mardi 28 juillet 2009

Retour de vacances




Photo 1 : Samedi 18 juillet, Québec. Marcher, flâner des heures en agréable compagnie dans cette ville qui me charme toujours pour mille raisons, entre autre son histoire, si jeune quand on la compare aux autres cultures et sociétés.

Photo 2 : Dimanche 19 juillet, naviguer un petit bout sur le Saint-Laurent, de Québec à Grosse-Île, pour se faire raconter là-bas l'histoire de l'immigration, de 1832 à 1937, alors que la station était la porte d'entrée par le Saint-Laurent des nombreuses familles surtout européennes désirant fuir guerres et famines, venir refaire leur vie en Amérique.

Photo 3 : Lundi 20 juillet. Voilà une belle d'autrefois située sur le bord du fleuve, à St-Antoine-de-Tilly. Elle était à vendre : 695 000 $. De retour chez moi, j'ai fouillé sur le web pour en faire une visite virtuelle. Ah si j'étais riche... mais j'ai tout juste les meubles pour le hall d'entrée!

Retour de vacances

Elles furent courtes, mes vacances. Six jours. Mais intenses. Et tellement agréables. Je dirais même drôles, tiens, c'est le premier mot qui me vient à l'esprit quand j'y repense. Drôles et tendres. Oui, ça se peut, des vacances drôles et tendres, je vous le jure. Il faut croire que j'avais besoin d'humour et de tendresse plus que de repos!

D'abord, on a « délinqué » en se sauvant d'ici le jeudi soir. C'était mon idée. Crocodile Dundee n'en finissait plus de répondre au téléphone pour des technicalités reliées à son travail et je le voyais blêmir à vue d'oeil, surtout que nos petits baluchons étaient prêts et que je piétinais sur le bord de la porte, je lui ai proposé la fuite et à ma grande surprise, il a dit oui. On a pris la 117 sud.

Dodo à Val-d'Or, très tard, on se sentait déjà quasiment en pays étranger! Déjeuner à Louvicourt aux aurores avec les camionneurs qui parlent fort et les Algonquins du Lac-Simon qui parlent pas, on a traversé le parc de La Vérendrye comme sur un nuage, filé Grand Remous, Mont-Laurier, Lac Saguay, L'Annonciation, Labelle, sans jamais s'arrêter puis, ô bonheur, la 117 sud à cet endroit, se déguise en autoroute, La Conception, Mont Tremblant qu'on appelle encore Ste-Jovite (!) Ste-Adèle, on poursuit mais il faut mettre de l'essence bientôt. La Porte du Nord, à St-Jérôme, c'est un classique pour les gens de ma région.

Après, ça déboule : La 15 sud, la 640 ouest, la 13 sud pour traverser Montréal à grande vitesse par l'ouest de l'île avant l'heure du gros trafic, aller chercher la 20 est, juste un petit bout, faut aller prendre la 138, le pont Honoré-Mercier et voilà, on sort de Montréal, enfin la rive sud et la 132 jusqu'à St-Constant où nous voulions aller confirmer le rendez-vous de mardi soir. Un petit gueuleton? Bien sûr, il est 14 heures! On reprend la route regaillardis en filant par la 20 jusqu'à Lévis, plus précisément à St-Romuald, retrouver Joce, Guylaine, Jean-Mi qui a tellement grandi en quelques mois... Comble de bonheur, Noémie arrive demain, c'est trop... drôle et tendre que je vous disais.

Est-ce qu'il a fait beau? Dans mon coeur, oui. Beaucoup beaucoup. On a tout fait, tout vu, tout vécu, il me semble, pendant ces quelques jours. On ne voulait pas dormir, on avait trop à se dire, à découvrir, à se raconter, à partager. On a chanté aussi et veillé au feu avec les enfants. Des enfants devenus grands. Pis beaux. Pis fins. Adorables. La fatigue aidant, on riait pour tout et pour rien. Comme avant. Comme dans le temps.

On a rêvé aussi et fait des projets fous. Comme pour MA maison à vendre sur la photo, une victorienne Queen Anne, avec ses tourelles, ses balcons, la cour magnifique jusqu'au fleuve, la fenestration généreuse, la luminosité, la beauté du village, la chaleur des gens, etc. C'est une chance que je ne sois pas riche parce que Crocodile Dundee, lui, il ne l'aimait pas du tout mon château de St-Antoine-de-Tilly. Il passait son temps à dire : « En tout cas, c'est pas moi qui vais tondre la pelouse! La couverture est à changer, as-tu vu l'ouvrage qu'il y a là-dedans, les poteaux de galerie, la peinture, l'entretien, ça finit pas » mais lui, il voit trop tout, c'est son métier! Guylaine m'a donné de très très belles idées pour la déco, elle a beaucoup de goût, moi, je trouve! Joce, on n'a jamais su ce qu'il en pensait, il faisait juste de rire!

C'est là qu'on s'est dit au revoir, lundi midi, dans ce beau village qu'on ne voit pas de l'autoroute. On a continué sur la 132 pour traverser beaucoup d'autres beaux villages jusqu'à Trois-Rivières, puis la 138 pour encore faire la route des pas pressés. Et puis, j'adore conduire, contrairement à Crocodile Dundee, on fait un match parfait. Sauf pour les maisons à vendre.

Rendu près de Joliette, comme notre prochaine destination était St-Jérôme et Ste-Anne des Lacs, j'ai piqué par la 158 et j'ai eu une pensée chaleureuse pour mon ami Pierre parti en vacances et son village de St-Liguori, sur le bord de la rivière Ouareau. Sur la route, juste après le pont de sa rivière qui m'a tant fait rêver de la manière qu'il en parle, j'ai vu une indication : St-Liguori 7. Un tout petit détour qui en valait la peine. On aurait voulu y casser la croûte mais le resto de La Petite Acadie était fermé, c'est ce que nous ont dit trois messieurs qui jasaient tranquillement assis au soleil comme s'ils étaient en Provence, c'était bucolique. On s'est rendu sur le pont et j'ai vu qu' il y avait des gens qui se baignaient dans les rapides, les cascades et sur les rochers de la rivière Ouareau, j'aurais voulu immortaliser ce paysage habité si joyeusement mais mon appareil était trop bien serré dans mes bagages. J'ai quand même fait un retrait au guichet automatique de la Caisse Pop de St-Liguori puis on a lunché à St-Jacques!

Le reste du voyage dans les Laurentides s'est trop vite passé, entre la chaleur de l'accueil des soeurs de Crocodile Dundee, le petit marché de la Gare à St-Jérôme où je les ai accompagnées, le dîner en plein air du lendemain avec la famille, les fleurs, les canards, les grenouilles de l'étang puis, nous repartions vers la rive sud-ouest de Montréal, où Crocodile Dundee avait son rendez-vous à St-Constant, en audiologie, le mardi soir. Re-15 sud, re-640 ouest, re-13 sud... et retour en sens inverse en fin de soirée.

Mercredi matin, la 117. Direction nord cette fois. Et pas à peu près. On revient chez nous. Mes vacances sont finies. Mais pas celles de Crocodile Dundee qui profite cette semaine du camp à Rapide Deux, des parties de pêche avec ses copains, de la magnifique température (!) qui n'a pas tellement l'air de l'affecter, pourvu qu'il soit dans ses forêts.

Et depuis mon retour, je n'arrête pas de penser, dans ma course folle pour rattraper les 6 jours de mon absence (je n'oserais jamais dire que je rattrape le temps perdu) combien c'est beau, le Québec. Partout partout. Oh non, je n'ai pas fait le tour cette année mais partout où je suis allée, j'ai rencontré des gens charmants, souriants, qui aimaient engager la conversation. Si j'osais paraphraser un monsieur politicien pour lequel je n'ai pas grand respect, je vous dirais que je vis dans le plusssse meilleur pays du monde, mais moi, je parle du Québec.

41 commentaires:

Barbe blanche a dit…

C'est beau le québec,
c'est grand le québec
et quand Zoreille passe , tout le
monde veut lui dire bonjour et lui serrer la main très très fort et lui dire soit la bienvenue chez nous soit la bienvenue chez vous au Québec.
De bien belles vacances que tu nous décrits là et les photos sont superbes.

André Bérard a dit…

Dommage que tu sois passé si près de Sainte-Adèle sans pouvoir t'arrêter. Une prochaine fois peut-être. C'est peut-être nous qui irons un jour «à l'autre bout de la 117», au nord de mon nord.

André Bérard a dit…

Dommage que tu sois passé si près de Sainte-Adèle sans pouvoir t'arrêter. Une prochaine fois peut-être. C'est peut-être nous qui irons un jour «à l'autre bout de la 117», au nord de mon nord.

Lise a dit…

Bonsoir Zoreilles,

de courtes vacances, bien remplies, et dont vous avez avez apprécié chaque précieux moment. Un trésor de souvenirs! Revoir une famille qui nous aime, c'est irremplençable.

je suis contente que les rendez-vous médicaux se soient bien passés. Et je sais que tu me comprends...

Et tes photos sont magnifiques. Si un jour vous décidez d'acheter la maison victorienne, c'est que vous aurez les moyens de payer un jardinier (en accord avec ton Crocodile Dundee, à propos de la somme de travail), des couvreurs afin de réparer la toiture, sans oublier les autres travaux.

Je suis volontaire pour être la bonne, la gouvernante, et la femme de ménage qui n'en finira plus de nettoyer cette immense maison, si j'ai une chambrette au sous-sol, bien à moi. Nourrie et logée.

Sérieusement, votre maison près du lac est un petit coin de paradis. Et, félicitations pour ta contribution à Webdo, qui est sur ma liste depuis que je l'ai lu chez Pierre.

Tu es irremplaçable.

Mijo a dit…

Un concentré de bonheur durant ces six jours de vacances.

(Tiens, on a chanté aussi au cours de nos vacances. 3 guitares sous les eucalyptus mais pas autour du feu).

Lise a dit…

En passant, ces six jours de vacances ne sont pas du temps perdu, tu as raison de le dire. Il faut décrocher de la routine et se sauver parfois, c'est essentiel pour la santé mentale.

Bonne journée chère Zoreilles!

Henri a dit…

"Déjeuner à Louvicourt aux aurores avec les camionneurs qui parlent fort et les Algonquins du Lac-Simon qui parlent pas"

C'est le genre d'observation et de phrase que j'aurais aimé faire. Bon retour !

Pierre F. a dit…

Allo Zoreilles,

Elle est magnifique ta future maison. Des 3 photos, c'est celle qui m'interpelle le plus. Faut dire que je préfère la verdure à l'asphalte et la nature à la foule.

Nicole a dit…

Ton amoureux ne te quittant pas des yeux, j'aime ça !
Il a l'air heureux d'être en vacances, pas de montre au bras, l'air taquin. Me semble que je te vois, toi aussi, tout sourire ;-)
On en vit des belles choses dans la vie. Je suis contente pour toi.

Zoreilles a dit…

@ Barbe blanche : Ça m'a frappée encore plus cette fois-ci, peut-être parce que j'ai pris le temps de sillonner les petites routes de villages mais partout, les gens sont aimables, ouverts, chaleureux, familiers. On dirait de la parenté!

@ André Bérard : Une prochaine fois peut-être? La prochaine fois, assurément, je te le promets. Et je vous invite deux fois plutôt qu'une (!) moi aussi si vous prenez la 117 nord!

@ Lise : Nos liens familiaux s'entretiennent bien par téléphone et par courriel mais se revoir et vivre quelques jours ensemble, c'est 100 fois mieux. Rêvons encore... Si je pouvais acheter MON château, je ne t'y accueillerais pas au sous-sol mais en haut pour que tu puisses avoir une vue imprenable sur le fleuve. On en ferait une petite auberge toute mignonne, on prendrait soin de nos clients comme s'ils étaient notre visite. Rêvons encore...

@ Mijo : Sous les eucalyptus ou autour du feu, c'est pareil, pourvu qu'on chante! Mon petit doigt me dit que tu as passé aussi de très beaux moments en Corse...

@ Lise : Tu sais, c'est un réflexe que j'ai souvent : me sauver et aller jouer, c'est l'enfant en moi qui ne veut pas grandir mais comme je suis ultra raisonnable et responsable, je ne me permets pas ça très souvent. C'est d'autant plus grisant parce que rare! Je crois que je vais cultiver ça en prenant de l'âge, quand je serai grande, je serai une vieille délinquante! Bonne journée à toi aussi.

@ Henri : Si t'avais été là, tu aurais saisi l'ambiance et t'aurais écrit ça, je n'ai rien inventé. C'était drôle d'entendre les conversations des camionneurs, de braves bonhommes, des routiers, des vrais, ils se connaissent entre eux, se respectent, s'entraident, se compétitionnent aussi, c'était palpable. Et joyeux. Tandis que les Algonquins, eux, ne parlent pas, probablement parce qu'ils en auraient trop long à dire et qu'on leur a appris à se taire... Ils préfèrent jouer aux machines à poker...

@ Pierre F : Elle est belle, MA maison, n'est-ce pas? Le village de St-Antoine-de-Tilly (depuis 1702) est magnifique partout comme ça. Il y règne un calme, une paix, une ambiance paisible. Sur la rue, les gens nous sourient et nous saluent.

@ Nicole : T'es une p'tite vite, toi? T'as tout vu ça? Cete photo, c'était mon clin d'oeil à Joce, je lui avais dit que je lui réservais une surprise! Alors, t'as vu ton cousin aussi sans doute? Inséparables qu'ils étaient, je les voyais rire à la journée longue, c'était très communicatif. Tu sais quoi? Crocodile Dundee ne porte jamais de montre ni de bijou. Son alliance, il l'a perdue sitôt revenu de notre voyage de noces!

Pierre Lafontaine a dit…

Ainsi donc, vous étiez à Saint-Liguori... Je reconnais mon quotidien dans tes mots (La petite Acadie, le Pied du courant...).

Habituellement, vous êts à 650 km au nord... Pendant que vous étiez ici, nous étions à 650 km à l'est... C'est comme si nous avions participé à une grande chorégraphie dont la scène était un pays.

Content de sentir que les vacances ont été pleines de tout!

crocomickey a dit…

T'as raison, il est bô partout notre Québec. Avec de minuscules exceptions comme par exemple, cette Saint-Jérôme. Peut-être a-t-elle changé depuis les années 70-80 où je la fréquentais à l'occasion, notamment cet Hôtel Lapointe, véritable furoncle du centre-ville Je la trouvais vraiment laide sur toute sa longueur et sa presqu'unique rue Principale qui s'étend sur 3 Km. Mais bon, Z'ont dû y faire quelque chose pour l'améliorer. Bon retour et bonne reprise ma chère.

Zoreilles a dit…

@ Pierre L : « ... à une grande chorégraphie dont la scène était un pays »... C'est donc ben beau, ça! Hé qu'on l'aime, ce pays-là...

En attendant mon tour au guichet, j'ai lu les petites annonces sur le tableau à gauche, on aurait dit que je te cherchais partout! Est-ce que le resto La Petite Acadie était fermé parce qu'il était 14 h 30? Juste pour ma curiosité personnelle, est-ce qu'il nous aurait été possible de casser la croûte ailleurs dans ton village? Vu l'heure tardive, on n'avait pas trop le temps de chercher mais à St-Jacques, au carrefour, il y a un petit marché que tu dois bien connaître. On a bouffé un hamburger à côté et on s'est offert un panier de framboises fraîches pour la route. Délicieuses, vos framboises dans Lanaudière, cueillies le matin même qu'elle nous disait, la jeune fille! C'est magnifique partout chez toi, il faisait soleil... Et ta rivière... Qu'elle est belle. Et vive!

Zoreilles a dit…

@ Crocomickey : T'es déjà revenu, toi? Le St-Jérôme que je connais n'est pas du tout le même que toi! À part le petit marché de la Gare et les commerces autour, boulangerie artisanale, café bistrot, galerie d'art, boutique de designer, etc., je connais plutôt le secteur Bellefeuille qui fait maintenant partie de St-Jérôme. Grosse nuance! Je fuis les bars et le centre-ville comme la peste!!!

bibco a dit…

Bonjour! J'ai fini de ranger mes boîtes, je repasse dire bonjour.
J'ai bien ri au passage de Crocodile qui évaluait les travaux à faire sur ton château. Ici j'aurais eu les mêmes commentaires!
Question de genre j'imagine :-)
Tu as des amis partout, c'est fantastique! Tu dois donner beaucoup de toi pour recevoir ainsi... c'est drôle, je ne suis pas surprise! *Clin d'oeil*
Ah! Tu as un nouveau fan Zoreilles, mon papa te lit et visite tous les blogs dont tu mets les liens en ligne sur l'Abitibi.

Jackss a dit…

Je ne sais pas si je dois te souhaiter un bon retour de vacances, Zoreilles

Au moins, vous en avez profité à fond. J'ai eu beaucoup de plaisir à vous suivre. J'ai bien aimé ce petit passage qui nous met tout de suite dans l'ambiance et prouve que cette pause était due:

je lui ai proposé la fuite et à ma grande surprise, il a dit oui. On a pris la 117 sud. Ton enthousiasme est contagieux.

J'aime bien tes photos. Si tu ne veux pas laisser le sous-sol de la maison victorienne à Lise, moi je m'en accomoderais. Je m'occuperais aussi de la pelouse tout en admirant le décor pendant que Crododile se prélasserait sur le bord du fleuve à la recherche des baleines.

Solange a dit…

C'est tout un périple que tu as fait là. C'est vrai qu'elle est belle notre province et les gens bien sympatiques. C'est le genre de maison qui fait rêver, tellement plus beau que les monster house qu'on construit partout maintenant.

Guy Vandal a dit…

Excuse moi l'expression mais, ostie que tu racontes bien.

Durant mes vacances j'ai fait un voyage qui ressemble un peu au tien. Tu racontes tellement bien que je me suis revu, l'espace de quelques minutes, en vacances.

Il est super beau notre pays qui n'en est pas un. Je ne me lasserai jamais de le visiter, et pourtant j'en ai fait le tour plusieurs fois.

Je rêve de le revoir encore, cet automne, le prendre dans mes bras, lui dire que je l'aime.

Chère Zoreilles, si on ne t'avait pas, on ne saurait pas t'inventer. ;o)

Renée a dit…

C'est beau le Québec, et encore plus drôle d'y voyager en ta compagnie, défilent les images, sur fond de sourire...

Zoreilles a dit…

@ Bibco : C'est vrai, j'ai de la famille et/ou des amis dans toutes les régions du Québec. Ton papa me lit ainsi que mes blogues-amis? Ça me fait chaud au coeur, tu n'imagines pas comment. Habite-t-il toujours près de l'Harricana ou vit-il plus près de toi? Passe de belles vacances!

@ Jacks : Oh non, toi non plus, je ne te logerais pas au sous-sol mais au rez-de-chaussée, près de l'entrée, tu serais notre St-Pierre parce qu'on serait au paradis! Tu te proposes pour tondre la pelouse? J'accepte ton offre, le poste était vacant. Quant à CD, on l'enverrait à la pêche, il y serait plus heureux qu'à se prélasser sur le rivage, surtout qu'il n'y a pas de baleines avant Tadoussac, je pense! Par contre, il y a des requins à l'embouchure du fjord du Saguenay... ;o)

@ Solange : Je me faisais exactement la même réflexion que toi, une monster house de quelques millions de dollars, sans âme, en comparaison de cette belle d'autrefois, plus que centenaire, à 695 000 $, pour moi, le choix serait facile à faire. J'ai toujours été un peu simplicité volontaire!!!


@ Guy : Ton parcours et le mien furent un peu semblables pendant nos vacances... M'étonne pas qu'on ait la même idée du Québec et de ce pays qui sera toujours à faire, tant qu'on continuera à se diviser entre nous, à entretenir les uns vis-à-vis des autres ces préjugés fondés sur l'ignorance, le manque d'ouverture, ces clivages épouvantables entre Montréal et les régions. Je te comprends mille fois plusssssse que tu penses!

@ Renée : T'as voyagé avec moi? C'était un juste retour des choses, depuis le temps que tu m'amènes partout sur tes îles... ;o)

Pierre Lafontaine a dit…

La Petite Acadie ferme à 14h00 sauf le jeudi et malheureusement, il n'y a pas d'autre resto à St-Liguori. Dommage que tu n'aie pas pu y manger, c'est un très bon petit resto et on y rencontre tout le monde. Cependant, le casse-croûte à St-Jacques était un bon choix rapide.

Pour les petits fruits, on s'en rassasie à pleins paniers de ce temps-là. Pas de folies à faire, on achète et on mange parce qu'ils ne se conservent pas longtemps cette année, il y a eu trop de pluie...

Elle est folle la Ouareau hein! Imagines-là, bien fâchée à la débâcle... Elle n'est pas facile...

Zoreilles a dit…

@ Pierre : Ah zut, j'ai vraiment manqué quelque chose, tu me le confirmes. Moi, c'est le nom, La Petite Acadie, qui m'a charmée. Justement, mon frère Yves me faisait remarquer quelque chose dernièrement, il m'a demandé : « Sais-tu pourquoi il y a tant de groupes et d'individus dans Lanaudière qui ont contribué à l'essor, la diffusion de la musique, du folklore? C'est parce que c'est plein d'Acadiens dans Lanaudière! » et il a raison. Normal que tu y sois heureux!

Je pensais à la débâcle justement quand j'ai vu TA Ouareau. Belle, passionnée, vive, indomptable, rebelle et imprévisible, elle sait quand même se faire douce et invitante à ses heures... Et quel charme!

Tu pourrais t'en congeler, des framboises, des fraises, etc. Moi, je n'y résisterais pas en tout cas, c'est mon petit côté écureuil!

Pierre Lafontaine a dit…

Les villages de St-Liguori, St-Jacques et St-Alexis forment ce qu'on appelle "La nouvelle Acadie". En 1755, beaucoup d'Acadiens se sont réfugiés ici pour éviter la déportation. Puis, par la suite, de nombreux "déportés" sont venus rejoindre leurs familles dans le coin. D'ailleurs, dans 2 semaines (15 août) ce sera la fête Acadienne avec le grand tintamare de St-Liguori. J'afficherai mon drapeau Acadien pendant 2 semaines...

C'est un beau petit coin de pays, comme tant d'autres...

voyageuse du monde a dit…

Quelles belles vacances, et quelles belles photos. J'étais vraiment contente de voir Crocodile Dundee et ton frère, il me semble qu'il y a si longtemps. J'étais justement à la même place que toi à Québec, au pied de cette même escalier, vendredi dernier. Je suis allée voir Les Misérables au Capitole. Une très belle histoire de Victor Hugo, j'ai bien aimé. Et on s'est promenée dans le Vieux. Moi ça me rappelle de merveilleux souvenirs, c'est ma ville. Un premier amour, un été à flâner sur la terrasse près du château et des plaines, à sillonner les petites rues, à prendre le bateau de la traverse aller retour. à la fin de mon secondaire, pas beaucoup de sous, on trouve des activités qui ne coûtent rien. C'est toujours avec plaisir que je retourne à Québec, on a beau être voyageuse du monde, quand je vois le vieux pont de Québec, parce que moi, dans le temps, le pont Pierre Laporte n'existait pas, je me sens revenir chez nous.
alors bon retour, et on se voit dans 8 dodos!

Zoreilles a dit…

Pierre L : Je vois que tu es très au courant du fait acadien dans Lanaudière. C'est connu et bien documenté, et ça explique plein de choses, comme la musique, la survivance de la langue, la culture. Les ancêtres de Crocodile Dundee, avant d'arriver au Témiscamingue, étaient de St-Jacques, arrivés peu après 1755 justement. J'avais pas fait ce lien avec la musique jusqu'à ce que mon frère m'y fasse penser. La fête du 15 août, le tintamarre à St-Liguori? Alors, vive encore plus St-Liguori. Tu fais flotter le drapeau acadien chez toi pendant deux semaines? Hé que je suis fière de toi!

@ Voyageuse du monde : J'ai tellement pensé à toi pendant les vacances, à cause de ce que tu dis. Et depuis mon retour, je veux tout le temps t'écrire mais après je me dis qu'à défaut d'avoir le temps de le faire comme du monde, je pourrai me reprendre lors de notre fin de semaine de filles, les 7-8-9 août. Soisig, t'es où là? Ça va trop vite chez toi aussi? On ira reprendre notre souffle en Outaouais. J'ai l'impression qu'on va pas se coucher de bonne heure...

Zoreilles a dit…

@ Voyageuse : Tu ne devineras jamais qui j'ai revu lundi quand je travaillais à La Sarre? Après ma réunion, je suis allée faire un saut au resto à Manon, je suis tombée sur un jackpot de parenté, c'est la période des vacances, n'est-ce pas? Je te laisse deviner... Pas revue depuis 25 ans, elle habite maintenant à La Sarre, porte toujours ses longues jupes, toujours aussi belle et si peu rebelle? Ben oui, Raymonde...

voyageuse du monde a dit…

Tu vas en avoir des choses à me raconter...je veux des nouvelles de tout ce beau monde.
Le jackpot de parenté, ça me manque vraiment beaucoup.

Guy Vandal a dit…

Zoreilles: Mille fois plussssse, c'est beaucoup ça? T'as entendu des choses que j'ai pas compris, certain!

J'ai la chance de te connaitre, ainsi que Pierre Lafontaine et André Bérard. Et les trois vous êtes impliqués dans la naissance de ce merveilleux "bébé", bourré de potentiel, qu'est Webdo.ca

C'est vraiment pas rien.

Pierre: En 1755, beaucoup d'Acadiens se sont réfugiés ici pour éviter la déportation.

Je suis un peu gêné de dire que tu m'apprends quelque chose. Je ne savais pas ça du tout. Ça me donne envie de m'attarder plus longtemps dans Lanaudière la prochaine fois.

Rosette ou Rosie, c'est pareil a dit…

Bon retour ma belle et merci d'avoir partagé tes vacances avec nous ! :-)

Quelques petites lignes pour t'aviser que je prends les miennes dès aujourd'hui et que j'ai pondu un petit message sur mon blogue à cet effet.

Je t'embrasse bien fort et tu me manques beaucoup... Je récupère peu à peu et te reviendrai très bientôt ! :-)

Zoreilles a dit…

@ Voyageuse du monde : C'est bien ce que je disais, on va pas se coucher de bonne heure!

@ Guy : C'est à cause de mes zoreilles, Guy, j'entends même ce que les gens ne disent pas! L'histoire acadienne, avant, pendant et après la déportation, est fascinante et riche d'enseignement. C'est un peuple qui a su conserver sa langue et sa culture en dépit de tout, on n'a jamais pu les assimiler ou les anéantir. Comme tu le sais sans doute puisque je m'en « vante » tout le temps, tous mes ancêtres, jusqu'à mes deux parents, sont Madelinots, donc Acadiens. Les destins politiques et géographiques de mes deux parents se sont toujours suivis, de Beaubassin, Port Royal, déportés à St-Pierre et Miquelon, alors des îles britanniques en Amérique, maintenant françaises, et ensuite, au début des années 1800, aux Iles de la Madeleine. Cette épopée me passionne, je suis tellement fière d'être Québécoise de descendance Acadienne. De là, sans doute, mon attachement à la langue française, à notre culture, notre histoire. L'étoile jaune sur le drapeau acadien, aux couleurs de la France, si tu savais tout ce que ça signifie pour moi.

@ Rosie : Je suis donc contente de te « voir », je commençais un peu à m'inquiéter là... Vivement les vacances pour toi, elles te feront le plus grand bien et je te les souhaite ensoleillées, du moins dans ton coeur, entourée de tous ceux que tu aimes. Bisous.

Soisig a dit…

Moi qui me couche déjà pas de bonne heure, ce sera parfait, hihii!

Désolée, j'ai une amie en recherche d'appart (que tu as rencontrée la dernière fois!) et je lui donne un bon coup de main.

J,ai reconnu ton frérot et ton chum bien sûr mais aussi cette belle ville de Québec.

J'ai aussi visité St Antoine et aussi le magnifique manoir si bien situé. On habite vraiment un beau "pays", si diversifié et si accueillant! Mais je connais mieux la rive nord et j'emprunte toujours 1a 138 avec un arrêt à Cap Santé, ce petit bijou de village...

Dans ta belle résidence, est-ce que tu me réserves une chambre en coin, que je puisse avoir deux vues différentes? Tu sais comme j'aime la nature surtout s'il n'y a pas de moustiques au rendez-vous, hihihi!

Je compte les dodos moi aussi Voyageuse, lol!

Zoreilles a dit…

@ Soisig : Kikou! Contente que tout aille bien pour toi, je pensais que peut-être t'avais trop de visite ou des problèmes d'ordi. J'espérais que ta maman n'ait pas d'ennuis de santé, à son âge vénérable, c'est toujours mon inquiétude... Que tu es généreuse, t'es là pour ton amie, ta mère, ta fille, ton gendre, ton gars, sa blonde et tous ceux qui comptent sur toi. Heureusement, dans notre petite fin de semaine de filles en Outaouais, on retrouvera toutes nos libertés, et si je compte sur toi, c'est juste pour me faire du fun et partager d'heureux moments, Voyageuse aussi.

Oui, je te réserve la chambre en coin dans le château, celle du rez-de-chaussée ou de l'étage? Vue sur le fleuve ou sur le village? Il reste encore de beaux choix à faire et t'as le temps en masse!

Jackss a dit…

Bonjour Zoreilles,

Tu as raisons, les régions du Québec sont diversifiées et pleines de charme. J'ai encore tant à découvrir. Je pense que tu as pris beaucoup d'avance sur moi. Mais je t'attends l'an prochain. J'ai hâte d'aller voir l'Ile d'Anticosti. J'ai pris des renseignements aujourd'hui. C'est fou comme ça donne le goût.

@Guy Vandal
J'ai bien aimé tes commentaires sur le clivage des régions, en particulier celui entre Montréal et les régions.

La semaine dernière, une témoin de Jéhovah s'est présenté à ma porte en disant venir de Montréal.

Comme elle avait un beau sourire, je lui ai donné un conseil d'ami:Il ne faut surtout pas vous présenter en disant que vous venez de Montréal. J'ai souvent entendu les gens d'ici dire: "C'est pas les gens de Montréal qui vont venir nous dire quoi faire ici".

Zoreilles a dit…

@ Jacks : Oui, attends-moi l'an prochain, j'y serai. La Côte-Nord, comme l'île d'Anticosti, ça manque cruellement à ma culture mais j'ai bien l'intention de corriger ça. Mon beau-frère avait pendant quelques années une pourvoirie (pêche au saumon et chasse au chevreuil) à l'île d'Anticosti, j'aurais pu l'écouter pendant des heures me parler des charmes de cette île.

Ce que tu soulignes à propos de la perception des gens de Montréal dans les régions est un sujet tabou, une loi non écrite, un fait connu et hélas, trop bien documenté qui peut nous faire raconter des anecdotes pendant toute une veillée. Combien de fois ai-je entendu dans un groupe quelqu'un dire : « Un vrai gars de Montréal, toi! » et je t'assure que c'est pas un compliment... Je n'encouragerais pas ça mais disons que lorsque ça se produit sous mes yeux, je ris sous cape en me disant que c'est un juste retour des choses! Et on ne le diffuse pas dans les médias... parce que les médias... ils sont à Montréal!

Ça me fait penser... Lors du spectacle qui avait suivi le déluge du Saguenay, plusieurs artistes avaient participé à la grande levée de fonds, dont Yvon Deschamps. Le show avait été présenté à la télé. Notre plus grand monologuiste avait présenté un numéro que je n'ai plus jamais entendu par la suite. Son personnage n'arrêtait pas de dire : « nuzôte à Montrrréal » il s'adressait aux gens des régions avec arrogance, condescendance, suffisance, c'était à se rouler par terre. Il n'a plus jamais refait ce numéro, je me demande pourquoi...

Soisig a dit…

Je pense que c'est partout pareil entre les régions et les métropoles. En France, les Parisiens sont tous des zoufs ou des fous du volant pour les gens des régions, hihihi! Et il me semble que les gens de la belle ville de Québec ont aussi un peu de cette arrogance envers les gens des régions éloignées, surtout celles qui ne font pas grand bruit comme nous!

Ben je pense que le supposé "complexe" des gens des régions a cédé la place aux "accomodements raisonnables" dans les situations conflictuelles. Une idée comme ça...

On a trouvé l'appart pour ma copine, ben là ça va être le "paquetage" de ses affaires! Elle doit déménager pour la mi-septembre... Ça me rappelle des souvenirs! ;(

lady a dit…

oi...j'adore Québec aussi...c'est une ville des plus accueillante...les gens sont vraiment sympa.....je comprends ta joie d'y avoir flânée en bonne compagnie...doublement joyeux..!!!

bisous

ly

Zoreilles a dit…

@ Soisig : J'ai l'impression aussi que le phénomène est universel. Même dans notre enfance, il y avait le conte sur le rat des villes et le rat des champs! Je n'ai jamais senti cette arrogance chez des gens de Québec mais peut-être que j'y connais seulement des gens ouverts! Bravo pour la trouvaille de l'apparte, pas facile il paraît...

@ Lady : Il me semble aussi que la région de Québec est toujours belle, j'en aurais pour des années à explorer ses alentours si j'y vivais. Ça paraît qu'il y a plus d'histoire, ça se voit dans plusieurs petits détails.

Soisig a dit…

Comme je connais des gens ouverts moi aussi, tant à Québec qu'à Montréal! ET ils ont bien raison d'être fiers de leur si beau coin!L'ouverture d'esprit n'est pas le lot de tout le monde malheureusement.

Pas évident de trouver un loyer potable (et assez grand) quand on quitte une immense maison: tourner la page est difficile vu les circonstances... mais nécessaire.

Tu as une belle histoire dans tes gènes et tu as bien raison d'être fière de tes origines acadiennes. La petite Félixe hérite de toute cette riche culture par Isa, en plus de celle que lui apporte aussi son papa Dom...

Plus que 5 dodos les filles, hihihi!

Zoreilles a dit…

@ Soisig : T'as fait exactement la même erreur que moi. C'est pas 5 dodos mais 4, c'est Voyageuse qui nous l'a dit, elle est championne dans les décomptes! Je sais pas comment on comptait ça, nuzôte : lundi soir, mardi soir, mercredi soir, jeudi soir, ça fait bien 4 dodos!

Es-tu allée voir tes courriels, toi, cet avant-midi? Tu devrais!!!

Soisig a dit…

Ouais, j'y suis allée sur l'heure du midi (hum! j'ai diné pas mal plus tard avec tout ça, hihihi!) De belles nouvelles pour Voyageuse! Et des filles bien organisées, lol! Tu liras ton courriel aussi! J,ai répondu à 3-4 courriels de vous deux, hihihi!

À nous l'Outaouais! bises

Anonyme a dit…

Wow! In the end I got a web site from where I know how to truly take valuable facts
regarding my study and knowledge.

my homepage; fuji mini mite 3 hvlp