samedi 7 janvier 2012

Qu'est-ce qu'on voeux?








Photo 1 : Le 20 décembre dernier, on célébrait chez nous le 80e anniversaire de naissance de ma mère, ce qui donnait le coup d'envoi aux festivités de la saison, pour les petits et les grands. Remarquez que Félixe est pieds nus et que Clara a déjà son pyjama de Noël. Je vous raconterai l'anecdote...



Photo 2 : Le 24 décembre, on avait passé l'après-midi au chevet de Belle-Maman, à l'hôpital, avec nos jaquettes jaunes et nos gants de caoutchouc, pour faire plus chic. En partant, on y avait laissé Crocodile Dundee avec sa Maman pour le reste de la journée et de la soirée. Pour la première fois, on allait être séparés à Noël. En sortant de l'ascenceur, Isabelle et moi, on a aperçu le Père Noël et elle a couru vers lui, comme une petite fille. Pourtant, elle a 25 ans et c'est une jeune Maman. Ça m'avait touchée beaucoup beaucoup.



Photo 3 : Le 26 décembre, on jouait au hockey sur la patinoire et je recevais toute ma famille à souper après. Un beau moment. On pensait qu'on avait devancé la tradition annuelle des derniers 20 ans. Pas tout à fait parce que...



Photo 4 : Le 31 décembre, partie annuelle de hockey sur la patinoire. C'est que ça fait 20 ans qu'on fait ça et qu'il y a pas mal de monde qui ont inscrit cette tradition en lettres d'or dans leur agenda personnel!!! Difficile de changer une tradition aussi bien ancrée...



Qu'est-ce qu'on voeux?



Il n'est pas trop tard, hein? Je voudrais vous souhaiter une Bonne et Heureuse Année 2012. Qu'est-ce que je vous souhaite particulièrement? Ah ça, je l'ignore, c'est vous qui allez me dire ce que vous voudriez vraiment. Parce que c'est délicat de décider pour les autres.



Tenez par exemple, j'ai une amie qui m'a fait rire au temps du Jour de l'An. Elle n'en peut plus qu'on lui souhaite tout le temps la santé, alors qu'elle voudrait être en amour, surtout qu'elle travaille dans le domaine de la santé et que c'est pas jojo de ce côté-là. Elle me racontait son drame d'une manière très franche et moi, il me venait plein d'images et j'essayais de pas rire quand j'ai vu qu'elle était très sérieuse. Elle est adorable, cette amie, je l'aime beaucoup, je la prenais pourtant très au sérieux, j'aurais voulu être plus à l'écoute. Tout de même, en la quittant, je lui ai souhaité plein de bonheur pour cette nouvelle année.



Au Jour de l'An, Crocodile Dundee souhaitait à tout le monde d'être heureux, en 2012. Juste ça. Il disait que, comme on était pressés par le temps, il fallait se résumer et que d'être heureux, ça voulait déjà dire d'être en santé, en amour, d'avoir une job ou mieux encore un chèque qui rentre régulièrement sans avoir à travailler et tout ce qu'on veut pour notre confort. Crocodile Dundee, je dois le reconnaître, il a toujours eu le sens du punch!



Moi, personnellement, avec tout ce qu'on a vécu ces dernières années, particulièrement plus intensément au temps des fêtes et qu'on vit encore d'ailleurs (comme proches aidants je veux dire mais je ne m'étendrai pas sur le sujet, je commence à devenir vraiment infréquentable) j'ai redécouvert deux vertus que j'essaie de mettre en pratique le plus que je peux depuis le 21 décembre. Dans chaque drame, situation, épreuve ou malheur, il se cache toujours quelque chose de beau, de très humain, qui nous réconcilie avec la vie. Je m'applique à repérer ces petits moments, j'ouvre les yeux et les zoreilles pour les débusquer et je me les repasse en boucle, ça me fait sourire, ça m'aide à trouver la vie plus belle.



L'autre vertu, c'est l'humour. Ah ça, à partir du moment où l'on décide de voir la vie sous cet angle, on commence à en voir partout et en toutes circonstances. Les fous rires les plus incontrôlables se passent d'ailleurs souvent autour d'un lit d'hôpital ou au salon funéraire. Tout le monde a vécu ça. L'humour, c'est un lubrifiant social, c'est pas moi qui l'ai dit, c'était le Père Gédéon alias Doris Lussier. L'humour, en tout cas, avouons tout de même que ça déstresse, ça dédramatise et ça fait voir toutes les situations tristes ou désespérées sous un jour plus... ou moins... En tout cas, vous comprenez ce que je veux dire.



Et c'est Félixe qui m'a appris ça cette année, comme quoi on apprend toujours des plus petits que soi. Mam'zelle Félixou, ça fait partie de sa personnalité, est très à l'aise pieds nus, tellement qu'on passe notre temps à lui dire de mettre ses bas, ses pantoufles, surtout l'hiver, quand le plancher est froid. Mais La Félixou, on dirait qu'elle respire toujours mieux quand elle court pieds nus, que voulez-vous? À la fête de ma mère, il y avait chez nous avec elle deux autres enfants, un nouveau petit cousin de son âge, Adam, et une adorable fillette de 6 ans, la belle Clara, sa nouvelle cousine qu'on voit sur la photo. Ils se sont entendus comme larrons en foire, c'était le bonheur total pour eux et pour nous de les voir tous jouer ensemble. Au bout d'un petit moment, Félixe, du haut de ses presque trois ans, a décrété officiellement : « Bon. Là, on est des amis, moi, j'enlève mes bas! » et ça nous a tellement fait rire que sa déclaration officielle nous a accompagnés tout le temps des fêtes. Aussitôt qu'on était bien avec quelqu'un, on décrétait : « Je suis tellement bien avec vous autres que je suis à la veille d'ôter mes bas! »



Donc, cette année, moi, je « voeux » qu'on me souhaite de voir le positif en tout et de l'humour partout partout. Avec ça, je devrais passer l'année pas pire.



Mais vous? Que voulez-vous qu'on vous souhaite?



Si quelqu'un s'avisait en 2012 de vous souhaiter « le paradis à la fin de vos jours », je pense qu'il serait fusillé sur la place publique. Skuzez, je fais de l'esprit de bottine là... Mais mon sens de l'humour n'est pas tout à fait au point... L'année est encore jeune!



54 commentaires:

crocomickey a dit…

Au lieu d'enlever mes bas, je vais te donner une galette de morue ...

Zoreilles a dit…

@ Crocomickey : T'es pas game! Rendez-vous dans 6 mois au Château Madelinot... ;o)

Esperanza a dit…

Je suis content de te lire cet après-midi! Ça me fait du bien.

Moi, en 2012, je pense que je voudrais que les gens qui m'entourent soient heureux et qu'ils trouvent ce qu'il faut pour s'épanouir et dépasser les limites imposées par la vie. Je sais pas trop comment le dire, mais, d'une certaine façon, j'aimerais participer à leur bonheur.

Quant à toi, je te souhaite de continuer à te retrouver et de trouver les moyens pour ne pas te perdre de vue, c'est trop facile. Je pense que les meilleurs aidant naturels doivent commencer par s'aider eux-mêmes. En fait, je pense que tu as déjà trouvé...

Et pour les autres, je souhaite d'être biens avec eux-mêmes et de participer, à leur mesure, à rendre le monde un petit peu meilleur, nos enfants en ont besoin pour demain...

Bonne année Zoreilles!

Pis en passant, ça fait bin longtemps que je viens ici pas d'bas!

Zoreilles a dit…

@ Esperanza : J'ai pouffé de rire à ta dernière phrase. Tu me fais du bien, toi, cet après-midi. Continue de venir ici pas de bas, je fais pareil chez vous... et partout. On doit être deux va-nu-pieds. J'aime beaucoup tes voeux. Je te contresignerais ça n'importe quand. Je te souhaite tout ça ardemment. Et plus encore... ;o)

Solange a dit…

On a attendu longtemps, mais on en a pour notre argent. Merci pour tes voeux et je te souhaite tous ce que tu désires. C'est drôle cette manie qu'on les enfants aujourd'hui de se déchausser, mes petits-enfants font pareil. Moi l'hiver j'ai les bas de laine de mon mari, je suis très frileuse. Je vois que la patinoire est déjà en fonction, ici c'est un drôle d'hiver, gros froid un jour ou deux ensuite très doux pas très bon pour les sports d'hiver. Bonne année à toi et à ceux que tu aimes.

Zoreilles a dit…

@ Solange : C'est vrai que j'ai été « absente » longtemps de mon blogue (et des vôtres par le fait même) mais que veux-tu, j'étais absente de ma propre vie! En 5 ans Chez Zoreilles, je n'avais jamais été aussi longtemps au neutre... J'ai quand même tenu à répondre à tous les commentaires sur le billet précédent avant d'en écrire un nouveau, pour repartir la communication avec ceux et celles qui m'envoyaient des coucous, des mots gentils et des câlins pour m'aider à tenir le coup ♥

Tes petits aussi sont plus heureux pas de bas? Ils ne sont pas frileux, dis donc, chez vous non plus, ça doit être parce qu'ils sont très actifs et qu'ils courent partout, ils sautent, ils dansent, beaucoup plus que nous. Moi aussi, j'ai toujours les pieds gelés.

La patinoire est opérationnelle depuis Noël mais ça a été du sport de la garder belle, (nos voisins ont beaucoup collaboré) avec tous ces changements de température, gel, dégel, neige, pluie, verglas, grésil, il a fallu l'arroser souvent, la pelleter, l'arroser encore et si tu remarques bien sur mes photos, on voit encore des craques... mais ça n'empêche pas le monde de jouer au hockey. Il y en a pas mal qui jouent en bottines!

À toi aussi, à ton Normand, à tous ceux que tu aimes, tout ce que vous désirez en cette nouvelle année.

Barbe blanche a dit…

J'ai presque le gout, de répéter ici, les voeux que je t'ai fais chez moi, en réponse à ton commentaire, mais, je te laisse le plaisir de venir en prendre connaissance, sur le bord du golfe.
soit dit en passant, c'est pieds, que je passe par chez vous depuis longtemps, même avant de publier moi même.
Bonne année 2012.

Air fou a dit…

Ha! Ha! Ha!

Je souhaite que la vie soit assez bien avec nous pour qu'elle enlève les siens, tiens!

Et une patinoire comme celle-là???

Elle est craquante, cette Féixou.

Excellente année à toi. À toi aussi de choisir la définition de l'excellence qui s'appliquerait.

Zoreilles a dit…

@ Barbe blanche : Et toi pareillement... grande barbe! T'es encore venu me faire coucou pieds nus ce matin? Ben t'es pas frileux! Y a toute la chaleur de la Gaspésie qui coule dans tes veines. Moi quand je vais chez vous, c'est dans la mer que je me retrouve pieds nus, je peux pas résister. On dirait que je me sens chez nous, dans ta Gaspésie, c'est bizarre parce qu'on habite les deux extrêmes du Québec et pourtant, il y a tellement de similitudes entre nos deux régions.

Je t'ai tu déjà conté ça? Mes deux frères, l'un après l'autre, ont étudié en foresterie, au Cégep de Ste-Foy, c'est là que se donnait leur spécialité. Les contingents venaient de partout au Québec. L'Abitibi et la Gaspésie, ils se reconnaissaient tout le temps à travers les autres, comme des frères, c'était un phénomène connu, on aurait dit comme des aimants qui se collaient automatiquement, avec un humour semblable, des valeurs qui se rejoignaient, des façons de voir et de faire, une sorte de parenté instantanée... et une propension à lever le coude en proclamant : « Abitibi et Gaspésie, même combat! »

Zoreilles a dit…

@ Zed : La patinoire ne se ressemble déjà plus, en ce matin du 8 janvier... Il a neigé, il a fait froid cette semaine et nous n'avions pas le temps, personne, de l'entretenir, alors, c'est déjà un beau souvenir...

La Félixou, oui, elle est craquante, je t'assure! En tout cas, elle a du vocabulaire, de la jarnigoine et de l'expression! En ce moment, ses parents (et nous, on collabore) on lui apprend à mieux gérer ses colères et son impulsivité, c'est beau de voir ses efforts, d'une finesse et d'une drôlerie, à tel point qu'il faut se virer de bord des fois pour pas éclater de rire. Parce qu'elle a un côté très clown qui demanderait pas mieux et que ça ruinerait ce qu'on essaie de lui inculquer. Parce que la colère, c'est précieux, il faut pas l'étouffer, il faut juste l'exprimer intelligemment, doser. Moi, ça me fascine, l'éducation des enfants. Ils sont de bons élèves, on sème en terrain fertile...

Bonne Année à toi aussi, la réussite de tout ce que tu entreprends et des victoires, même toutes petites à travers les plus grandes, dans tous tes combats, pour l'avancement de tes idées.

En arrivant ici (sur mon blogue) ce matin, quelque chose m'a frappée : photo 1, l'expression de Félixe, souriante, le nez en l'air, l'air de dire « j'ai peur de rien ni de personne » et la photo 2, Isabelle a la même expression que sa fille et tu sais quoi? Sur les photos, j'ai souvent cette expression moi aussi. On transmet plus ce qu'on est que ce qu'on voudrait, c'est ma conclusion.

Transmets ce que tu es à tout ton entourage, le monde ne s'en portera que mieux ♥

Anonyme a dit…

Zoreilles,

hier matin j'ai lu ton nouveau billet mais ne voulant pas être la première à laisser un commentaire, je suis repartie sur la pointe des pieds (en jaquette et sans bas), en me promettant de revenir plus tard.

On peut dire que la phrase de Félixe a du succès! J'ai pouffé de rire en la lisant; elle a déjà l'humour de sa mère et de sa mamie! Je me souviens de ce texte hilarant à propos d'un cahier d'école (je crois) de votre fille...et du globe terrestre recollé à l'envers.

Pour ce qui est des bas, Einstein les détestait aussi et n'en portait pratiquement jamais; ce qui signifie que Félixe a du génie:-D

J'aime beaucoup la photo du haut avec les petites blotties dans la chaise, le gros arbre décoré à l'arrière-plan et la lumière chaleureuse de la cuisine; ça donne une merveilleuse impression d'intimité. Vous avez aussi une superbe patinoire; ici l'hiver ne ressemble à rien dans son inexistence.

Pour 2012, je te souhaite...ce que tu souhaites et plus encore. J'aime bien les voeux de Crocodile Dundee, lui non plus ne manque pas d'humour.

Bonne année Zoreilles!

Lise ♥

Anonyme a dit…

Et là je lis, dans ta réponse à Zed, que la patinoire n'est plus qu'un souvenir...

Lise

Zoreilles a dit…

@ Lise : Eh que ça fait longtemps qu'on ne s'est pas « vues »... Vous me manquiez tous et toutes, t'aurais dû foncer la première, hier, pieds nus et en jaquette, je t'aurais invitée à poser tes pieds sur la bavette du poêle, je t'aurais fait une tisane ou encore mieux, ce thé aux bleuets absolument divin que j'ai reçu en cadeau ♥

Les petites, Clara et Félixe, et celui qu'on ne voit pas sur mes photos, Adam, si adorable aussi, le petit frère de Clara, ils sont tellement faits pour s'entendre, pourtant si différents et parfaitement complémentaires, en harmonie, comme une joyeuse cousinerie. D'ailleurs, Félixe était ici le 31, avec ses parents et ses autres grands-parents, sa tante Ariane et plein de monde, mais la petite cousinerie était ailleurs, et elle les cherchait, pauvre tite chouette. Elle semblait avoir intégré que chez mamie, on voit tout le monde tout le temps...

Ouais, la cuisine a changé chez nous en 2011, nous avons maintenant des portes d'armoires en merisier, exit la mélamine blanche, c'est vrai que c'est plus chaleureux, en plus qu'on a repeint avec des couleurs chaudes. Mon beau sapin, roi des forêts, que j'aime ta parure, il était bien plus beau de face que de côté mais là, comme la patinoire, il n'est plus qu'un beau souvenir, hahaha!

Félixe et Einstein ont quelque chose en commun, d'après ce que tu me dis, et je crois pas que ce soit la bosse des maths ♥

Puisque tu aimes les voeux de Crocodile Dundee, je te les fais de tout mon coeur en ce début d'année. Sois heureuse. Ça comprend la santé, l'amour, l'amitié, la job, la vie.

étoile a dit…

Ces paroles d'enfants comme c'est charmant. On a de quoi apprendre de ceux-ci n'est-ce-pas? Moi les voeux que je nous souhaitent à tous ce sont:l'écoute avec le coeur, le temps de vivre vraiment sa vie, apprendre à recevoir et surtout ne pas trop se prendre au sérieux. rire plus.. Avant de me décider enfin à vous écrire j'ai résisté longtemps. Mais voilà que je suis devenue adict de vos billets. merci! et bonne année.

Guy Vandal a dit…

Bonne année ma chère Zoreilles.

Si tu pouvais prendre plus de temps pour toi en 2012, ça serait déjà une bonne affaire.

Je te souhaite de rire beaucoup, d'enlever tes bas souvent, et une Félixe plus en verve que jamais.

Pis merci d'être de retour. XXX

Le factotum a dit…

J'aime bien le souhait de Crocodile Dundee.
Mieux encore un chèque qui rentre régulièrement sans avoir à travailler!
Et cela sans passer pour un va-nu-pieds!
Et je suis tellement bien avec vous autres que je suis à la veille d'ôter mes bas!
À toi, je te souhaite beaucoup de temps pour toi!
Dans nos engagements personnels, il y a tellement de choses positives qui se produisent ...
Et cela produit du ♥♥♥ à profusion!

Zoreilles a dit…

@ Étoile : Moi, c'est pareil, les mots d'enfant, ça m'émerveille toujours, pas seulement ceux de ma fille quand elle était petite ou de ma petite-fille maintenant. Chaque fois que je suis tombée sur un recueil de mots d'enfant, je l'ai acheté et l'ai dévoré d'un couvert à l'autre. C'est comme du bonbon. Les enfants ont une manière si simple, si pure, si belle, si... premier degré, si idéale de voir la vie et le monde!

Vos voeux, je les « voeux » personnellement, en plus de vous les souhaiter, ainsi qu'à tous ceux qui passeront par ici. Ce sont des richesses, des trésors, des attitudes qu'on devrait bien pratiquer et propager le plus possible.

Votre dépendance à mes billets, je la « voeux » aussi et la meilleure façon de me remercier, c'est de revenir me dire bonjour de temps en temps. Ce serait à moi de vous dire merci... et Bonne Année 2012!

Zoreilles a dit…

@ Guy : Ah oui, il me semble que j'ai été « partie » longtemps, j'ai tellement hâte de faire ma tournée des blogues et d'aller tous vous lire...

Tu me souhaites tout ce dont j'ai besoin, du temps! Mais même si j'en avais pas assez à mon goût cette année, je sens que ce bout-là, je te cite : « Je te souhaite de rire beaucoup, d'enlever tes bas souvent, et une Félixe plus en verve que jamais.» ben ce bout-là, mon cher Guy Vandal, c'est quasiment garanti que ça va se réaliser!

À toi, Matagamien dans l'âme, avec la Valentine nouvellement tatouée sur le coeur, une Bonne et Heureuse Année 2012 et tout ce que tu désires.

Accent Grave a dit…

Un chèque qui entre sans travailler? C'est le BS ça!

Je m'en tiendrai à la santé. Je passe trop de temps dans les hôpitaux (pas pour moi) pour avoir oublié que sans la santé... il ne reste plus grand chose!

Chose certaine, c'est ce que je souhaite à tous: de la santé... et beaucoup de sexe!

Accent Grave

Zoreilles a dit…

@ Le factotum : Bon ben, c'est ce que je te souhaite d'abord, d'être heureux, comme te le souhaiterait Crocodile Dundee d'une manière solidaire, virile et authentique! En plus que toi, t'as depuis peu un chèque qui rentre régulièrement sans avoir à travailler!

Et si t'enlèves tes bas, j'enlève les miens, on est quitte ♥

Nos engagements personnels... que c'est joliment exprimé pour dire une réalité qui n'est pas si positive que ça pour personne mais qu'on essaie d'apprivoiser. Tu y arrives plus que moi, c'est pourquoi tu m'inspires...

Souhaitons-nous du temps, oui, surtout qu'on l'investirait pas pire, il me semble ♥

Merci d'être là... Ici et là... ;o)

Zoreilles a dit…

@ Accent Grave : Mais non, voyons, c'est pas le BS, c'est la retraite! Certains en ont une, vous savez...

Ah parce que vous aussi, vous passez trop de temps dans les hôpitaux mais pas pour vous? Il n'y a pas beaucoup de sexe dans ces établissements... Sans la santé, pas de sexe, sans le sexe, on pourrait quand même être en santé, j'imagine, je ne sais pas, je n'ai jamais été privée de l'un ou de l'autre!

Je vous souhaite tout ça et plus encore, on essaiera de se tenir loin des hôpitaux en 2012, ça pourrait nous éloigner du même coup de ce qui est vraiment important dans la vie!

;o)

Guy Vandal a dit…

Cette chère Valentine, peu la connaissent mais, tout ceux qui l'ont connu l'ont sûrement autant apprécié que moi. ;o)

Nanou La Terre a dit…

Zoreille,
je prends le temps de lire et relire ton beau billet, après avoir regardé tes photos,une par une.

Le Père Noël est dans la pensée et les rêves de tous ceux et celles qui ont conservé leur coeur d'enfant. Le 24 au soir, c'est toujours la nuit la plus spéciale de l'année. Je ne m'endors jamais sans penser aux rennes et grelots dans le ciel.

Après une bonne partie de hockey, dans l'air frais de l'hiver, j'imaginais comment ça devait être bon de rentrer au chaud, ravivé par le froid piquant de l'hiver...

Je n'aurais pas su mieux que toi exprimer en de si jolis mots ce que je vis et crois aussi intensément:

"Dans chaque drame, situation, épreuve ou malheur, il se cache toujours quelque chose de beau, de très humain, qui nous réconcilie avec la vie."

Et je rajouterais que la vie est belle à cause de toutes ces épreuves, qui, je crois, nous fait grandir, nous rendant plus humains et sensible aux autres.

L'humour, si important. Puis, on a le droit de rire même si on vit des moments tristes, effectivement, ça dédramatise! Je me rappelle de ce video que j'avais vu, je ne sais où: dans un autobus était assis un homme qui s'est mis à rire tout seul, puis, peu à peu, tout le monde riait, c'était franchement entraînant.

Avec Fafouin, j'utilise beaucoup l'humour. Lui et sa copine, je les appelle "mon petit couple Hollywood."À quoi ça sert de demeurer tout le temps dans le drame? De plus, on dirait que ça désamorce la situation. Dans mon travail, j'ai choisi de faire rire les enfants.

Voir le positif en tout fait partie d'un des secrets du bonheur. Dans chaque épreuve, il y a une petite étoile qui brille, faut la saisir au vol et la préserver...

Quant à Félixe, j'aurais donné n'importe quoi pour l'entendre le dire. Comme c'est charmant et rempli de vérité toute simple.Une grande philosophe ta petite-fille!

Je te souhaite la poursuite de ta vision et beaucoup beaucoup d'humour, plus qu'il n'en faut!

Ce que je souhaite? Simplement poursuivre mon bonheur, dans le moment présent et demeurer utile aux autres.

Je te donne un gros gros bec xxx

Mijo a dit…

En voeux-tu ? en voilà !!
Quelle anecdote rigolotte, Felixou et ses bas.

Zoreilles a dit…

@ Guy : Je sais pas si vous vous êtes fait un Club des voyageurs de Valentine mais si oui, tu vas connaître le mari de ma cousine, Boutch, qui est allé faire son petit tour Matagami/Montréal/Matagami sur les ailes de Valentine Air Lines, au temps des fêtes. Pas plus de dommages pour lui que pour toi, il paraît. Fiou... Mais il va sûrement changer deux ou trois petits trucs dans son style de vie... ;o)

Zoreilles a dit…

@ Nanou : Les parties de hockey sur la patinoire devant chez nous, les célébrations chaque jour ou presque, c'était en même temps que ça se passait, je voudrais pas péter ta baloune, mais c'était un feu roulant pas confortable du tout pendant tout le temps des fêtes : accompagnement constant à l'hôpital au chevet de Belle-Maman, les rencontres familiales, les gros soupers, avant Noël, à Noël, au Jour de l'An, entre les deux, aucun répit, pas le temps de se ramasser que ça repartait, d'un bord, ou de l'autre, fallait se séparer pour être présents partout où l'on devait être, c'était fou raide. On marchait sur l'adrénaline, je vois pas d'autres choses. Dans ce tourbillon insensé, c'est là qu'il fallait essayer de voir du positif en tout, excuser la bêtise humaine et voir de l'humour dans les situations les plus désespérées.

Le 24, quand Isabelle a couru vers le Père Noël comme une petite fille, deux minutes avant, on se retenait de pas brailler dans l'ascenceur parce qu'on venait de passer un après-midi tellement triste dans une chambre d'hôpital où sa grand-mère ne réalisait pas que c'était Noël, malgré tous les cadeaux qu'on lui offrait. On venait d'y laisser son père, mon Crocodile Dundee, qui « réveillonnerait » dans ces conditions-là, avec sa mère très très confuse, parce qu'il y tenait, qu'il était tout seul à vouloir le faire (c'est Noël pour tout le monde en même temps) et parce qu'il a cette générosité-là. Il n'a pas voulu qu'on reste avec lui, il nous a dit : « Allez-y les filles, c'est Noël ». Et on savait que le lendemain, tout recommençait. Et tous les jours par la suite et pour combien d'années encore?

C'est peut-être dans l'adversité et l'absurdité de la vie qu'on mesure le mieux la force et le courage au quotidien que ça prend pour ne pas perdre sa joie de vivre, son élan, son humour et son infinie tendresse pour tout ce qui est humain, parce qu'on en voit trop, des exemples qui vont du meilleur jusqu'au pire. Mon père aurait dit : « C'est dans la tempête qu'on reconnaît un bon capitaine! » et toi, je le sais, t'es une capitaine qui a navigué sur les 7 mers sans jamais perdre le cap! N'empêche que je te souhaite pas trop de tempêtes en 2012, ce serait bien, des eaux plus calmes, hein?

On se souhaite tout ça, ma chère et un peu de temps pour se recentrer de temps en temps sur l'essentiel et le plus beau de la vie ♥

Zoreilles a dit…

@ Mijo : Elle nous en sort souvent, des comme ça, et moi, juste à lui voir la frimousse, elle me fait rire... Toutes les mamies sont comme moi, je pense! Et même les pas mamies!

Bonheur, humour, tendresse et joie de vivre à toi en 2012, tu dégages tout ça déjà, je voudrais que ça continue ♥

Anne-Marie a dit…

Ben bonjour Francine!

On dirait bien que Félixou a pondu une phrase qui deviendra célèbre!!!
Trop cute!

Merci encore énormément de ta générosité envers nous! C'est vraiment cool d'avoir présenté mes enfants comme étant les "nouveaux cousins" de ta Félixou! Touchant! quelle fierté Clara a eu en voyant sa binette avec celle de Félixou sur ton blogue!!!

Comme ça Félixou cherchait ses nouveaux petits couzins le 31? Bon! Faudra se reprendre!

Anne-Marie :0)

Zoreilles a dit…

@ Anne-Marie : Clara a vu sa photo sur mon blogue et ça lui a fait plaisir? Tant mieux parce que j'ai hésité, c'est pas tout le monde qui aime voir sa photo dans un espace « public »... Avoir su, j'aurais mis celle où Adam rigole avec les filles, c'était le 26 je crois... Tellement adorable, lui aussi.

Vive la nouvelle belle-soeur qui nous arrive avec cette joyeuse cousinerie, vous êtes trois nouvelles sources de bonheur, et pas seulement dans la vie de mon frère. C'est ben simple, vous nous donnez envie d'ôter nos bas!!!

En plus, vous rajeunissez la moyenne d'âge de mon lectorat...

Félixe avait comme intégré le concept que lorsqu'on va chez Mamie maintenant, on peut jouer avec Adam et Clara. Quelle déception elle a eue le 31... Elle les cherchait partout, en haut, en bas, il a fallu lui expliquer qu'ils étaient pas là... Pas aujourd'hui... Elle espérait tout le temps qu'ils arrivent!

Dididit a dit…

Allo Zoreilles... tu es revenue. Bon! Je vois par la photo 2 qu'Isa a appris à aimer le Père Noël (comparé à ton billet de décembre 2007, qui affichait une vieille photo d'elle) c'est bien bien ça. Pas mal bien. Pour les voeux c'est comme un buffet ouvert si j'ai bien compris? Je vais rester frugal... et me servir léger. Je me veut des voeux de mieux (pour moi) on veut toujours du mieux pour soi hein! MAIS AUSSI du mieux pour les autres si je peux m'astreindre à être plus généreux, plus patient, plus compréhensif etc. Alors juste un peu de mieux partout pour 2012. Je t'en souhaite à toi aussi tant qu'à avoir les mains dans le buffet...

Zoreilles a dit…

@ Didi : Maudit fou, tu m'as fait rire aux larmes, toi, je sais pas pourquoi, enfin, oui, je sais pourquoi, c'est que je te voyais ta face de clown, les deux mains dans le buffet...

Tu m'as forcée à retourner en arrière, 19 décembre 2007, « Noël, le temps des réjouissances » avec la photo qui contraste avec celle de cette année, effectivement, elle a apprivoisé le Père Noël, en fin de compte!

Je me suis relue, tant qu'à y être... Je déteste toujours me relire, je vois rien que des défauts mais je me suis laissée prendre au jeu et j'ai revécu tout mon drame de mon Colorola-que-mon-oncle-Claude-s'était-assis-dessus-pis-que-ça-a-fait-crack pis que j'étais tellement triste en dedans de moi mais que j'avais déjà ma face de relations publiques à l'époque et que mon oncle Claude est mort depuis 10 ans et que c'est rien que là que j'ai arrêté d'espérer mon Colorola qu'il m'avais promis de me racheter... pour se racheter!

On devrait jamais faire ça à une enfant, surtout une enfant qui a juste un cadeau par année... Il aurait pas dû trouver ça drôle non plus, c'est pas fin, ça. Le 25, chez ma mère, j'ai raconté à Félixe ce Noël-là, avec tous les détails, elle m'écoutait avec ses grands yeux qui en redemandaient, elle le vivait et puis j'ai parlé de mon Colorola, mais je lui ai pas dit ce qui était arrivé vraiment. Ma mère m'a demandé : « Pourquoi tu lui dis pas que mon oncle Claude s'était assis dessus? » j'ai dit à M'man : « Est ben trop petite encore pour que je lui raconte les drames de ma vie! »

Ben oui, je suis revenue... Jusqu'à quand? Je le sais pas, ça dépend pas de moi mais j'ai décidé d'en rire, t'arrives juste à point.

C'est ce qu'on voeux, du MIEUX, on serait dus pour se le souhaiter en personne, il me semble...

Zoreilles a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Anonyme a dit…

Bonne année Zoreilles!

Je souhaite du bon temps, un entourage aimant et moins centré sur leur petit nombril... Tu sais , ta maman n'a que 80 ans : la mienne l'était aussi à cet âge-là. Alors profites-en.

De la transparence et de l'honnêteté tant dans les propos que dans les actes de tous ceux que je fréquente. Je sais, c'est beaucoup demander mais c'est important pour moi! :-)

Mais surtout, conserver notre belle amitié!
XXX Soisig

Zoreilles a dit…

@ Soisig : T'en fais pas, avec ma Maman de 80 ans, je profite de chaque instant, il est possible avec elle d'avoir un échange, une discussion, un propos cohérent, elle est en santé!

Ta maman, elle a l'âge de ma Belle-Maman, avec tout ce que ça comporte de pertes énormes, surtout qu'elles ne réalisent pas leur état ni ce qu'elles nous demandent et pire encore, ce que les autres nous demandent, consciemment ou inconsciemment. Confronté quotidiennement au grand grand vieillissement, on voit émerger chez les gens des aspects de leur personnalité qu'on n'aurait pas voulu connaître... Et puis, on se projette soi-même dans la vieillesse avant le temps, on se met à vouloir mourir jeune, on a des préoccupations qui ne sont pas de notre âge, on connaît toutes les limites du réseau, où s'arrête le public, où commence le privé et qui c'est qui assure entre les deux...

Je le redis, ce n'est pas de notre âge de penser et vivre ainsi. On s'aperçoit à un moment donné que nos amis nous ont désertés, happés par la vie, pendant qu'on était à s'occuper des vieux... C'est pourquoi je disais que je commençais à devenir infréquentable!

Notre amitié, bien sûr qu'elle va tenir le coup, même qu'elle va continuer de s'épanouir en 2012. Et l'on n'attendra pas au prochain Salon Création à La Sarre pour se voir, c'est promis ♥

Anonyme a dit…

Tu as bien raison! Pour ma part j'ai un bon réseau d'amies... un peu dans la même situation que toi et aussi moi, lol! Ça fait toujours du bien d'en parler à quelqu'un qui vit les mêmes choses! Et ça vaut pour ben des situations de la vie!

Je me promets une petite virée à Rouyn betôt! Là je suis tête-bêche dans le journal... xxx
Soisig

Dididit a dit…

Face de clown!!!! Pffttt. Il n'y a qu'a pas ouvrir les portes de la salle à buffet si on ne veut pas voir les invités se présenter avec des lèvres à la Ronald MacDougall beurrées de jus de cerise jusqu'au poches des yeux. Tékà mais bon... enfin... des précisions sur la ligne 35 de ton commentaire SVP. Mort de rire à mon tour!

voyageuse du monde a dit…

allo Zoreilles, merci pour tes voeux,je souhatie à ta drôle d'amie, la santé, l'amour et le bonheur où qu'il soit... Pour on 20ième anniversaire,une très grande amie à moi m'avait souhaité: amor, salud et dinero y el tiempo para gustar los (ce qui se traduit par: amour, santé et argent et le temps pour en profiter). 35 ans plus tard, je n'ai jamais oublié cette phrase et je l'ai souvent souhaité
a toi, je te souhaite du temps, beaucoup de temps, mais pas pour en donner plus aux autres, mais pour toi. et bien sûr, la santé et le bonheur.
Ta belle Félixou et moi, on s'entendrait bien, moi qui suis toujours pieds nus, même l'hiver dans mes bottes, ce doit être que je suis à l'aise partout.
bonne année et gros bisous
XXXXXX

Anonyme a dit…

Zoreilles et Soisig,

je comprends tout à fait ce que signifie être un aidant naturel en vous lisant. J'en suis une aussi, mais pour le moment maman va bien; elle n'a pas le grand-âge (90 ans et plus), mais a besoin de beaucoup d'attention.

Aidant naturel, jolie expression pour désigner les membres de la famille qui se dévouent sans compter, et sans êtres payés pour les journées de travail perdues, la non reconnaissance gouvernementale, et celle de certains "proches". Je ne devrais pas écrire ce commentaire négatif, mais j'avais été touchée par le fait que Crocodile Dundee ait passé la nuit de Noel près de sa mère.

Une générosité sans limites, et de l'amour, une chance que les aidants naturels en ont, au risque de s'épuiser à la tâche.

Lise

Anonyme a dit…

Chère Lise
Tu sais, je pense que ce n'est pas "donné" à tout le monde d'avoir de l'empathie envers les autres, même une famille, aussi unie soit-elle...
Pas facile non plus de prendre ses distances avec la personne que l'on aime et dont on s'occupe en imposant ses limites. Mais c'est la seule façon de garder la tête hors de l'eau comme le disait si bien Zoreilles...:-)

Bonne nuit!8hearts;

Zoreilles a dit…

@ Soisig : Oui, je sais, t'es dans ton journal jusqu'aux zoreilles, et c'est le plus merveilleux journal que je connaisse, parce qu'il parle de la vie de ton village, avec ses splendeurs et ses misères, mais des splendeurs, on voit pas ça souvent dans un journal, tu sais!!!

Tu as des amies qui vivent la même chose que toi et c'est tant mieux, y a des fois que tu dois pas avoir besoin de t'expliquer longtemps pour qu'on te comprenne... À un moment donné, c'est difficile de parler de d'autres choses que ce qu'on vit...

Si tu viens à Rouyn, tu me fais signe? On pourrait se voler une petite heure délicieuse à partager ensemble!

Zoreilles a dit…

@ Didi : La ligne 35? Je sais pas du tout c'est quoi, tu le sais, toi, que j'ai jamais été bonne dans les chiffres, j'ai compté consciencieusement et ça donne Colorola, veux-tu vraiment que je te parle de mon Colorola? C'est comme tu veux mais je vais être obligée de me payer une thérapie après, veux-tu être mon nouveau conseiller en développement du potentiel humain? Me ferais-tu un prix d'ami?

Zoreilles a dit…

@ Voyageuse : Je l'aime beaucoup, ma drôle d'amie, ça, tu le sais, hein? Du temps, oui, du temps, et de la légèreté, un soupçon d'insouciance, ça me rajeunirait le portrait, il me semble.

Je retombe sur mes pieds là... Sauf que chaque fois que le téléphone sonne, surtout le matin autour de 9 heures, je fais quasiment une crise de coeur, je steppe ça d'haut, je suis comme restée traumatisée par la course folle du temps des fêtes mais je vais en revenir! Déjà, juste de ne plus avoir à me diviser en deux trois quatre, c'est reposant. Hier soir, je raccomodais des bas, (tricotés à la main quand même, ça valait la peine et c'est très très zen comme activité) c'était calme dans la maison, le poêle ronronnait, je me sentais revivre.

Et parlant de bas, tu t'adonnerais bien avec Félixe pour une autre affaire aussi, elle est une bonne voyageuse, selon ses parents et ses autres grands-parents qui sont revenus dimanche d'une semaine en Estrie. Paraît qu'elle a fait ça comme une grande, pas de chiâlage, ouverte aux découvetes, no problemo!

Zoreilles a dit…

@ Lise : Voilà pourquoi, pour ma part, je n'utilise pas l'expression aidant naturel, je n'ai rien contre, ça dit ce que ça veut dire mais c'est pas si naturel que ça de maintenir une personne dans son confort, la preuve étant que rien n'est fait pour soutenir celui ou celle qui aide une personne âgée ou malade ou en perte d'autonomie.

De la générosité, bien sûr que ça en prend et ce, tout au long des jours, des années. Mais quand survient un épisode d'hospitalisation et ce qui s'en suit, qui demande de l'accompagnement constant, qu'il y a 24 heures à couvrir dans chaque journée, ce n'est plus de la générosité là, ça devient autre chose, on n'a tout simplement plus de vie, on est obligés d'en abandonner d'autres autour de nous et c'est ce qui est le plus difficile, je pense, on doit faire des choix déchirants. L'un passe la nuit de Noël avec sa mère, l'autre passera le Jour de l'An, une autre la journée de Noël, etc. Les couples sont séparés, les familles s'effilochent... Tout le temps qu'on a et même celui qu'on n'a pas, on le donne à la personne qui a le plus besoin...

Et personne ne peut changer ça.

Tu as raison de dire que les proches aidants s'épuisent, physiquement et moralement. Ils y laissent leur santé, leur espoir, leur liberté, leur insouciance, leur vie de couple, leur vie de famille. Ce sont la plupart du temps d'autres proches aidants qui reconnaissent des signaux d'alerte et qui sonnent l'alarme... Prends soin de toi... Une petite expression qui signifie beaucoup et qu'il faut avoir la sagesse de comprendre quand on nous la dit sur un certain ton...

Bien sûr qu'on les aime, nos mamans, même quand on ne reçoit plus rien, on se souvient de ce qu'elles nous ont apporté dans nos vies, tout au long des années. On leur doit bien de prendre soin d'elles à notre tour, qu'elles le réalisent ou non.

Zoreilles a dit…

@ Soisig : C'est bien de toi, ce commentaire en réponse à Lise?

J'abonde dans le même sens, il faut parfois imposer une certaine distance, quand c'est possible, mais on est conscientes que ça n'est pas toujours possible, parce que ces personnes âgées, quand on les entoure aussi bien, développent en un temps record une grande dépendance envers leurs proches aidants.

On fait quelque chose une fois, on est gentil, on se fait dire merci, on le fait deux fois, on est encore gentil mais ça devient naturel, on le fait trois fois, la routine est prise, quatre fois, c'est un dû, cinq fois, on se fait reprocher de pas l'avoir fait de la bonne manière et selon les attentes.

À un moment donné, il faut se fier juste à sa conscience et ne rien attendre des autres. C'est là qu'on perd souvent notre insouciance et notre légèreté. Quand enfin il arrive de l'aide qu'on n'espérait plus, on est reconnaissants à n'en plus finir!

Dididit a dit…

Lol! J'ai fait un peu exprès... beaucoup pour te faire compter un peu à vide. Je me réserve la précision pour le prochain café. Ça n'enlève rien à ma déclaration voulant que 2012 soit l'année du "mieux". alp

Anonyme a dit…

Ne rien attendre des autres; tu as tellement raison Zoreilles! Imposer ses limites, ce n'est pas toujours possible, surtout quand la personne est incapable de comprendre, et quand notre propre inquiétude prend le dessus. Sans parler du sentiment de culpabilité...

Mais je sais que tu comprends.

:-D

Lise

Fitzsou, l'ange-aérien a dit…

Alors moi aussi je te souhaite positivisme et humour pour 2012... et moi, je "voeux" rencontrer l'amour (peut-être pas sur mon chemin parce que de ce temps-là il y fait froid et je risquerais de ne pas le voir avec mon foulard monté jusqu'aux yeux...)
Je t'envoie une pleine aurore boréale de bisous nordiques et un gros câlin d'ours polaire... xoxoxo

Anonyme a dit…

C'était bien moi Zoreilles!

xx Soisig

Zoreilles a dit…

@ Didi : Et parlant du mieux et de la précision pour le prochain café, je pensais faire ça avec toi jeudi avant-midi, réserver mon dîner à ma mère et faire ses couses en après-midi, c'est important pour elle. Mais à 8:15, le téléphone, la résidence, Belle-Maman fait une autre crise, pas de blessure, mais pas capable de se « quindre », ça prend quelqu'un en permanence, les autres sont au travail full conventionné 5 étwèles, et pas moi, je gagne souvent à cette loterie, pas d'ambulance appelée, c'est moi qui suis devenue l'ambulance et l'hôpital, rien d'intéressant à raconter, la routine habituelle, c'est devenu ça. Donc, je reprends ma vie où je l'ai laissée, je ratrappe mon retard, ce sera une prochaine fois, comme disait René Lévesque au lendemain du reférendum de 1980, mais je peux pas te dire quand. Pour ma mère, c'est cet après-midi, elle passe avant toi, désolée, c'est le privilège de l'âge et de la parenté, dans mon livre à moi, comme disent les journalistes sportifs... D'ailleurs, la vie de proche aidant, c'est du sport extrême!!!

Zoreilles a dit…

@ Lise : Oh oui que je comprends... même si pour ma part, je ne vis ni inquiétudes ni culpabilité.

Zoreilles a dit…

@ Fitzsou : Alors je « voeux » tout ce que tu « voeux », même que je te suggère de laisser un petit jeu d'air pour tes yeux et tes zoreilles, parce que l'amour, il est peut-être dans le Nord, qui sait? Sur une boussole, la flèche pointe tout le temps vers le Nord, y a sûrement une bonne raison? ♥

Zoreilles a dit…

@ Soisig : Je t'avais reconnue, on peut rien me cacher!!!

Anonyme a dit…

Zoreilles,

je le dis ici après tant d'années, j'ai un ex-conjoint (je ne m'étendrai pas sur le sujet), une ex-nelle famille, et Lise l'idiote de service venait en aide à tout le monde de bon coeur, par affection et sans demander en retour. Pourtant j'ai eu des critiques, surtout de la part de ceux qui ne faisaient rien. Alors Zoreilles, fais ce que tu peux, pour aider ta belle-maman, mais dans tes limites.

Lise

De toute manière, peut importe ce qu'on fait ou dit, il y aura toujours quelqu'un pour critiquer. C'est sans doute pourquoi j'aime tant les animaux ; ils ne parlent pas et ne jugent personne.

Zoreilles a dit…

@ Lise : Ouf, se sentir l'idiote de service, ça devait être terrible... Ce n'est pas mon cas, heureusement, je n'endurerais pas ça. Mais la charge est si lourde que même divisée entre plusieurs épaules, ça reste une responsabilité qui ne devrait pas être la nôtre mais celle du réseau public de la santé et des services sociaux. La famille a un rôle à jouer, évidemment, mais pas celui du système de santé. C'est juste qu'il y a des situations et des personnes qui n'arrivent pas à entrer dans la petite case à cocher. C'est ce que j'appelle le « entre deux chaises » et qu'aucune mesure administrative ni aucun programme gouvernemental ne pourra jamais régler. Le système ne gère pas au cas par cas...

Pour la critique en général, je n'y accorde pas la moindre importance. Il n'y a que ceux qui ne font jamais rien qui ne sont jamais critiqués. Ceux-là, je les laisse s'arranger avec leur culpabilité. Plus tu t'impliques, plus tu t'exposes à la critique et je suis une fille d'action, je peux pas changer ça... Alors, j'assume! Mon guide, c'est ma conscience et elle n'est pas tellement négociable! Si je suis en accord avec ça, pas de problème, je fonce ♥

C'est pourquoi je ne me sens pas coupable, je prends la décision que je trouve la meilleure, la plus humaine et la plus efficace, avec les éléments que j'ai au moment où je le fais. Après, je peux juste dire que j'ai agi au meilleur de mes connaissances et de ma bonne volonté. Et je n'attends rien de personne, alors, je suis pas déçue... mais je dis souvent que j'aime mieux mourir incomprise que de passer ma vie à m'expliquer par exemple hahaha!