lundi 16 août 2010

Voyager seule



Photo 1 : Samedi matin, au marché Jean-Talon, en compagnie de Sylvie, mon amie Voyageuse du monde (je lui ai demandé la permission avant d'écrire ça) qui connaît bien mes goûts et mes passions. Moi, les marchés publics, les couleurs, l'abondance de choses fraîches, les odeurs, la bonne humeur des producteurs, vous savez...

Photo 2 : Dimanche à l'heure du souper, j'étais sur le point d'arriver chez nous, à destination, après ce petit voyage court mais intense, où j'ai roulé pas mal de kilomètres, pour l'amitié et le plaisir. Ce ciel étrange et serein, après l'orage violent qui m'avait obligée de m'arrêter en chemin, venait illustrer comme par magie ce plaisir que je ressens toujours à...

Voyager seule

Je partage beaucoup de choses avec Crocodile Dundee, dont ma vie, ce qui n'est pas rien! Il n'aime pas voyager, il a le droit si ça lui chante, il vit beaucoup d'aventures passionnantes ici, dans notre région, à notre camp de Rapide Deux où je l'accompagne souvent, ça le comble de bonheur et moi aussi. Un jour, j'ai compris que j'avais le droit de rêver aussi d'autre chose, de voyager malgré ses limites à lui, j'ai arrêté d'espérer vivre ça en sa compagnie, et qu'ainsi, on en aurait que plus de choses à se raconter et à partager puisque chacun de nous respectait l'espace de l'autre.

Depuis, je voyage souvent en solitaire. Et j'adore ça. En plus, j'aime conduire, même de longues distances. J'ai compris ça quand j'ai célébré mes 50 ans. Je suis allée toute seule séjourner dans cette auberge qui me fascinait depuis bon nombre d'années, une belle d'autrefois, avec ses jardins, ses vitraux, ses meubles antiques, ses dentelles, ses broderies, ses bibliothèques remplies de beaux livres. J'avais pour quelques jours tout le grenier à moi toute seule, à prix plus qu'abordable, avec des fenêtres qui donnaient sur la rivière Gatineau, un bureau de madame pour écrire, une salle de bain de princesse, un lit immense et douillet, des fauteuils, des canapés confortables, des oeuvres d'arts partout, la chaleur du bois, des lampes qui diffusaient des lumières douces et tamisées. Bref, le décor d'une petite fille rêveuse qui réalise toutes ses envies pendant qu'elle est en vie! Et j'ai bien fait, cette belle d'autrefois n'est plus une auberge mais une maison privée depuis l'année suivante. On aurait dit que je l'avais pressenti!

J'ai été souvent par la suite passer quelques jours « dans l'sud » du Québec, parfois par affaires, parfois pour le simple plaisir d'entretenir l'amitié. À l'été 2008, j'ai eu besoin de retourner aux Iles de la Madeleine, pays de mes parents, de mes grands-parents, de mes arrière... et j'ai vécu là des moments qui laissent encore des traces merveilleuses dans ma vie de tous les jours. Quand j'aurai assez vu le Québec, ce qui n'est pas près d'arriver, j'irai ailleurs dans le monde, j'ai des envies et des désirs pour au moins 100 ans d'avance.

Je constate souvent le malaise et l'incompréhension chez des personnes qui ne comprennent pas que je voyage seule et que j'adore ça, comme si je faisais pitié ou que mes zamours seraient un peu comme à la dérive. J'ai beau leur dire que tout baigne dans l'huile, je vois bien qu'on ne me croit pas, qu'on pense que je fabule un peu et finalement, j'en viens toujours à cette conclusion que j'aime mieux mourir incomprise que de passer ma vie à m'expliquer!

En roulant toute seule, je peux choisir ma vitesse de croisière, ma musique, mes silences et mes réflexions sans jamais consulter personne. Quelqu'un m'a déjà dit : « Toi, tant qu'il y aura le moindre petit minou alentour, tu ne t'occuperas jamais de toi-même, tu t'étourdis à répondre aux besoins des autres ». Ça m'avait ébranlée. Je ne valorise pas du tout ce comportement-là mais je sais que j'y adhère sans m'en rendre compte. En voyageant seule, j'ai découvert une liberté qui m'est devenue précieuse et même essentielle.

Si vous saviez tout ce que je règle dans ma vie lorsque je roule entre 100 et 115 km/h, entourée de paysages qui m'enveloppent dans un cocon sécurisant. Je ne suis jamais aussi stable et enracinée que lorsque je suis en mouvance. Quel paradoxe! Et ce n'est pas le seul dans ma vie, je vous en passe un papier, c'est pourquoi j'ai besoin de réfléchir librement de temps en temps, de me répondre à moi-même à mes nombreuses questions, qui vont de très légères à existentielles.

Je ris de moi-même beaucoup, de mes travers surtout, j'en tire des conclusions plus ou moins songées, je cherche pourquoi j'ai toujours tant besoin d'écrire, ici et ailleurs, pourquoi des enjeux sociaux et politiques prennent tant de place dans ma vie, pourquoi je les vis avec tellement d'intensité et de passion, pourquoi je veux les partager avec le monde, alors qu'il serait si simple de regarder ça de loin, de me forger ma propre opinion, faire un petit geste de bonne volonté et c'est tout.

Parfois, je ris, oui, mais parfois je pleure, enfin presque, j'ai les yeux pleins d'eau plutôt. L'endroit au monde où ça m'arrive le plus souvent, c'est dans mon char. Mais comme ce n'est pas prudent d'avoir les yeux mouillés qui déforment ma vision quand je roule à cette vitesse-là, je mets un CD à tue-tête et je chante avec le band, j'enterre même l'artiste sans aucune gêne. Ou bien je m'arrête dans une halte routière, idéalement sur le bord d'un lac ou d'une rivière, et j'en grille une p'tite vite en faisant quelques pas.

Ce plaisir de la liberté, j'ai l'intention de le cultiver encore plus dans l'avenir. Bien sûr, je ferai d'autres sortes voyages quand l'occasion se présentera mais je ne me priverai plus jamais de ce bonheur récemment découvert de voyager seule. Surtout, ne me plaignez pas, j'ai la chance d'être très bien entourée dans le reste de ma vie!

Et puis, je ne suis pas si seule que ça sur la route, mon amie Sylvie dit toujours que je connais tout le monde, elle a bien raison au fond, on s'adresse à moi facilement, qu'on me connaisse ou non, j'ai un visage familier ça a tout l'air. Je pensais à Sylvie en rigolant quand j'ai fait quelques arrêts aux endroits habituels que connaissent bien les gens de l'Abitibi : Le Domaine pour une petite soupe de cafétéria, le McDo de Mont-Laurier pour un café à emporter, la Porte du Nord à St-Jérôme pour l'essence, et sur le chemin du retour, le kiosque sur le bord de la route à La Conception, le Shell chalet suisse à Grand-Remous pour le menu du jour et le journal, l'entrée nord du parc La Vérendrye pour la salle de bain ultra propre payée à même nos taxes (la SEPAQ) et à chaque endroit, je connaissais tout le temps quelqu'un qui venait me parler!

37 commentaires:

Guy Vandal a dit…

La liberté de faire ce qu'on a envie n'est pas une tare. Tant pis pour ceux qui ne te comprennent pas.

Y'en a pour qui c'est plus long que d'autres!

:o)

Henri a dit…

"Je constate souvent le malaise et l'incompréhension chez des personnes qui ne comprennent pas que je voyage seule et que j'adore ça,"

C'est fou que dès que l'on agit un peu différemment des autres, on devient rapidement une curiosité à leurs yeux, comme s'il n'y avait qu'une seule manière de faire les choses. Ça me fascine ce regard restreint des gens en général.

Zoreilles a dit…

@ Guy : Et surtout, il y en a qui ont une toute autre perception de ce que devrait être la vie à deux : une fusion. Ils ont le droit de penser de même. Moi, j'aurais peur de perdre mon identité là-dedans, je préfère la notion de partage et la complicité. En fait, j'ai toujours cru que ma liberté s'arrêtait là où celle de l'autre commençait.

@ Henri : Ça adonne bien, j'adore faire péter les cadres, penser et agir autrement, marcher hors des sentiers battus, ne pas me confondre dans la masse, innover dans la bonne humeur et la créativité. Le jour où je serai devenue conformiste, comme dit Dan Bigras dans sa chanson, tu me tueras! Mon seul guide, c'est ma conscience, elle est autrement plus sévère que le jugement de ceux qui rentrent dans le moule. Ces gens-là m'ennuient royalement. Mais je reste polie!!!

Solange a dit…

Tout ce qui peut paraître le moindrement non conventionnel surprend certaines personnes. Ces gens ont de la difficulté avec ce qui sort de l'ordinaire. Le principal c'est le bien que ça te procure.

Lise a dit…

Zoreilles,

Ça fait trois fois que je lis ce billet et je découvre chaque fois quelque chose de nouveau, qui me parle.

je serai franche, je ne conduis pas; beaucoup trop anxieuse pour ça, je serais un danger public, dans tous les sens du terme. Une chance qu'il y a les transports en commun...aussi déplaisants soient-ils parfois. Mais ce que tu écris à propos du sentiment de liberté éprouvé en voyageant seule, je comprends tout à fait. N'avoir de comptes à rendre à personne, aller à ton rythme, pour toi qui est tellement occupée, entourée, à l'écoute des autres, débordée de travail et manquant de temps, ce doit être un repos immense cette solitude choisie! Et bien méritée!

Et j'ajouterais, mais ça c'est moi, je ne parle pas pour toi, la solitude, en voyage ou pas, ça fait du bien. C'est tellement difficile de répondre aux attentes de l'entourage, de ne pas décevoir, que se retrouver seul/le sans autre compagnie que soi-même c'est un repos. Même que j'ai une forte tendance à l'isolement, ce qui n'est pas une qualité...

Et pourtant, tout comme toi, j'ai besoin d'écrire, pour moi-même et beaucoup trop sur les blogues des autres, et je deviens envahissante quelquefois je le sais. La preuve, ce trop long commentaire.

Le respect de la liberté, chacun selon ses goûts, il n'y a rien de tel. Et j'aime ta phrase à Henri, disant que ton seul guide c'est ta conscience, autrement plus sévère que le jugement de ceux qui entrent dans le moule. La conscience, cette petite voix intérieure, hors de toute religion, qu'il vaut mieux ne pas contrarier...

:-)

gaétan a dit…

Hihi... et pis ça fait du bien de voyager seul :-))

Accent Grave a dit…

Le seul désavantage à voyager seul, c'est de ne pas pouvoir partager certaines émotions. Autrement, il n'y a que des avantages:

Pas comnpromis à faire, on ne vit qu'en fonction de soi, de nos envies, on ajuste notre horaire en fonction de son humeur, de ses dispositions.

Et surtout, on est jamais plus isolé qu'en groupe. Dès que vous voyagez à deux, vous constituez une cellulle fermée, les gens respectent celle cellule, ils ne s'introduisent pas à votre groupe. C'est d'autant plus vrai si le groupe est nombreux.

Une personne seule, c'est une ouverture, c'est une invitation à la discussion, à l'échange. Seule, non distraite par les propos d'un compagnon ou d'une compagne, vous êtes plus à l'écoute de ce qui se passe autour. C'est vrai chez nous et ça l'est encore plus ailleurs.

Accent Grave

Mijo a dit…

Zut, chez moi tout le monde aime voyager ;-)

A une époque, le budget était tellement rique raque que cela aurait été franchement égoïste d'en laisser 3 derrière moi pour aller passer du bon temps en voyageant seule.

Maintenant, ça va mieux.
De plus, les enfants ont grandi, j'aurais moins de scrupules à les laisser seuls au papa le temps d'une fin de semaine. Car, oui, ça me titille de plus en plus de voyager seule. Pas pour être seule pendant plusieurs jours. Je ne pense pas en avoir besoin mais voyager pour retrouver des amies qui habitent loin. Tout comme tu l'as fait en allant visiter Voyageuse du Monde.
Et aussi pour redécouvrir le bonheur de dormir en étoile !!!

Zoreilles a dit…

@ Solange : Le principal, c'est que tout le monde soit heureux là-dedans. Crocodile Dundee et moi, quand on prend chacun notre route pour quelques jours, on fait des projets pour le moment du retour. Nos retrouvailles sont toujours très animées! Dans notre histoire d'amour, il y a toujours eu beaucoup d'amitié, de complicité, d'espace et de liberté. ♥

@ Lise : Peut-être que j'apprécie tellement la solitude parce que j'ai le temps de la désirer? C'est un beau problème, comme disent mes amies célibataires, au moins, j'ai le choix... Ces moments-là, de pleine liberté, on peut les savourer n'importe où, n'importe quand, pourvu qu'on les planifie et qu'on les vive dans la sérénité.

@ Gaétan : Tu en sais quelque chose, toi!

@ Accent Grave : J'ai cru comprendre en vous lisant depuis longtemps que vous voyagez beaucoup pour votre travail. Vous le faites donc en solitaire et vous y voyez presqu'uniquement des avantages. On m'aborde probablement pour les raisons que vous évoquez mais aussi, j'aime le monde, je dois dégager ça parce que même dans une cellule de deux, trois ou quatre personnes, ça m'arrive aussi. Dans un magasin, j'ai toujours l'air de travailler là, on me demande des renseignements! Les émotions qu'on ne partage pas en voyageant seul, elles s'impriment encore plus profondément en nous. « Ce qui ne s'exprime pas s'imprime » et là, je suis très sérieuse...

@ Mijo : Quand Isa était petite, elle venait avec moi, je ne voyageais jamais en solitaire. Elle était ma co-pilote, on avait un plaisir fou, on a des souvenirs fabuleux de nos escapades de filles. Ces petits voyages ont participé à fabriquer notre lien. Aujourd'hui, elle aime voyager peut-être encore plus que moi, elle a séjourné dans plusieurs pays. Aller voir une amie au loin, c'est passer du temps de qualité avec elle, s'investir encore plus dans cette amitié qui pourra s'entretenir ensuite par écrit... jusqu'à la prochaine fois.

Zoreilles a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Barbe blanche a dit…

Voyager seul, c'est un peu comme faire deux voyages en un.
Le premier,se fait en voiture les cheveux au vent,à la découverte du monde, le deuxième se fait avec l'amour de sa vie, en histoires racontées, fou rires spontanés,souvenir partagées.
Il y a aussi la séance de visionnement des photos rapportées.
Un deux pour un je te dis.

Air fou a dit…

Tu trouves pas que c'est bien relatif, voyager seule, Zoreilles? J'adore la solitude. Accent parle d'ouverture aux autres, c'est cela pour moi aussi. Sur la route, les moments où il n'y a aucune présence autour de nous, n,y a-t-il pas tous ces fantômes qui nous rejoignent. Les j'aurais dû, pu, je devrais, je suis, je ne suis pas, peut-être que, et si... Mise à jour des logiciels, doublons à la poubelle, rangement, défragmentation, nettoyage et analyse pour prévenir les virus possiblement infiltrés dans le disque dur, les chevaux de Troie où plein de petits problèmes se cachent dans un gros, les vers, qui nous rongent un dossier après l'autre, aïe!

Communiquer avec de nouvelles personnes ne demande pas la même énergie que de parler avec « nos » gens, ouvre l'esprit, nous amène ailleurs. Nouveaux pays, nouveau regard, nouvelles interrogations.

Ouaiiiiissss! Zed ¦D

Zoreilles a dit…

@ Barbe blanche : Voilà bien une façon « amoureuse » de voir la chose. Un deux pour un, j'aime cette idée! D'ailleurs, nous en avons tous les deux très long à raconter au retour... Et Crocodile Dundee est un formidable conteur.

@ Zed : « Tous ces fantômes qui nous rejoignent... » c'est exactement ça. Et ils sont nombreux! Tu m'as fait rire avec cette allégorie informatique si fantaisiste mais si juste, ce n'est sûrement pas moi qui aurais pu penser à ça mais c'est vrai. Disons que dans mon cas, c'est surtout une défragmentation de mon disque dur, tout roule plus rondement ensuite! Communiquer de façon superficielle, c'est très facile en effet, tu marques un bon point là. D'un autre côté, à destination du voyage, passer 24 heures avec une amie de longue date qui nous connaît mieux qu'on se connaît soi-même, ça replace plein de choses aussi. L'amitié tient une très grande place dans ma vie, tu t'en doutes!

Lise a dit…

@Zed,

ce que tu écris "tous ces fantômes qui nous rejoignent", c'est tellement vrai! C'est un peu ce que je voulais exprimer dans mon commentaire, de manière détournée.

Et l'été prochain, lorsque j'irai sur ma Côte-Nord natale, je ferai la paix avec les miens, surtout celui qui m'accompagne depuis trop longtemps, mon frère que j'adorais, histoire de marcher dans d'anciennes traces, dans mes souvenirs de lui, qui s'y trouvent presque tous.

Je suis sûre qu'il y aura bien des larmes, libératrices je l'espère. Et je m'immaginerai de nouveau avec lui, avec mes parents, tels qu'ils étaient alors. Et je crois que faire face au passé m'aidera à me tourner vers l'avenir, et à vivre dans le présent. Non?

Pour ce qui est des "J'aurais dü" relié au sentiment de culpabilité, il n'y a aucun remède.

@Zoreilles,

peut-être que je n'aurais pas dû écrire ça. Ton billet se voulait joyeux, réconfortant. Pour finir je dirai que l'amitié inconditionnelle est un vrai cadeau, et ce n'est pas étonnant que toi, qui donne tant reçoive la même chose en retour. Vous, toi et ton amie Sylvie Voyageuse vous êtes réconfortées mutuellement...

:-D

Zoreilles a dit…

@ Lise : Tiens, j'étais justement en train de travailler par courriel lorsque ton commentaire est arrivé dans ma boîte de réception (cette option de Blogger est très pratique, je ne sais pas comment je l'ai eue, elle est là depuis le début, en janvier 2007).

Je veux t'assurer d'une chose, tu es libre comme l'air ici. Tu interviens quand tu veux et de la manière qui te chante (j'adore cette expression « qui te chante »), sans aucune permission à demander, sans aucune balise à respecter, sauf le respect, mais toi, t'es venue au monde avec! Quand j'écris un billet, c'est une réflexion du moment présent, ce qui me passe par la tête et qui peut cadrer avec les photos que j'ai, je n'ai pas d'objectif précis, c'est une amorce à n'importe quelle discussion qui pourrait suivre. Ça peut donc aller dans n'importe quel sens, et c'est souvent ce qui arrive, j'adore discuter, ça se voit, non? ♥

Lise a dit…

Oui ça se voit qu'il n'y a pas de balises chez-toi, je l'ai compris depuis le tout début.

Tu es un ange, avec de grandes ailes invisibles.

:-D et &hearts:

Lise a dit…

Mon coeur n'a pas fonctionné...

Anonyme a dit…

Parlant de voyager seul....au travail je me déplace seul...j'ai passer à un endroit surréaliste pas plus tard qu'aujourd'hui.
C'est un village dans le comté de l'islet....indice : Cet endroit est le long d'une route province n'est pas une municipalité,aucun statut officiel et pourtant il y a une université
Joce

voyageuse du monde a dit…

Moi je suis bien contente que tu aimes voyager seule parce que j'en profite...On a eu une fichue de belle fin de semaine. Merci à toi de ta visite. Moi je n'ai pas voyagé seule mais j'ai ton séjour m'a beaucoup aidé à faire le point sur certaine choses.
alors, j'espère que tes voyages seules te mèneront encore par chez nous.

Zoreilles a dit…

@ Lise : Ce coeur virtuel qui ne fonctionne pas, c'est pas trop grave, en autant que ton vrai coeur, lui, fonctionne bien! ;o)

@ Joce : Là, tu m'intrigues... Est-ce que je je suis susceptible de connaître cet endroit pour y avoir passé avec toi dernièrement? Une université? Pas une municipalité, aucun statut officiel? Je sais que quand tu voyages seul pour ton travail, tu vois des choses insolites que tu fouilles ensuite, pour notre plus grand bonheur puisque tu partages alors je t'en prie, partage ta trouvaille, je n'ai pas la moindre idée!

@ Voyageuse du monde : Tu es bien généreuse de parler de « fin de semaine » alors que j'ai passé 36 heures avec toi et là-dessus, il y avait deux dodos!!! C'est fou ce qu'on peut être productives et efficaces, j'ai l'impression d'avoir fait un grand voyage... Je ramène tant de beaux moments dans mes bagages, comme de revoir tes enfants adultes si beaux, si merveilleux, ça m'émeut beaucoup. Et nos jasettes... Ça va beaucoup plus vite en personne, on en règle tu, des affaires? Dans nos vies, dans le réseau de la santé (Bolduc devrait nous écouter) et même à l'internationale!!!

Joce a dit…

Je te le donne en mille......Bras d'Apic....tout d'abord tu le trouveras sur Google maps. Ça ressemble à Roulier,même genre même format.Et puis il y a l'université.
Voici un petit résumé :
http://fr.academic.ru/dic.nsf/frwiki/1685509http://fr.academic.ru/dic.nsf/frwiki/1685509
Je t'ai envoyé des photos....ainsi que la grande leçon de vie que j'en ai tiré..(l'écriteau sur Hangar 101)

Joce

Fitzsou, l'ange-aérien a dit…

Je te comprends donc, d'aimer voyager seule... Pareil pour moi! Ce que je choisis de faire à chaque été, depuis les cinq dernières années. Et c'est quand je me suis enfin permis de croire que j'étais capable de sortir de l'Abitibi toute seule, que j'ai découvert qu'une petite partie du monde m'appartenait!... (et si les voyages forment la jeunesse, voyager seule la conserve!...enfin...à mon avis...)

Zoreilles a dit…

@ Joce : J'aurais dû le deviner, tu m'en avais parlé l'autre jour, de l'Université de Bras d'Apic. J'ai bien reçu tes photos, je pensais en faire un p'tit billet prochainement. Je mettrais tes photos et ta « leçon de vie » avec, je comprends que ça ait pu t'inspirer et on pourrait en inspirer d'autres. Qu'est-ce que t'en dis?

@ Fitzsou : Attends de voir le billet que je m'apprête à écrire, ma chère, t'en reviendras pas, on aurait dit que t'avais passé la journée avec moi, tout ce qu'on a discuté dernièrement chez toi est arrivé. Et je te jure que je n'y suis pour rien, je n'ai pas influencé le cours des choses. Je vais finir par croire aux pouvoirs des pierres de fées!!!

Soisig a dit…

Un rendez-vous avec soi-même, ça fait tellement de bien!

@ Lise, Je pense que tu as raison de dire ""Et je crois que faire face au passé m'aidera à me tourner vers l'avenir, et à vivre dans le présent."... À une période de ma vie, j'en ai fait des courts voyages solitaires, juste pour me permettre de réfléchir et d'affronter mes peurs et... prendre la mesure de ma force de caractère! Personnellement, ça a été très salutaire...

Et bien d'accord avec Fitzou: les voyages, nous ramène à notre jeunesse où tout est possible: il y a tellement de belles découvertes à faire...

crocomickey a dit…

Quand j'ai vu l'image du Marché Jean-Talon (à peu près un kilomètre de chez moi ...), j'ai un peu fait la baboune que tu ne m'aies pas appelé pour un petit café.

Zoreilles a dit…

@ Soisig : Tu dis « prendre la mesure de ma force de caractère » et je trouve ça d'une sagesse incroyable. Je te reconnais bien dans cette phrase.

@ Crocomickey : Comment j'aurais pu t'appeler? En plus, c'est une surprise que m'a faite mon amie Sylvie, sachant combien j'aime ces endroits, console-toi, cette petite virée au marché Jean-Talon n'était pas préméditée!

crocomickey a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Zoreilles a dit…

@ Croco : T'es vraiment pas achalé, toi, t'as peur de rien! Au cas où ce serait le bon, ce numéro de téléphone, je l'ai noté et je m'en vais effacer ton commentaire au plus vite. Sacré Croco!

Soisig a dit…

Tu sais, j'ai même pensé que c'était ma fille qu'on voyait de dos sur la photo! Je le lui ai demandé, hihihi. Elle m'a dit que ça aurait pu, (elle habite sur Drolet) pas loin et y va souvent, mais que non, elle n'était pas aussi mince!!! De dos, c'est très ressemblant mais je ne l'ai pas revue depuis Noël... Elle viendra peut-être à la fin de semaine du travail si elle n'a pas de cours: elle continue son doctorat...

Et je me propose d'aller la voir (seule!) en septembre et de faire la tournée des amis(es), ce que je n'ai pas le loisir de faire quand j'amène ma mère...

:-))

Lise a dit…

@Soisig

Merci!

Zoreilles a dit…

@ Soisig : Que ta fille vienne se promener par ici ou non à la Fête du travail, je te souhaite très sincèrement de « voyager seule » une petite fois de rien du tout en septembre, à la rencontre de tes amitiés. Tu donnes beaucoup de ta présence quotidienne à ta Maman, elle ne sera privée de rien et toi, tu vivras des vacances juste pour toi, pour une fois.

@ Lise et @ Soisig : J'aime beaucoup vous entendre discuter... ♥ et ♥

Soisig a dit…

Comment vous faites pour mettre des beaux ptits coeurs? Je suis jalouse!
xox

Contes de Fée a dit…

J'arrive un peu tard avec mon grain de sel mais il fallait que je l'ajoute: non seulement j'aime faire tout plein de choses seule, mais voyager en solitaire est un véritable plaisir. Comme prendre la route avec pour seule compagnie un bon fond de musique.

Je rêve aussi d'aller passer une semaine dans un camp, au fond d'une forêt, en apportant avec moi que quelques romans, un cahier, un crayon et des victuailles. Ne manquerait qu'une belle grosse tempête de neige pour que mon bonheur soit parfait!

:O)

Zoreilles a dit…

@ Soisig : C'est justement Lise qui me l'a appris, elle-même l'ayant appris de Geneviève, la fille de Rosie. Sans espace, tu alignes l'un à la suite de l'autre le signe & qui se trouve au-dessus du chiffre 7 sur ton clavier, suivi du mot coeurs en anglais, hearts, et tu termines par un point virgule, ;. Voici ce que ça donne mais là je vais mettre le tout entrecoupés de traits d'union pour ne pas que tu vois apparaître le coeur :

&-hearts-;

Si je refais la même chose sans les traits d'union, ça donne



Il est pour toi celui-là!

Zoreilles a dit…

@ Contes de Fée : Ça doit être qu'on se trouve d'assez agréable compagnie! Ton rêve de passer une semaine « en ermite » dans la forêt me semble très réalisable, même avec la tempête de neige, il te suffirait de patienter quelques mois! Il suffit de faire des pas dans cette direction-là, pour toi, ça ne devrait pas être un problème, non? Avec tes racines... ;o)

Soisig a dit…

Oh! Merci, vous êtes des ♥ !

Comme je vis seule depuis quelques années, je profite de plein de beaux moments avec moi-mème! J'apprécie me retrouver seule chez-moi, même que parfois je ferme la porte à clé et baisse le store pour être sûre de ne pas être dérangée! Des moments juste à mo!Et de temps en temps, je profite de l'absence de mes frérots à leur lac pour m'y réfugier! Mais ils partent pas souvent, ils apprécient leur coin, hihihi!

Zoreilles a dit…

@ Soisig : ;o) Je comprends bien tes frérots, surtout après avoir fait un saut avec toi au lac Pajegasque!