mardi 14 février 2012

La fête des coeurs

J'ai déjà publié cette photo que j'avais prise à l'automne 2006 et qui avait servi à illustrer un billet où je pétais une coche à propos de cette fête commerciale qu'est la Saint-Valentin. Vous croyez que je radote? Non, je recycle!



La fête des coeurs



Rassurez-vous, je ne pèterai pas de coche aujourd'hui, je sais que ça ne servirait à rien. Cette fête va demeurer commerciale, les marchands auraient trop à perdre à nous la faire oublier, et il y aura aujourd'hui des coeurs esseulés qui seront encore plus tristes de n'avoir pas de grand amour dans leur vie et c'est ce qui m'attriste.



Non, moi, je veux vous proposer autre chose qui donnerait un sens illimité et inclusif à cette fête des coeurs. Pourquoi faudrait-il la considérer absolument comme la fête de l'amour genre « la love » comme dans les vues? Même les magasins y trouveraient leur compte avec ma proposition.



Faisons la révolution de la Saint-Valentin!




On pourrait semer de l'amour et de l'amitié, sous forme de tendresse et de chaleur, avec un peu de délicatesse, des petites douceurs, des instants de bonheur offerts simplement à ceux et celles qui ne s'y attendent pas du tout.



Des coeurs. En dentelle, en ballons, en bonbons, en chocolat. Pas très original mais ça fait toujours son effet à cause du message que ça véhicule.



Des fleurs. Un petit bouquet de rien du tout acheté à l'épicerie si vous voulez, même des fleurs dessinées. Pourquoi pas?



Des mots. Dans une carte, un petit papier plié en origami, un courriel, une vraie lettre parfumée délicatement qui arrivera par la poste dans quelques jours (mais d'où sort ce vieux restant de romantisme collé au fond?...)



Du temps. Pour un coup de fil, prendre des nouvelles, un café, faire une invitation à la dernière minute pour une sortie impromptue, un rendez-vous doux qu'on remettait depuis trop longtemps, préparer le dessert préféré d'une personne et lui apporter tout chaud.



Et à qui Cupidon décocherait ses flèches?



À des personnes âgées qui s'ennuient trop souvent et qui aimeraient sûrement vous raconter leurs histoires d'amours passées et/ou présentes...



À la voisine qui vient de perdre son conjoint et pour qui la vie n'a plus le même sens...



À l'infirmière débordée de travail qui n'a plus de temps pour elle-même ni pour une vie sociale...



À votre vieux chum qui s'adonne à être en peine d'amour (Lui proposer une bière dans un bistrot sympathique au lieu d'un coeur en chocolat)...



À un prof qui passera la soirée de la Saint-Valentin à corriger 80 copies, bourrées de fautes, et qui finira par mettre en doute des règles de grammaire apprises au primaire...



À la réceptionniste qui vous accueille toujours avec un sourire radieux et qui fait la différence dans votre journée...



À l'éducatrice en garderie qui donne à nos enfants ce qu'elle a de meilleur et de plus aimant...



Au cousin qui vit un moment difficile...



À l'amie d'enfance à laquelle on pense...



Aux enfants qui vous rendent heureux et fiers, particulièrement s'ils ne sont ni heureux ni fiers, ils en ont d'autant plus besoin...



À ceux qui n'ont plus la force de sourire, parce qu'ils ont tant besoin du vôtre qui leur servira de miroir...



Dans ma révolution de la Saint-Valentin cette année, j'ai offert mon coeur-pas-du-tout-en-chocolat à tous les Madelinots et Madeliniennes. Pour leur sens de l'entraide légendaire, de la famille, de l'amitié, de l'humour, de la débrouillardise et leur joie de vivre communicative dans cette épreuve qu'ils vivent présentement.



Et puisque le coeur multiplie et ne divise pas, j'ai commencé ma révolution depuis vendredi dernier! Vous savez quoi? C'est moi qui ai le plus reçu jusqu'à maintenant. Rien qui vient du magasin par exemple. Gnan gnan gnan gnan gnan!


38 commentaires:

Solange a dit…

Tu as bien raison donnons, un sourire, un mot d'encouragement, toutes ces petites choses qui font plaisir et ne coûtent rien. Belle journée chez toi.

Zoreilles a dit…

@ Solange : M'étonne pas que t'embarques dans ma révolution!

Et à toi beaucoup d'♥ de toutes les sortes.

Zoreilles a dit…

J'arrive d'en ville... J'en ai vu des gars avec les bras chargés de fleurs de l'épicerie et à la caisse express devant moi, d'autres faisaient la file avec des ti-coeurs remplis de chocolats mais ce que j'ai vu de plus beau, ce sont ces enfants qui débarquaient de l'autobus scolaire avec des coeurs qui dépassaient de leur sac d'école!!!

Gelisa a dit…

Que l'amour règne dans les coeurs, non pas seulement aujourd'hui, mais tout au long de l'année

« Joyeuse St-Valentin à toi et à tes proches !!!!
♥♥ •:*¨¨*:•♥.•:*¨¨*:•♥♥♥♥♥
__♥____♥_♥_____♥♥♥
__♥_____♥_____♥♥♥
____♥_______♥♥♥
______♥___♥♥♥
________♥•♥ »

Zoreilles a dit…

@ Gelisa : Oh que c'est joli! Tu t'amuses à dessiner des coeurs? Ça fait naître des sourires!

J'avais perdu ta trace dans les brumes du monde virtuel, là je te retrouve.

Joyeuse fête des coeurs à toi aussi

Le factotum a dit…

Ma douce et moi avons passé l'après-midi chez une amie très chère qui ne peut plus se déplacer.
Après ce bonheur intense ♥ ♥, un petit tête à tête au bistro du coin avant de revenir tranquillement pour un souper intime à la maison.

Air fou a dit…

C'est comme ça qu'on fête par ici, chère Zoreilles.

Des mots qui sont sortis spontanément aujourd'hui, autour de moi, des gestes, qui furent pour moi mes cadeaux pour cette fête, et en bonus, je sais qu'il y en aura encore bien d'autres avant le retour de la fête officielle.

En Ouzbékistan (pas trop de coquilles j'espère, je suis fatiguée), on a trouvé un « héros » national pour interdire la célébration de cette fête, interdite aussi en Iran. Si c'était aussi une révolution, cette fête, une fois transformée, hein?! Je ne parle pas du peace & love au-dessus de tout, on se comprend, mais avoir le droit de tendresse avec ceux, celles qui nous sont chers ou qui jouent un rôle d'adoucisseurs dans notre vie, c'est déjà ça!

C'est drôle... être parti d'une fête païenne aux mœurs sexuels assez redoutables, récupéré par l'église catho romaine, ne pas savoir lequel des deux valentins on est censé célébrer, passer par d'autres sentiments, plus profonds, à leur tour récupérer par l'église du Profit, interdite et récupérer au profit d'un « héros » national. Comme quoi les idéologies sont de puissants outils pour protéger les pouvoirs en place et ancrer les valeurs que l'on veut imposer. Par contre, avec la toute petite planète que nous avons maintenant, où toutes les infos circulent et toutes les influences, pas sûr que ces interdictions pourront fonctionner!

Tendresse et amitié à toi.

Zoreilles a dit…

@ Le factotum : Faire quelque chose pour rendre quelqu'un heureux et le faire ensemble, n'est-ce pas un gage d'amour solide et durable? Vous avez tout compris, Ipso et toi. Vous avez le bonheur et l'amour inscrits en lettres d'or dans votre histoire. Il n'y a pas de plus belle manière de célébrer la fête des coeurs ♥

Zoreilles a dit…

@ Air fou : Qu'il s'agisse de la Saint-Valentin, Pâques, la Fête des Mères, des Pères, Fête Nationale du Québec, du Canada, des États, l'Action de Grâces, l'Hallowe'en, Noël, le Jour de l'An, en tout cas au Québec, toutes ces fêtes sont païennes, quels que soient leurs ancrages plus ou moins nébuleux inscrits dans l'Histoire avec un grand H. C'est de même!

S'il nous reste quelques traditions, j'ai bien peur que ce soit celles qu'on a établies nous-mêmes dans nos familles et notre entourage mais ça demeure en circuit fermé. Très fermé. Ce que les marchands nous imposent, ce ne sont pas des traditions à célébrer ni des rassemblements dans la joie des retrouvailles, ça se résume en un mot : consommation. C'est la seule religion qu'on pratique et nous sommes fervents.

Ailleurs dans le monde, ça se passe autrement parfois et je n'y peux rien. Ils interdisent la célébration de la Saint-Valentin en Ouzbékistan et en Iran? Je te jure que je le savais pas mais si j'habitais ces pays-là, je serais tentée de célébrer cette fête, juste pour « contrairer ». Les atteintes à la liberté me répugnent et me révoltent.

Ici au moins, les marchands nous influencent et ça nous oblige un peu mais on a tout de même la liberté de décider si on résiste ou pas!

Tandis que t'es là, je voudrais profiter de l'occasion pour porter à ton attention le fait que je suis allée mettre mon grain de sel sur tes deux billets dans ton nouveau blogue mais ils ne semblent pas avoir passé l'épreuve de « l'administration ». Avec moi, faudra pas que ce soit trop compliqué, parce que je suis la reine des technonouilles, tu le sais... Mais je me disais que si c'était compliqué pour moi, ça devait l'être pour d'autres aussi.

T'as eu une belle fête des coeurs alors? Chouette ♥

crocomickey a dit…

Moi j'ai reçu un bô p'tit coeur en chocolat. Pi çé toutt ! Rien d'autre au programme. Journée ordinaire. On se reprend demain matin avec un bô déjeûner avec ma fille ... La vie est belle pas de vaisselle ! :-)

Zoreilles a dit…

@ Crocomickey : C'est déjà pas mal, moi je trouve! Congé de vaisselle, un ti-coeur en chocolat et déjeuner avec ta belle Claude... Tu vas faire des jaloux, surtout au déjeuner ♥

Toujours les mêmes qui ont toutttt!

étoile a dit…

Hier jour de la St-Valentin,je suis aller marcher avec une amie,je suis ensuite allé manger une soupe chaude au restaurant .Je n'aime pas les choses compliquées. Divorcée depuis de nombreuses années,je vis seule depuis.J'ai appris à me gâter à tous les jours.Hier, J'ai téléphonné à mon fils,à mes parents et mes amies,pour leurs rappeller encore une fois combien je les aiment.Je suis très bien entourée et heureuse. Je n'aime pas du tout les magasins qui nous imposent leurs bébelles à vendre.Je suis allé à l'épicerie tantôt et les chocolats de Pâques sont déjà sortis merde. Bravo pour ta révolution j'embarque aussi.merci.

Caboche a dit…

Tiens donc, la révolution et l’amour! C’est Zoreillles tout craché.
Quel optimisme t’habite! Si je comprends bien, tu t’attaques (encore, après Noël) au monde de la finance, à la société de consommation, aux conventions, aux USA pour ne pas dire à l’Occident tout entier.
Je crois en tous ces gestes que tu proposes, mais on les fait en dehors d’une journée imposée par le calendrier du dollar et des conventions. Enfin, pour moi c’est ça la révolution.
Mes proches me connaissent tellement, qu’ils se garderont bien de me téléphoner le 14. Nous on fête les vendredis 13.
Des témoignages d’amour, d’amitié, de reconnaissance, d’appréciation, j’en fais à l’année, à mon conjoint, à mes enfants, à mes amis, tiens, même à ma pharmacienne un jour d’automne où il n’y avait rien de spécifier au calendrier, juste pour la remercier de l’aide qu’elle m’avait apporter pendant les 5 mois où j’ai été alitée.

En ce 15 février, toute mon amitié, Zoreilles.

Zoreilles a dit…

@ Étoile : Ça, c'est de l'amour... de soi, c'est génial de commencer par là pour pouvoir ensuite mieux aimer les autres. Ton étoile scintille : « J'ai appris à me gâter à tous les jours ». Et tu le fais dans une grande simplicité, j'embarque dans ta révolution, elle me plaît! Non mais c'est vrai, on ne nous a pas appris ça quand on était enfants, on a dû l'apprendre par nous-mêmes à travers les aléas de la vie. Certains l'apprennent « à la dure ». Et prendre soin de soi, tu l'as compris, ça se fait rarement dans les magasins!

Zoreilles a dit…

@ Caboche : Dans tout ce que tu as nommé, c'est la société de consommation (de surconsommation) qui m'achale le plus. À l'année longue! En deuxième, je dirais que les conventions m'exaspèrent aussi.

Ce sont deux irritants que je ne risque pas de rencontrer chez vous! Vous mettez bien plus de créativité et d'originalité dans vos fêtes, je n'en doute pas une seconde.

Évidemment, on ne pratiquera pas cet art uniquement autour de la Saint-Valentin si ce n'est pas déjà présent dans notre façon d'être le reste de l'année.

Dire son affection et sa reconnaissance à nos proches, c'est gagnant. Le faire auprès des personnes qui nous ont rendu service ou qui ont fait une différence dans notre vie à un moment donné, on n'imagine pas jusqu'à quel point ça peut faire la différence dans la leur.

Socialement, gratuitement, sans compter, si plus de gens faisaient ça, le monde s'en porterait mieux.

Tu contribues à embellir le monde...

Anne-Marie a dit…

Quel beau texte belle-sops!

Tu sais, la St-Valentin, c'est exactement ce que tu décris! J'ai été longtemps déçue lors de cette journée par les années passées... J'étais prise dans cette conception commerciale de la chose!

Mais, maintenant que j'ai quelqu'un d'extraordinaire dans ma vie (je te le présenterai un jour!!!) qui s'applique à faire de chacune de mes journées une mini-fête de la St-Valentin et bien je crois que je vais complètement décrocher et changer ma vision "boutte pour boutte"!

Nous on a passés la St-Valentin à Matagami! Mon Valentin m'a fait visiter chacune des rues (avec souvenirs à l'appui!) et m'a fait gravir le Belvédère afin que je puisse voire la ville de son enfance!

Et BONUS TOTAL, lorsque je suis arrivée du travail mardi, un superbe bouquet de fleurs m'attendait accompagné des plus beaux mots d'amour qu'il m'ait été donné de lire! J'en suis toute chamboulée encore!

"LOVE IS IN THE AIR"!!!!

xxx

Zoreilles a dit…

@ Belle-sops (!) : J'ai toujours dit qu'en dedans de Frops, se cachait un trésor. Toi, tu l'as trouvé ça a l'air. Il fallait juste avoir l'oeil... les zoreilles... l'esprit... le coeur et au moins trois soleils qui brillent de tous leurs feux ♥

Une visite guidée à Matag... Ça, c'est original. Quel beau cadeau de St-Val. Il devait y en avoir des souvenirs d'enfance là-dedans. J'en connais quelques-uns mais pas tous sûrement. Il t'a raconté la fois où il était tombé sur la tête dans la fosse alors que c'est moi qui le gardais? Pauvre ti minou, il pleurait même pas, il me posait toujours la même question : « Sont où P'pa pis M'man? » et moi, je répondais « Sont chez mon oncle Yvon » et il reposait sans cesse la même question. Je crois qu'il avait fait une commotion cérébrale mais dans ce temps-là, les commotions cérébrales n'étaient pas encore inventées, alors j'ai appelé chez mon oncle Yvon et j'ai dit à P'pa que Yves était tombé sur la tête et qu'il était devenu fou!!! Il t'a sûrement raconté aussi l'histoire de la gomme de feu? Yves était un petit garçon qui ne pleurait jamais mais la fois de la gomme de feu, il grimaçait en maudit!!!

Tu sais que les premiers enfants avec lesquels je suis tombée en amour, ce sont mes p'tits frops? Ils n'ont presque pas changé, juste grandi beaucoup...

Des fleurs en plussssssssse? Mais si ça faisait un décor pour les jolis mots, je n'ai plus le goût de faire la révolution! ;o)

Air fou a dit…

Zoreilles

Il faut juste cliquer sur les titres et on arrive à l'article au complet avec les commentaires. Merci pour ta visite, en espérant qu'à la prochaine tu réussiras à pousser la porte.

Zoreilles a dit…

@ Air fou : Oui oui, ça c'était le bout facile! J'ai écrit un commentaire sous chacun des deux billets, ils s'étaient affichés mais « en attente d'approbation par l'administration », ce qui ne s'est pas matérialisé. Pourtant j'avais fait attention de ne pas dire trop de niaiseries!!! Et puis j'avais suivi tes consignes, pas de ♥ pas de Z, pas de familiarités, c'était d'une très grande sobriété, je t'assure.

Ton « administration » m'a rejetée, Si j'insistais, ce serait du harcèlement. Donc, je vais lire et je ne participe pas aux discussions.

Le factotum a dit…

Je suis certain que tu n'est pas restée assez sérieuse, je te connais bien, toi! ♥
Sans farce, fais un nouvel essai!

Anne-Marie a dit…

Coucou!
J'aime tellement ça lire les réponses que tu me fais Belle-Sops!!! Et en plus, je les lis avec ton frère qui est tout aussi enchantée que moi de te lire!

On a tellement rigolé hier soir!!! Cher Chéri ne m'avait pas raconté ces deux anecdotes! Il m'a dit que c'est depuis cette fameuse chute qu'il est devenu fou! Et c'est en se tordant de rire sur le divan qu'il s'est souvenu de la gomme de feu! Et moi je l'imaginais avec sa petite bouille et ses beaux petits cheveux blonds se tordant la bouche! Il devait être ADORABLE! Moi aussi je pense que je serais tombé en amour avec cet enfant!!!

...un trésor, tu dis? Le plus beau! Un trésor que je vais chérir et dont je vais prendre le plus grand soin...longtemps...longtemps...longtemps!

Bonne fin de semaine!
<3 xxx <3

P.S.
Tu as vu la belle neige ce matin? Tout simlement F É É R I Q U E !
Par contre, très lourd sur le toit du campe... Je devrai me passer de Cher Chéri demain qui ira enlever le tout...

Zoreilles a dit…

@ Le factotum : Je te jure, j'avais vraiment été sérieuse, je m'appliquais. Ne sous-estime pas ma techno-nullité!

Je ferai preuve de détermination, je te le promets.

Zoreilles a dit…

@ Anne-Marie : Kikou!!!

C'est vrai que l'amour c'est plus fort que la police, t'as réussi à amener mon frère sur mon blogue!!!

J'étais certaine que ces deux anecdotes avaient été les premières qu'il aurait pu te raconter. Alors, je suis ravie d'avoir provoqué des rires chez vous hier soir.

Oui, j'ai vu cette belle tite neige, quand j'ai été acheter mes hebdos régionaux en ville, j'ai prolongé le plaisir en allant les lire devant un bon café aromatisé vanille/noisette avant de revenir faire ma revue de presse à mon bureau. J'aurais fait l'école buissonnière si je m'étais écoutée!

Bah ton trésor reviendra sûrement samedi au souper?

Quoiqu'il advienne, bonne fin de semaine!

Dididit a dit…

En tant que présidente d'office du nouvel état Valentino tu vas devoir te trouver un nom de cheuffe d'état après ta révolution. Moi je te suggère Fidèle, ça sonne mieux dans les circonstances que simplement Castro. Ché pas... Fidèle en amour ça djive pas pire me semble. Comme un gant même. Oh, ne pense pas à moi pour ton conseil des ministres, je suis pas très fort en la matière. Si au moins l'amour était une maladie, on pourrait se soigner et apprendre mieux à chaque fois. Quand même, originale ton idée. (MDR)

Lise a dit…

Zoreilles,

cette photo je m'en souviens parfaitement car je commençais tout juste alors à découvrir l'univers des blogues; j'avais laissé sous le billet l'un de mes premiers commentaires.

Le monde des blogues a bien changé depuis, plusieurs maisons virtuelles étant devenues inhabitées et d'autres inhospitalières, avec portes barricadées, mots de passes et attente indéfinie non seulement de voir un inoffensif commentaire affiché, mais d'une réponse même courte. On ne reconnait plus les propriétaires et on n'a pas envie d'y retourner. C'est mon cas.

Mais ici ça sent l'amitié à plein nez, la bienvenue toutes portes ouvertes, et je ne trouverai jamais de mots assez forts pour exprimer tout le bien que tes billets m'ont fait au fil des ans, ainsi que les commentaires enrichissants de tous.

Fête des coeurs ou pas tu es toujours la même, et pour ça tu es irremplaçable.

Lise XX

Zoreilles a dit…

@ Didi : Ce serait moi la cheuffe d'état après la révolution? Ça me tente! Zoreilles que ce serait mon nom, ça nous ferait différent une cheuffe d'état un ti peu à l'écoute! Et mon slogan, ce serait : Fidèle en amour, en amitié et à ses promesses... What you see is what you get! Sauf que faudrait le traduire en français, j'ai deux ou trois principes sur lequel je serais pas trop négociable! Tu serais mon Che? Je t'appellerais Che Dumont! Ça nous rappellerait des souvenirs... « Au coin d'la Carter pis d'la Huit/Y a tant de souvenirs qui m'habitent/Survit encore bénédiction/Dépanneur Épicerie Dumont... »... « C'était comme un supermarché/Empilé dans 10 pieds carré/Les tablettes ploient sous la douleur/M'as prendre un chip pis une liqueur... » Ah nostalgie... ;o)

Zoreilles a dit…

@ Lise : Si mon blogue n'avait existé depuis 5 ans que pour cette raison-là :

« tout le bien que tes billets m'ont fait au fil des ans, ainsi que les commentaires enrichissants de tous.»

ça en aurait valu la peine... Je suis sérieuse là...

Je n'ai pas de mérite si je réponds aux commentaires, c'est la plus agréable partie de toute cette aventure. Ceux qui écrivent sérieusement n'ont même pas ce plaisir-là d'échanger avec ceux qui les lisent, sauf en quelques rares occasions, comme les séances de signature, les lancements, les salons du livre. Moi, pas écrivaine pour le vrai, j'ai cette chance, c'est même ma motivation. J'écris de temps en temps un petit billet de rien du tout et les gens viennent discuter avec moi, comme des amis. Je m'attache à eux. Ils deviennent réels tellement j'imagine leurs mimiques, leur voix, leur attitude, leur sourire.

Je ne suis pas irremplaçable, non, ça j'en suis sûre, mais on me prend comme je suis et ça me fait chaud au coeur.

Merci pour ces mots d'amour et d'amitié que je n'oublierai jamais ♥

Francine Zoreilles

Jackss a dit…

Je ne souhaite pas une bonne St-Valentin, Zoreilles

Il est trop tard. Et j'ai bien reconnu ton esprit d'innovation. Tu as le don de donner de la couleur à tout ce que tu touches. Même chacun de nos commentaires, tu sais les rendre encore plus significatifs et attrayants que ce que nous avions pondus.

Tu transformes le monde, les idées les plus humbles et c'est ainsi que nous t'aimons. Tu as donc mérité mon Valentin pour tout l'amour que tu fais germer autour de toi.

Zoreilles a dit…

@ Jacks : Ton Valentin, je le reçois avec émotion et humilité. Tu vois comme je suis bien entourée? Ce n'est pas moi qui fais germer de l'amour autour de moi, il existe déjà en dehors de moi cet « amour-là » et chaque fois que je le perçois, ou que j'en ressens l'essence et/ou l'urgence, j'ai l'impression qu'il faut le partager avec d'autres, pour que nous soyons nombreux à prendre conscience de la bonté et de la beauté du monde. Nous en avons bien besoin...

Pour arriver à contrer ou amoindrir tout ce que la société nous garroche en pleine face dans les médias qui nous empoisonnent la vie (et particulièrement les réseaux d'information continue) dont nous devenons de plus en plus dépendants, ça prend beaucoup de cette humanité-là pour nous ramener à l'essentiel.

Si l'on ne faisait pas attention, Jacks, si l'on suivait le courant, on en viendrait à ressentir des émotions trop intenses et un chagrin trop personnel à l'annonce du décès de Whitney Houston ou Gary Carter, et l'on se fermerait le coeur et l'esprit à la peine de sa voisine, au courage de son cousin, à la compassion pour ceux qui souffrent, à l'abandon et aux difficultés de nos personnes âgées, à la faculté d'émerveillement qu'ont encore nos enfants, etc.

Sur les réseaux sociaux (je dirais plus Facebook que les blogues) je vois se produire des phénomènes virtuels qui nous feraient réviser complètement, toi et moi, les regards sociologiques qu'on portait à la fin des années 90 dans ces conférences sur « les relations humaines et l'éthique dans le monde virtuel ». Tu dois y penser souvent toi aussi, hein?

Ah ça ne me décourage pas, non. Ça ne m'attriste pas non plus. Ça ne me révolte pas ni me scandalise ni ne m'étonne. Ça m'interpelle autrement. Je me sens ailleurs, je dirais plutôt que ça me marginalise dans ma façon d'aborder la vie et le monde. Je pourrais remettre en question ma participation aux blogues et à Facebook. Même pas. Je refuse simplement de devenir une ermite à temps plein, loin de cet univers-là, le seul où je puisse librement écrire et diffuser, même à petite dose et à petite échelle. C'est ma façon à moi de ne pas baisser les bras.

J'avais le goût ce matin de partager cette réflexion avec toi, mon plus fidèle et « vieux » compagnon de route dans ce monde virtuel qui prend tellement de place dans nos vies qu'il finit par nous éloigner de la réalité du monde. Celle tout près de nous.

Tu m'as offert un si beau Valentin, je ne voudrais pas que tu repartes les mains vides, alors je t'offre une partie de mon ♥

Esperanza a dit…

Chez-moi, ça s'est résumé à peu de choses... Petit dessert spécial mardi et petit souper spécial samedi, à trois, humblement attablés dans la cuisine.

Curieusement, cette "fête" est maintenant davantage tournée vers fiston qui "suit" les activités scolaires qui, pédagogiquement, semblent tournées vers la doctrine commerciale...

Pour ma part, quelques mots, un dessert spécial arémenté de coeurs faits avec des fraises et agréablement présenté.

Je pense que l'important dans tout ça, c'est de le faire pour faire plaisir aux autres... Prendre le temps d'une petite attention spéciale...

Zoreilles a dit…

@ Esperanza : Oui, c'est ce que je voulais dire aussi, « élargir » notre conception des ti coeurs pour inclure les enfants, les grands-parents, les voisins, les cousins, la réceptionniste, l'infirmière, l'enseignant(e), l'éducatrice en CPE, en fait je voudrais que cette fête devienne celle de l'amour avec un petit a, pas rien que celui avec un grand A, en principe assez exclusif!

C'est Crocodile Dundee qui m'a fait rire. Le lendemain de la St-Val., les gars en parlaient autour de la boîte à lunch sur le chantier où il travaillait. Un des gars (35 ans) s'est fait dire en arrivant chez le fleuriste qu'il devait se taper la file de 45 minutes avant que son tour arrive. Dundee lui a répondu que lui, sa blonde aimait mieux qu'il n'arrive pas trop tard... et de bonne humeur!!!

Il me connaît bien, hein?

Zoreilles a dit…

Dans notre petite ville, il y a au moins 3 boutiques de fleuriste et on trouve des fleurs aussi dans les supermarchés.

Crocodile Dundee serait bien embêté s'il devait m'acheter des fleurs. C'est pas son genre. Mais souvent, il m'apporte des belles écorces de bouleau pour faire mes cartes ou de la tite mousse de lichen pour mes bricolages. Des fois, il m'invite à danser un slow sur la galerie du campe quand il « échappe » le poêle à bois avec une bûche de trop, en écoutant la musique de la radio algonquine qu'on capte sur 98,3!!! Il a une façon bien à lui de me prendre par la main et de m'emmener en courant voir quelque chose qu'il trouve fantasmagorique, qu'il dit.

Et ça, c'est tout au long de l'année!

La fête des coeurs, ça peut vouloir dire de se mettre dans la peau de l'Autre, unique et original, qui ne rentrera jamais dans aucun moule!!! Et l'aimer tel qu'il est...

Le factotum a dit…

Il va falloir que je parle personnellement à Crocodile Dundee.
Il me semble d'une sagesse exemplaire...
Un exemple à suivre à tout "PRIX".

Zoreilles a dit…

@ Facto : Tu lui trouverais beaucoup de charme, toi qui as un papa-poète! Sagesse exemplaire? Ça le ferait rire beaucoup beaucoup, ça. Mais c'est un monument d'authenticité, un coeur vaillant, un naturel, dans tous les sens du mot...

Anonyme a dit…

Zoreilles, j'ai bien aimé :

"À un prof qui passera la soirée de la Saint-Valentin à corriger 80 copies, bourrées de fautes, et qui finira par mettre en doute des règles de grammaire apprises au primaire..."

Mais qui leur donnera quand même des ptits bonbons en forme de coeur dans la journée, lol! xx


soisig

Zoreilles a dit…

@ Soisig : À toi, je peux bien le dire, cette prof qui a passé la soirée de la Saint-Valentin à corriger 80 copies bourrées de fautes jusqu'à se remettre en question sur des règles de grammaire apprises au primaire, tout en offrant une prestation sur scène lorsqu'elle avait presque terminé, c'était une prof stagiaire en plus. Mon billet suivant était déjà en train de mijoter...

La prof qui a bien connu ça et qui donnait des ti coeurs aux enfants, c'est mon amie, une autre prof que j'admire beaucoup!

;o)

Anonyme a dit…

J't'aime toi!
Soisig

Zoreilles a dit…

@ Soisig : ;o)