lundi 17 octobre 2011

L'art du camouflage







Photos 1, 2, 3 et 4 : Toutes prises le samedi 8 octobre, vers 11 h 30, dans le même espace/temps d'une minute, à un kilomètre du campe.


1 : Un petit exercice facile... La voyez-vous? Interdiction cette fois de cliquer sur la photo pour l'agrandir, je regrette, c'est le règlement. On joue sérieusement là.



2 : Elle est là!



3 : Encore plus facile... La voyez-vous?



4 : Elle n'a pas l'air contente de se faire zoomer de même mais c'est bien elle qui vient de se virer de bord. Ma-da-me la perdrix fait la baboune, elle n'aime pas les kodaks elle non plus!



L'art du camouflage



Comme vous le savez, j'arrive de vacances. Une semaine en forêt. Une toute petite mais très grosse semaine en même temps. J'étais tellement loin du monde!



J'ai de la misère à vous dire qu'on est revenus bredouille, juste parce qu'on n'a pas vu d'orignal. Dire ça, ce serait comme avouer qu'on n'a pas trouvé ce qu'on cherchait ou qu'on y serait allés pour rien, zéro résultat, pas d'objectif atteint, sweet nothing. Non, on n'est pas si bredouille que ça quand même.


Avoir voulu, on aurait pu cabocher pas mal de perdrix. Mais on ne voulait pas. J'aime mieux les photographier. Ou les suivre dans les sous-bois jusqu'à ce que je les perde de vue dans le décor parce qu'elles excellent dans l'art du camouflage. Ou encore les faire choquer pour qu'elles me fassent la baboune, sont drôles des fois, les perdrix. Surtout les mâles, quand ils se gonflent les plumes pour avoir l'air plus costauds. Ils pensent m'impressionner!



Les comportements des animaux de la forêt me captivent pendant des heures. Je ne me lasse pas. J'ai vu la semaine dernière une guerre de territoire entre un écureuil fantasque et une pie qui ne ne s'en laissait pas imposer du tout. Il criait et courait partout comme un gazé de la guerre, elle a appelé ses copines à la rescousse, à trois, elles ont eu le dessus, il a fini par repartir comme il était arrivé, le paquet de nerfs. Bravo les filles, faut pas s'en laisser imposer par les criards et les mal élevés.



Dans l'art du camouflage, les perdrix m'ont fait réfléchir la semaine dernière. Parce qu'on prend des vacances pour ça au fond, réfléchir à des situations, prendre des décisions, des résolutions, pour revenir dans le monde avec un regard neuf, un esprit reposé, regaillardi et des plans.

Je devrais pratiquer l'art du camouflage moi aussi, je vais m'y mettre. Comment se fait-il que lorsqu'il y a quelque chose à faire, un projet à mener à terme, une situation délicate à dénouer, une tâche ardue à accomplir, un problème, une corvée, un service à rendre, un miracle à faire, un chagrin à consoler, je me sens tout le temps interpelée vivement, comme s'il y avait un gros spot de 1000 watts braqué dans ma face et qu'on attendait ma réponse?


Parce que je suis pas bonne dans l'art du camouflage! Je sais pas me défiler, me fondre dans le décor, me faire oublier, je m'embarque et je m'en aperçois après que tout le monde est parti. Ça fait qu'en bout de ligne, je suis toujours débordée et j'ai pas de vie! Non mais, on parle pour parler là, j'exagère à peine, mais c'est vrai que je me ramasse tout le temps avec des responsabilités que je prends parce que personne d'autres ne veut les prendre et que je suis une personne très fiable et très très très extrêmement responsable. L'art du camouflage, ouais... Comment n'y ai-je pas pensé avant d'avoir 54 ans? Me faire discrète... C'est ma nouvelle résolution.



Ah et puis, j'ai réfléchi à pas mal d'autres choses aussi. Une toute petite semaine de vacances mais très très très grosse semaine. Pas bredouille en tout cas. Oh non!

70 commentaires:

Solange a dit…

C'est ce qui est important revenir satisfaite de ses vacances et peut-être avec quelques secrets de camouflage pour les prochains mois.

Guy Vandal a dit…

J'ai pas triché... mais je ne l'ai pas vu du premier coup sur la première photo!

Camoufle toi comme il faut mais, arrête pas d'écrire, tu décris tellement bien. ;o)

Petit train va loin a dit…

Suis heureuse de constater que vous ne revenez pas bredouille! Ce fut le temps d'un constat, il en est certain. Je ne vous connais que par l'entremise de votre blogue, j'en suis devenue une lectrice assidue. À vous lire, il est aisé de conclure que vous êtes une personne "très fiable, et très, très, très extrêmement responsable", c'est à n'en pas douter. Laissez cependant une 52 ans d'âge vous donner ce conseil : peut-être un prochain billet intitulé : L'art d'apprendre à dire non, je vous le souhaite sincèrement, car votre "vie est importante". Sachez que j'adore vos billets, je ne les commente pas souvent, mais celui-ci m'a interpellée! Bonne continuation! P.S. : et que dire des belles photos qui accompagnet et complètent de jolie façon vos billets!!!!

Le factotum a dit…

Comme ça, les mâles ne t’impressionnent plus…
Toi la bougie d’allumage de ton clan…
J’ai hâte de voir combien de temps tiendra ta nouvelle résolution …
Tu es bonne comme du bon pain maison …
Mais j’espère de tout ♥ que tu tiendras bon!
Moi, je l'ai vue la perdrix sur la première photo.
J'en ai plein dans mon petit boisé qui jouent à cache-cache avec moi en toute sécurité...

Air fou a dit…

Là, Zoreilles, si tu annonces ici combien tu es fiable, responsable, combien tout le monde se fie sur toi, c'est un gros camouflage raté. :D :D :D

Zoreilles... T'es la cerise au marasquin sur la montagne de crème glacée blanche à la vanille, la petite perle nature pour laquelle les pêcheurs d'huitres bravent le fond, le néon clignotant dans l'annonce du restaurant qu'on aurait pas vu sur l'autoroute, le mot de départ des mots entrecroisés, le coup d'archet bien juste donné avant que les violons se joignent à l'orchestre. Et tu te penses bien cachée, là?

Je vais mettre ton billet en lien sur Kijiji dans le rayon des services gratuits à domicile. Euh... T'es d'accord?

Que veux-tu, t'es trop pas beige, ma chère! Prendre la couleur des autres branches, rien que d'y penser, je suis sure que tu en deviendrais verte! Alors faut attendre que l'été revienne mais alors, ça t'aura passé! Hihihihihi!

Zed ¦D

Pierre F. a dit…

La perdrix doit passer inaperçue pour survivre. Je ne t'imagine pas heureuse d'être tapie dans l'ombre. Sans doute trouves-tu lourd, par moment, toutes ces responsabilités dont tu hérites naturellement et en même temps, elles sont probablement nécessaire à ta survie émotionnelle. Souvent, ce qui paraît extérieurement est un bel indice de ce qui se passe intérieurement.

Zoreilles a dit…

@ Solange : Ce qui est le plus difficile à changer, c'est soi-même! Mais d'un autre côté, c'est la seule emprise qu'on a sur le cours de la vie... Je vais tâcher de tenir ma résolution ♥

Zoreilles a dit…

@ Guy : Tu l'avais pas vue du premier coup? Youpi, j'ai réussi, c'est ce que je voulais faire, vous rendre la tâche un peu ardue!!!

T'en fais pas, j'arrêterai pas d'écrire, je pourrai jamais, ce serait comme arrêter de respirer. Je publierai probablement jamais mais écrire et publier, ce sont deux choses complètement différentes. Probablement même que plus je prendrai de l'âge, moins j'aurai de responsabilités, plus j'aurai de temps libre, plus j'aurai le goût et le temps d'écrire et plus j'aurai de choses à communiquer, à partager.

Zoreilles a dit…

@ Petit train : Mais c'est une vraie lettre d'amour, ça! J'en suis touchée, bouche bée... On pourrait se tutoyer alors, qu'en penses-tu? Non mais, on est presque du même âge et tu me connais trop bien. « L'art de dire non », c'est le défi de ma vie, ça. J'ai même un jour acheté le livre qui titrait « L'art de savoir dire non ». Je n'ai jamais pu me rendre plus loin qu'au dixième du livre, je l'ai abandonné. Je trouvais ça tellement compliqué, c'est dire comment je pars de loin!!!

Faudrait bien que je fouille dans ma bibliothèque pour le retrouver, je me forcerais à le lire jusqu'au bout.

Si ce billet t'interpelle particulièrement, c'est qu'on est plusieurs à être très fiables et très très très extrêmement responsables. La société fonctionne avec du monde comme nous autres, on serait comme qui dirait une sorte de ciment, c'est avec ça qu'on se console!!!

Je ne savais pas que tu me lisais régulièrement, je me souviens de t'avoir déjà croisée par contre, virtuellement je veux dire, chez une amie qu'on a en commun et quelquefois ici.

Merci pour tout, tu me fais chaud au coeur ce matin qui n'est plus tout à coup ni gris ni froid... ♥

Zoreilles a dit…

@ Le factotum : Non, les mâles ne m'impressionnent pas du tout!!! Ils me charment, me font rire, m'atteignent en plein coeur, me font faire ben des affaires mais ils ne m'impressionnent pas le moins du monde!!! On parle toujours des perdrix, n'est-ce pas? ;o)

Tu les connais bien, toi, mes amies les perdrix. Elles sont fascinantes à observer, trouves-tu? Au printemps, quand elles ont leur nombreuse marmaille qui les suit, elles sont a-d-o-r-a-b-l-e-s.

Si je suis comme tu dis, la bougie d'allumage de mon clan, je suis mal partie pour exceller dans l'art du camouflage! Et t'as probablement raison ♥

Zoreilles a dit…

@ Zed : Une autre lettre d'amour, ce matin? Mais qu'est-ce qu'il fait soleil ici, j'en suis aveuglée!

Bon, tu ris de moi, mais t'as le droit, parce que c'est fait de manière très affectueuse et très tendre, avec ta plume toujours fantaisiste à souhait.

On dirait que Le Factotum et toi, vous ne me croyez pas, que je veux parfaire mon art du camouflage? Vrai aussi qu'on connaît tellement une personne « de l'intérieur », du fond de son âme, quand on la lit régulièrement. Mais sachez que j'espère vous faire mentir!

Pour le lien sur Kijiji, c'est NON. Tu vois, je commence à savoir dire non?

Merci pour la tendresse, la confiance, l'amour et l'humour ♥

Zoreilles a dit…

@ Pierre : Et shlack! Je ne sais plus quoi dire... Tu peux te vanter d'avoir su me fermer la trappe!

D'abord, dans l'ombre, j'y suis à l'aise, parce que j'y ai toujours travaillé : Des jobs, des missions, des mandats et des contrats où j'étais responsable de faire arriver les choses, sans en avoir jamais le pouvoir avant ou le crédit après. Mais j'ai toujours livré la marchandise et sans faire de vagues. À ce chapitre, j'excelle dans l'art du camouflage, je suis une spécialiste de l'ombre...

Ce qui est nécessaire à ma survie émotionnelle, c'est de prendre mes responsabilités quand elles m'incombent. Et trop souvent, elles m'incombent, parce que d'autres se défilent. C'est ce bout-là que j'aimerais déprogrammer!

Mais ton commentaire me fait beaucoup réfléchir. Pas mal plus que les animaux de la forêt...

crocomickey a dit…

Demain, m'en vais voir une exposition de Riopelle avec ma fille dans le centre-ville. On a les orignaux qu'on peut ! :-)

Zoreilles a dit…

@ Crocomickey : Espérons que tu reviennes pas bredouille! Avec ta fille, tu ne risques rien du tout, tu ne seras jamais bredouille. Bon Riopelle à vous deux ♥

Barbe blanche a dit…

Ta perdrix, sur la première photo, je l'ai vu du premier coup d'oeil, faut dire que j'en surveillai une dans le même contexte, pas plus tard que dimanche il y a deux semaines.
Sont ben bonnes tes photos d'oiseaux...
pour le camouflage, ben, il y a des fois où j'aimerai me fondre au décors.

Marico a dit…

La première, je l'ai vue! Mais la troisième alors, ce fut du boulot! J'aime tout des perdrix! Elles m'attendrissent.
J'ai appris sur le tard à parfois dire non... et c'est difficile! Alors je te comprends.
J'aime ton idée d'être une sorte de ciment..., idée à la réflexion très juste!
Heureuse de te retrouver.

Lise a dit…

Zoreilles,

comme Guy je n'ai pas vu tout de suite la perdrix sur la première photo. Tu n'es pas revenue bredouille de tes vacances, et le meilleur des livres est celui de la nature, donc pas étonnant que tu n'aie pas lus ceux que tu avais apportés.

Être très très très extrêmement responsable ça te ressemblera toujours je crois, surtout que bien des gens se tassent quand ils devraient aider, ou au moins encourager. Et je ne m'embarquerai pas dans le sujet, j'en aurais long à dire. Reste comme tu es:authentique. Et j'adore quand tu pètes une coche, que ce soit ici... ou ailleurs.

En sortant de mon rendez-vous cet après-midi (une mam...tu sais quoi) j'ai failli me faire écraser par un jeune homme parlant dans son cellulaire. Il aurait fait d'une pierre deux coups: une m*****e piétonne de moins, et une m*****e baby boomer de moins...

;-)

Zoreilles a dit…

@ Barbe blanche : Ah toi, c'est sûr, les perdrix, les orignaux, les renards et même les couleuvres, tu les repères avant tout le monde, j'en ai régulièrement des preuves chez toi! Tu aimerais te fondre dans le décor à certains moments et pratiquer l'art du camouflage? M'étonne pas!

Tu sais quoi? Ma mère disait toujours : « Si tu veux qu'un travail soit vite fait et bien fait, confie-le à une personne très occupée ». J'avais toujours voulu être cette personne-là, pas celle qui sait déléguer mais celle qui s'acquitte de toutes les responsabilités, vite fait, bien fait. J'avais pris ça trop au sérieux, trop à coeur!!!

C'est fou comme on comprend des affaires quand on fout rien dans le bois, hein?

Zoreilles a dit…

@ Marico : T'as eu de la misère avec la troisième? Yééééééé! J'adore faire ça!

Toi, tu m'encourages! Donc, ça s'apprend? Chassez le naturel et il revient au galop, ça, je le conçois très bien, mais on y arrive à force de le vouloir? Je veux bien te croire, tu seras mon phare dans la brume!

J'ai eu longtemps une phrase à l'affiche sur mon frigo et ça, c'est très sérieux quand je me donne la peine de l'afficher sur mon frigo (!) : « Dire non à ce qui importe peu vous permettra de dire oui à ce qui compte vraiment ». C'est inspirant, trouves-tu?

Moi aussi, je suis heureuse de vous retrouver ♥

Zoreilles a dit…

@ Lise : Youpidou, toi aussi, tu l'avais pas vue du premier coup, j'adore jouer à ça, je te le dis!

Quand je pète une coche? Ouais, je vois où t'as été te promener! J'ai écrit ça sous le coup de l'impulsivité. Moi, je pouvais mettre une couple de faces que je connais sous ce pseudo d'un certain « poète » méprisant, alors je me suis lâchée lousse. Avoir été très extrêmement responsable, j'aurais pris sur moi, j'aurais rien dit mais y a des fois, t'sais... faut prendre les moyens de faire baisser sa tension artérielle! Maintenant, j'en ris. Et ça fait juste 24 heures, j'oublie vite.

Une chance qu'il ne t'est rien arrivé cet après-midi, parce qu'une Baby boomer en moins, on s'en remettrait, mais une TOI en moins, non, on s'en remettrait pas. Au contraire, on va les faire suer d'aplomb, on va vivre très très très très longtemps, ils vont être obligés de nous tuer au fusil!

Marico a dit…

Voilà. J'ai installé ta magnifique phrase sur mon frigo. Merci. Nous sommes donc des phares l'une pour l'autre. ;-)

Accent Grave a dit…

Je comprends tellement bien vos mots à propos de la responsabilité.

Seulement, faut se demander de quoi sommes-nous responsable? Quelle doit-être notre première responsabilité?

Je crois que nous devons d'abord être responsable de notre propre personne, de notre propre vie (incluant nos proches et nos engagements). En ce sens, se sentir responsable pour la négligence des autres, pour ce qui devrait être l'affaire des autres, constitue peut-être une menace envers notre propre personne, une négligence...

Dernièrement on m'a dit: fais ce que tu dois faire, encourage les autres à agir ainsi mais ne fait pas ce que les autres doivent faire, c'est ça être responsable.

Cela m'a fait réfléchir.

Accent Grave

Barbe blanche a dit…

Tu dis à Lise,:ils vont être obligés de nous tuer au fusil!"
Ne répètes jamais ça, ils sont bien capables de le faire, juste pour nous faire une farce plate...
Ah malheur, Ah misère, qu'il disait.

Lise a dit…

Zoreilles,

mettons que moi aussi je me suis lâchée lousse, ça fait du bien des fois, mais la vapeur est retombée et je suis caaaaaalme....et serai sage comme une image désormais.

Et pour le jeune homme au cellulaire qui était distrait par sa passionante conversation, il faut dire que c'était aussi ma faute un peu; j'étais dans la lune pour changer, même si j'avais priorité. Faut toujours avoir des yeux tout le tour de la tête ici.

Bonne journée!

;-)

Zoreilles a dit…

@ Marico : T'as la manie des phrases sur le frigo, toi aussi? Si tu la laisses assez longtemps, tu risques de l'intégrer! (Des fois, ça marche) ;o)

Ce qui est pas pire aussi, c'est que tes visiteurs(euses) auront la curiosité de lire ce qu'il y a sur ton frigo, ça devient un tableau d'affiche, ça sème quelque chose... (très pédagogique!...)

Ma mère nous a élevés à coups de phrases sur le frigo (j'ai déjà écrit un billet là-dessus il me semble mais je me souviens plus si c'est sur mon blogue ou dans Empreintes boréales).

Zoreilles a dit…

@ Accent Grave : Sage analyse en effet. C'est d'une logique implacable et ça vous ressemble. Si je reformule à ma façon, comme je le comprends, ça donnerait ceci :

On devrait se traiter soi-même au moins comme on traiterait un ami, quelqu'un à qui on voue respect et considération. J'achète ça!

Si on vous refile en douce une responsabilité, ou qu'on néglige de les prendre, ou qu'on vous met de la pression, prendre du recul, évaluer la situation dans son ensemble et agir selon sa conscience, pas selon son émotion et son impulsivité et faire fi du besoin qui ne sera peut-être pas comblé mais ça, c'est pas notre problème. Ne jamais prendre pour acquis qu'on est responsable du bonheur des autres.

Je réalise comme le chemin sera difficile mais j'accepte de faire les premiers pas dans cette direction. Merci.

Zoreilles a dit…

@ Barbe blanche : « Ils vont être obligés de nous tuer au fusil », ça, c'était une expression de mon père, on voit que j'ai été très influencée par mes parents et mes grands-parents, je passe mon temps à les citer!

Quand Papa disait ça, selon le contexte, ça pouvait être très drôle. Papa était un résistant, un homme debout, un résilient, un optimiste déterminé qui avait le génie d'aller au bout de ses rêves.

Je pense pas qu'ils nous tueraient au fusil mais quelques-uns doivent fantasmer là-dessus!

Zoreilles a dit…

@ Lise : Il faudra que j'aille voir ça, Lise qui pète une coche!

Heille Lise, au moment où je t'écris ces lignes, il y a une belle chatonne qui passe devant moi, dehors, sur le patio d'en bas, où est mon bureau... Rayée grise et blanche, avec les pattes toutes blanches, on dirait un lièvre... Elle a un gros bedon, je pense qu'elle va avoir des chatons.

Skuze-moi... Elle a continué sa route... Ah oui, les cellulaires au volant. Méchant fléau. La cause de beaucoup d'accidents. Encore hier, chez nous, un capotage, l'alcool et la vitesse ne sont pas en cause, le jeune homme avait 28 ans, on soupçonne l'utilisation de son cellulaire.

"Psy cho"Joce à 5 cents! a dit…

"je me ramasse tout le temps avec des responsabilités que je prends parce que personne d'autres ne veut les prendre"......Je pense que tout se résume dans cette phrase.Elle est très intéressante.

Contrairement à toi je pense que la solution n'est pas dans le camouflage, elle réside plutôt dans son contraire soit l'affirmation de soi et l'imposition de ces limites (peux se faire en douceur)

Prends bien soin de toi....car personne ne le fera mieux même avec la meilleure des volontés!
Il faut s'aimer si fort!

Zoreilles a dit…

@ Joce : Ah mon p'tit frère... Comment pouvons-nous être si semblables et si différents à la fois? J'ai encore une fois posé le problème à l'envers!

Ne pas se camoufler ou se faire oublier mais plutôt s'affirmer et poser ses limites. Génial!

Il me reste plus rien qu'à le faire maintenant! J'aime que t'ajoutes « ça peut se faire en douceur », tu me fais rire et tu m'attendris très très beaucoup. Sacré Joce ♥

Psycho à 5 cennes, c'est pas tout à fait exact, tu mériterais ton 100 $ l'heure rien qu'en masse. Loin de moi l'idée de me faire faire une psychanalyse profonde sur la place publique mais avec tout ce qu'on peut lire ici, de la part de tous, j'en comprends qu'on est une méchante gang à être pognés avec ça, dans l'un ou l'autre des aspects de notre vie. Si je ne détestais pas tant les thérapies de groupe, je serais tentée de croire qu'on est en train de s'en faire une! Mais j'ai trop de respect pour nos discussions ici.

-----------------

Alors, toi, avais-tu vu les perdrix sur les photos 1 et 3? Je suis certaine que oui. À moins que tu sois pareil comme ton beauf... Il peut voir une perdrix à 200 pieds dans le bois mais il ne trouve pas la pinte de lait dans le frigidaire si j'ai eu le malheur de la placer sur la deuxième tablette au lieu de la première!

Zoreilles a dit…

@ Joce : Je prends soin de moi, je te le promets. D'ailleurs, j'ai oublié de t'en parler dimanche mais depuis la dernière fois qu'on s'est vus, j'ai éliminé 20 livres. Encore 15 et j'aurai atteint mon objectif santé. La saine alimentation, ce sera pour le reste de ma vie, ça je l'ai compris. Je suis beaucoup plus en forme, plus énergique, je bouge plus, je mange mieux, je dors mieux, j'ai découvert l'aquaforme, entre autre et j'adore ça. Ma tension artérielle s'améliore... Isabelle n'arrêtait pas de me dire que j'étais la candidate parfaite à la crise de coeur, ça commençait à me faire peur mais mon vrai déclencheur, ça a été de me voir à l'écran dans le rôle de la prof « qui n'ovule peut-être plus » dans Le Stage de Kassandra!!!

Depuis plusieurs mois, je suis devenue extrêmement motivée et disciplinée, tu me reconnaîtrais pas...

crocomickey a dit…

Hey ! J'viens de voir Kassandra sur mon grand écran à la SRC ! Une annonce pour tou.tv.

C'est parti pour de vrai !!!

Esperanza a dit…

C'est un billet qui fait réfléchir et qui nous indique bien où tu es Zoreilles. Ça m'a fait aussi beaucoup réfléchir à ce qui a motivé "profondément" l'achat de "ma" forêt... ce projet...

Je crois qu'il y a la volonté de proximité avec la nature pour "apprendre" l'essentiel, comme tu as appris de ta perdrix. Comme tirer une leçon et s'en faire du sur-mesure juste pour soi.

Notre incessant bavardage intérieur nous empêche souvent de bien regarder ou de bien voir ce qui se passe en nous et autour, ce qui cause inconfort ou malaises. Ces moments passés en nature ont donc non seulement un effet thérapeutique temporaire mais pourraient avoir aussi des effets long terme?

Pour te connaître un petit peu, je situe bien cette réflexion que tu as faite dans un "tout" plus large que tu laisses parfois transparaître. Je peux aussi le placer pour moi dans l'univers cinquantenaire que je vis à travers la clameur de la vie qui bourdonne.

Se permettre d'être bien, est-ce du camouflage? Accent-Grave parle de responsabilité, Joce parle d'affirmation de soi et de mettre ses limites...

Et si on était suffisamment responsables pour s'affirmer, mettre ses limites et en être fier? Advenant une telle réussite sur soi, pourquoi ne pas l'affirmer et donner ainsi des pistes, des traces à suivre?

Bon, tu me fais encore réfléchir à ma vie et à ce que j'aimerais vraiment qu'elle soit. On n'arrête jamais hein!

___

Pour la perdrix, je ne l'avais pas "spottée" sur la première photo mais sur les autres oui.

P.S.: J'ai hâte de pouvoir te montrer des photos de "mes" perdrix et de te raconter ce qu'elles m'on appris! :-)

Prends bien soin de toi!

Lise a dit…

Zoreilles,

j'adore ta phrase, dans ta réponse à Accent "On devrait se traiter soi-même comme un ami à qui on voue respect et considération"; ça c'est la phrase que je devrais mettre sur mon frigo (et je me souviens que tu l'as déjè citée, mais où?). Je n'ai aucune tendresse pour moi-même, mais je me dis que ça vaut mieux qu'être une personne "fendante" avec un ego surdimmensionné.

Je pète ma coche régulièrement sauf que je retourne le tout contre-moi même, plus souvent que je devrais...

En tout cas, des comme toi il n'y en a pas assez, et je ne suis sûrement pas la seule à le penser; tiens je rime, moi aussi je suis poète. AU SECOURS!

:)

Lise a dit…

@Esperanza

Tu parles de l'incessant bavardage intérieur, misère que c'est vrai!!! Je suis aussi victime de ce syndrome, et j'aimerais tellement que ça se taise parfois. J'ai lu ton billet à propos de ta forêt, et je ne suis pas étonnée de cette grande amitié entre Zoreilles et toi; vous vous ressemblez, sur bien des points!

J'en aurais long à dire mais votre modestie à tous deux en souffrirait...

:)

Joce a dit…

Honnêtement je n'ai pas vu la 1ere ni la 2e ,ni la 3e......seulement la 4e.
Moi les perdrix je les voit seulement quand elles bougent, et là c'est bien plus difficile...à tirer.
Tu comprends pourquoi je ne chasse plus.As-tu déjà remarqué que je revenais toujours, mais vraiment toujours bredouille!
J'avais beaucoup plus de succès à la pêche.
Je me rappelle en avoir tuer une, une fois.....et bien j'avais fini par la rattraper dans la neige, et je l'avais "cabocher à grands coups de raquette".
Le camouflage avec moi ça marchait très bien!

Zoreilles a dit…

@ Crocomickey : Oui oui, ils y mettent toute la gomme, à Radio-Canada! Un nouvel épisode est diffusé chaque mercredi et vendredi, c'est peut-être pour ça que t'as vu la pub à la télé hier. Sur le site de tou.tv, dans la page d'accueil, ils font défiler leurs gros canons, La Galère, Enquête, Les enfants de la télé, etc. et là-dedans tu retrouves les webséries Les auditions avec Simon et Le Stage de Kassandra, donc la face à Kassandra est en gros plan, elle passe tout de suite après celle d'Alain Gravel de Enquête!!!

Je leur souhaite tellement que leur websérie connaisse un succès populaire, qui sait si on ne leur commanderait pas une suite? Une deuxième saison?

Le factotum a dit…

Wow! fantastique ...
Et quelle joie de les revoir de nouveau.
Imagine la visibilité qu'ils ont maintenant.
Bravo à la maman de Kassandra. Il y a un peu d'elle la-dedans.
Quelle belle inspiration, elle leur a donnée, cette joie de vivre transpire...

Zoreilles a dit…

@ Espé, le roi de la montagne : Tu vois, tu récoltes déjà des bienfaits et des réflexions extraordinaires. Rien qu'en présumant... Là, je raconte ce que les perdrix m'ont appris récemment, mais je parle pas des castors, des loutres, des lièvres, des pies, des orignaux, des loups, des arbres, de la rivière, du paysage... Et toi, de TA montagne, le paysage, tu peux l'embrasser dans son immensité d'un seul regard... Imagine tout ce que tu vas encore découvrir, habiter, décider et mettre en place? Tout ce que tu pourras comprendre et vivre avec Nathan et ta Belle Brune? Et transmettre? Un trésor!

Ce que la nature, le silence et le calme nous apprennent, ce n'est rien à côté de tout ce qu'ils nous désaprennent. Parce qu'on se rend compte là-bas comment on vit loin de notre vraie nature le reste du temps. Tout ce qu'on s'impose de contraintes inutiles, de lourdeurs épouvantables à traîner dans notre pack sac de la vie... Là-bas, comme dit souvent Crocodile Dundee, « à force de manquer de toutttt on manque de rien! »

Quand on côtoie de près la nature assez régulièrement, on analyse les choses autrement, avec une trop grande simplicité peut-être mais on arrive à se répondre à soi-même à des questions existentielles, pourquoi on vit, pourquoi on meurt et quel est le sens de tout ça, qu'est-ce qui nous motive entre les deux.

On pourrait s'en parler longtemps. Il n'est pas bon de tout partager, ça dilue l'essentiel! Chacun comprendra ce qu'il aura à comprendre pour être plus heureux, en paix avec lui-même et les autres.

Tu dis : « Et si on était suffisamment responsables pour s'affirmer, mettre ses limites et en être fier? », tu peaufines et tu raffines l'ensemble de notre réflexion ici.

Zoreilles a dit…

@ Lise : Tu n'as aucune tendresse envers toi-même et tu te dis que c'est mieux que d'avoir un ego surdimensionné... Je suis pas sûre moi! D'ailleurs, ceux qui sont arrogants, fendants, agressifs, sont en général des gens qui n'ont absolument pas confiance en eux (quoiqu'ils puissent projeter comme impression) et qui ont toujours tout à prouver. La juste mesure se trouve dans l'équilibre.

Développer une certaine tendresse envers soi-même, ça finit par être possible, à force de le vouloir et de le pratiquer. Je ne suis pas venue au monde de même, Lise, tellement pas. On a exigé de moi beaucoup... Beaucoup trop... Mais ça s'apprend. Et ça vaut la peine. Non pas de le dire mais de le faire. Pour soi.

Oh bien sûr, on n'arrête pas de se remettre en question, c'est très sain de le faire, mais on se pardonne autant qu'on pardonne aux autres et en bout de ligne, on se traite avec plus de respect et de considération.

Mon amitié avec Espé? Ça date d'il y a 5 ans, à mon arrivée sur les blogues, mais j'ai l'impression qu'on se connaît depuis toujours! On a le même âge, le même métier, des parcours qui se ressemblent...

Zoreilles a dit…

@ Joce : À cause que t'es daltonien, je pensais que tu serais avantagé par rapport à nous pour voir les perdrix. Toi, la couleur, tu la vois si peu de toute manière. Je me trompais!

Je me souviens que tu revenais toujours bredouille de la chasse mais je pensais que c'était parce que tu voulais pas leur faire mal. C'est sûr que d'achever une perdrix à coups de raquettes, c'est traumatisant. Surtout pour toi. Et que dire de la perdrix! Le seul temps où je pourrais en tuer une, ce serait pour achever ses souffrances. Ça, la souffrance, je peux pas supporter...

T'en souviens-tu qu'on avait été ensemble au parc Aiguebelle? Il y avait des perdrix partout, elles nous couraient après on aurait dit, elles se savaient en sécurité probablement!!! Quand je revois nos photos de cette fois-là, je m'ennuie de vous autres.

Zoreilles a dit…

@ Le factotum : Oui, une belle visibilité, à n'en pas douter. Pour ce projet-là en tout cas. Tu sais, Radio-Canada, c'est un grand réseau, une grosse machine, quand ils poussent sur quelque chose... Isa et Dom ont fait beaucoup de choses depuis ce temps-là et même avant, dont on n'entendra très peu parler. Parfois, chacun de leur côté, parfois ensemble. Dans le secteur culturel, comme dans d'autres secteurs, il faut faire les choses sans attentes, et se réjouir quand ça rejoint les gens. Le Stage de Kassandra, ce qui est étonnant, c'est que ça a été fait sans moyens financiers, rien que du talent, du travail, du coeur, des amis, du fun, du sérieux aussi, et même une Maman qui jouait le rôle d'une prof d'expérience et celui bien plus agréable encore en coulisses, d'être la mamie de Félixe entre les scènes de tournage!!! En coulisses toujours, ma participation s'est résumée à beaucoup de tapes dans le dos et la rédaction d'un communiqué de presse punché! Mais c'est tout.

Pour faire le montage de chaque épisode, ils devaient attendre le soir, quand Félixe faisait dodo. Parce que dans la journée, ils avaient mille choses à faire, elle à l'université et au travail et lui au travail également, dans toutes sortes de projets de réalisation ou de tournage. Pour gagner sa vie dans ce métier, il faut en faire beaucoup...

Les lieux du tournage... C'était une vraie salle des profs, au Cégep, dans le département de français. Une autre salle de classe aussi au Cégep, un couloir, l'école La Source avec les étudiants en art dram. pour un épisode vers la fin. En tout cas, ils ont su créer quelque chose à partir de rien du tout.

Moi, ça, ça m'épate encore!

crocomickey a dit…

Tu oublies le talent de ta fille là-dedans. Elle crève l'écran et tient la série au bout de ses bras. Assez rare pour une débutante. Elle va être remarquée par les bonnes personnes d'après moi.

Marico a dit…

tout à fait d'accord avec Crocomickey. Ta fille est fascinante de naturel. Et c'est vrai qu'on ne l'oublie pas de sitôt sa Kassandra.
Ca se pourrait qu'elle tienne de sa mère? je ne me fatigue pas de te voir le regard et l'expression dans le premier épisode!!!! ;-)

Zoreilles a dit…

@ Crocomickey : Nenon, je ne l'oublie pas et d'après moi, son plus grand talent, c'est d'avoir conçu, scénarisé et co-réalisé cette websérie. Le personnage de Kassandra, elle l'incarne de manière très intense et très crédible mais c'est elle qui l'a créé, ce personnage, très loin d'elle. Pour bien saisir l'intensité de son jeu, il faut la voir elle-même dans son propre rôle, sur une scène, comme auteure compositeure interprète, ou la lire quand elle écrit, ou l'entendre en entrevue, ou la voir aller dans sa vie de tous les jours, comme jeune femme, comme amoureuse, comme maman, quand elle prépare des cours ou un souper, quand elle sert des clients au bistrot bar où elle travaille, etc.

Une débutante... Elle a beaucoup joué, elle a fait de l'impro, des spectacles tout plein, depuis toute petite. Elle écrit aussi, depuis toute petite.

Qu'on la remarque dans ce rôle de Kassandra? Oui, sûrement que ça peut arriver. Mais qu'on la remarque surtout comme conceptrice, scénariste, dialoguiste, coréalisatrice, là, pour moi, en tant que sa Maman, ce serait complet... pour la suite de sa vie, son épanouissement et son bonheur.

Zoreilles a dit…

@ Marico : Je ne sais pas si elle tient de moi ou de son père, j'ai plutôt la conviction qu'elle a toujours été unique. En tout cas, elle a toujours fait des pestaks. Mais il y a une chose sûre, c'est que l'authenticité et le naturel, ici, c'était comme une loi non écrite!!!

Ma face dans cet épisode? On me dit effectivement très expressive! C'est quand je dis rien que je parle le plus fort, il paraît!!! Anecdote : Les jeunes sont venus souper dimanche soir et ils me disaient que ce bout-là, « ma face » quand ils ont visionné ensemble tous les webépisodes, dans les bureaux de Radio-Canada avec les responsables de la programmation, la gang pouffait de rire et qu'ils reculaient pour revoir mon air absolument outré, scandalisé, ébahi, sur le bord de péter ma coche!!!

Lise a dit…

Zoreilles,

je viens tout juste de revoir les trois premiers épisodes de Kassandra: délicieux! Encore mieux que dans mon souvenir. Nous ici avons été privilégiés de voir la série avant tout le monde; Isabelle est excellente et aucune commédienne connue ne pourrait la remplacer. En fait tous les acteurs sont fabuleux, et Manon est très attachante aussi dans son rôle.

Et en ce qui te concerne, même si tu parlais peu, tu as des yeux qui veulent tout dire! J'aimerais qu'il y ait une suite, mais comme tu dis Isabelle et Dominic ont fait plusieurs choses depuis...

J'ai vu tes liens en haut de la page, et il y a des découvertes aussi sur You Tube. En tout cas elle est bourrée de talent ta fille, au cas où tu ne le saurais pas (très drôle Lise!), et je suis sûre qu'elle réussira dans toutes ses entreprises, que ce soit la musique, l'écriture, devant ou derrière la caméra. Avec Dominic (et son talent à lui) ils forment une belle équipe; ça a l'air froid de le dire ainsi mais je sais que tu comprends tout....

Tu es un peu/beaucoup psychologue je crois, je m'en rends compte dans toutes tes réponses aux commentaires.

;-)

Merci! ♥

Zoreilles a dit…

@ Lise : Nous sommes plus de 100 000 à avoir vu Le Stage de Kassandra avant que la websérie ait attiré l'attention des gens de Radio-Canada (tou.tv) qui ont été fascinés par l'ampleur du phénomène, ainsi que la qualité de la websérie. La « mise en marché » avait été faite comme le reste, avec du travail, une bonne stratégie, du talent, des amis, de l'amour... et l'effet exponentiel des réseaux sociaux! Si j'étais prof. d'université dans le domaine des communications de masse, j'utiliserais cette histoire pour illustrer un paquet de concepts...

Kassandra Lebelle est sur Facebook... mais Isabelle n'y est pas, Dominic non plus. Les blogues ont beaucoup fait également pour répandre la bonne nouvelle, pas seulement le mien. L'UQAT, le Cégep, la Commission scolaire de Rouyn-Noranda, les réseaux du monde de l'éducation, les médias, comme Radio-Canada en Abitibi-Témiscamingue, RNC Média, leurs stations affiliées, la SRC, TVA, V, des radios comme celles du groupe Astral, des organismes à vocation culturelle, le Conseil régional de la culture et plein d'autres, une multitude de parents et amis, tous ont contribué, chacun à leur manière, à faire connaître le site du Stage de Kassandra et ils peuvent s'attribuer chacun une part du crédit du succès de la première diffusion.

Donc, nous étions nombreux à être privilégiés!

Tu parles de Manon, très attachante, je suis d'accord sur toute la ligne, surtout que Catherine Perreault qui l'incarne est une fille bourrée de talent, très attachante aussi. Et je pense à Pierre-Antoine Deslauriers (P-A) que Félixe appelle toujours Péotte (!) dans le rôle du prof de maths, tu sais celui qui se fait voler son espresso dans le 1er épisode? Et tous les autres qui ont eu des petits rôles épisodiques, ils l'ont fait avec passion. Ils en sont fiers, je pense, comme j'en suis fière moi aussi, même en sachant que c'est pas parfait, c'était au moins très authentique. Et puis on riait tellement entre chaque scène, parfois même pendant la scène qu'il fallait recommencer...

Isa et Dom sont une équipe solide dans la vie et parfois aussi dans la création. Ça, pour une maman, c'est peut-être le plus beau de l'histoire...

Moi, psychologue? Je serais pourrie. Ni psychologue, ni travailleuse sociale, ni « aidante », à aucun niveau, je peux te le jurer, je serais carrément nuisible d'abord, pour tous mes clients, et complètement défaite, dans ma propre vie. J'ai pas ce qu'il faut. Point. Je n'en dirai pas davantage, ce serait comme de me psychanalyser en public!!!

Lise a dit…

Zoreilles,

en tant que psychologue je serais pourrie aussi; dans mon cas je braillerais avec les gens, m'imaginant à leur place. Ma vie serait un cauchemar infernal, et je me sentirais coupable de les faire payer en plus.

Pour être psychologue il faut un certain détachement, et de l'empathie (les deux n'étant pas contradictoires); l'écoute attentive ça coûte cher...et je crois que le salaire est pleinement mérité. En tout cas selon moi...

Jackss a dit…

Bonjour Zoreilles

Lise a écrit

Chanceuse! J'espère avoir une minute pour aller visionner un épisode. Je me souviens avoir été ravi par ce que j'ai vu. Mosus de temps! Il me faudra encore travailler en fin de semaine. Mais je suis heureux de m'associer à ton bonheur et ta fierté.

Quant à ton billet sur l'art du camouflage, je le trouve génial en photos et en évocations. C'est fou tout ce que ça provoque comme réflexions. Et c'est tellement actuel. C'est l'essentiel de notre univers politique actuel. Le meilleur exemple de camouflage: l'enquête sur la corruption dans le domaine de la construction...

Jackss a dit…

Whopps, j'ai oublié la citation de Lise, camouflée au fond de mes pensées:

je viens tout juste de revoir les trois premiers épisodes de Kassandra: délicieux! Encore mieux que dans mon souvenir.

crocomickey a dit…

Débutante ... au grand écran voulais-je dire.

Jackss a dit…

Je viens de regarder le début du premier épisode de Le stage de Kassandra . C'est tout simplement sublime. Incroyable. On accroche dès le début.

J'ai cependant dû m'arrêter après un effort surhumain. Le bureau m'appelle...

Zoreilles a dit…

@ Lise : Ah c'est tout un métier, psychologue! Et c'est pas fait pour tout le monde... D'ailleurs, il y en a des bons et des moins bons. C'est pourquoi il faut magasiner le sien, je dis ça pour ceux qui peuvent s'en payer un de temps en temps! Je me demande comment font ceux qui passent des années en thérapie. On entend souvent ça chez les artistes... Pourtant, plusieurs ne vivent pas richement... Te souviens-tu, Lise, de cet humoriste et scripteur, Pierre Légaré? J'adorais ce gars-là, moi. Je l'ai vu en spectacles deux fois, pour des shows différents, à des années d'intervalle. J'étais sous le charme d'un bout à l'autre du spectacle, c'est le gars le plus drôle et le plus brillant de l'industrie de l'humour, ben... ex aequo avec Yvon Deschamps et Sol, c'est mon opinion. Maintenant, il ne fait plus ce métier, Légaré. Il a combattu un cancer ces dernières années. Il est psychologue de formation. À mon avis, il doit être un fameux psychologue, lui!

Zoreilles a dit…

@ Jacks : Quoi? Tu travailles la fin de semaine? On n'a plus les adjointes administratives qu'on avait! Dans mon temps (tiens, ça y est, j'ai lâché la phrase « dans mon temps »!...) je voulais dire quand j'étais adjointe administrative, les premières dix années que j'ai passées sur le marché du travail, on faisait des p'tits miracles à coeur de semaine, mais jamais la fin de semaine! Tu devrais penser à te syndiquer... ;o)

Et je reconnais ton génie, de ramener l'art du camouflage à l'actualité politique des derniers jours. Sacré Jacks!

Pour Le Stage de Kassandra, console-toi, tu pourras te reprendre, tou.tv laisse habituellement leurs webséries en ligne un bon bout de temps.

Prends soin de toi quand même, ce serait primordial que tu aies le temps d'aller photographier la mer et prendre tes grandes marches qui t'amenaient tant de belles réflexions que nous avions le bonheur de lire sur ton blogue. Je dis ça presqu'égoïstement...

Zoreilles a dit…

@ Crocomickey : Oui, c'est ça, débutante... pour le grand écran!

Même moi, j'étais débutante... pour le grand écran!

-------------

Tu sais ce que tu me disais à propos du film Voir Ali, ce que tu avais lu dans La Presse? J'ai une amie à Montréal qui m'a fait parvenir par courrier tous les articles de journaux en question, dans le cahier cinéma de La Presse du samedi 15 octobre, du vendredi 14 aussi, le Voir Montréal du 13 octobre, le cahier Culture du Devoir du 16, etc.

Et si tu lis La Presse de temps en temps, regarde celle de jeudi dernier, à la une, tu vas voir Kassandra! Nenon, pas en gros plan, c'est la grosse face à Charest, mais descends... juuuuuuuuusqu'en bas de la une, il y a une pub de tou.tv!

Je te dis que mon « scrap book de meman » s'épaissit de ce temps-là!

Le factotum a dit…

Cré meman! Tu es bien fière!
Je suis tellement content pour toi.
Il n'y a rien de plus valorisant pour nous, parents, de voir nos enfants accomplirent de si belles choses et de réussir dans ce qu'ils entreprennent.

Zoreilles a dit…

@ Le factotum : Tu sais, mon « scrap book de meman », c'est aussi un scrap book de belle-meman! En fait, c'est une grande chemise accordéon où je conserve en ordre chrononogique des articles de journaux et autres documents où l'on parle de l'un ou l'autre ou des deux.

J'ai beaucoup de raisons d'être fière d'Isabelle (de Dominic aussi d'ailleurs) et celles dont je peux parler ouvertement sont du domaine public parce que c'est diffusé mais il y a toutes les autres, très profondes et fort nombreuses, qui appartiennent à notre vie de famille. Ce sont des perles que je chéris plus que tout... À cet égard particulièrement, je suis un parent comblé ♥

Tu sais de quoi je parle, tu es un papa et même un papi!

Catherine a dit…

J'ai récemment eu ce genre de discussion avec une amie. Elle me disait vivre moins intensément les aventures ou les émotions des autres. Elle se sentait détachée (sans être insensible) de ce que les autres vivaient... Pour moi, cela peut aussi être le signe d'être plus à l'écoute de soi-même, de distinguer ce que l'on est capable de vivre "dans nos trippes" et de ce qui est préférable de vivre avec la tête. C'est épuisant d'être toujours aussi intense! Je crois qu'il faut trouver un juste milieu. Mais en somme, c'est une bien belle qualité que d'être aussi disponible... s'agit d'être en paix et d'avoir du temps pour soi par la suite... L'équilibre est au centre de tout! :)
Et merci pour tes belles réflexions sur mon blog, elle me font toujours du bien! xx

Zoreilles a dit…

@ Ma belle Catherine : Ah oui? T'as une amie qui y arrive, toi? Elle sait trouver le juste équilibre entre la tête et le ♥, entre l'implication qu'il faut et le détachement qu'il faudrait? Prends bien soin de cette amitié-là, elle pourrait t'inspirer et t'influencer! Parce que c'est pas toujours évident, je te jure. Je souffre aussi beaucoup « d'intensité », c'est pour ça que tes billets m'inspirent. Je me reconnais souvent dans ce que tu dis et ce que je dis, moi, c'est ce que je sais avec ma tête mais ça ne veut pas dire que mon ♥ a réussi à l'intégrer, lui!

J'apprends beaucoup de toi, et je te trouve admirable... pour l'ensemble de ton oeuvre ;o)

Lise a dit…

Zoreilles,

Pierre Légaré, bien sûr que je me souviens de lui, un humoriste subtil et intelligent; je savais qu'il avait eu un cancer mais j'ignorais qu'il était psychologue de formation. C'est sûr qu'il doit être excellent, mais comme j'aurais environ cent-trente-huit ans de thérapie à payer, si j'en entreprenais une, j'essaie de m'arranger avec mes bibittes.

Ceci dit le commentaire de Catherine m'a intriguée et je suis allée lire ses trois derniers billets (j'y retournerai); son écriture est magnifique et bouleversante, et je veux lire tous les commentaires...

Le monde des blogues fait découvrir de bien beaux univers!

Zoreilles a dit…

@ Lise : Tu disais que tu trouvais « Manon, la maître associée de Kassandra » très attachante? Je te répondais toujours que Catherine, qui l'incarne, l'est encore bien plus que ça. Eh bien maintenant, tu peux le constater par toi-même, parce qu'en lisant ce qu'elle écrit, tu entrevois sa vraie personnalité, et une partie de son bel univers.

Une très jeune femme mais une vieille âme!

Lise a dit…

Ça alors Zoreilles! Je n'avais pas réalisé que Manon et Catherine (le blogue) étaient une seule et même personne. Il est vrai que j'ai lu seulement trois billets et n'ai pas fait attention vraiment aux photos, trop absorbée par son écriture. Merci d'avoir éclairé ma lanterne!

:-D

crocomickey a dit…

OUI OUI OUI OUI OUI !

Je viens de voir ZOREILLES sur mon écran de télé sur les ondes de Radio-Canada.

A new star is born !

Et les sessions d'autographe qui s'en viennent !

Wow ! Que je suis content !

:-)

Zoreilles a dit…

@ Lise : Une belle surprise, hein? Tu auras maintenant toutes les raisons du monde de la trouver attachante. Plus on la connaît, Catherine, plus on l'aime! Elle s'est investie dans le rôle de Manon comme elle s'investit dans tout ce qu'elle fait, elle est « intense » comme elle le dit elle-même et moi, je trouve que c'est une très grande qualité. Elle est une amie précieuse pour pas mal de monde, dont Isa et Dom, c'est pour ça que je la connais.

Zoreilles a dit…

@ Crocomickey : Es-tu sérieux? T'es le deuxième qui me dit ça. Hier, j'ai eu un courriel d'un ami qui m'avait vue deux fois, à Radio-Canada et à ARTV, il était tout content d'être heureux... comme toi!

Paraît qu'il y a un directeur de la programmation, à Radio-Can, qui tripait sur ma face de beu, il passait son temps à « rewinder » ce bout-là et il riait aux éclats, ça doit être lui qui choisit les séquences des pubs!

Jusqu'ici ma vie n'a pas changé... et c'est ben correct de même ♥

Catherine a dit…

Bon, je suis gênée de tant de beaux mots... En tout cas, je vais venir faire mon tour ici relire ça quand j'aurai le moral dans les talons :) xxx

Zoreilles a dit…

@ Catherine : Quand tu veux, ma belle! Je te souhaite pas d'avoir le moral dans les talons, tu peux revenir avant ça ♥

Mijo a dit…

Je rentre de vacances où nous n'avons pas eu à mettre en pratique l'art du camouflage mais plutôt de nous découvrir pour aller à la rencontre de gens merveilleux, les Celtes d'Ibérie, les Espagnols de Galice. C'était beau, c'était bien, c'était bon.

Zoreilles a dit…

@ Mijo : Très heureuse de lire que vous avez passé de belles vacances! Au fond, les voyages, bien plus que les paysages, ce sont les rencontres... ;o)