mardi 21 septembre 2010

Vacances d'automne




Photo 1 : Vue arrière de notre camp numéro deux... à Rapide Deux. Celui-ci est au coeur de la forêt boréale, à 2 kilomètres de marche du premier qui n'est accessible que par voie d'eau. Il n'y aura pas de colporteurs qui viendront cogner à la porte pendant nos vacances!

Photo 2 : Tout près de là, à 20 minutes de marche environ, il y a une tourbière où j'ai déjà cueilli des atocas, aussi connues sous le nom de canneberges sauvages ou pommes de pré. Disons que je m'en promets, elles sont mûres juste à point en ce moment, j'avais pris cette photo en 2007 ou 2008.

Photo 3 : Clin d'oeil à Fitzsou, voici les plantes carnivores dont je parlais dernièrement, celles qui me font penser à une famille de requins la gueule ouverte! Je les avais vues aussi dans la tourbière, près des atocas, mais il serait plus juste de les appeler des plantes insectivores et leur nom scientifique est « Sarracenia purpurea ».

Vacances d'automne

Je serai en vacances pour une grosse semaine à compter de vendredi prochain, dès midi. Je serai de retour le jeudi soir suivant, à la toute fin de septembre. Oui, même une travailleuse autonome peut prendre congé, à condition de s'organiser longtemps d'avance!

Je vous avoue que je ne suis pas habituée à décrocher de tout pendant une aussi longue période. Sept jours... Loin de la vie trépidante et des responsabilités, en forêt, sans aucun moyen de communication, c'est quelque chose que j'ai la chance de vivre souvent mais à plus petites doses. Pour la logistique, on s'organise depuis un bon moment, le sentier pour s'y rendre est bien dégagé, le camp est confortable, on y a déjà apporté notre matériel depuis la fin de semaine de la Fête du travail, j'ai cuisiné en fin de semaine des repas que j'ai mis en conserve dans des pots Mason, d'autres sont congelés pour les premiers jours, nous avons des vêtements pour toutes les variations de température, de la lecture en masse dans nos petits baluchons, même un tricot (!) et on ne devrait manquer de rien. En fait, à ce sujet, je dois citer Crocodile Dundee et sa philosophie légendaire : « À force de manquer de toutttt, on manque de rien! »

Ces vacances se sont organisées autour de la période de la chasse à l'arc. À l'orignal. Nous sommes quatre : deux chasseurs, deux bons archers, Crocodile Dundee et Robert, et deux qui ne chassent rien d'autres que les photos et les atocas, Gisèle et moi. Lors de la chasse à l'arc, et je dis ça surtout pour ceux qui sont étrangers à cette façon de « vivre la forêt », les chasseurs reviennent presque toujours bredouille mais avec plein d'histoires fabuleuses à raconter. L'animal a toutes les chances de s'en tirer indemne parce qu'un bon chasseur ne décochera sa flèche que s'il est absolument certain d'atteindre mortellement son gibier, à quelques pas de lui. Sinon, il s'abstient, c'est cette deuxième option qu'il choisit le plus souvent. Mais il assiste à des scènes extraordinaires qui lui apporteront un surplus d'adrénaline dans une proximité avec cette nature sauvage qui le feront rêver pendant toute l'année.

Gisèle et Robert sont d'agréable compagnie et nous nous entendons à merveille avec eux. Ces vacances seront aussi des retrouvailles puisqu'ils habitent à Ste-Anne des Lacs, dans la région des Laurentides. Elle est la grande soeur de Crocodile Dundee, elle le connaît depuis plus longtemps que moi et ça me fait rire quand elle me raconte des anecdotes de son enfance à lui, il était déjà tellement en puissance l'homme qu'il est devenu aujourd'hui!

Le soir, autour de la table, on a le compte-rendu de la journée de chacun et chacune, de ce qu'on a vu et entendu, et là s'ajoutent parfois ces petites surprises qui font chaud au coeur, qu'on sort de notre baluchon avec un oeil coquin au moment jugé opportun, qui prennent encore plus de valeur parce qu'on est loin du monde, (un bon cigare, une ponce de scotch, un nouveau fromage, des bonbons de l'ancien temps, etc.)

Quand on remet une bûche dans le poêle alors qu'il faudrait plutôt aller dormir pour se lever le lendemain à l'aurore, on prend plaisir à voler du temps, à « délinquer ». On sait alors qu'on va poursuivre encore un peu nos discussions animées, enjouées, chaleureuses, parfois profondes, parfois plus légères, même que des fois on chante, (Robert a une culture musicale très étendue de scout, de son enfance dans Hochelaga-Maisonneuve, et il fait partie d'une chorale!...) parce qu'on est là pour le plaisir d'être ensemble et tout ça est enrobé de nature, de simplicité, d'amour et d'amitié. L'essentiel. Juste ça. Revenir aux sources.

42 commentaires:

Henri a dit…

Bonnes vacances !! Profites-en bien et ne pense surtout pas à l'actualité (c'est tellement décâlissant) :-)

Zoreilles a dit…

@ Henri : Merci! L'actualité? Je te promets de m'en « câl..... » totalement!

le factotum a dit…

La chanceuse ...

Je t'en souhaite de belles.
Beaucoup de parlures et d'histoires à nous raconter à ton retour.

Je t'envie juste un petit peu ... juste assez pour rêver.

Un beau salut à tes comparses de chasse.

Solange a dit…

Bonnes vacances, de belles photos et plein de bonnes anecdotes à raconter à ton retour.

Fitzsou, l'ange-aérien a dit…

Ciel que je t'envie! Et ton camp! Magnifique! Je republierai une photo du mien dans pas long...
Cette vie de chasse que tu racontes, je l'ai vécu 23 années... Le Père de mes enfants étaient un amateur. Nous partions tout le temps avec ma Meilleure Amie et son Chum... Comme tout ça me parle...
Décidément, on a vraiment des atomes crochus!
Pour la plante "requin", j'ai bien observé en fin de semaine et je n'ai rien vu de semblable...
Merci pour le clin d'oeil!

Jackss a dit…

Profites bien de tes vacances, Zoreilles

Au fond, tu vas pouvoir te reposer les zoreilles et tout ce qui est pénible à entendre à la télé. Plus de moyen de communication, quelle merveille! J'en rêve!

Quand je vois tes photos, je vois que nous vivons dans un univers tellement semblable. Ça se peut presque pas: les tourbières, les canneberges, plaquebières, les plantes insctivores... On dirait que tu es ma voisine.

Bonnes vacances à vous deux et prenez bien soin des petites bêtes!

Ren a dit…

J'aimerais bien me déconnecter et suivre cette philosophie « à force de manquer de tout, on manque de rien ». Un jour. Je vous souhaites de bonnes vacances. Amicalement.

Evelyne a dit…

Bonne vacances Zoreilles, profite bien du calme de la forêt, full soleil et s'il pleut une journée lecture-roupillon-lecture......

Sally Fée a dit…

Soupirs... en te lisant, j'ai vu toute la scène: un petite pièce rustique mais confortable éclairée avec une lampe à l'huile ou par des chandelles. L'odeur du bois qui vous réchauffe. Et plein de rires, de mets délicieux, d'histoires racontées.

Wow... en plein mon genre de vacances de rêve (si j'exclus un séjour dans un château en Dordogne)!

Bonnes vacances à vous quatre!

xxx

Zoreilles a dit…

@ Le factotum : J'apprécie ma chance, t'as pas idée. Je peux « jouer à l'ermite » assez souvent mais décrocher pour toute une semaine, c'est rare. Le risque, c'est d'avoir de la misère à « revenir dans le monde »...

@ Solange : Merci. Comme tu l'imagines, LA photo idéale serait celle d'un orignal et tant qu'à rêver, une famille d'orignaux. Ce serait LE trophée pour moi, d'en voir plus que nos chasseurs et avant eux!!!

@ Fitzsou : Tu sais de quoi je parle alors? Oui, je veux voir ton camp. Absolument. Il est en Abitibi? Près de St-Mathieu d'Harricana? Je te le dis souvent avec un clin d'oeil mais le fait d'être nées sur le bord de l'Harricana, ça fait qu'on a des atomes crochus, c'est certain!

Zoreilles a dit…

@ Jacks : Merci à toi, cher voisin! Mais oui, nous sommes voisins, dans cet amour incommensurables qu'on porte à ce Québec tout entier, ouvert et généreux, à ces pays dans le pays qui nous fascinent et nous émerveillent, à ces phénomènes humains, sociaux, culturels, qui sont semblables et différents, qui devraient nous unir plutôt que de nous diviser, bien sûr, je le crois depuis longtemps, nous sommes voisins.

@ Ren : C'est un rêve que je vous souhaite de réaliser. C'est possible. Il s'agit de faire des pas dans cette direction, le vouloir. Juste de savoir que ça existe et que c'est accessible, ça ouvre des horizons...

@ Evelyne : Pourquoi ai-je l'impression que tu connais ces plaisirs-là? ;o) On nous annonce un déluge pour vendredi, de la pluie pour toute la fin de semaine, alors le trio lecture-roupillon-lecture, je vais probablement l'expérimenter!

@ Fée : T'as presque décrit à la perfection le décor. Sauf que... Une grande pièce, oui, et tu vois la porte jardin à l'arrière du camp? C'est là une pièce fermée, qui donne sur la grande en avant, c'est la « chambre » fermée, ou dormiront Robert et Gisèle, nous, on dort dans la grande pièce. Lampe à l'huile, chandelles? Non, ce serait plus romantique sans doute mais on a les installations au propane pour l'éclairage et la cuisinière. L'eau de pluie (recueillie dans le baril que tu vois sur la photo près de la galerie en avant) c'est notre eau de vaisselle, de douche et de lavabo. Tout est bien éclairé et le camp a été construit au fil des années par mon menuisier qui recycle plein de matériaux trouvés pas chers sur les chantiers où il travaille ou carrément donnés. C'est fou comme les gens jettent leurs choux gras!

Nanou La Terre a dit…

Wow,
ce sont des vacances qui me font beaucoup envie! Revenir à l'essentiel, c'est si important. Je m'imagine parmi vous tous, je pourrais vous chanter quelques petites chansons à répondre ou des complaintes...
Il y a 3 ans, j'ai passé proche d'acheter une vieille école de rang dans le fin fond des bois; même chose, pas d'électricité. Le prix était fabuleux mais c'était vraiment loin. Le temps de se faire manger par les moustiques avant d'arriver à destination à pieds! Mais j'y ai rêvé et ça m'a fait du bien.
Tricoter, ça aussi c'est plaisant. Tiens, tu m'en donnes le goût. Je vais sortir mes broches.
Les plantes carnivores mangent-elles le nez des petits chiens?( hahas...)

Bonnes vacances et profites-en bien Zoreille!

voyageuse du monde a dit…

Je te souhaites de bonnes vacances, amène moi un petit peu avec toi
xxx

Claire a dit…

Que c'est beau chez vous!
L'air doit sentir bon la fin de l'été et le feu de bois...
Je te souhaite une bien belle semaine avec ton "Crocodile Dundee-Guillaume Tell", Robert et Gisèle.

Et bonne chasse aux gars!
Ca ne doit pas être facile, quand même, de rapporter un orignal sur son dos, à deux kilomètres du lac, de le mettre dans la chaloupe, et de revenir au lac Dufault...hein?

Il me tarde de voir les photos !!!

Grosses bises

Marico a dit…

Comme je comprends ton bonheur et tous les plaisirs qui y sont reliés. Profites-en bien et pas besoin de te dire d'emmagasiner pour les mois divers!
C'est si beau la Nature et l'Amitié!

Zoreilles a dit…

@ Nanou : Là, c'est ta petite école au fond d'un rang dans le bois qui me fait rêver! Il me semble que j'y aurais fait un doctorat et même un post-doc, j'aurais été bonne élève très très sage à cette école de la vie. Toi aussi, hein? Merci pour ton commentaire et tes souhaits.

@ Voyageuse : Bien sûr, je t'amène avec nous! Est-ce que le camp numéro deux te rappelle le camp numéro un que tu connais déjà?

@ Claire : T'as raison, ce serait trop de trouble de ramener un orignal, c'est mieux de le photographier! Lorsque la chasse a été fructueuse dans le passé, l'animal a été débité sur place, Crocodile Dundee et mon frère Yves l'ont transporté par quartiers dans la remorque d'un VTT (quelques voyages). Ce sont des hommes forts, je trouve, ils prennent grand soin de la viande. Et ce qui est le plus beau n'apparaît pas sur la photo, c'est la forêt autour. On en profite pour la dernière année, Eacom (anciennement Domtar) viendront tout raser au cours de l'hiver... Heureusement qu'on a un très grand territoire (plusieurs baux).

@ Marico : Le plus extraordinaire, c'est qu'on y va aussi pendant l'hiver, les fins de semaine, mais je vais quand même suivre ton excellent conseil et emmagasiner tout ce que je peux... Rien de plus beau que la nature et l'amitié, en effet. Mais après quoi on court, le reste du temps, tu le sais, toi? ;o)

Zoreilles a dit…

@ Voyageuse du monde : Je me promettais bien de revenir cliquer sur le soulignement bleu dessous ton pseudo... Wow, c'est tellement tout à fait toi, ça, j'avais l'impression de t'entendre pour vrai, avec ton rire irrésistible. Y a juste un petit ajustement à faire, à côté de sexe, tu as écrit féminin alors que la vérité, ce serait « ultra féminine » avec tout ce que ça comporte de merveilleux, d'amitié et de complicité. Si t'étais pas déjà mon amie depuis si longtemps, je pense que je « tomberais en amitié » avec cette Voyageuse du monde!

Lise a dit…

Chère Zoreilles,

après t'avoir souhaité de belles vacances, de manière privée, je m'en voudrais de ne pas le faire ici, suite à la lecture de ces beaux commentaires qui démontrent à quel point tu es aimée, ce que tu mérites amplement, toi qui donne tant aux autres!

Lise ♥

Zoreilles a dit…

@ Lise : Oh merci Lise ♥ Ce que tous vos beaux commentaires démontrent surtout, c'est que plein de monde ici sont charmants et qu'on rêve un peu à la même chose pour nos escapades : nature, paix, calme, retour aux sources, lecture, repos!

Barbe blanche a dit…

Passes une belle semaine à la chasse, amènes beaucoup de beaux trophés qui marchent...
Pis pour les amateurs du sang qui coule, un beau buck, avec ben du panache et de la viande pour la parenté cet hivers...
La chasse, est encrée dans les veines de nombreux québécois, c'est l'héritage de nos ancètres coureurs des bois...
Bonne semaine ...

Mijo a dit…

Dans moins de 24h, départ pour ton petit paradis boréal.
Bonnes vacances Zoreilles et ressourcez-vous bien là-bas en pleine nature.

gaétan a dit…

Simonak j'espère que j'arrive à temps pour te souhaiter de belles vacances. J'imagine que tu chasseras avec ta nouvelle arme. Hâte de voir tes "prises". :-)

Zoreilles a dit…

@ Barbe blanche : Je sais pas si nos chasseurs seront chanceux mais pour être des dignes descendants des coureurs des bois, ça oui! Si je te ramène des photos de pies, de lièvres et de perdrix, ça va tu faire pareil? Peut-être juste des champignons bizarres ou des plantes étranges, en tout cas, je te fais une seule promesse, c'est que je vais poser en masse!!!

@ Mijo : Merci pour le « paradis boréal », un lieu de ressourcement en effet!

@ Gaétan : Ma « nouvelle arme » est chargée à bloc, un peu plus et je serais obligée de l'inscrire au registre (!) j'ai même une pile supplémentaire, un zoom qui rapproche jusqu'à 14 fois, tu vas voir, le gibier, je vais te le mitrailler, moi... ;o)

Esperanza a dit…

Zoreilles, Zoreilles, Zoreilles... J'ai tellement envie de retrouver ce genre de vacances que j'ai pourtant connu il y a plus de trente ans.

Oui, je te trouve chanceuse! T'sé que j'avais la larme à l'oeil en lisant et en regardant les photos???

Un jour, peut-être que je pourrai offrir un tel refuge à mon fils qui en rêve autant que moi. Nathan dit toujours: "Papa, on va en avoir une forêt nous aussi"? Comme si tout le monde en avait une...

Pour lui, rester en ville, ça n'existe pas. À part la maison de ses grand-parents, celle de mon père et celle d'un ami à Montréal dans Hochelaga, il n'a jamais connu la vie ailleurs que sur le bord d'une rivière. Mais ici, ce n'est pas boisé, c'est comme un petit quartier bâti dans la délinquance des années 50. Lui il aimerait avoir sa forêt (j'interprète ça comme "il voudrait avoir 'sa place' dans la forêt").

J'y ai tellement été bien! Je t'envie mon amie et en plus en cette saison! La plus belle!

Bon repos à toi et à ton amie, bonne chasse aux chasseurs et surtout, à vous quatre, bon décrochage! Je suis en faveur d'une épidémie de "temps de décrochage social"... BONNES VACANCES!

Joce a dit…

Salut et "bonne semine"
Rapporte-nous pleins de beaux moments et quelques superbes photos....Joce

Zoreilles a dit…

@ Esperanza : Ah si j'étais pas sur le bord de la porte, prête à partir, on pourrait s'en parler longtemps. Moi, c'est la phrase de Nathan qui m'a émue : « Papa, est-ce qu'on pourrait en avoir une, forêt? ». Je voudrais que tous les enfants du monde puissent en avoir une, au moins une fois de temps en temps. Ça irait mieux dans le monde de demain, tu verrais ça. Je réalise ma chance, je voudrais tellement la partager avec toi, avec Nathan, avec tous les enfants de la Terre. Merci pour ton commentaire, il va m'accompagner dans mon coeur toute la semaine, je vous emmène avec moi. ♥ pour toi, ♥ pour Nathan et mon souhait sincère pour « une forêt » à vivre ensemble, à moins d'une heure de route de chez vous, p't'être deux gros max.

@ Joce : Salut. Et « Bonne semine » à vous autres aussi. Je te promets de te ramener tout ça, t'as pas d'autres demandes spéciales? ♥ Ah et puis, je voulais te dire... Cette semaine, au téléphone avec Yves (mercredi soir, je pense?...) on a pogné un fou rire d'enfer, une affaire de quand on était petits qu'il me contait, on a ri comme des malades, ça faisait longtemps que c'était pas arrivé, tu y demanderas qu'il te conte ça, t'as vécu ça en masse toi aussi, le bébé!!!

Air fou a dit…

Voler du temps, ça oui alors! Détournement temporel, inspiration spatiale, éparpillement cervical... Expiration toujours trop tôt.

Zed ¦)

Accent Grave a dit…

« À force de manquer de tout, on ne manque de rien ».

J'inscris cette citation dans mon cahier dédié à ces dernières.

De fait, ces mots s'appliquent d'avantage à ceux qui ont beaucoup de choses et qui manquent toujours de tout.

Nous connaissons tous des gens qui semblent ne rien avoir et qui pourtant ne connaissent pas l'anxiété propre à l'acquisition de biens.

Accent Grave

Lise a dit…

Bon retour de vacances Zoreilles! J'espère qu'elles ont été en tout point ce que tu espérais, que la chasse aux images à été fructueuse, et la récolte de pommes de pré abondante.

Bonne semaine chère toi!

:-)

PS. Mon ordi a besoin d'un lavage de cerveau et je ne l'aurai pas durant quelques jours.

Éléonore a dit…

Bonnes vacances !

Zoreilles a dit…

@ Zed : Voler du temps, oui, une semaine, une sacrée belle semaine qui a passé en coup de vent. Non, c'est pas ça... Voir les jours s'égréner au fil des heures, prendre ce temps pour ce qu'il est, un espace à vivre, libre... En tout cas, je ne sais pas encore nommer ce que j'ai vécu pendant cette semaine-là mais mon rapport au temps était si serein et entier que j'ai de la misère à reprendre le collier!

@ Accent Grave : Dans votre cahier des citations, si vous ne voulez pas inscrire « anonyme » ou « proverbe abitibien », il vous faudra donner le crédit à Crocodile Dundee et ça ne fait pas très crédible comme nom d'auteur! C'est sa marotte, il nous la sert toujours dans un moment où l'on cherche quelque chose qu'on n'a pas sous la main. Il nous a fait le coup encore vendredi dernier. Je crois que je vais raconter l'anecdote dans mon prochain billet. Parce que moi, j'ai été trrrrrrès impressionnée!

@ Lise : Ces vacances ont même été au-delà de toutes mes espérances et ce n'est pas parce que la température collaborait... La récolte de pommes de pré a été presque nulle, le sentier se rendant à ma talle étant inondé, j'ai pu en goûter quelques-unes quand même (une rareté, un privilège, de l'or en somme) sur place. J'ai pris beaucoup de photos, certaines pourraient être publiables ici mais aucun orignal en vue, plusieurs perdrix, pies, canards, écureuils, champignons colorés, scènes d'automne, un seul après-midi ensoleillé, un ciel étoilé avec pleine lune une fois au début, des centaines de petits bonheurs qu'on ne peut jamais fixer sur pellicule par contre, c'est dommage, on doit les rapporter dans nos souvenirs. Merci de ton bel accueil à mon retour, j'essaie de revenir dans ma vie là... ;o)

@ Éléonore : Merci, elles furent extraordinaires.

Zoreilles a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Zoreilles a dit…

Bon, Blogger me fait radoter encore... C'est moi qui vient de supprimer mon commentaire affiché en double.

(soupir)

Ça, je m'ennuyais pas de ça pendant mes vacances!

Fitzsou, l'ange-aérien a dit…

Difficile le retour à la civilisation hein? Je vivais la même chose, comme si tout allait trop vite, tout était trop fou...
Je revenais toujours marabout... pour 24 heures...
Après, tout revenait à la "normale"...
... "La normale" ???...

Soisig a dit…

Que c'est dommage pour les atocas! C'est tellement meilleur que les canneberges cultivées. J'aime beaucoup la gelée d'atocas sauvages avec le poulet, miam! La même différence que les "beluets" de nos forêts et les bleuets du commerce!
Tu sais, pour la température, c'était partout pareil... là où j'ai voyagé aussi!
Mes frérots sont encore bredouilles pour le moment...

bisous

Zoreilles a dit…

@ Fitzsou : Ce sont de curieux voyages... Pas loin de chez nous mais loin de la vie qu'on mène. Au retour, on reprend « le pack sac » et on s'aperçoit qu'il est lourd... On voudrait l'alléger mais quoi jeter? Du matériel, c'est facile, mais des gens? On ne peut pas jeter les gens... Cette semaine d'absence de ma vie et de mes obligations, coupée de tout comme je l'étais, dans une sorte de bulle protégée, me fait voir une toute autre perspective.

@ Soisig : J'ai pu au moins y goûter à nos chères atocas! Mais pas en rapporter... Tous les chasseurs que je connais sont revenus bredouille. À l'arc, c'est normal. Tes frérots chassent dans la zone 16 je crois, c'est plutôt le Nord-du-Québec, chez vous la chasse à la carabine ouvrait samedi dernier. Ici, nous sommes dans la zone 13, l'Abitibi-Témiscamingue, la saison de l'arc se terminait hier soir et nous sommes dans la période tampon de 5 jours où aucune chasse n'est possible, la chasse à la carabine ouvre samedi prochain dans notre zone... Tes frérots prennent-ils des vacances ou bien s'ils y vont seulement la fin de semaine?

Jackss a dit…

C'est fou comme il passe le temps...

On te souhaite bonnes vacances. On te sent toute excitée de partir. Et puis hop! tu en es déjà rendue à nous en parler au passé.

Heureusement que tu as un bon caractère. Le bonheur, il fallait presque l'inventer tellement les conditions n'étaient pas favorables. Mais je crois que tu as passé le test. Je devrais dire: vous avez passé le test!

Accent Grâve a bien noté: « À force de manquer de tout, on ne manque de rien ». Voilà de quoi nous faire réfléchir.

Zoreilles a dit…

@ Jacks : Oui, le temps passe toujours trop vite, surtout en vacances! J'accepte ton compliment au sujet du bonheur que j'aurais « facile », en tout cas, il n'est pas tributaire de la température, ça, c'est sûr. Je m'applique depuis toujours à débusquer toutes traces de ces instants fugitifs, ces moments agréables à vivre partout, en tout temps, en toutes circonstances, avec ceux qui sont autour de moi, parce que le grand bonheur, c'est paradoxal, mais je n'y crois pas. Notre vie est parsemée d'embûches, de contraintes, d'obligations, de difficultés, de coups durs, de maladies, d'épreuves, d'inquiétudes, etc. mais chaque journée génère son lot d'instants heureux, d'espoir, d'attente fébrile, de satisfaction, de joie, de réalisation, de fierté, de reconnaissance, d'amour, d'amitié, d'affection aussi. Nous pouvons tous être, si nous le voulons, des usines à bonheur.

Ça me fait penser...

Quelqu'un qui lit mon blogue sans me connaître pourrait penser que j'ai une vie rêvée, que tout me réussit ou que je vis d'illusions. Et pourtant, ma réalité ressemble à celle de beaucoup de monde, avec ses bons et ses mauvais moments. J'ai choisi de ne parler que des bons, voilà tout. ♥

Marico a dit…

Ma chère Zoreilles
Je partage tout à fait ta notion des petits bonheurs et ta perplexité devant le "grand" bonheur!
Je dis toujours à la blague que c'est par paresse que je choisis d'être heureuse. La tristesse, c'est vraiment fatigant! Et le stress, encore plus!

Zoreilles a dit…

@ Marico : Comme c'est drôle, nous avons ça en commun, je dis souvent des choses semblables moi aussi, je les dis en boutade mais au fond, je suis plus sérieuse qu'il n'y paraît. Tu sais, ce que j'écrivais dans mon commentaire précédent s'est matérialisé par la suite comme par magie, comme si j'avais prévu à l'avance ce qui allait m'arriver aujourd'hui. J'en reviens pas encore, je pense que je vais devoir écrire mon prochain billet là-dessus!

voyageuse du monde a dit…

bon retour de vacances et dans la réalité! Il faut reprendre le cours de notre vie qu'on suspend temporairement en vacances et ça ne nous tente pas toujours.
Ici, problèmes de dégâts d'eau avec la pluie de vendredi dernier, paquet de troubles. Je t'en reparle dès que j'ai une minute.
xxx

Zoreilles a dit…

@ Voyageuse : Ouf... Pas drôle, ça. Je m'apprêtais à publier un petit billet qui raconte « le déluge » dans lequel nous pataugions pour rentrer dans le bois à notre début de vacances, ça n'a rien à voir avec les troubles qu'on peut avoir à régler quand le dégât d'eau se produit dans une maison... Courage!