vendredi 11 mai 2007

Tite Caramelle est maintenant autonome







D'entrée de jeu, je vous le dis, j'ai pris les deux premières photos mais la dernière n'est pas de moi, elle fait partie de ma collection de photos d'orignaux. Ces animaux sauvages et majestueux me fascinent, je les observe avec une grande admiration, si vous me lisez parfois, vous le savez déjà. J'aimerais bien donner le crédit photo à son auteur(e) mais j'ignore qui a croqué cette image. Savez-vous pourquoi l'orignal semble se régaler de cette saleté sur ce camion? C'est que sur nos routes, l'hiver, on met du calcium, du sel, et les orignaux raffolent de ça. Mon frère et son fiston, sur le site des Merveilles de l'Abitibi-Témiscamingue. (premier lien en haut à droite de cette page) ont aussi exposé cette photo à laquelle ils ont donné un titre que je trouve assez mignon : « Après le lave-auto mousse, voici le lave-auto moose! »

Tout ce préambule, en fait, parce que je veux illustrer une grande chose qui s'est produite la fin de semaine dernière à notre camp de Rapide Deux. Je n'y étais pas moi-même, ayant d'autres obligations, mais Crocodile Dundee y était, a tout vu et me l'a raconté.

Vous savez peut-être que j'ai été privilégiée dès le printemps dernier de prendre plusieurs fois en photo cette Môman orignal et son tout petit, prématuré, que j'ai appelé Ti-Caramel. La Môman était très jeune, toute frêle et elle a fait preuve d'un instinct maternel hors du commun qui m'a charmée et émue. Elle a trouvé qu'il valait mieux, pour protéger son petit des nombreux prédateurs, de passer le plus de temps possible dans le petit bout de rivière sinueuse près de notre camp. Voir la deuxième photo. De nous, elle ne semblait pas avoir peur, on a même eu l'impression qu'elle était venue nous le présenter. C'est la première photo. J'ajoute que si vous voulez voir de plus près, vous pouvez cliquer sur les photos pour les agrandir.

On a suivi l'évolution du petit pendant une bonne partie de l'été. Ils étaient toujours collés l'un à l'autre. À l'automne et pendant l'hiver, leurs pistes nous disaient beaucoup sur leur comportement, leurs allées et venues, et c'est comme ça qu'on a su, dernièrement, que Ti-Caramel, était en fait, Tite-Caramelle, les pistes et les comportements nous le démontraient hors de tout doute.

Pendant la saison des amours, l'automne dernier, la Môman s'est faite très invitante (ça s'entendait dans la forêt des alentours) et d'ailleurs, un petit mâle bien à son goût n'a pas été sourd à cet appel. J'ai croisé l'amoureux un soir d'octobre, alors qu'il avait pris mes appels (mes câlls) pour ceux de sa belle. Il a décampé en vitesse et je suis restée étonnée plus que lui. Ils ont passé quelques jours ensemble, dans le plus fort de la saison des amours, donc, nous savions qu'elle avait conçu un autre petit et que ce printemps venu, elle pousserait Tite Caramelle à l'autonomie, à l'approche de la mise bas. La nature est ainsi faite.

Ce qui est étrange, c'est qu'elle ne change pas de territoire, la Môman, elle se considère chez elle chez nous, pour notre plus grand bonheur. C'est sûr que tout est parfait pour elle, il y a de la forêt, de la bouffe, des aires de protection de chaque côté de la rivière, des abris sous les grands pins, des sentiers naturels, etc. Il faut dire aussi qu'on lui place des blocs de sel à quelques endroits stratégiques, elle en raffole, comme on l'a vu plus haut. Dernièrement, on avait pu constater, avec inquiétude d'abord, que les pistes de la Môman et de Tite-Caramelle s'éloignaient parfois, tellement qu'on a eu peur que la petite n'ait pas passé l'hiver et puis, on a revu les pistes qui se suivaient, de plus en plus côte à côte.

Samedi dernier, pendant que Crocodile Dundee faisait du débroussaillage en face du camp, de l'autre côté de la rivière, Tite Caramelle, probablement curieuse de ce nouveau bruit-là qui s'entendait dans la forêt des environs, est venue voir. Méfiante quand même un peu mais pas trop, elle s'est éloignée dans la montagne d'en face en marchant lentement, se retournant parfois, l'air de dire : « Mais qu'est-ce que c'est que cette drôle de créature qui fait ce bruit? » Selon Crocodile Dundee, elle avait l'air d'errer comme une âme en peine un peu, ne sachant trop où aller, ni quelle direction prendre, signe que l'autonomie, au début, ce n'est jamais très évident.

Et Crocodile Dundee a eu la certitude que c'était Tite Caramelle, à cause de sa couleur un peu plus pâle que le brun foncé habituel. Elle a bien grandi, Tite Caramelle, l'hiver ne semble pas avoir été trop dur, à part le fait que son poil est... de mauvais poil. La petite était seule, pas de Môman aux alentours... Elle doit maintenant faire face à la nature de manière autonome et on pense qu'elle ne demeurera pas longtemps sur ce territoire. Par contre, la Môman orignal semble s'attacher à ce coin de forêt puisqu'elle y revient sans cesse. Peut-être à cause de nos blocs de sel...

Crocodile Dundee et moi, on y va demain matin à notre camp, on en reviendra juste pour le souper de la fête des mères. J'espère voir Tite Caramelle mais je crains qu'elle soit partie ailleurs, plus loin, vers son propre destin. Nous irons sur ses traces, je vous l'assure, et j'aurai mon appareil. La Môman orignal pourrait avoir son nouveau petit très bientôt. En principe, elle choisira une petite île ou une presqu'île de la rivière d'où elle peut voir venir les ours et les loups qui rôdent en cette saison et mieux s'en protéger. Je vous tiens au courant s'il y a des développements...

5 commentaires:

Accent Grave a dit…

J'ai hâte de lire la suite, je suis cette histoire comme si j'étais moi-même sur place.

Je crains toujours qu'un chasseur finisse par tirer dessus.

Je commence à moin ses aimer ces chasseurs. Ce doit être de la sensiblerie...

Accent Grave

Zoreilles a dit…

Ne craignez rien pour le moment, la saison de la chasse n'ouvrira qu'en octobre, pour deux semaines, mais je vous avoue que ça m'énerve aussi parce que cette année, les chasseurs auront droit autant de tuer une femelle qu'un mâle (une année sur deux c'est comme ça).

Bon, pour nous rassurer tous les deux, je vous dirais qu'étrangement, Môman orignal n'a pas l'air de vouloir s'en aller trop loin et tant qu'elle trouvera chez nous tout ce qu'il lui faut, avec moi aux alentours, elle est en sécurité. On dirait qu'elle le sait d'instinct. Mais ça reste quand même un animal sauvage, et ça voyage, tout est possible.

J'ai beaucoup plus peur pour Tite Caramelle, inexpérimentée, dans un territoire qui ne lui est pas familier... Peut-être qu'en octobre, elle sera devenue plus farouche? Est-ce que son instinct de survie la protégera de tout? Va-t-elle se laisser berner par les « câlls » des chasseurs, croyant communiquer avec un jeune mâle sensible à ses charmes? La saison des amours, sa première à elle, recèlera mille pièges...

Je m'imagine parfois au mois d'octobre, arrivant à la marina où nous amarrons notre bateau et apercevoir dans une chaloupe une bête abattue... des chasseurs contents... et le pelage de l'animal qui serait de couleur plus pâle, comme caramel... J'aime mieux ne pas y penser!

Anonyme a dit…

Je crois bien que la photo de l'orignal qui lèche le camion provient de Jocelyne Bolduc.Si ma mémoire est fidèle...
Frops
P.s. Bon week-end à vous deux.

Zoreilles a dit…

S'lut Frops!

T'es sûr qu'elle en est l'auteure ou bien si c'est elle qui te l'a expédiée pour votre site?

On se voit dimanche peut-être?

Bonne fin de semaine à vous autres aussi.

Sops x x

ulyssa a dit…

j'aime ces histoires d'animaux, quel bonheur de profiter de cette faune sauvage et de cette vaste nature. espèrons que tite caramelle saua se préserver
a bientôt
lili