mardi 21 juin 2011

Comme le temps passe...





Photo 1 : Si Maman a écrit 1959 sur la photo, c'est que je venais tout juste d'avoir 2 ans ou j'étais sur le point de les avoir...



Photo 2 : Isa et moi, février 1989, Dania, Fl. Isabelle avait 2 ans et 3 mois.



Photo 3 : Dimanche soir, on a célébré la Fête des Pères en allant jouer tous ensemble à l'Île aux Sables. Félixe a maintenant 2 ans et 5 mois.



Comme le temps passe...




... et certaines choses ne changent pas, comme le fait que tous les enfants du monde aiment jouer dans le sable et dans l'eau.



Le sable... comme dans le sablier... le temps qui passe...



C'est ce à quoi je pensais en prenant ma photo, les pieds dans l'eau, dimanche soir. Plongée dans mes souvenirs et mes réflexions, j'écoutais Gilles et Isabelle qui jasaient tout bonnement pendant que Félixe semblait très absorbée par ses constructions de sable et sa petite pelle rouge à laquelle elle tient comme à la prunelle de ses beaux yeux verts!



Isabelle se demandait à quel âge elle était venue à l'Île aux Sables la première fois. Le calcul était facile à faire, on a emménagé ici à la fin octobre 1991, ça a dû être au printemps 1992. Elle pensait qu'elle était venue ici bien avant ça.



Félixe jouait toujours dans le sable près de nous, intensément absorbée, à des années-lumières de notre conversation de grandes personnes qui se rappellent des bons vieux souvenirs.



J'ai dit : « Rappelle-toi, on a célébré ta fête de 5 ans presqu'en arrivant ici, t'avais la moitié de tes amis de notre ancien quartier et la moitié qui venaient d'ici ». Isabelle se souvenait : « Ah oui, c'est vrai, ma fête de 5 ans! »



Félixe s'est levée debout d'un coup sec et nous a annoncé solennellement : « Moi moi moi, ma fête, c'est le 14 janvier ! »



On a tous pouffé de rire. C'était dit avec un aplomb incroyable, l'expression enjouée, le regard allumé, tourné vers nous tous et ça s'adressait à nous. Elle participait à la conversation depuis le début mais nous, on ne s'en doutait pas le moins du monde. On est rendu là, pouvoir participer à la même conversation, trois générations de nous.



Comme le temps passe...







21 commentaires:

Zoreilles a dit…

Ouais, je le sais... J'aurais pas pu écrire un billet plus personnel que celui-là. C'est quasiment du journal intime!

Même que Crocodile Dundee a retrouvé son vrai prénom, Gilles. Vous deviez vous en douter un peu, notre camp d'hiver s'appelle le camp Fra-Gilles!

Mais, comme dirait Jean Chrétien, « que voulez-vous? » ce qui se passe au PQ présentement me désespère, ce qui s'est passé au Bloc Québécois le 2 mai me sidère, mes « rêves » sociaux et politiques s'effondrent les uns après les autres, la montée de la popularité de François Legault et ses idées de génie (des solutions trop faciles dans lesquelles je ne crois pas du tout) qui semblent trouver preneurs, les politiciens qui gouvernent par sondage pendant que les sondages sondent trop d'imbéciles heureux, tout ça et plus encore...

Je suis tombée dans le billet personnel et le journal intime...

Accent Grave a dit…

Pour elle, et cela pour toute sa vie, 1991 et les autres dates évoquées sont d'un autre siècle, le vingtième. C'est de l'histoire ancienne!

Quand mon grand père me parlait de la guerre de '39... ça me paraissait telement loin... et c'était dans mon siècle.

En réfléchissant je me dis que ce qui s'est passé il y a trois ou quatre siècles, c'est aussi lointain que ça!

Accent Grave

Accent Grave a dit…

C'est drôle, vous êtes la première à commenter votre propre billet! Est-ce autorisé?

Au sujet du PQ, l'explosion (ou l'implosion) est innévitable.

Certains veulent un référendum, d'autres n'en veulent pas et la population veut parler d'autre chose.

Les péquistes savent que Legault ou d'autres partis remporteront les voix. Tout le monde se sauve, chacun voudra sauver sa peau en choisissant le bon parti.

C'est quand même drôle. Un député quitte le navire parce qu'on ne parle pas de souveraineté et le suivant quitte parce que le parti ne veut pas taire ce sujet!

Accent Grave

Air fou a dit…

Wow, la Félixou!

Oui, les enfants suivent les conversations. Dans notre utérus, je suis certaine que puisqu'ils s'habituent déjà aux sons de la langue maternelle, ils doivent vite apprendre le ton et l'adrénaline qui monte, la dopamine, l'endorphine, tous ces trucs-là, quoi! Les bébés animaux dépendent de leur maman pour leur survie et quand il est là et bienveillant, du papa et souvent aussi du groupe.

Félixe et moi, on a quasiment la même fête.

Zed xxx

Lise a dit…

Mais non Zoreilles tu ne fais pas dans le journal intime; tes photos parlent du temps qui passe, et de ce qui ne change pas en dépit du vent de folie dans le monde et la société.

D'accord avec Zed, oui les enfants écoutent les conversations, et enregistrent tout (c'était mon cas lors de ma lointaine enfance); et je suis glacée lorsque j'entends des parents parler d'eux, devant eux comme s'ils n'étaient pas là. J'ai le souvenir d'une copine d'autrefois parlant de son fils de quatre ans comme d'un "accident"; les enfants ont les zoreilles bien aiguisées...

En tout cas Félixe sait très bien prendre sa place; et tes photos à elles seules racontent une très belle histoire!

:-D

Fitzsou, l'ange-aérien a dit…

J'aime bien ce lien qui tisse les générations chez-vous... Chez-moi ce sont les petits pots de lait (crémier?) qui nous relient les unes aux autres, de mères en filles... depuis 5 générations! Bisous xoxoxo

Le factotum a dit…

Comme le temps passe...

Oh oui, mais avec tellement de zénitude ...

Mes deux petit-fils les plus "grands" maintenant de 14 et 13 ans nous apprennent l'importance du lien nécessaire entre les générations ...

Imagine lorsque mon papa parle de sa génération tous ensemble et que je vois leurs yeux pétillés ... la bouche grande ouverte.

À vous réconcilier avec la vie!

Quel bonheur !!!!

Zoreilles a dit…

@ Accent Grave : C'est bien trop vrai, ma fille n'est pas née au même siècle que sa fille! Mais non, ça n'est pas autorisé du tout d'être la première à commenter mais vous connaissez mon petit penchant pour la douce délinquance? Ce que vous dites au sujet du PQ, c'est tout ce qui me désespère. La souveraineté va reculer dans l'idée même de la population du Québec, c'est inévitable. Quand le parti qui devait la prôner et travailler dans ce sens-là n'est même plus capable de s'entendre sur sa raison d'être... Faudrait que Pauline démissionne. Oui mais après? Qu'est-ce qu'on fait après? Le PQ se saborde lui-même, il n'a besoin d'aucun parti, ni même d'un parti pas encore formé officiellement pour se tirer dans le pied.

Zoreilles a dit…

@ Zed : Cette écoute des enfants, elle existe très tôt, je le pense aussi. Ils ont cette faculté d'écouter surtout ce qu'on ne dit pas, de percevoir le ton, l'énergie, l'expression, l'ambiance, le bonheur sous-jacent, comme la peur parfois, le doute, et pire que tout, l'indifférence. On leur transmet tellement de ce qu'on est. Sans le savoir. Sans le vouloir. Ils intègrent tout. Des éponges! Quand c'est heureux, il n'y a pas de problèmes mais quand on ne les entoure pas bien... Je ne veux même pas y penser! Tu as presque la même fête que Félixe? Si je croyais à l'astrologie, je te dirais que c'est une bonne nouvelle! Vous avez deux ou trois petites choses en commun, elle est conciliante mais on ne lui pile pas sur les pieds, je te jure ♥

D'une telle franchise en plus que c'en est désarmant. Il faut savoir que son autre mamie est ultra féministe, ça fait des bizarres d'histoires de princesses qui te les passent au cash, les princes pas gentils ou encore une Mère Noël bien plus admirable que le gros bonhomme rouge qui ne fait rien dans la maison! Elle raconte bien, moi je trouve, Félixe. Dimanche, elle m'a parlé d'un film de princesse qu'elle avait vu le vendredi d'avant avec son amie Mahée. C'était à se rouler par terre!

Zoreilles a dit…

@ Lise : Toi, tu me pardonnes vraiment tout, même de tomber dans le journal intime! Si je sens que mes photos ou réflexions peuvent toucher à celles des autres, qui ont vécu la même chose ou le contraire, ou qui ont déjà eu ces réflexions, je sais aussi qu'on s'enrichit à échanger. Si tu savais tout ce que j'apprends, ce que je comprends et ce que j'intègre à lire les autres, ici et ailleurs.

Ce que tu soulèves, au sujet des parents qui parlent des enfants en leur présence, j'ai déjà eu connaissance de ça aussi et c'est terrible. Un manque de respect pour les personnes à part entière qu'ils sont à tout âge, comme s'ils étaient des robots. C'est la même chose pour des personnes âgées, on ne les considère pas toujours comme des personnes à part entière. Infantiliser quelqu'un, ne pas l'écouter, faire abstraction de sa présence, de ses choix, de sa volonté, c'est ne pas lui accorder un respect minimum.

Heureusement que certaines choses ne changent pas, hein? Comme d'aimer jouer dans le sable et dans l'eau. C'est rassurant. Ce trio de photos de trois générations qui jouent dans le sable, tu as raison, ça raconte une belle histoire vraie, en plus d'illustrer ce temps qui passe... Merci de me prendre telle que je suis et d'échanger avec moi, avec nous ♥

Zoreilles a dit…

@ Fitzsou : Les petits pots de lait (crémiers) représentent ce lien d'attachement entre 5 générations chez toi? Tu dois y tenir comme à la prunelle de tes yeux à tes crémiers!

Ici, j'ai mis trois générations, (avant ça, on ne photographiait pas dans ma famille) dont je suis l'aînée mais en mon for intérieur, je me sens tout le temps la génération du milieu, la troisième de cinq, qui ont ce lien semblable avec l'écriture, dont ma mère et ma grand-mère, pour lesquelles écrire était primordial, comme au centre de leur vie. Ce sont nos crémiers en quelque sorte ♥

Zoreilles a dit…

@ Le factotum : Si tes petits-fils de 13 et 14 ans (si grands que ça?...) comprennent l'importance du lien, de l'héritage humain qui se transmet tout doucement, c'est que vous leur avez tracé le chemin de mille façons différentes, à votre manière de vivre, d'être et de considérer ce qu'il y a eu avant eux et qu'ils peuvent encore toucher, voir, sentir, entendre et vivre.

Ne trouves-tu pas évident qu'à mesure que notre société délaisse ses vieux et les oublie dans des résidences pas toujours de luxe, on a jamais autant eu le goût d'entendre nos conteurs et conteuses? Fred Pellerin, que j'adore, oui bien sûr, mais Renée Robitaille aussi et plusieurs autres, qui font professionnellement ce que tout bon grand-père, toute bonne grand-mère faisait avant? Il y a plusieurs festivals de contes au Québec et tous remportent un vif succès. Ça dit quand même quelque chose de nous, ça...

Et tes petits-fils, ils ont compris la chance qu'ils avaient de pouvoir côtoyer une telle richesse, un Fred Pellerin à eux tout seuls!

crocomickey a dit…

Viva la famiglia !

Solange a dit…

Le temps passe et les histoires se répètent. Ce n'est pas trop intime puisque nous sommes en famille. Ce sont des constatations qui nous viennent avec l'âge et l'expérience.

Accent Grave a dit…

Zoreilles,

Le PQ végétait, fallait que quelque chose survienne, ne serait-ce que pour brasser les cartes, enfin les idées.

La lumière jaillira! Je désespérais, avant que ne survienne ces événements en chaîne, maintenant je suis plus optimiste.

Accent Grave

crocomickey a dit…

Accent ... Je recherche un texte (sublime) de Claude Charron expliquant les hauts et les bas du PQ. Écrit ya 10 ans environ, il traite de la vrai raison qui booste le Pq (et la Souveraineté) : la langue française bafouée. Quand les régions (pas affectées par la chose) ressentent vraiment la menace dans la grande ville hé ben ...

Je trouverai ce texte et je le ramènerai sur mon blogue. C'est tellement ... VRAI.

Jackss a dit…

Bon début d'été à toi Zoreilles et à tous ceux que j'ai du plaisir à retrouver ici.

C'est toujours plaisant de lire les commentaires riches, sensés et sensibles qu'on y trouve. Je me sens toujours chez moi ici. Et j'aime toujours tes histoires de familles, ton journal intime comme tu dis. Ça me fait toujours vibrer. C'est vrai, je ressens toujours cette nostalgie que tu sais si bien nous transmettre comme si on faisait partie de l'histoire.

Quand au temps qui passe, ça je le sens et de plus en plus à mesure qu'il s'accélère. Je n'en suis plus à compter les jours, les semaines ou les mois. Ce sont les saisons maintenant que je vois défiler à la même vitesse.

J'ai voulu me protéger des dangers qui affectaient mon ordi sans arrêt. Je suis passé par hasard devant l'Apple store de la place Ste-Foy et je n'ai pu résister à la tentation de repartir avec un MacBook Pro. Une belle bébelle!

@Accent Grâve,

J'aime bien tes réflexions sur les imbroglios du PQ. C'est à suivre. Mais il fallait que la cage soit brassée un peu, je crois.

Zoreilles a dit…

@ Crocomickey : Et t'en sais quelque chose!

@ Solange : C'est bien dit, ça, « des constatations qui nous viennent avec l'âge et l'expérience ». Ces temps-ci, je vieillis à la vitesse grand V, je pense ♥

@ Accent Grave : Ah comme j'aimerais avoir votre optimisme... Comment entrevoyez-vous l'avenir de l'option souverainiste au Québec? Et l'avenir même du Québec? J'entendais hier soir aux nouvelles Gilles Duceppe qui parlait du Québec comme d'une destinée semblable à l'Acadie d'ici 15 ans si ça ne change pas, et je suis très bien placée pour savoir ce que ça signifie alors. Le destin du peuple acadien, c'est mon histoire de famille. Je suis plutôt dans le même état d'esprit que l'un des piliers du PQ, notre député péquiste d'Abitibi-Ouest, François Gendron. Je le redis, j'aimerais avoir votre optimisme...

Zoreilles a dit…

@ Crocomickey : J'aimerais que Accent Grave nous explique comment il peut trouver emballant ce qui se passe présentement sur la scène politique québécoise. On lui fait une demande spéciale pour un prochain billet? Monsieur Accent Grave, est-ce que vous prenez les demandes spéciales? Quant à toi, Croco, si tu mets la main sur ce texte de Charron, je serais aussi très curieuse de le lire chez toi.

@ Jacks : Tu penses aussi comme Accent Grave? Allez, contaminez-moi de votre optimisme, c'est urgent! Et toi, Jacks, on voit bien que tu viens du même monde virtuel que moi, on se sent chez nous dans un forum de discussion où l'on se rassemble pour réfléchir ensemble et argumenter dans le plus grand respect. Pour ça, j'aime beaucoup la formule des blogues! On s'en fout si ça n'est plus à la mode! Un bel été à toi aussi, à Laure, et profite des joies de ta nouvelle bébelle mais surtout, va marcher sur le bord de la mer pour moi...

Mijo a dit…

Oui les enfants, même très jeunes, même les pieds dans le sable et une pelle rouge à la main, suivent très bien les conversations.
Et puis n'oublions pas que cette enfant à de qui tenir, elle a tout de même une mamie qui s'appelle Zoreilles ;-)

Zoreilles a dit…

@ Mijo : Ah t'es donc fine, toi. Tu me dis ça comme un beau cadeau, en provenance de l'autre côté de la Grande Bleue, emballé dans du papier fleurdelysé, juste à temps pour la Fête nationale des Québécois.

Merci du fond du coeur Mijo ♥