jeudi 15 février 2007

Gonflée à bloc


Vous voyez cette perdrix? Gonflée à bloc! En réalité, c'est un mâle, je l'appelle mon macho parce qu'il me fait rire au coton mais ne m'impressionne pas du tout quand il essaie de m'intimider. On partage le territoire et il n'a pas le choix, on était là avant lui! Il a tout son harem de poulettes sur lesquelles il a établi comme une sorte de protection. Et elles ne demandent pas mieux. J'aime les observer et je peux le faire pendant des heures, Meeeessieu le macho grimpe sur son petit monticule et fait le paon en croyant me faire peur. Ça épate sa galerie de poulettes mais pas moi... Alors, ce matin, je me sens comme lui, parce que j'ai le goût de péter ma coche sur pas mal de sujets. Pour toutes les fois où l'on m'a accusée de manquer d'agressivité, parce qu'il faut des fois, pour son ti coeur, se lâcher lousse, voici le moment venu de la minute de chiâlage contre quelques affaires qui ont le don de m'horripiler...

Maudite Saint-Valentin : C'était hier. Une fête commerciale qui me met mal à l'aise chaque année, parce qu'elle a été inventée par des commerçants qui vendent des fleurs, des chocolats, des forfaits amoureux de toutes sortes. Dans ma vie amoureuse, pas de problèmes, on a mis ça au clair depuis longtemps, on refuse de jouer le jeu des commerçants et on est très complices là-dedans. Les autres font comme ils le sentent et c'est très bien. Cette année, je suis entourée de gens que j'aime, qui vivent des ruptures amoureuses difficiles. Hier, j'ai vu que la Saint-Valentin leur brisait le coeur encore plus que d'habitude. J'étais en beau maudit après la « fête des amoureux » qui venait leur rappeler qu'ils étaient seuls et sans amour...

Un sourire ne coûte rien mais rapporte beaucoup à ceux qui le reçoivent? J'ai toujours trouvé cette phrase... comment dire... insipide! D'abord, c'est pas vrai du tout, mon sourire, il me coûte un bras ces temps-ci. Justement hier, jour de la Saint-Valentin, j'étais sur la chaise du dentiste, le 2e rendez-vous sur une série de 4... 357 $ et c'est rien ça, le 3e m'en coûtera autant et le 4e, ce sera la cerise sur le sundae pour m'asséner le coup de grâce, avec une couronne estimée à 930 $... Un sourire ne coûte rien? Pour la travailleuse autonome que je suis, je songe à déduire cette dépense de près de 2 000 $ sur mon prochain rapport d'impôt, après tout, je gagne ma vie pas mal avec mon sourire...

Les pourriels : J'ignore comment ça se fait mais c'est pire depuis décembre dernier. J'ai un bon antivirus que je renouvelle tout le temps en décembre. La dernière fois, à la minute où j'ai installé le nouveau, le 2007, tout s'est détraqué et depuis ce temps, je reçois environ 25 à 30 pourriels tous les jours, en anglais en plusssssssse, et on veut me vendre du Viagra à la caisse et d'autres pilules en tout genre. J'ai ajouté des programmes qui auraient pu m'aider mais non, j'y arrive pas et je passe mon temps à supprimer ces messages. Ça m'écoeure quand je trouve pas de solutions à mes frustrations!

Le crédit trop facile : Dans mon courrier postal, je dois recevoir au moins 3 fois semaine des propositions pour obtenir facilement des cartes de crédit, des marges de crédit ou des prêts d'argent. Mon conjoint aussi. Notre fille aussi. Calculez comment ça fait de courrier non sollicité. Ils mériteraient qu'on dise oui, qu'on remplisse nos cartes jusqu'à la limite et qu'on ne paie pas une maudite cenne mais non, on est honnêtes, à la place, on leur retourne leurs cochonneries dans l'enveloppe port payé qu'ils nous fournissent avec. Mais là, il vient d'arriver ce qui devait arriver, notre fille de 20 ans s'est laissée séduire par une offre « bienveillante et généreuse », a négocié un prêt avec une de ces institutions financières qui ne tiennent pas compte du fait qu'elle est étudiante et la voilà avec un versement mensuel pour les 3 prochaines années. Ça devient quasiment de la fraude!

On m'a volé mes mots : Ça c'est l'affaire qui m'a le plus « gonflée à bloc » ce matin en écoutant la radio régionale où l'on repassait des bouts d'entrevue d'un ami auteur-compositeur-interprète. Il y a quelques temps, il m'a demandé si j'avais encore le VHS d'une émission (télé communautaire régionale) dont j'étais le sujet mais où lui, était l'artiste invité de la portion musicale. Il a voulu la ravoir et je la lui ai donnée. Lors de l'entrevue de ce matin, je reconnaissais mot pour mot des choses que j'avais dites dans cette émission et même ma façon de les dire. Il s'en appropriait comme s'il s'agissait de ses réflexions personnelles! J'ai eu l'impression qu'il me volait mon identité, un morceau d'âme...

Ça va aller : Bon ben là, c'est correct, ça m'a fait un bien énorme et si vous vous reconnaissez dans mes « pétages de coches », défoulez-vous aussi dans les commentaires. Et si c'est autre chose qui vous pompe l'air, envoyez fort aussi. On se fait une petite thérapie de chiâlage, O.K.? Imaginons-nous au Tim Hortons, il est 7 heures, il nous reste une bonne heure de avant d'aller travailler!

5 commentaires:

Alainsteadele a dit…

Je ne voudrais pas enfoncer le clou,mais le problème apparemment,est que vous faites un peu trop confiance aux autres.
Videz vos caches le plus souvent possible et faite attention a qui vous donnez votre adresse Email.Les entreprises se revendent ces listes.
Vous avez une belle écriture,vous devriez écrire un livre ou des mémoires.
Pour moi ,le net n'est le meilleur support pour protéger sa vie privée ou ces oeuvres.
Il reste 45mn pour boire votre café,pourquoi ne pas en profiter pour commencer.
Bon beigne.
Alain

Guy Vandal a dit…

Lors de l'entrevue de ce matin, je reconnaissais mot pour mot des choses que j'avais dites dans cette émission et même ma façon de les dire.

Sur le coup, l'affaire me fait royalement chier... pour toi. Mais en y repensant bien, à moi, ça me confirme ce que je pense... de toi.

Cette fois je m'abstiendrai d'élaborer, car tu prétend toujours que ce n'est pas vrai. Tu ne me connais pas ce talent ma chère Zoreilles, mais je devine les gens très, très rapidement, expérience oblige.

Moi j'aime ça venir ici, c'est inspirant...

;-)

Esperanza "ExLibrex" a dit…

Mon "pétage de coche":

REVENU QUÉBEC... En 2004, j'occupais un emploi, mais je devais travailler de chez-moi parce que l'organisme n'avait pas de siège social formel. Voilà que Revenu Québec enquête sur les dépenses reliées au travail (4151$ de dépenses sur un salaire brut de 40,000$). On me demande mes factures d'Hydro, de Bell, compte de taxes scolaires et municipales, montant des intérêts versés sur hypothèque, % de la superficie occupée dans la maison pour travailler, etc.

Ouais! 2004! Pour un petit salarié qui a toujours fait honnêtement ses déclarations d'impôts, à chaque année depuis l'âge de 17 ans, c'est à chier complètement.

Surtout quand on regarde les Vincent Lacroix, Lise Thibault et autres Doc Mailloux, ça m'écoeure!

Voilà!

Au moins, je viens de recevoir ma première paye de mon nouvel employeur, ce qui vient atténuer un peu ma rogne de ce vendredi...

Zoreilles a dit…

@ Alainsteadele : Merci du compliment et du conseil, vous avez raison, je fais trop confiance à tout le monde mais comment changer ça?

@ Guy : Tu devines les gens, toi aussi, hein? Moi, j'écoute ce qu'ils disent mais encore plus ce qu'ils ne disent pas, ce qui est beaucoup plus révélateur! ;o)

@ Esperanza : C'est donc choquant, j'ai le goût d'en rajouter même! Des dépenses de 4 000 $ sur un revenu total de 40 000 $ et ça prend des justifications à n'en plus finir... Comment ça qu'ils perdent leur temps (à nos frais) sur des petits cas comme les nôtres? Pendant ce temps, les multinationales se paient des fiscalistes pour camoufler des profits faramineux et se soustraire à leurs obligations!

Je fais affaire avec une comptable une fois par année, au moment des déclarations d'impôt, le reste du temps, je fais mon administration moi-même mais tu sais quoi? Ma comptable, elle est plus sévère que Revenu Québec et Revenu Canada réunis. L'an dernier, elle m'a refusé des dépenses d'opération pourtant bien légitimes en me mettant en garde que les travailleurs autonomes et très petites entreprises étaient « fouillés » plus souvent... parce qu'ils n'ont pas de défense!

Et dire qu'on n'a ni fonds de pension, ni assurance emploi, ni assurance salaires et qu'on n'est pas protégés non plus par la CSSST en cas de problèmes... Aucune sécurité pis il faut se battre en plus contre la bêtise humaine fonctionnarisée! Il faut avoir besoin de liberté en Simonac, je te jure. T'as bien fait d'accepter un job salarié!

alainstadele a dit…

Moi aussi je suis travailleur automnome, mais je trouve parfois que ma liberté me coûte beaucoup.
En plus des incovénients que vous énumérez,j'ajouterais ceux-ci.
Les 35h et même 50, connais pas et quand j'arrive a avoir une journée de libre je suis bien content. Ma liberté est que je peux au moins la choisir. yessssssssssssss!!!!!
J'arrête, il me faut un café, j'ai encore beaucoup de travail.
Fini la récré
Alain