dimanche 6 juin 2010

Jamais plus de billet temporaire




Photo 1 : Bon, tout n'est pas au point encore. En apprenant à aimer les fleurs et les respirer, tout de suite après, il faut apprendre à ne pas les arracher...

Photo 2 : C'est ça, Félixe, doucement doucement avec les fleurs, c'est comme dans les visages, tu sais, quand on chante ensemble et qu'on caresse nos visages?

Photo 3 : Écrire, c'est le bonheur. À tout âge... C'est Papi l'autre jour, qui avait écrit et dessiné à la craie, à l'intérieur de la porte de la petite maisonnette. Depuis ce temps, Félixe veut toujours y aller, elle sait très bien où sont les craies. Elle adore écrire et dessiner! On aurait dû ben dû donc dû lui apprendre qu'on n'a pas nécessairement toujours le droit d'écrire dans les portes...

Jamais plus de billet temporaire

Pour ceux et celles qui étaient venus ici en fin de semaine, j'avais écrit un billet temporaire, parce que j'avais plein de photos de notre Fête des voisins de vendredi soir et j'étais mal à l'aise avec ça, parce que je n'avais pas l'autorisation de personne pour publier ces photos. Je n'oublie pas, n'ayez crainte, que les blogues sont aussi des espaces publics.

Donc, vous êtes venus commenter, on a eu du plaisir, on a rigolé, échangé, on a été libres et délinquants juste un petit peu, on ne s'est pas pris au sérieux et c'était formidable... parce que temporaire, justement. Alors, cet avant-midi, j'ai fait comme j'avais promis, j'ai supprimé le billet au complet comme je m'étais engagée à le faire. Savez-vous ce qui m'a fait de la peine? De perdre vos commentaires.

Aujourd'hui, je passe du bon temps avec Félixe pendant que ses parents travaillent. Tout à l'heure, ils viendront tous souper avec nous deux. Papi Dundee reviendra de Rapide Deux et sûrement qu'on ira faire un petit tour de bateau. C'est fou, ce qu'on a en commun, elle et moi, on s'émeut des mêmes choses, les bateaux qui passent, les fleurs colorées, les oiseaux et les papillons, sans oublier Lady, la grosse Labrador d'en face qui fait toujours dodo. Pendant que Félixe fait un petit roupillon (c'est qu'on a beaucoup joué) j'ai eu envie de partager ce bonheur, pour me faire pardonner non pas d'avoir écrit un billet temporaire samedi midi mais d'avoir supprimé 24 heures plus tard ce billet et vos commentaires qui allaient avec.

Là, c'est un billet permanent. Une façon de parler, bien sûr, il n'y a rien de plus éphémère qu'un billet sur un blogue, ça se conserve moins longtemps que du poisson frais. Mais c'est que la petite, elle s'en fout royalement que je publie des photos d'elle sur mon blogue!

20 commentaires:

Barbe blanche a dit…

Ah Ah, c'est tellement plus beau, une fleur que l'on tiens dans sa main.
Pis là, je ne vais pas vous faire un dessin, tout est écrit sur le tableau, prenez bien vos notes...
Pis une belle porte comme celle la, ça écrit tellement bien, pourquoi devoir s'en priver???
Bon dimanche par chez vous.

Air fou a dit…

Que c'est joliiiii!

Tu viens de me rappeler une photo de mon petit moi âgée de peut-être 18 mois, une fleur à la main, sans doute arrachée aussi!!!

Tu sais, Zoreilles, tu pouvais juste remplacer les photos. Snifff. Mais tu sais encore? Ton éphémère billet est dans nos têtes! Et Castore volante aussi!

Vous pêchez des poissons comme dans La Grande séduction, si je comprends bien, par chez vous, pour qu'ils se conservent aussi longtemps!

¦) Zed ¦)

Jackss a dit…

Bon dimanche,Zoreilles

C'est du sport d'être en privé et public à la fois. La ligne entre les deux mondes est de plus en plus mince et je crois qu'il ne faut plus s'en formaliser.

J'avais enlever beaucoup de billets concernant ma vie privée. Mais voilà que, à la demande générale, je les ai presque tous remis.

Je sais que tu as tout le discernement qu'il faut pour distinguer les limites. Même si je n'ai pas vu les photos, je suis sûr qu'il n'y avait pas de mal à les voir.

J'ai vu plusieurs de mes photos sur Facebook. Je ne les aurais jamais publiées moi-même. Mais tant pis! Je crois qu'il faut maintenant vivre avec cette réalité. C'est une bonne façon de lutter contre l'anonymat qui nous envahit. Ici, au Havre, tout le monde se connait. On ne peut pas faire grand chose sans que ça se sache. Et j'y trouve beaucoup de bon.

Éléonore a dit…

Jacks a raison pas facile la limite entre la vie privée et la vie publique. On parle parfois des gens sans les nommer et je me demande quelque fois si ce n'est pas pire, parce que c'est quand on ne les nomme pas souvent qu'on est généralement "sur leur cas" comme on dit, parce que si on les nomme et qu'on met une photo on va surement être très respectueux.

Ha oui l'apprentissage de sentir les fleurs avec douuuuuuceur :)

Rosette ou Rosie, c'est pareil a dit…

Bien qu'il ait été éphémère, ton billet demeureura toujours dans mon coeur, surtout la photo où l'on voit Mademoiselle Félixou, façon castor!... ;) Et les belles frimousses des grands-parents si fiers, si lumineux!

Et maintenant, on se gave de ces trois superbes photos de Félixou accompagnées d'un texte si touchant dans sa tendre simplicité.

Par ailleurs, on n'a qu'à regarder notre adorable Félixe (eh oui! "notre" Félixe, puisque nous l'avons virtuellement adoptée!) pour constater qu'elle a bel et bien trouvé un environnement soutenant et aimant dans les portes où son Papi laisse couler l'encre de la couleur de ses émotions et qu'en la voyant apprendre à aimer les fleurs, on a envie de lui dire les mots de Julos Beaucarne qui vont comme ceci :

N'écrit-on pas plus de mots avec des caresses qu'avec son stylo ?

Je t'embrasse tellement, mais tellement fort, Zoreilles!

Henri a dit…

Pappi Dundee ?! Wow, quel surnom !! :-)

Bon, Ok. Plus de commentaires temporaires...

Zoreilles a dit…

@ Barbe blanche : C'est vrai que c'est joli, une fleur dans une petite menotte d'enfant. N'est-ce pas ce qui peut arriver de mieux à une fleur? En tout cas, si j'en étais une, moi, je voudrais finir ma vie comme ça, au lieu de faner et dessécher!

@ Zed : Tu as ce trésor-là, toi, une photo de Mini-Zed à 18 mois avec une fleur dans sa petite menotte? Non mais tu ne vas pas nous priver de ça, hein? Oui, je sais, j'aurais pu supprimer seulement les photos mais le billet n'aurait plus eu de sens. Et puis, les commentaires soulignaient tous le côté temporaire aussi. Ce fut une belle expérience mais il m'a fallu respecter ma propre consigne, j'avais promis!

@ Jacks : Oh pour moi-même, aucun problème, il n'y a pas de barrière étanche entre Zoreilles et Francine mais je dois toujours considérer que dans mes photos et mon propos, je ne dois rien révéler de ce qui concerne d'autres personnes. Tu serais surpris de savoir quelques reproches on m'a déjà faits, dans des vieux billets où je ne révélais pourtant rien du tout, il me semble. L'anonymat sur le web, ce n'est tellement plus possible que la semaine dernière encore, un webmestre a communiqué avec moi pour obtenir mon autorisation écrite de reprendre des extraits d'un billet pour les publier ailleurs. En quelques clics, à partir d'ici, Chez Zoreilles, il avait mon nom, celui de mon entreprise, mon adresse courriel, mon numéro de téléphone et tout ce qu'il avait besoin de savoir. J'en étais sidérée...

@ Éléonore : Moi, tu vois, je nomme souvent des prénoms, ils sont véridiques. Il n'y a que Crocodile Dundee que j'ai surnommé, j'ignore pourquoi d'ailleurs mais ce surnom lui va comme un gant et ceux qui le connaissent sourient à chaque fois, ils me l'ont dit. Comme de raison, il faut avoir vu le film pour comprendre!

@ Rosie : Comme c'est gentil, vous avez adopté Félixe... Il faut dire que j'ai un peu beaucoup mis des photos et des nouvelles d'elle depuis le 14 janvier 2009! Que veux-tu, on a tendance à parler de ce qu'on vit... Pas les drames, non, pas les tuiles non plus, pas les petits travers du quotidien et les maladies mais ce à quoi on carbure et qui est « publiable » sans porter atteinte à la vie de personne d'autre. Ah, ils sont beaux les mots de Beaucarne. Merci.

@ Henri : Mais oui, Papi Dundee, ça allait de soi, non? C'est lui, l'enfant qui a plein d'idées saugrenues comme écrire et dessiner des bateaux dans les portes, arracher les fleurs, les sentir et les donner à Mamie, jeter des bouts de branches dans l'eau, au bout du quai, enterrer les pieds dans le sable pour faire coucou les pieds et trouver ça très très drôle...

crocomickey a dit…

Je suis tellement déçu de la disparition de mon commentaire. Je croyais être éligible pour le prix Goncourt avec ces mots-là !

:-)

Zoreilles a dit…

@ Croco : Le Goncourt? Nenon, rien de moins que le Nobel de l'humour pour toi, mon ami, t'as pas eu le temps de lire ça, dans ma réponse temporaire à ton commentaire temporaire sous mon billet temporaire? De toute manière, la gloire est chose passagère... ;o)

Lise a dit…

Zoreilles,

en ce qui me concerne je suis ravie de la disparition du mien (commentaire), que je n'aurais pas écrit d'ailleurs s'il avait été permanent.

Moi aussi je suis consciente (trop) que les blogues sont des espaces publics ouverts à tous...

Et les photos de petite Félixe sont touchantes de pureté et d'innocence. On la mangerait tout rond tellement elle est mignonne !

:)

Zoreilles a dit…

@ Lise : Je l'avais dit, c'était temporaire, il fallait que je tienne ma promesse! Moi aussi, je la mangerais tout rond, ses joues sont faites pour ça, son petit cou est bien tendre... et ça la fait rigoler! ;o)

canneberge14 a dit…

Bonjour Zoreilles!

J'allais t'écrire un commentaire sur le billet temporaire...le téléphone sonne...une amie avec qui j'ai jasé longtemps. Après avoir raccroché, plus de billet. J'en ai ri...c'était vraiment temporaire.
Mais ce qui avait retenu mon attention, c'était la petite Félixe-Castor.

Avec les trois magnifiques photos de ce nouveau billet, je suis ravie.
Les enfants vivent le moment présent avec une telle intensité. Rien ne la
déconcentre du plaisir qu'elle vit.
C'est touchant à voir.

Bonne journée!

Zoreilles a dit…

@ Canneberge : Mon billet temporaire a été ici 24 heures. Tu as dû arriver quand ça faisait 23 heures 30 minutes! Les enfants de cet âge nous donnent tellement de leçons de vie. L'ici maintenant, pour eux, c'est tout ce qui existe... On trouve ça touchant, cette innocence, cet art de vivre, cette légèreté de l'être (!) et de les côtoyer, ces petits, nous permet de retrouver un peu de cet enchantement.

Caboche a dit…

Les photos sont magnifiques parce qu’elles dégagent l’émotion de la photographe.
Parfois les photos contiennent plus de mots que les textes.
La petite Félixe fait notre bonheur à tous. Comme dit Lise, nous l’avons adoptée.
Je me souviens aussi de la photo du papi dans son atelier fabriquant un petit cheval de bois. Ça m’était allé droit au cœur.

Les photos de la rencontre des voisins parlaient aussi d’elles-mêmes. Pourtant je me suis spontanément posé la question en les voyant, avant même de lire ton texte : ces personnes sont-elles toutes d’accord pour que leur photo apparaissent sur le Web, même l’espace d’un court instant?

J’ai une prudence excessive pour ce qui est d’utiliser les photos de membres de ma famille ou d’amis. Ce n’est pas le goût qui manque, mes enfants et petits-enfants sont magnifiques et très photogéniques ;-)

Mais bon, il nous reste tellement peu de vie privée aujourd’hui. L’exemple que tu donnes dans ton billet en est la preuve. On peut facilement retracer les gens, leurs coordonnées et même un pan de leur vie si on est malin, habile, tordu ou habité par une curiosité malsaine. Je connais quelqu’un qui prend plaisir à découvrir le prix des maisons de ses connaissances! Pfff! Quelle perte de temps!

Je ne suis pas de nature méfiante mais plutôt bon enfant. La phrase « Tout le monde il est bon, tout le monde il est gentil » me conviendrait bien, mais j’ai un fils et un conjoint qui me ramènent les pieds sur terre et m’incitent à la prudence. Lorsqu’on est « bon » de nature, on a de la difficulté à imaginer comment des personnes malveillantes pourraient détourner les renseignements qu’ils détiennent.

Mais tout ce blabla n’a pas pour but de nous priver des cabrioles de la belle Félixou. Tes billets, pour moi, sont bien plus que rafraîchissants, ils me permettent de croire encore en l’humanité des gens, à des valeurs qui me sont chères.

Jackss a dit…

Bonjour Zoreilles,

j'ai souri un peu. Je me souviens que Lise avait déjà effacé des commentaires après mures réflexions. J'avais remarqué qu'elle ne l'avait pas fait depuis longtemps. Et c'est toi qui le fait pour elle. Et elle se dit ravie.

Comme tu as un grand coeur! Toujours serviable, compréhensive, attentionnée. Mais n'efface pas mon commentaire.

Zoreilles a dit…

@ Caboche : Comme tu me fais plaisir... Tu ne peux pas imaginer jusqu'à quel point. Et je me reconnais dans ce que tu dis de toi-même, je ne suis tellement pas méfiante de rien ni de personne moi non plus et ce n'est pas Crocodile Dundee qui va me ramener les pieds sur terre, si ça se trouve, il est pire que moi! Il y avait mon père qui disait toujours qu'il faisait confiance aux gens et à son impression, que tout au long de sa vie, ça lui avait servi beaucoup plus que ça lui avait nui. Je pourrais dire la même chose... Par contre, si je prends des chances, je ne peux présumer que tout le monde prendrait les mêmes risques que moi. Je suis sensible à ça, ce qui est public et privé, c'est un réflexe automatique dans mon métier. Non pas qu'il y ait deux vérités, je prône toujours la transparence dans les communications mais il y a plusieurs façons de présenter la même vérité.

@ Jacks : Ah je ne l'ai pas fait pour Lise mais pour l'ensemble de l'oeuvre... temporaire! D'abord, il y avait 6 photos de la Fête des voisins chez nous et ensuite, comme j'avais écrit que ce billet était temporaire, ceux qui sont venus commenter en ont profité et moi aussi pour se laisser aller, s'éclater. Tu sais, comme à l'école primaire, quand il y avait une suppléante et qu'on se croyait tout permis? Ce fut une expérience amusante, j'en ai conclu pas mal d'affaires, c'était surprenant!

Solange a dit…

Et moi j'ai manqué ça! Félix est bien mignonne, elle s'entendrait bien avec Béatrice. Ça m'a pris du temps avant de mettre des photos sur mon blogue et je fais toujours bien attention à ce que je mets à la ville on devient méfiant.

Zoreilles a dit…

@ Solange : Ah c'est sûr, Félixe et Béatrice auraient beaucoup de plaisir ensemble, comme leurs mamies! Tu mets parfois des photos anciennes sur ton blogue, j'adore ça. Pour celles-là, je n'ai aucune prudence, on ne peut pas vraiment reconnaître les gens. Mais les récentes, c'est autre chose, on ne peut présumer que les gens seraient d'accord. Il faut vérifier avant, des fois, c'est compliqué... Avec les photos de nature et d'enfant, aucun problème, ça explique tout, sur mon blogue, en tout cas!

Mijo a dit…

Zut j'ai loupé le billet temporaire.
Je me console avec les photos de la belle Félixe.

Zoreilles a dit…

@ Mijo : C'était facile à louper, il a été à l'affiche seulement 24 heures. Mais t'avoueras qu'avec Félixe, je vous ai laissé un sacré beau prix de consolation!!!