mardi 10 février 2009

Les aurores boréales


Photo : Un soir d'hiver, il y a une douzaine d'années, ma fille jouait dehors avec ses deux cousins lorsqu'elle est accourue : « Maman, viens voir dehors, y a plein d'aurores boréales! » et c'est ainsi que j'ai pu prendre ma seule photo de ce phénomène qui me fascine.

Les aurores boréales

Plus on vit au nord, plus on a de chance de les voir apparaître et danser dans un beau ciel clair de nuit d'été même si ça se voit beaucoup l'hiver aussi, cette photo le démontre. Pour moi, ce sont les plus beaux feux d'artifice naturels qui soient!

Mais pour vous régaler d'une série de photos magnifiques d'aurores boréales et de paysages nordiques, voici le lien qui vous mènera à une galerie complète de photos offertes en partage par un passionné de Waskaganish (autrefois appelé Fort Rupert) village autochtone situé aux confluents de la rivière Rupert et de la Baie James, région Nord-du-Québec.

Tenez, je vous l'offre comme cadeau de la Saint-Valentin, moi qui suis tout à fait charmée par les petits gestes d'amour, de tendresse et d'amitié mais contre le marketing manipulateur des marchands de fleurs et de chocolats!

32 commentaires:

crocomickey a dit…

Quand on a vu ça, on n'arrive plus à s'émouvoir d'un feu d'artifice, aussi spectaculaire soit-il. Ces aurores boréales, je les ai regardées pendant des heures avec mon filleul, un soir de juillet, qui les découvrait pour la première fois et s'en émerveillait. Après sa deuxième série de traitements en chimiothérapie, on ne savait pas quel avenir l'attendait. Je me souviendrai toujours de ses yeux éblouis, de son amour de la vie. L'histoire se termine bien, Richard est en complète rémission, il a grandi, est devenu un homme, il a maintenant 2 jeunes enfants et chaque fois que je vois des aurores boréales, j'ai l'espoir en la vie.

Ce sont tes mots Zoreilles, le jour ou j'avais parlé de ma première aurore du Beau Réal à la Baie James ....

Zoreilles a dit…

@ Crocomickey : T'as fait une recherche sur ton blogue pour retrouver mon commentaire? On peut dire que t'écoutes bien et que t'as bonne mémoire! J'ai justement pensé à Richard, mon filleul, quand j'ai écrit mon billet de ce matin. Il était jeune adolescent alors, il a maintenant 32 ans. Jamais je n'oublierai son émerveillement ce soir-là...

Anonyme a dit…

merci pour ce beau cadeau...c'est magnifique des aurores Boréales...ici je n'en vois pas beaucoup...trop de pollution lumineuses.....

justement hier j'ai fait une recherche sur les aurores, car la responsable des loisirs au foyer où je fais du bénévilat, veut faire un quizz sur ce sujet...!!!
Chanceuse..

bise

ly

Renée a dit…

Des aurores boréales. Rien que leur nom me fait rêver. En voir une un jour en vrai... en attendant je vais me contenter de tes belles photos!

Anonyme a dit…

Bonsoir Zoreilles

Je n'ai pas encore eu la chance de voir un aurore boréale,ça doit être tout un spectacle à observer.
Vous avez du ressentir une belle énergie en observant ce merveilleux phénomène.

J'ai eu le goût ce soir de faire une petite recherche sur google pour en savoir un peu plus sur les aurores boréales,j'ai trouvé un site où l,on disait que les chamans inuit du centre du Canada prétendaient effectuer des voyages spirituels au sein des aurores pour y puiser des conseils sur le traitements des malades.

On explique également comment d'autres personnes percevaient les aurores boréales,voici l'adresse du site.

http://wwwassos.utc.fr/orion/physique/Aurores.php

De Linda

Zoreilles a dit…

@ Ly : Pour le cadeau, tout le plaisir est pour moi, toi-même, tu passes ton temps à nous faire des cadeaux en photos!

@ Renée : Il y a quelque chose de fascinant, magique, mystérieux, dans ces phénomènes que sont les aurores boréales. La photo que j'ai publiée ici n'est qu'une amorce, bien faible, mais sur le site que je vous propose, là, on peut vraiment voir de fabuleuses aurores boréales.

@ Linda : Merci pour le lien, j'ai hâte d'aller voir. Les aurores boréales étant si fascinantes, les peuples inuits et autochtones, si près de la nature et de ses phénomènes, lui attribuaient des pouvoirs. Beaucoup de légendes sont nées de ça.

Solange a dit…

C'est une belle pensée, à la ville c'est un spectacle qu'on ne voit pas souvent. C'est une histoire touchante celle de crocomikey,si les aurores boréales apporte l'espoir.

Zed Blog a dit…

Débile, hein!

Imagine-toi, Zoreilles, un jour que j'étais à la campagne, à proximité de la frontière de l'État de New-York, j'en ai vu pendant un bon moment. Oh pas vertes comme celles-là, mais immenses et très bougeantes!!!

Je n'en croyais pas mes yeux car je croyais ce phénomène impossible au Sud...

C'est drôle comme nos préoccupations quotidiennes et minuscules face à l'univers nous font oublier qe nous vivons dans ...l'espace. Dams ton coin, tu as cettainement ces cieux étoilés que je voyais dans cette campagne, mieux encore, pour te le rappeler, mais à Montréal, voir plus de quelques étoiles est impossible.

Heureusement, il reste la lune. Hier soir, peu avant 18 heures, elle était gi-gan-tes-que, mate, jaune pâle, on en voyait il me smeble, des reliefs. Elle semblait muette. Comme une lune qui aurait pu parler mais se taisait.

Zed ¦)

Zoreilles a dit…

@ Solange : Dans les grandes villes et plus au sud, il est rare d'en voir effectivement, à cause de la pollution lumineuse, entre autre. J'apprenais sur le site qui nous a été suggéré par Linda que l'endroit où il y en a le plus et le plus souvent, c'est à Fairbanks, Alaska, 200 fois par année en moyenne. Ça donne le goût d'y aller!

@ Zed : On n'oublie jamais un tel spectacle où l'on se sent si émerveillé mais si petit face à l'univers. Je ressens la même chose sur une rivière sauvage en eaux vives... T'as de la chance d'avoir vu ces aurores boréales à la campagne près de la frontière de l'état de New York. Au sud, ce n'est pas impossible mais disons qu'au nord, tu mets les chances de ton bord! Dans l'hémisphère sud, on les appelle des aurores australes. Et lorsque la lune semble vouloir se taire ou se terrer, on devrait lui prêter une oreille encore plus attentive. ;o)

Lise a dit…

Zoreilles,

oui les aurores boréales sont magnifiques. J'ai eu la chance d'en voir deux fois, lors de mon enfance sur la Côte-Nord. Comme un rideau fantômatique qui bougeait. Rien de spectaculaire comme du vert ( en cliquant sur ton lien ), du rouge, du violacé, mais le spectacle était enchanteur tout de même.

@ Zed,

heureusement que nous avons la lune, comme tu le dis, ici à Montréal, ville noyée dans la pollution lumineuse. J'adore la regarder, et je m'y promène souvent, mais n'y ai jamais rencontré personne. Elle semble muette parfois, mais c'est qu'il faut prêter une oreille attentive afin de percevoir pourquoi elle semble se terrer, comme dit Zoreilles.

Ou se tairer, comme tu dis Zed, "Parler ou se tairer " titre de l'un de tes billets que je n'ai jamais oublié...

Merci à vous deux , Zoreilles et Zed !

Soisig a dit…

Tu as raison Zoreilles, elles sont magnifiques les aurores de notre coin! Je me souviens de certaines soirées des mois d'août et septembre: un tour d'auto avec les enfants dans le chemin des "pits de gravel", les lumières bien vite éteintes, à profiter du magnifique spectacle qu'offrait Dame nature à nos yeux émerveillés (petits et grands)! De beaux souvenirs et de belles réalités encore de nos jours, hihihi! Il y en a très souvent dans mon coin... et j'en profite. Un coup de fil pour avertir les autres... et tout le monde bénéficie de la plus belle scène du monde offrant un spectacle haut en couleurs!

Soisig a dit…

Je ne peux résister à l'envie de t'envoyer un poème trouvé il y a quelques années (un peu long... de William CHAPMAN (1850-1917)):

L'Aurore boréale
La nuit d'hiver étend son aile diaphane
Sur l'immobilité morne de la savane
Qui regarde monter, dans le recueillement,
La lune, à l'horizon, comme un saint-sacrement.
L'azur du ciel est vif, et chaque étoile blonde
Brille à travers les fûts de la forêt profonde.
La rafale se tait, et les sapins glacés,
Comme des spectres blancs, penchent leurs fronts lassés
Sous le poids de la neige étincelant dans l'ombre.
La savane s'endort dans sa majesté sombre,
Pleine du saint émoi qui vient du firmament.
Dans l'espace nul bruit ne trouble, un seul moment,
Le transparent sommeil des gigantesques arbres
Dont les troncs sous le givre ont la pâleur des marbres.
Seul, le craquement sourd d'un bouleau qui se fend
Sous l'invincible effort du grand froid triomphant
Rompt d'instant en instant le solennel silence
Du désert qui poursuit sa rêverie immense.

Tout à coup, vers le nord, du vaste horizon pur
Une rose lueur émerge dans l'azur,
Et, fluide clavier dont les étranges touches
Battent de l'aile ainsi que des oiseaux farouches,
Eparpillant partout des diamants dans l'air,
Elle envahit le vague océan de l'éther.
Aussitôt ce clavier, zébré d'or et d'agate,
Se change en un rideau dont la blancheur éclate,
Dont les replis moelleux, aussi prompts que l'éclair,
Ondulent follement sur le firmament clair.
Quel est ce voile étrange, ou plutôt ce prodige ?

C'est le panorama que l'esprit du vertige
Déroule à l'infini de la mer et des cieux.
Sous le souffle effréné d'un vent mystérieux,
Dans un écroulement d'ombres et de lumières,
Le voile se déchire, et de larges rivières
De perles et d'onyx roulent dans le ciel bleu,
Et leurs flots, tout hachés de volutes de feu,
S'écrasent et, trouant les archipels d'opale,
Déferlent par-dessus une montagne pâle
De nuages pareils à des vaisseaux ancrés
Dans les immensités des golfes éthérés,
Et puis, rejaillissant sur des vapeurs compactes,
Inondent l'horizon de roses cataractes.
Le voile en un clin d'oeil se reforme plus beau,
Lové comme un serpent, flottant comme un drapeau.
Plus rapide cent fois qu'un jet pyrotechnique,
Il fait en pétillant un sabbat fantastique,
Et met en mouvement des milliers de soleils
A travers des brouillards transparents et vermeils
Comme cristallisés dans la plaine éthérée.
Quelquefois on dirait une écharpe nacrée
Qu'un groupe de houris secouerait en volant
Dans l'incommensurable espace étincelant ;
Tantôt on le prendrait pour le réseau de toiles
Que Prométhée étend pour saisir les étoiles,
Ou pour le tablier sans bornes dans lequel
Les anges vanneraient des roses sur le ciel.

Et la forêt regarde, enivrée, éblouie.
Se dérouler au loin cette scène inouïe ;
Et l'orignal, le mufle en avant, tout tremblant,
Les quatre pieds cloués sur un mamelon blanc,
L'oeil grand ouvert, au bord de la savane claire,
Fixe depuis longtemps l'auréole polaire
Poudroyant de ses feux le céleste plafond,
Et son extase fauve en deux larmes se fond.

Lévis a dit…

Un soir de février je traversais le Parc La vérendrie pour la niéme fois et je regardais le ciel...je venais de perdre mon père et je descendais pour le service à Rouyn ,mon véhicule a brisé à la hauteur du Dozois, a 20 km de Dorval Lodge.
Pendant 2 heures j'ai attendu le "towing" en regardant le plus merveilleux des spectacles qui soit, des aurores boréales qui dansaient partout en se déplaçant avec grâce.....moi maintenant quand je vois danser le ciel je pense toujours à mon père et j'ai l'impression qu'il me salue!

Anonyme a dit…

La Vérendrye...je devrais me relire avant de peser "su'l piton"

Zoreilles a dit…

@ Lise : Je me doutais bien que, ayant grandi sur la Côte Nord, tu avais pu en voir de ces fameuses aurores boréales. « Un rideau fantômatique qui bougeait, un spectacle enchanteur » comme tu dis. Tu as une jolie façon d'en parler!

@ Soisig : Non seulement on ne les oublie jamais mais on se souvient toujours aussi des gens avec qui on était, on dirait que ça vient souder à vie quelque chose, c'est magique, sans doute un peu spirituel. Et ce poème de William Chapman que tu nous offres est une pure merveille, j'y ai vu des images et des images si belles...

@ mon frère à Lévis : J'étais certaine que t'allais venir ici aujourd'hui, on est toujours aussi « plogués »! C'était le 12 février 2005... On a vécu ensemble tellement de choses, du plus terrible au plus merveilleux. Par la force de notre pensée, de l'amour et de tout ce qui nous lie, tu seras avec nous commne nous serons avec toi cet après-midi, à 16 h 15, je serai avec Maman et Yves. Nous ne serons pas tristes mais reconnaissants à la vie. Ton récit me fait penser à cette légende algonquine au sujet des aurores boréales :

« Lorsque le créateur de la Terre eut fini son travail, il a voyagé vers le nord, endroit où il habite. Il y ferait de grands feux pour rappeler aux gens qu'il ne les oublie pas. Les aurores boréales seraient les réflexions de ces feux ».

modotcom a dit…

merci pour la beauté! et la nature!

Barbe blanche a dit…

Autour d'un feu de la Saint Jean,en arrière de la maison,
un chevreuil vient nous rendre visite,et pour accompagner cette charmante créature,les demoiselles dansaient dans le firmament.Elles étaient roses ces aurores boréales
et dansaient pour notre plus grand plaisir.C'étaient la premières fois que j'en voyais de cette couleur,car dans ma jeunesse,elles étaient blanches et nous nous amusions à siffler pour les faire danser.Plus tu siffle , plus elles dansent ou plus elles dansent,plus tu siffle c'est selon
Merci de ramener à ma mémoire ces beaux souvenirs.

Zoreilles a dit…

@ Modotcom : Merci à toi aussi... pour la beauté... et pour tout le reste! ;o)

@ Barbe Blanche : Vous me rappelez quelque chose... Les aurores boréales, on les appelle aussi des demoiselles, c'est vrai, j'avais déjà entendu ça. Siffler pour les faire danser? Comme c'est charmant! C'est peut-être pour ça qu'encore aujourd'hui, lors des feux d'artifice, on entend les gens applaudir... et siffler? Merci d'avoir partagé avec nous ces souvenirs joyeux!

crocomickey a dit…

Essaye d'imaginer une aurore boréale dans la nuit sur le bord d'une falaise à Belle-Anse ...

Zoreilles a dit…

... ou sur la plage à la Dune-du-Sud, avec un feu de bois de grève, une guitare pis une gang qui veillent tard... et L'île d'Entrée en toile de fond...

crocomickey a dit…

Pas si pire comme paysage ...

Zoreilles a dit…

... Paysage d'été à faire rêver (et c'est ce qu'on fait en ce moment!...)

Mais d'une façon plus réaliste, ce sera un paysage d'hiver qui sera mon décor de Saint-Valentin, on part pour le camp sitôt dîner et pour toute la fin de semaine!

Est-ce que mon Valentin m'offrira des fleurs ou du chocolat? Non, ça, j'en suis certaine et ça me fait pas de peine. Peut-être des écorces de bouleau récupérées sur la neige pour partir mon feu? Ça, ça se peut!

Le plus génial serait de marcher sur la rivière sous un ciel étoilé avec des aurores boréales...

Zed Blog a dit…

Lise,

« J'adore la (la lune) regarder, et je m'y promène souvent, mais n'y ai jamais rencontré personne. »

Le problème avec les gens qui se promènent dans la lune c'est qu'il sont parfois dans la terre et ne voit pas la foule autour d'eux.

:DDD xox

Accent Grave a dit…

Le marketting, les fleurs, ça me laisse assez indiférent... mais le chocolat, le bon!

Je m'imagine donc devant ce spectacle féérique... en dégustant un chocolat!

Accent Grave

Rosette ou Rosie, c'est pareil a dit…

Mille fois merci, ma belle Zoreilles, pour ce spectacle magnifique, cette palette de feux célestes qui nous laissent tout à fait béats...

Mon conjoint et moi avons eu la chance de vois nos seules aurores à Lake Louise et à Jasper, en Alberta, il y a quelques années... Jamais je n'oublierai cet émerveillement, jamais... Malheureusement, Geneviève n'était pas avec nous au cours de ce voyage, mais je me promets bien d'y retourner avec elle ! :-)

Encore une fois, merci de partager toute la chaleur de ton âme et de ton coeur aec nous tous, ma tendre et douce Zoreilles !

OMO-ERECTUS a dit…

De toutes celles que j'ai pu voir sur la page Flickr, celle encore qui m'émeut le plus demeure la vôtre, pour cette belle humanité qui s'en dégage. Votre fille à un autre âge, ses copines, l'amitié, les grands espaces qui invite à tous les espoirs et à tous les rêves.

Zoreilles a dit…

@ Zed : Pour moi, la lune, c'est comme une amie, toujours là, discrète et fidèle. On peut tout lui dire, elle écoute et ne juge pas, elle comprend, console et rassure, elle diffuse une douce lumière... Si les aurores boréales symbolisent le spectacle et la fête, la lune, c'est la constance et la douceur. On s'imagine ce qui fait notre affaire, hein! ;o)

@ Accent Grave : Je constate que vous savez conjuguer harmonieusement plusieurs plaisirs... Votre visite ici représente tout un plaisir pour moi, vous vous faites plutôt rare, êtes-vous une aurore boréale? !!! N'y voyez là aucun reproche, c'était une manière un peu gauche de vous dire : « Heureuse de vous revoir, Accent Grave! ».

@ Rosie : Ouf... À Jasper et Lake Louise? Même sans les aurores boréales, le paysage est déjà féérique. Il faut que Geneviève voit ça! Ça ne vous dirait pas une croisière en Alaska? Voir les glaciers, la mer, les baleines et... les aurores boréales presque garanties? Je vous le souhaite, en tout cas! ;o)

@ Omo-Erectus : Ah quel coeur attendri et généreux, cher ami, ça doit vous venir de votre âge vénérable (vos 100 000 ans vous vont si bien). Quelque chose me dit aussi que vous devez avoir eu une sacrée belle enfance...

Jackss a dit…

Bonjour Zoreilles,

Il y a longtemps que je n'ai pas vu d'horaires boréales. En fait, je n'ai vu qu'un seul aurore boréale. J'étais ado.

J'étais seul, le soir, dans une balançoire. Tout à coup, j'ai vu comme le ciel s'éclairer et s'entrouvir. Étant plus croyant que Zed, j'avais hâte de voir si je verrais apparaître un marsien, Dieu en personne ou sa mère.

Personne ne m'est apparu. Pas encore. J'ai pensé que c'était un aurore boréale ou bien des perséides. Je suis un peu ignage en la matière.

Zoreilles a dit…

@ Jacks : T'étais ado? Seul dans la balançoire? T'as vu le ciel s'éclairer et s'entrouvrir? C'était une apparition, Jacks, pas une aurore boréale! Un ange t'est apparu mais tu ne l'as vu que quelques années plus tard. Elle s'appelait Laure... ;o)

Lise a dit…

Zoreilles,

c'est exactement comme toi que je vois la lune, et je vais même y déménager à demeure ! Devenir ermite, plus que jamais ça me tente.

Bonne semaine Zoreilles, et quand tu berceras Félixe, pendant que maman Isa sera à l'université, laisse-toi bercer aussi par elle. ..

Zoreilles a dit…

@ Lise : Bonne semaine à toi aussi, je vais suivre ton conseil et me laisser bercer par Félixe cet après-midi et en début de soirée. J'adore quand Isa va à l'université! ;o)

Zed Blog a dit…

Zoreilles, j'allais dire quelque chose de semblable à Jackss...

J'allais lui dire : Jackss, tu as vu Laureore boréale et tu es tombé dedans, comme Obélix dans la potion magique.

Zed ¦)