

C'est un grand homme qui vient de nous quitter et nous ne l'oublierons pas de sitôt... En fait, je suis convaincue qu'il continue de se battre pour les droits des travailleurs qui méritent leur ailes, là-haut!

Zoreilles a dit…

@ Rosie : J'écoutais hier soir les hommages que lui rendaient différentes personnes qui l'ont côtoyé. C'est curieux quand même qu'on n'ait jamais reconnu son apport à notre société par une médaille, un trophée, un titre honorifique, un prix, un mandat-récompense, une job de consultant, un doctorat honoris causa en syndicalisme ou en solidarité, n'importe quoi. L'aurait-il accepté? Il n'était pas de cette trempe...

Esperanza a dit…

C'est vrai que c'est un peu comme un "deuil personnel"... J'ai eu la chance de le rencontrer une fois. Il a déjeuné à ma table. C'était tout un personnage mais quand il sortait de son "rôle" d'orateur, on sentait toute sa sincérité. Il ne jouait pas. C'était quelques années après la mort de sa femme Simone.

Il regardait dans les yeux à la recherche de réponses. C'est comme s'il cherchait à savoir le fond des pensées des gens. Il était impressionnant.

Curieux tout de même qu'au moment de sa mort sortent des scandales politiques tout à fait à l'image de ce qu'il a toujours dénoncé. C'est comme si ses récriminations de toujours s'étaient matérialisées au moment de sa propre dématérialisation.

Oui, c'est vraiment comme un deuil personnel.

Guy Vandal a dit…

Je me suis posé la même question que toi.

Au début, je n'avais pas de réponse. Et puis j'ai pensé à Richard Desjardins, Amir Khadir, Jean-Claude St-André, Léo-Paul Lauzon...

Il y en a d'autres, c'est juste que les médias n'en parlent pas assez souvent.

Henri a dit…

@ Esperanza :
Moi aussi, c'est comme un deuil personnel. Au-delà de l'homme public qu'il était, au-delà de l'orateur, il y avait en lui une authenticité, une honnêteté, un désir de comprendre et d'aider les autres. C'est une inspiration vivante, et on en a bien besoin surtout ces jours-ci.

Je me souviens d'un propos qu'il tenait à Rouyn, au Théâtre du cuivre, il y a moins d'une dizaine d'années. Il nous disait : "Et vous ? Qu'est-ce que vous faites ? Est-ce que vous agissez ?"

Zoreilles a dit…

@ Esperanza : Ah quel beau souvenir personnel tu partages avec nous... Tiens, c'est vrai, tu m'y fais penser, sa qualité d'écoute devait obligatoirement être exceptionnelle, ce qui laisse sous-entendre beaucoup d'empathie, de générosité, de sensibilité, d'ouverture aux autres finalement. Ça nous frappe de plein fouet que son décès survienne à ce moment-ci, comme tu l'expliques si bien par le paradoxe matérialisation/dématérialisation.

@ Guy : Tu cites des noms. Bravo! C'est encourageant. Richard Desjardins fait plus de politique que s'il était dans un parti, il a compris. Il donne son appui à Québec Solidaire au moment d'aller voter mais le reste du temps, il oeuvre à l'extérieur de la politique proprement dite. J'en arrive à Amir Khadir. Ces deux-là (lui et Françoise) ne font pas l'unanimité, même pas 5 % des votes, mais ils n'ont jamais déçu notre confiance et on les sent plutôt sincères, chacun dans leurs revendications. Jean-Claude St-André et Léo-Paul Lauzon, qui sait ce qu'ils pourraient faire dans les prochaines années? Ben finalement, tu m'encourages un peu!

@ Henri : C'est très beau, ce que tu dis à son sujet. Très vrai aussi. Cou'donc, étais-tu là en même temps que moi, le fameux soir au TDC? Maintenant que t'en parles, ça me revient... Quelle soirée magique, hein, avec Chartrand qui habitait toute la scène, toute la salle, toute la ville? C'était en quelle année à peu près? J'avais l'impression que c'était plus d'une dizaine? Et j'apprends à l'instant qu'à l'émission de Pierre Maisonneuve à la Première Chaîne de Radio-Canada, on pose en tribune téléphonique la même question que je me pose... C'est donc de valeur, j'ai rendez-vous pour dîner... ;o(

Esperanza a dit…

Guy:

Intéressant aussi que tu cites des noms. J'ai cependant certains doutes...

Bizarrement, je connais aussi St-André et Lauzon. St-André était député de L'Assomption et c'est dans ce cadre que je l'ai rencontré. Je le trouvais hargneux et je ne trouve pas qu'il avait l'attitude d'un bâtisseur. Je sentais en lui beaucoup de haine, même envers son propre parti et ça m'agaçait.

Quand à Léo-Paul Lauzon, oui il a un discours et oui, il peut tenir des propos rassembleurs. Cependant, je le trouve trop économiste. Il ne sort pas beaucoup de ce créneau. Il est un bon critique mais, à mon avis, il n'arrive pas à la cheville d'un Chartrand ou d'un Lévesque.

Desjardins, fait de l'action politique, c'est vrai. Mais c'est un artiste. Il n'a pas d'autres prétentions que de dénoncer ce qui le touche. C'est très bien, mais je ne pense pas que ça fasse de lui un "pivot social"... Oui, il contribue à faire changer les choses, comme nous pouvons tous le faire. Mais qu'est-ce que ça change au bout du compte?

Amir Khadir et Franc¸oise David sont honnêtes à mon avis, mais je les trouve trop intellectuels et hermétiques pour pouvoir créer un mouvement de masse.

Actuellement, les scandales politiques et la corruption sont en train de miner le moral de toute la population. J'ai l'impression qu'on est en train de vivre des changements profonds. Je ne sais trop ce que je ressens, mais il se passe quelque chose de grave au Québec.

De deux choses l'une: soit que les scndales actuels sont en train de sonner le glas du Québec ou encore de permettre un tremplin pour revenir à la construction d'une option politique renouvelée et plus saine...

C'est fou comme la mort de Chartrand, conjuguée à ce qui se passe à Québec, me fout en grogne. Je suis vraiment de plus en plus désabusé.

Tantôt, ça me donne le goût de bouger, tantôt, ça me donne le goût de m'en foutre définitivement (le tout entrecoupé de nausées).

Je parle là. Je n'ai pas la prétention d'avoir la vérité mais je ne sais plus par quel bout prendre ça... Je trouve que la situation est bien triste de ce temps-là...

Zoreilles a dit…

@ Esperanza : Je pense tellement exactement tout ce que tu viens de dire que c'en est presque épeurant! As-tu mis mon cerveau sur écoute électronique?

Je ne connais pas St-André comme vous autres mais je maintiens qu'il faut beaucoup d'amour pour changer le monde... Je résume un peu trop quand je dis ça mais il y a un concept derrière cette petite phrase rose nanane. Ça prend quasiment des missionnaires. À tout le moins, des incorruptibles. Chartrand allait sur les lignes de piquetage de d'autres syndicats pour soutenir les travailleurs. Son action syndicale allait bien au-delà d'une marque de commerce, comme CSN, FTQ, Les Métallos, etc. D'après ce que je comprends de St-André, c'est pas le cas!

C'est pas gagné non plus pour Lauzon. Une vision d'économiste. Un point de vue pas très global ni très rassembleur. Est-il déjà sorti de Montréal et Québec? Oui, je sais, c'est là que ça se passe mais le Québec, c'est plus grand que ça, je me tue à le dire.

Quant à Amir et Françoise, ce sont de bonnes personnes, à n'en pas douter. Des voeux pieux qu'on appelait ça, dans le temps de nos parents. On les accuse souvent de pelleter des nuages... Mais ils nous semblent sincères, pour ça, on leur pardonne beaucoup, parce que c'est une qualité très rare.

Desjardins, c'est un artiste. Un fichu de bon à mon avis. Il parvient à changer des choses, il sait sensibiliser et alerter l'opinion publique mieux que personne. Il a quelques qualités personnelles comme Lévesque, Falardeau, Bourgault, Chartrand, Monet. Il a des projets et des réalisations plus immenses que sa petite personne. Mais il refuse de faire de la politique, ça dit beaucoup... Il a compris que le vrai pouvoir, c'est dans les médias qu'il se trouve plus qu'en politique. Et si jamais il se présentait un jour, (ça ne risque jamais d'arriver) il ne serait pas élu. Ça, il le sait.

Est-ce que Chartrand était le dernier de cette trempe-là au Québec? Est-ce que nous sommes dépassés avec nos vieux rêves d'une société meilleure? J'aurais bien voulu écouter l'émission de ce midi animée par Pierre Maisonneuve où l'on se demandait s'il y avait une relève après Chartrand... Qui a-t-on nommé?

Quelqu'un était à l'écoute, ce midi?

Esperanza a dit…

Zoreilles:

J'étais à l'écoute de l'émission de Maisonneuve ce midi. Rien n'est vraiment sorti. Ils ont interviewé Gérald Larose et Françoise David avant la tribune populaire.

Il y a un homme qui a demandé à Maisonneuve pourquoi il n'invitait pas Léo-Paul Lauzon pour commenter les budgets, etc.

mais en général, je te dirais que les gens sont davantage éprouvés du départ de Chartrand qu'intéressés à lui identifier un successeur...

Moi, ça m'a fait penser un peu au manque navrant de saveur de Claudette Carbonneau...

Mais tsé, je ne veux pas devenir amer non plus, ça ne sert pas à grand chose...

Jackss a dit…

Zoreilles,

Comme tu dis, il n'y a qu'un sujet qui retient l'attention aujourd'hui et éclipse tous les autres: Michel Chartrand, ce qu'il a été, ce qu'il a incarné, ses combats... Et à l'arrière plan: le symbole que tout ce qu'il a combattu, un symbole qui vascille. C'est comme une finale de films américains où tout concorde pour aller nous chercher aux trippes.

Michel Chartrand a combattu haut et fort la CSST, les juges, les employeurs qu'il accusait de tueurs. Je travaillais à la CSST à cette époque. Il lui arrivait d'appeler au bureau pour prendre la défense d'un travailleur. Il le faisait toujours avec une gentillesse qui nous désarçonnait.

Le Président de la CSST, le Juge Sauvé que Michel Chartrand accusait aussi de tueur sur la place publique, il adorait Michel Chartrand. Je l'ai entendu dire, en privé, que Michel Chartrand était toujours très agréable à rencontrer. Il faisait des blagues, taquinait, prêtait même des livres au Juge, soit disant pour le cultiver. Tout un numéro! Bien sympathique.

Qui va le remplacer? Michel Chartrand est unique, comme toi, moi, et bien d'autres personnes. Je suis sûr que plusieurs personnalités très valables sont restées dans l'ombre parce que la situation n'était pas propice à l'émergence de nouveaux leaders, les québécois étant trop divisés.

Ce moment propice, je crois qu'il peut se présenter. Maintenant ou demain.

Henri a dit…

Chartrand au TDC ? À mon avis, c'est quelque part entre 2000 et 2002.

Et qui va succéder à Chartrand ? Qu'est-ce que Chartrand lui-même en penserait ? Il nous dirait simplement d'arrêter de brailler et de passer à l'action, chacun d'entre nous.

Esperanza a dit…

Henri a raison. Foutrement raison.

Solange a dit…

Nous n'avons plus maintenant de grands personnages qui font avancer le Québec, mais comme il y a toujours des vagues, peut-être qu'il s'en trouvera parmi les jeunes pour reprendre le flambeau. J'ai eu l'occasion de rencontrer Michel Chartrand une fois, mon fils l'avait fait venir à son CEGEP pour une conférence. C'était un homme bien sympathique.

Esperanza a dit…

@Solange:

Je suis tellement touché par ton commentaire, si tu savais!

Oui, c'était si simple avec lui, "C'était un homme bien sympathique"!

Venant de toi, ça dit toute l'importance de l'homme qu'est Chartrand.

Je vais me coucher content!

Guy Vandal a dit…

@Esperanza: Je ne connais pas personnellement J.C. St-André, mais il m'a beaucoup impressionné quand il s'est présenté à la chefferie du PQ.

Au début je le trouvais hystérique, à la fin c'est lui que je voulais comme chef.

Mais bon, c'est juste mon opinion.

Pis oui, les autres que j'ai cité ne sont peut-être pas aussi "haut" que Michel Chartrand, mais ils sont là, pis je me dis; une chance qu'on les a!

Zoreilles a dit…

@ Esperanza : Tiens, te voilà en bleu et souligné??? C'est le signal que j'attendais pour t'ajouter dans ma liste des blogues-amis! J'avais les enfants à souper hier, Dominic avait écouté l'émission avec beaucoup d'intérêt, il m'en a rapporté à peu près la même chose que toi.

@ Jacks : Quelles anecdotes savoureuses qui décrivent bien le personnage qu'était Chartrand. Un grand communicateur, très conscient de l'effet qu'il avait sur les gens, champion des relations interpersonnelles et capable de faire la part des choses, de relativiser, mais déterminé à faire triompher ses arguments. Il aura marqué le Québec. J'aime beaucoup ta conclusion, elle est optimiste. Et sûrement réaliste.

@ Henri : Entre 2000 et 2002? Ça se peut bien, moi, les dates, j'ai pas le cerveau configuré pour ça. C'est comme l'informatique. Alors, je te fais confiance! D'accord, on va s'inspirer de Chartrand pour passer à l'action, ce sera notre héritage mais n'oublions pas qu'avant d'être un homme d'action, il aimait discuter, comme on le fait présentement, c'était un Homme de Parole aussi.

@ Esperanza : Je sais mais l'un n'empêche pas l'autre! La société québécoise réfléchit beaucoup en ce moment et c'est pas mauvais du tout.

@ Solange : C'est vrai qu'il y a peut-être des grands hommes et des grandes femmes qui sont encore dans l'ombre en ce moment dans notre vie politique québécoise. Que le « fond du baril » aura pour conséquence l'émergence de gens en qui nous aurons confiance. Et comme nous sommes mieux informés, à condition de ne pas gober tout ce que les médias nous présentent pour nous abrutir, certaines choses ne passeront plus.

@ Esperanza : Donc, tes espoirs endormis ne demandent qu'à se réveiller? En fait, la déception qu'on vit quand on devient tellement désabusés (je m'inclus là-dedans) est proportionnelle à l'intérêt qu'on porte à ce Québec qu'on aime tant?

@ Guy : Quand même, t'as nommé des gens, ils ont beau ne pas faire l'unanimité, c'était un sacré bel effort et je te lève mon chapeau. C'est sûr qu'on ne remplacera pas Lévesque, Bourgault, Monet, Falardeau, Chartrand, ce sont des êtres d'exception absolument uniques et irremplaçables. Mais en voulant se consoler de ces grandes pertes, on ouvrira nos yeux et nos zoreilles peut-être et ça, c'est toujours « winner » pour un peuple!

crocomickey a dit…

@ Guy Vandal

SVP mon cher, enlève le nom d'Amir de ta liste. Non mais quand même !

Guy Vandal a dit…

Excuse-moi Zoreilles...

Crocomickey: Non seulement je ne l'enlève pas, je le souligne en gras!!!

Anonyme a dit…

Il y a eu Maurice Richard...irremplaçable intensité détermination
Il y a eu Jean Béliveau..irremplaçable, élégant et digne..
Il y a eu Guy Lafleur..irremplaçable..électrisant au possible....Patrick Roy..irremplaçable arrogant et gagnant.....et là il y a Hal Gill....oui Hal Gill
6pieds 7 pouces, preuve à l'appui il est le plus grands de tous!!!
Tous ¸ca pour dire que tout est question d'angle ou de point de vue

Anonyme a dit…

C'était Joce.

Zoreilles a dit…

Bon, ça y est, on est à taverne, c'est le 5 à 7 du jeudi soir...

Y en a deux qui s'obstinent sur la politique et les politiciens pendant qu'à la table d'à côté, tout finit par virer au hockey! (Je t'avais reconnu Joce)

Waiter, une p'tite frette pour les boys des deux tables du fond, c'est Zoreilles qui paye!

--------------------------------

(petite réflexion en mon for intérieur, en fumant une cigarette dehors, pendant que les gars prennent leur p'tite frette en dedans) : Comment ça que personne ne me parle de Claude Robinson?

Anonyme a dit…

C'est tu le frère du grand Larry

Claire a dit…

Toujours à la taverne?
Tiens, je t'en paie une, ma Zoreilles!
Je viens de voir Claude Robinson sur une petite video dans Cyberpresse lors des obsèques de Michel Chartrand...Je ne le connaissais pas, mais j'ai pensé à toi.
Bisous

Air fou a dit…

Il y a des géants/es de toutes tailles, pour moi. Certains/es ont simplement plus de visibilité que d'autres, plus de « charisme ».

N'a-t-on pas tous et toutes la responsabilité de porter les causes que nous jugeons essentielles? Tu es de celles et ceux qui le font.

Personnellement, ce que Bellemarre a ou n'a pas à gagner ne doit pas dissimuler le bouillonnement actuel, d'un grand intérêt.

Tu dis que tout le monde sait, mais non... oh que non... La politique, l'économie, ça s'apprend, ça s'étudie, se discute. Beaucoup à faire, ici. La confiance, la naïveté, le je-m'en-foutisme, l'individualisme, le confort personnel, la peur de la chicane... Pas grand monde qui manquerait sa partie de peu importe quoi ou sa télé-réalité pour réfléchir à des débats politiques, avec ou sans vedette.

Zed

Zoreilles a dit…

@ Joce : Non, c'est pas le frère du grand Larry. D'ailleurs, si ça s'écrit pareil, ça se prononce différemment, à l'anglaise pour ton joueur de hockey, à la québécoise pour Claude mais les deux sont de grands hommes!

@ Claire : J'étais dans le bois en fin de semaine mais j'ai triché en écoutant les nouvelles de Radio-Canada à 18 heures sur une mini télé qui fonctionne à la génératrice! J'ai bien vu et entendu Claude Robinson aux funérailles de Chartrand. Je savais que ces deux hommes avaient des combats communs et que Chartrand était sensible à sa cause.

@ Zed : D'accord, je prends souvent pour acquis que ce que je perçois de nos politiques, ce que je décode de magouilles, de vérités camouflées ou mises trop en évidence dans nos médias, et je présume que tout le monde s'y intéresse comme on devrait s'y intéresser parce que c'est de nos affaires. En fait, tout le monde n'accorde pas la même importance à des enjeux sociaux et politiques qui devraient tous nous concerner.

Je pardonne assez facilement la naïveté du monde (je peux si tant tellement comprendre ça) mais pas je m'en-foutisme, l'ignorance crasse et l'individualisme. Je crois aussi qu'il est bon que Bellemare dénonce ce qu'il dénonce (même si je doute de l'intégrité de ses motivations profondes) et je n'attends rien de tout ça. Je ne peux pas m'en désintéresser, c'est certain, ça se passez chez nous, au Québec, je vais suivre l'affaire au coton, mais je n'ai aucune attente. Regarde bien les pirouettes qu'ils vont faire pour s'en sortir pas trop écorchés. L'été va arriver, on va parler des vacances, du prix de l'essence, de la pluie et du beau temps, ce qui nous touche dans nos petits carrés de sable...

Jackss a dit…

Bonjour Zoreilles, mon amie

Je viens de faire un tour. J'ai relu. Je me suis détendu. Tu as souligné l'aspect positif du commentaire que j'avais laissé ici, chez toi.

Alors, je suis retourné relire mon commentaire pour me remonter le moral après ce que je venais d'écrire sur mon propre blogue.

Jackss a dit…

Esperanza,

J'ai bien aimé ce que tu as écrit sur Chartrand, ta rencontre avec lui. Charmant!

Esperanza, tu as un nom ressemble à quelque chose qui nous manque cruellement certains jours, en voyant tout ce qui se brasse.

Il m'arrive certains jours de me dire qu'il faut être un peu fou pour avoir encore de l'espoire. Ça joue autant dans le domaine publique que sur la patinoire du Centre Bell.

Zoreilles a dit…

@ Jacks : Non mais t'es vraiment impayable, toi! T'as vraiment relu ton commentaire pour te remonter le moral? Remarque que moi aussi, quand je te lis, ça me remonte tout le temps le moral! ;o)

En tout cas, ne change jamais, reste comme tu es, t'es vraiment impayable, comme je te le disais dans le temps, et c'est pour ça qu'on te paye pas!

Soisig a dit…

La première pensée qui m'a traversé l'esprit à l'annonce de son décès, c'est "un grand chêne est tombé". J'ai toujours suivi avec intérêt ses actions et celles de sa femme Simone. Et surtout ses efforts pour aider les "victimes" de la CSST...

On n'en verra plus des géants de cette espèce, ça c'est pas mal sûr... Mais j'ai confiance que la nouvelle génération nous produira un "homme de parole" pour aider le Québec à défendre et protéger son identité...

Zoreilles a dit…

@ Soisig : Les accidentés du travail, c'était son cheval de bataille des 20 dernières années. Je crois qu'il a été le seul défenseur de ces laissés pour compte de la société. Ce combat n'apportait rien du tout au point du vue du capital politique ou médiatique, il fallait avoir l'âme missionnaire pour faire ça avec tellement d'ardeur et de passion.

Il nous manque déjà beaucoup, NOTRE Chartrand!

Soisig a dit…

C'est un homme qui mérite toute notre admiration, justement pour ce "missionnarat", ce don de soi qui l'a toujours animé. (C'était, Simone et lui, un couple admirable!) Il est mort en paix avec sa conscience ce cher homme. On ne pourra pas en dire autant pour les girouettes qui nous gouvernent... si tant est qu'ils en ont une! Je pense que leur ÉGO a pris toute la place...

Je pense que c'est dant toutes les sphères d'action qu'il y a eu des missionnaires, des visionnaires d'envergure jusqu'à maintenant.
Et quand je dis "homme de parole", ça inclut les femmes évidemment...

Bravo à cette enseignante de Senneterre qui a gagné une bourse de 25 000 $ de l'émission Virginie de Fabienne Larouche. Des gens d'action comme elle, il y en a encore quelques-uns heureusement.