mercredi 8 avril 2009

Nous interrompons la programmation en cours Mise à jour 20090417

C'est la première fois que je vous fais un petit billet qui n'aura pas de photo pour illustrer ce que je veux dire!

Dans notre région, nous entendons beaucoup parler depuis quelques années du projet de Osisko Mining à Malartic qui donnera le coup d'envoi à plusieurs autres exploitations de mines à ciel ouvert le long de la faille de Cadillac (minerai d'or) ou comme on dit ici, le long de la 117. Récemment, les audiences du BAPE ont suscité un grand intérêt de la part des citoyens de l'endroit, de l'ensemble de la région et de plusieurs organismes également qui ont pu se faire entendre mais la nouvelle ne s'est pas rendue plus loin qu'ici, vous savez sûrement qu'il est bien difficile pour une information régionale de traverser le parc et d'être traitée dans nos médias nationaux...

J'ai reçu à plusieurs reprises aujourd'hui un courriel qui disait à peu près ceci :

« Le développement de méga mines à ciel ouvert en Abitibi-Témiscamingue pose des enjeux à nos leaders, nos élus et nos citoyens. Certains d'entre eux se sont mobilisés pour produire et participer à la réalisation d'un court document vidéo. Nous vous invitons à le visionner et à le faire circuler largement. »

Les réalisateurs et les citoyens qui nous ont fait part de cette vidéo souhaitent garder l'anonymat. Merci.

Coalition Pour que le Québec ait meilleure mine »

Mise à jour 20090417

Les audiences du BAPE s'étant terminées hier, j'ai cru bon de vous tenir au courant de ce qui s'y était déroulé pendant ces trois jours ainsi que de l'évolution du projet Osisko à Malartic, une mine à ciel ouvert qui sera érigée en milieu urbain.

Le programme de relocalisation d'Osisko comprend en tout 205 résidences et 5 édifices publics. La compagnie a dépensé et engagé 105 M $ à cette fin. Elle avait déménagé 60 résidences l'an dernier dans le nouveau quartier aménagé au nord de Malartic. Les 80 suivantes prendront sous peu la même direction et quelques-unes seront démolies. À la fin de l'année 2009, la relocalisation sera terminée, sauf pour quelques institutions qui seront en construction. Il s'agit de l'école St-Martin, le CPE Bambin et Calin, le HLM de Malartic et le Centre d'éducation des adultes qui abritera aussi le centre communautaire et la salle multifonctionnelle. Au cours des prochaines semaines, les travaux seront entrepris pour reconstruire le CHSLD Villa St-Martin.

Cette semaine, une cinquantaine de mémoires ont été déposés aux audiences du BAPE qui ont attiré une participation sans précédent des citoyens et organismes de la région.

De ces 50 mémoires, 30 organismes, citoyens ou institutions n'étaient pas prêts à donner leur accord au projet sans y mettre des conditions et tenaient à présenter leurs revendications, surtout environnementales, aux instances décisionnelles mais surtout aux dirigeants de la minière Osisko. Ce sont par exemple le comité Vigilance de Malartic, la Coalition Pour que le Québec ait meilleure mine, l'Action boréale de l'Abitibi-Témiscamingue, Québec Solidaire Abitibi-Témiscamingue, le REPAT, le Regroupement Éco citoyen de Rouyn-Noranda, la CSN et plusieurs autres.

Une vingtaine de mémoires appuyaient sans réserve le projet Osisko à Malartic et recommandaient à la ministre Line Beauchamp de donner son accord, leurs principaux arguments étant l'aspect économique des retombées de ce projet pour les prochains 10 ans, de même que la création d'emplois pour la même période. Ce sont la Ville de Malartic, la Chambre de commerce et d'industrie de Val-d'Or, la Commission scolaire de l'Or et des Bois, l'Association des prospecteurs miniers du Québec, la FTQ et les gens d'affaires en général.

Avant de tourner cette page sur ce dossier d'actualité qui nous touche régionalement mais qui concerne également tous les Québécois et les habitants de notre planète en général, je veux vous donner mon humble avis sur le projet Osisko à Malartic, après avoir suivi les audiences du BAPE et à la lumière de ce qui s'est déroulé cette semaine et de ce qu'on a pu entendre dans nos médias régionaux.

Le projet Osisko ira de l'avant, n'ayez aucune crainte, la ministre Line Beauchamp recevra le rapport des recommandations du BAPE le 9 juillet prochain et elle aura deux mois pour le rendre public. Elle donnera son accord, personne n'en doute ici, parce qu'une minière qui a déjà investi 105 M $ pour relocaliser une partie de la ville afin d'y creuser une fosse de cette envergure en milieu urbain, c'est qu'elle n'a aucun doute sur la faisabilité et la rentabilité de l'affaire. Osisko connaît bien le prix de l'or même si c'est l'environnement de notre région qui en paiera le prix.

Mais si quelques organismes impliqués et des volontés du milieu ont réussi à se faire entendre et ce, pour la première fois de l'histoire de notre développement minier, il se pourrait aussi que ce projet aille de l'avant avec des conditions qui feraient en sorte qu'à la fin de ses 10 ans d'exploitation, 15 ans maximum, on oblige Osisko à utiliser une partie infinitésimale des profits qu'ils y auront réalisés pour restaurer les lieux à un niveau acceptable. C'est le mince espoir qui a nourri l'implication et donné du souffle à ceux et celles qui se sont démenés depuis un bon moment pour que l'Abitibi-Témiscamingue, comme faisant partie de la planète, n'ait pas trop « mauvaise mine » dans l'avenir... Mine de rien, ils ont fait des pas... Et ça, c'est pas rien...

53 commentaires:

gaétan a dit…

Justement aujourd'hui y a un éditorial dans le devoir de Jean-Robert Sansfaçon sur les mines.
Entre autre question de ''l'honorable'' Pierre Corbeil....
Quand j'ai entendu, il y a quelques jours à la télé, Charest vanter les investissements de 106 millions pour rénover les aéroports du nord québécois en disant que c'était pour améliorer la livraison des victuailles pour les habitants de ces régions j'ai pouffé de rire et après ça m'a fâché un peu qu'il me prenne (et les autres) pour un con. La réfection de ces aéroports n'est commandé que pour faciliter la livraison de machineries des compagnies. Tant mieux si les habitants en profite mais leur gain réel ne vaut sûrement des investissements de 106 millions pour rallonger les pistes.
Bonne journée.

Zoreilles a dit…

@ Gaétan : On comprends que tu n'as plus d'illusions sur les bonnes intentions de nos gouvernements! Ça doit avoir un certain rapport avec son Plan Nord...

crocomickey a dit…

Ça m'a rappelé une conversation que j'ai eu en fin de semaine avec Yoland (le papa de Myriam) qui est natif d'Amos. Il me disait que Rouyn-Noranda était la ville la plus polluée au monde et il était sérieux dans ses propos. Kess t'en penses ?

Zoreilles a dit…

@ Crocomickey : Ouch, ça fait mal! Rouyn-Noranda détenait pendant longtemps le triste titre de la ville la plus polluée au Canada (pas au monde quand même!...) mais ce n'est plus le cas. J'ai grandi à l'ombre des cheminées de la Mine Noranda, j'ai respiré du CO2 à pleins poumons, jusqu'à certains jours ne pas voir de l'autre côté de la rue à cause de « la boucane de mine ». Ici, l'industrie qui employait nos pères, c'était la mauvaise mine, la Noranda...

Mais il y a eu dans les années 70 le CPERN (Comité permanent sur l'environnement à Rouyn-Noranda) un groupe de citoyens qui s'est battu pour faire changer les choses et ils y sont parvenus. Il y a eu aussi Richard Desjardins avec ses films, Noranda, et Comme des chiens en pacage, des films assez percutants pour qu'il reçoive des menaces de mort... C'était longtemps avant qu'il se mette à dénoncer les pratiques forestières (1999) et maintenant les minières...

Mine Noranda n'existe plus. Ce qu'il en reste, c'est une grosse fonderie, exploitée par Xstrata fonderie Horne. Par la force des choses, ils sont devenus beaucoup plus environnementalement responsables. Entre autre, on y récupère ce qu'on respirait dans le temps pour le transformer en acide sulfurique qu'on vend sur les marchés mondiaux, en plus du cuivre et des autres métaux.

Rouyn-Noranda reste une ville monoindustrielle mais elle s'est prise en main, grâce à des citoyens conscientisés d'abord, et ensuite, beaucoup d'organismes et d'institutions ont suivi. On a réduit de 93 % les émissions de CO2 dans l'atmosphère, on a dépollué, on a revalorisé des secteurs, créé des parcs, planté des arbres, encouragé des espaces de verdure, on fleurit nos artères principales, on recycle, on composte, bref, on évolue et ce que Yoland t'a dit, ce n'est tellement plus vrai maintenant, je te charge de lui faire le message!

Mais je constate que les préjugés ont la vie dure...

Pierre Lafontaine a dit…

C'est un tiraillement entre les besoins économiques et la protection de l'environnement. Je ne connais pas le dossier alors, je ne peux vraiment commenter...

Cependant, une chose est certaine, les populations sont de plus en plus prises en otage par les compagnies dont le développement de projets ne repose que sur l'attrait économique. Vrai aussi que les populations bénéficient des retombées de ces projets mais définitivement pas autant que les compagnies...

Il devient de plus en plus difficile de "marier" le dévelopopement économique et le développement durable.

Zoreilles a dit…

@ Pierre L.: Tes réflexions sont réalistes, empreintes d'ouverture pour marier de plus en plus dans l'avenir les considérations économiques et le développement durable. La minière Osisko est sûrement celle qui, jusqu'à maintenant, tient le plus compte de tous les enjeux, de la population d'ici surtout, remarque, ils n'ont pas le choix puisqu'ils déménagent une grosse partie de la ville de Malartic!

Personnellement, je ne suis pas contre le projet d'Osisko, je suis bien trop sensible au développement économique régional, aux emplois qui seront créées, etc. Je sais bien aussi qu'on ne fait pas d'omelette sans casser des oeufs.

Mais on doit s'informer, s'occuper de nos affaires, leur faire savoir qu'on est devenu plus vigilant qu'avant, qu'on tient à ce qu'ils réparent leurs dégâts une fois qu'ils auront extrait l'or de la terre (dans 10-15 ans), que cette fois-ci, on ne les laissera pas se sauver avec les profits en assumant collectivement les pertes, tant financières qu'environnementales.

Osisko agit dans ce dossier comme précurseur avec l'exploitation d'une mine à ciel ouvert. On est habitués ici à des mines souterraines. Ce qui arrivera avec le projet d'Osisko à Malartic donnera le ton à tous les autres projets qui suivront et ils sont nombreux. De là l'importance de bien s'informer.

Solange a dit…

Bien sûr, c'est la première fois que j'entend parler de tout ça, c'est loin alors...C'est difficile pour moi de donner mon opinion, il faut qu'il y est des discutions sur le sujet, les gens sont en droit de savoir, mais en fin de compte je crois que c'est toujours l'argent qui aura le dernier mot.

Accent Grave a dit…

À peu près tous les projets pourraient être réalisés avec une approche constructive, compte tenu de ce qui s'est fait dans le passé, en obligeant les entreprises et les gouvernements à prévoir une réserve et un plan d'actrion précis pour « l'après exploitation ». Un suivi extremmenet serré de la réalisation de la chose serait aussi indispensable.

De plus, les nouvelles technologies et manières de faire peuvent contribuer à diminuer les torts causés à l'environnement.

Mais quand l'argent et les job entrent en jeu, toute logique est mise de côté. Le sort de cette mine après son eploitation risque fortement d'être à l'image de ce qui s'est fait dans le passé.

Je crains que ceux qui posent des questions et s'inquiètent soient considérées comme des casse-couiles. C'est à la mode de dire ça. Il suffit de faire la sourde oreille et de dire qu'au Québec on fait tout pour bloquer des projets. Pourtant, l'histoire est là pour le prouver, c'est justement l'indifférence et l'ignorance des citoyens qui ont causé tant de désastres sociaux et environnementaux.

Dans ce vidéo, je ne vois pas d'approche négative de la part des intervenants, seulement de l'inquiétude, quelque chose de sain. D'un autre côté, je n'apprécie pas le fait que les auteurs de cette vidéo restent anonymes. Cela elève de la crédibilité. Je suppose qu'on ne veut pas être «puni» pour cette action. C'est pourtant le prix à payer pour le militantisme.

Accent Grave

Zoreilles a dit…

@ Solange : Bonjour Solange. Tu dis qu'il est difficile pour toi de te faire une opinion et je trouve au contraire que dans ton commentaire (merci) tu en as une très réaliste. J'estime aussi que les gens sont en droit de savoir. Après tout, ça nous concerne, ça se passe au Québec!

@ Accent Grave : Ça nous fait toujours tellement plaisir de vous lire... Moi non plus, je ne vois pas dans cette vidéo une approche négative de la part des intervenants, sinon je ne l'aurais pas cautionnée d'aucune manière. Vous avez bien saisi que ceux qui posent des questions, s'impliquent, s'informent, réagissent ou souhaitent des engagements de la part de la minière Osisko pour « après » ne sont pas systématiquement des opposants au projet ou des empêcheurs de tourner en rond. J'aimerais que ce soit aussi clair pour tout le monde! On a beaucoup reproché à la Coalition Pour que le Québec ait meilleure mine (qui eux, sont très bien identifiés) de ne pas nommer les vidéastes, monteurs, réalisateurs de cette vidéo. J'ignore pourquoi ces artisans ne sortent pas de l'anonymat, parce qu'actuellement, on ne les prend pas beaucoup au sérieux à cause de ça, ce qui devient l'argument majeur des médias de chez nous qui en profitent pour jeter de l'ombre sur la Coalition et la sensibilisation qu'elle veut faire. C'est dommage. Les prochaines audiences du BAPE sur le sujet auront lieu le 14 avril, plusieurs organismes vont y déposer leur mémoire. À suivre...

OMO-ERECTUS a dit…

N'ayant pas d'opinion particulière sur les mines en général, je sais toutefois qu'il existe certaines richesses naturelles de par chez vous, et vous en êtes la preuve.

Oui, je sais, ce commentaire est tout ce qu'il y a de plus têteux, mais il est ressenti.

Zoreilles a dit…

@ Omo-Erectus : Vous m'en voyez la MINE réjouie, votre visite suffit à nous mettre de la MINE dans le crayon virtuel. Je ne ferai pas MINE que ça ne me fait pas plaisir, sinon vous pourriez dire : « A beau mentir qui vient de Rouyn »... Vous allez bien? En tout cas, vous avez bonne MINE!

Joce a dit…

Les mines.. quels sujet pour moi!
Originaire de Matagami, (Noranda Mines)j'ai vécu mon primaire et secondaire à Rouyn-Noranda....22 ans de vie adultes à Val-d'or.
Et il y a plein de choses que je ne comprends toujours pas.
exemple: une petite municipalité comme Cadillac, depuis 1920 on a extrait de cette seule petite bourgade (que personne ne connâit) 12 MILLIONS d'onces d'or faite le calcul à 950 $ l'once actuellement. (à part les autres métaux)
Et bien regardé ce village la prochaine fois que vous y passerez...comment ce fait-il que l'on est même pas laisser un bouquet de fleur ou un souvenir de cette riche épopée, rien pour rappeler les morts d'hommes courageux, rien pour dire merci de nos avoir si bien volés!....ah oui c'est vrai ils ont laissés un souvenir! des sites pollués à l'arsenic que le gouverment du Québec assume la décontamination à même nos taxes...Faudrait parler de la fameuse loi des mines, plus forte que tout! et qui date de 1896.
Mon amie Katherine me disait qu'aujourd'hui les mines sont plus respectueuses et quelles doivent assumés les coûts de fermeture avant même leurs ouvertures...J'aimerais bien entendre un débat de fond sur ce sujet mais qui est touchés, non ce qui intéresse vraiment la populasse c'est de savoir qui de Maxime ou Carol-ann va gagner Tsar-académie! Et bien le gagnant ou la gagnante est......rrrrrrrrrrr... Julie Snyder et son escorte

Zoreilles a dit…

@ Joce : Mine de rien, mon bien cher frère, tu nous fais comprendre ta position dans cette affaire! Non mais sérieusement, c'est toi qui m'a amenée la première fois, il y a deux ou trois ans, constater de visu l'ampleur de ce projet, prendre des photos désolantes des premiers pas de Osisko Mining en pleine ville de Malartic, parce que je n'en croyais pas mes zoreilles. En ta compagnie, je n'en croyais pas mes yeux non plus quand tu m'as montré toutes les maisons, les institutions, des rues complètes qui seraient déménagées pour cause de mine à ciel ouvert. C'était ça, le prix de l'or et ça nous inquiétait.

Aujourd'hui, c'est fait, tout ce que tu m'avais dit et même pire...

Ce qu'on peut faire encore, collectivement, c'est d'exiger au moins qu'ils s'engagent à réparer leurs dégâts quand ils auront extrait l'or, dans 10 ans. Il faudrait aussi qu'il y ait un débat de fond à ce sujet, comme tu dis, c'est ce que souhaite aussi le collectif Pour que le Québec ait meilleure mine.

Je discutais ce soir avec un ami qui peaufine actuellement son petit 15 minutes allouées aux audiences du BAPE, il a déposé son mémoire la semaine dernière. Ça le mettait hors de lui que la Chambre de commerce et d'industrie locale, nos élus et d'autres qui tirent les ficelles se positionnent du côté de Osisko avec les arguments suivants : ça crée de l'emploi pis c'est bon pour l'économie. Ouais pis, qu'il me disait, « le tourisme sexuel qui abuse des enfants dans les pays pauvres, ça crée de l'emploi pis ça fait rouler l'économie aussi... »

Au risque de te fâcher davantage, je t'annonce que le père Aubin ne fait plus partie des résistants de Malartic. Épuisé, à bout de ressources, il capitule, se rend aux conditions de Osisko, sa maison sera bulldozée, il ne voulait pas la déménager, il accepte un montant ridicule et s'en va... Un autre drame qui ne passera pas à l'histoire!

La deuxième phase des audiences du BAPE commence demain, paraît que ça va brasser!

En tout cas, merci pour ton point de vue, Joce, c'est toujours très important pour moi. Ça paraît qu'on a respiré le même CO2, plomb et cadmium, qu'on a grandi à l'ombre des cheminées de la mauvaise mine...

Jackss a dit…

Bonjour Zoreilles,

Belle conversation. J'ai lu tous les commentaires avec intérêt. J'avoue mon ignorance en la matière. Pourtant le sujet m'intéresse beaucoup. D'où mon intérêt à tout lire.

Bien sûr chacun à son point de vue différent selon la place et les intérêts qui sont les siens. C'est normal. Mais encore une fois, je réalise l'état pitoyable de notre démocratie qui ne peut s'alimenter d'une information juste et indépendante.

Ici, sur la Côte Nord, il y a le projet de la rivière Moisie. Impossible d'avoir une évaluation juste des impacts. Les résidents sont clairs. Nous avons été bien avisé de ne rien dire contre le projet. On nous a dit: Ici, tout le monde est pour. Il y a de bonnes "jobs" en cause.

Reste à savoir qui profite le plus des retombées. Les bons petits québécois maîtres chez eux? Les écologistes ont-ils une voix ? Une voix objective et désintéressée?

À noter que je n'insinue rien. Je suis simplement curieux de savoir?

Zoreilles a dit…

@ Jacks : Ton intérêt me fait plaisir. Les questions que tu soulèves, tu en connais les réponses aussi bien que moi. J'avais suivi du coin de l'oeil les audiences du BAPE sur la Côte Nord et sans connaître tout à fait les tenants et les aboutissants du projet, je reconnaissais bien trop la démarche dans son ensemble et les arguments des deux côtés, on dirait que c'est universel, y a juste les noms qui changent. Ousqu'y a de l'homme, y a de l'hommerie...

« Reste à savoir qui profite le plus des retombées » dis-tu? Certainement pas les citoyens et encore moins l'environnement. Comme mon frère le soulignait dans son commentaire, les retombées financières négatives des mines qui ont laissé en souvenir chez nous des sites extrêment pollués, même toxiques, nous les assumons à même nos taxes parce que les responsables, les actionnaires de ces minières, se sont emplis les poches, ont dissous les entreprises et sont partis sans laisser d'adresse. Celui qui a dit qu'on ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre ne connaissait pas les pouvoirs illimités des compagnies minières ou de la Loi des mines.

Je le redis, je ne suis pas contre le projet d'Osisko, de toute manière, il est déjà enclenché avant même que les audiences du BAPE soient terminées, que le rapport des commissaires soit produit, que la ministre Line Beauchamp le rende public et donne son accord. Ils savent qu'ils peuvent aller de l'avant.

Mais il faudrait au moins que ces multinationales s'engagent à réparer les impacts qu'ils ont causés à l'environnement quand ils ont extrait NOTRE or de NOTRE terre grâce à NOTRE travail et qu'ils nous ont tout pris en ne laissant que désolation.

Mince consolation, ici, les gens sont touchés, en parlent, s'impliquent, réfléchissent, posent des questions, soupèsent les pour et les contre, plusieurs refusent de se la fermer comme on a souvent vu dans le passé. Près de 80 mémoires ont été déposés, ça dénote un fort intérêt pour le projet et tous les projets miniers qui en découleront. Une coalition s'est formée, des organismes travaillent de concert et la population sera bien informée pour une fois. Pourquoi? Parce que Richard Desjardins s'en mêle et qu'il sait tellement faire passer ses messages, lui!

Soisig a dit…

Que de retard à reprendre!

"il est déjà enclenché avant même que les audiences du BAPE soient terminées, que le rapport des commissaires soit produit, que la ministre Line Beauchamp le rende public et donne son accord. Ils savent qu'ils peuvent aller de l'avant.

Mais il faudrait au moins que ces multinationales s'engagent à réparer les impacts qu'ils ont causés à l'environnement quand ils ont extrait NOTRE or de NOTRE terre grâce à NOTRE travail et qu'ils nous ont tout pris en ne laissant que désolation. "

Je pense que tu as tout dit dans ces paroles:`rien n'est clair, tout est arrangé d'avance. Ce qu'il nous reste à faire, c'est "essayer" de limiter les dégâts.
La mine de Normétal nous avait laissé des gens malades (poumons), estropiés, une "slam", un trou d'eau plein de produits acides et un cours d'eau pollué... Comme le dit Joce, avec nos taxes, le gouvernement a ces dernières années (pendant 3 ans) remis en état notre environnement
... 30 ans plus tard. On fait partie des sites miniers qui ont eu cette "chance" et nous n'avions pas une mine à ciel ouvert...

Je ne suis pas contre moi non plus, mais avec de solides garanties de remise en état... Le coeur me lève juste à penser aux sables bitumineux de l'Alberta!

Jackss a dit…

Je suis bien d'accord avec Soisig,

tu as tout dit dans cet extrait qu'elle retient. Comme tu le dis si bien, à défaut de faire plus, les gens doivent se mobiliser pour tirer le meilleur en limitant les dégats.

La présence de Richard Desjardins est rassurante. Une chance qu'on l'a!

Zoreilles a dit…

@ Soisig : Du retard à reprendre? À qui le dis-tu? Pareil pour moi, d'ailleurs j'arrive ce soir de ton coin de pays, du salon funéraire à La Sarre où je retourne demain pour les funérailles... Tu parles de la mine Normétal et c'est là un autre exemple bien concret des agissements des minières pour lesquelles nous devons payer aujourd'hui les pots cassés et ce, collectivement, comme Québécois, c'est pourquoi je dis que nous sommes tous concernés, au-delà de notre attachement à notre région. Socialement, c'est de l'Abitibi-Témiscamingue qu'il est question, financièrement, c'est le Québec en entier qui écope et du point de vue environnemental, tous les habitants de la Terre sont en droit de savoir et d'exiger réparation après l'exploitation des gisements pour ceux qui nous suivront. Tu te souviens de Joutel? Ils ont carrément bulldozé le village. Incroyable. On ne parle pas d'un village fantôme là, non, carrément bulldozé le village, comme si rien n'avait existé. J'ai des cousins qui sont nés là, qui y ont grandi, ont été à la petite école, s'y sont fait des amis, des cabanes dans les arbres, des équipes de hockey, des chorales, etc. Plus rien ne subsiste à Joutel après le passage des mines. Un jour, faudra que j'écrive là-dessus...

@ Jacks : Oui, Richard Desjardins... Il a contribué à faire changer les choses à la Noranda Mines il y a longtemps, ce fut son premier combat, bien avant qu'il soit connu pour ses chansons. Ensuite, il a défendu la forêt boréale en dénonçant les forestières et leurs alliances avec les ministères, les magouilles qui avaient cours dans le milieu de la foresterie. Aujourd'hui, l'Action boréale de l'Abitibi-Témiscamingue est très impliquée et très active pour revendiquer nos droits auprès des exploitants de mines. Ils ont Henri Jacob comme président et Richard Desjardins en est toujours le vice-président et porte-parole.

Mijo a dit…

Qui a pondu la loi des mines ?
Les exploitants ? Le gouvernement ?
Une entité internationale d'exploitation minière ? Le tout mélangé ?

Il doit y avoir énormément de gros sous derrière pour arriver à le faire au détriment des populations mais que celles-ci ne doivent pas recevoir grand chose quand elles sont délogées.

Mais ça fait peur ces gros trous. Je n'y connais rien et ce que je vais dire est sûrement débile mais j'aurais peur une fois le trou fini que le reste de Malartic soit sur un terrain meuble et finisse par s'écrouler et être avalé par le trou.

Soisig a dit…

Voici le message de Richard Desjardins sur cette situation. Les audiences du BAPE se poursuivent jusqu'à jeudi.

http://www.cablevision.qc.ca/nouvelles/?p=81311

@Mijo, c'est effrayant la superficie qu'occupera le site à ciel ouvert lorsqu' on visionne le vidéo que Zoreilles a mis au débutr de son billet. Personnellement, je ne me sentirais pas en sécurité. On a juste changé le lampadaire devant à côté de mon entrée de cour et le sol s'est affaissé d'un bon 6ocm dernièrement sur une surface de quelques mètres...

Zoreilles a dit…

@ Mijo : Tu vois comme le monde est petit? (Il faut d'autant plus en prendre soin) Tu te poses les questions que plusieurs devraient se poser ici et pourtant, un océan nous sépare... Qui a pondu la Loi des mines? Le gouvernement. Il y a très très longtemps... Qui gère cette Loi des mines? Le ministère des Ressources naturelles (MRN). Dans son rapport déposé le 1er avril (une date prémonitoire?...) le Vérificateur général du Québec, Renaud Lachance, n'est pas tendre à l'endroit du MRN. Par exemple, au niveau environnemental, le Vérificateur général indique notamment que 10 plans de restauration déposés par des sociétés minières ont été approuvés par le MRN même si le ministère de l'Environnement avait émis un avis défavorable ou avec des conditions. Il mentionne aussi que pour la période 2003-2008, 14 entreprises n'ont versé aucun droit minier même si elles ont cumulé des valeurs brutes de production annuelle de plus de 4 milliards de dollars. Au cours de la même période, Québec a consenti 624 M $ en mesures fiscales, destinées à favoriser le développement minier sur son territoire. À cela, il faut ajouter les 264 M $ qu'il devra payer pour restaurer les 345 sites miniers qui relèvent de sa responsabilité. C'est ce qu'il a appelé « payer les sociétés pour qu'elles exploitent les gisements ».

@ Soisig : Merci pour le lien. T'entends ce que disent nos médias ces derniers jours? Ça discute fort à Malartic... et dans l'ensemble de la région.

crocomickey a dit…

Je suis découragé ! Je ne reçois plus tes courriels. :-(

As-tu la bonne adresse ?

T'es la seule qui n'entre pas dans ma boîte de courriels ... et ça me désole. Même des amorces d'idées suicidaires ...

:-)

Zoreilles a dit…

@ Crocomickey : Je suis découragée moi aussi, je reçois tous les tiens très très bien et j'y réponds... pour rien! J'ai l'impression de crier dans le désert! Oui, j'ai ta bonne adresse, d'ailleurs, je clique sur « répondre à » et j'ai vérifié que dans mon carnet, j'ai la même qui apparaît dans ta signature électronique. Décidément, ta boîte de réception me boude... Je me sens rejetée, snif snif... ;o(

crocomickey a dit…

Tes conclusions sur l'écoute du BAPE sont pessimistes me semble-t-il. Que vont-ils recommander ces messieurs (et dames ?) suite aux mémoires reçus ? Tu exprimes des espoirs ... mais. C'est comme l'eau pour les embouteillages : shit ! Même pas une cenne du litre puisé dans notre trésor. Je pense que c'est le combat de l'avenir pour l'économie d'ici = l'eau. Et votre coin du Québec en recèle de la klisse de bonne. Faudrait mettre les culottes et exiger des redevances, plutôt que plier le dos et accorder les droits sous prétexte que ça donne des emplois. Juste quelques cennes (comme pour le pétrole viaaaarge). Commencer, amorcer quelque chose pour la collectivité. Qu'est-ce qui retient notre gouvernement dans ce dossier ? Maudit mystère ... Hey ! Juste amorcer la patente = une cenne du litre ...

Zoreilles a dit…

@ Crocomickey : Mes conclusions pessimistes? Au contraire, j'ai l'habitude d'être toujours trop optimiste, mais cette fois-ci, je suis réaliste, tu sauras me le dire. Je n'attends rien du tout des audiences du BAPE, tout au plus nous sommes arrivés à nous faire entendre pour exiger des conditions minimales pour notre environnement (rien n'est gagné) et ce, pour la première fois de notre histoire. Si la population (les médias) avait suivi dans l'ensemble du Québec, peut-être y aurait-il eu un débat de fond sur la question après les audiences. Non pas sur le projet Osisko seulement mais plus largement, sur le développement minier. Pour la suite des choses, j'entends. Mais non, ça n'est pas arrivé. Les Québécois se mobilisent pour Star Académie, la série Canadiens-Boston, la crise économique, les misères des Hell's Angels ou de Abitibi Bowater, nos soldats qui meurent encore en Afghanistan, le CHUM, le manque de médecins de famille, etc.

Pour les redevances sur l'eau, je suis d'accord avec toi à 100 milles à l'heure. J'en avais fait deux billets en août 2007, « Laisser couler le nord », prise 1 et prise 2. Notre eau des eskers (la meilleure au monde) est puisée ici, près d'Amos, et distribuée partout dans le monde par la multinationale américaine Morgan Stanley, sous le nom de Eska, et la triste histoire de l'eau Esker devenue Eska illustre parfaitement comment, en quelques années seulement, par quelques tours de passe passe financiers, on peut déposséder une région de ses ressources naturelles (un jeu d'enfant), sans payer aucune redevance. Au final, aucun gouvernement s'en est mêlé et il n'y a plus que 20 personnes ici qui sont sur le payroll de Morgan Stanley. Création d'emplois? À leurs bureaux américains ou chinois peut-être! Je te le dis, ça fait peur...

Et moi, je prends ces choses-là trop à coeur!

Joce a dit…

Merci pour la tonne de renseignements,c'est bon d'avoir des vrais nouvelles.

OMO-ERECTUS a dit…

Il faut quand même admettre que la participation des gens du milieu dans cet exercice est une fort convaincante preuve que la démocratie, ca peut donner des résultats. Mais force aussi est d'admettre que bien souvent, de telles instances consultatives - et souvent décisionnelles - comportent une part de poudre aux yeux. Vous l'avez dit, la ministre ira de l'avant. L'aurait-elle fait si 40 des 50 mémoires étaient défavorables au projet? On peut ceres le penser. En fait, combien de dissidences faut-il pour stopper un train qui file à toute vitesse?

En passant, je veux souligner votre présentation très objectives des faits et des positions adverses dans ce projet. Bel exemple de journalsme civique.

Zoreilles a dit…

@ Joce : J'ai bien pensé que là où tu te trouves maintenant, les nouvelles n'allaient pas te parvenir aussi facilement! Comme tu prends ça à coeur autant que moi, et pour les mêmes raisons, je suis contente que t'aies lu aussi la mise à jour. Maintenant, tu sais tout... ou presque! Heille, toi là, mon frère, la Commission scolaire de l'Or et des Bois qui se positionne si clairement en faveur du projet all the way sans condition, qui en fait la promotion même, dans des lettres ouvertes dans nos hebdos régionaux, ça t'étonne tu? Ça te scandalise tu? Qu'est-ce qu'ils ont à gagner là-dedans? Les décrocheurs scolaires vont tu pouvoir être engagés automatiquement chez Osisko à Malartic pour les 10 prochaines années? Je comprends pas...

@ Omo-Erectus : Effectivement, la mobilisation exceptionnelle des gens d'ici est la meilleure nouvelle là-dedans. En fait, les 30 mémoires sur 50 qui revendiquaient quelque chose n'étaient pas contre le projet, au contraire, ils étaient pour mais avec des conditions et des engagements sérieux à vouloir faire respecter le point de vue environnemental minimal. Présentation objective des faits? Vous êtes trop bon avec moi, cher Omo-Erectus, nul besoin d'être très perspicace pour savoir de quel côté je me situe!

Aux tenants de la partie adverse qui proclame toujours les deux mêmes arguments : ça crée de l'emploi pis ça fait rouler l'économie, j'ai entendu un de mes amis me dire : « Ouais pis, la prostitution juvénile en Thaïlande aussi, ça veut tu dire qu'on doit être pour? Une usine qui fabrique des bombes, ça crée de l'emploi pis ça fait rouler l'économie? En veux-tu d'autres? »

Le pire, c'est que si la pression est trop forte sur Osisko Mining pour restaurer l'environnement après l'exploitation, dans quelques années, par des tours de passe passe financiers, en deux ou trois transactions bidon, ils vont se débarrasser des passifs et ne conserver que les actifs et les profits. Barrick Gold est passée maître dans ce genre de transactions magouilles de par le monde entier... Des fois, on se demande...

Anonyme a dit…

On ne le dira jamais assez, c'est bien partout pareil, toujours le pot de terre contre le pot de fer.
Je suis admiratif des gens si peu nombreux qui s'élèvent avec leurs petites forces pour faire entrave et amender les projets les plus fous, projets toujours gagnants et démontrés indispensables à la survie économique.

Les mines à ciel ouvert c'est très dangeureux... allez, un peu d'humour.... noir :

humour-fun.net/modules/myalbum/photo.php?lid=20

Zoreilles, je sais que vous avez rattrapé le petit chaton aventureux avant que sa dévorante curiosité ne soit satisfaite !

Michel

Joce a dit…

Salut
Voici mon opinion sur la Comm. scolaire de l'or et des bois.Le prézzidenté M.G.G.est un homme de droite, financier avant tout, de plus la formation continue (aux adultes) ainsi que tout les cours de mineurs desinateurs etc..tu me vois venir là.
Et oui on se bouscule au porte,
c'est la danse des cohortes,
qui se secoue le bas des reins
et font du foins!

Ne soyez pas en retard
car la danse des connards
ne durera qu'un instants.....soin,soin!

En passant en regardant l'appellation de la C.S.O.B comme le bois est à terre (au sens physique et commerciale) ne reste-t-il pas que l'OR.

Zoreilles a dit…

@ Michel : Vous avez tout deviné, je me suis garrochée sur le ti minou avant qu'il retombe sur le sol, et ça prenait des réflexes d'enfer! Sérieusement, votre commentaire me confirme que cette situation est universelle, ce genre de lutte, sensible à l'environnement, se mène dans tous les pays, par toutes sortes de gens, dans toutes sortes de conditions. Au moins, ici, on a eu voix au chapitre. Je ne dis pas que ça fera une différence au final mais on a pu exprimer nos revendications.

@ Joce : Je comprends qu'on se scandalise des mêmes affaires. M'étonne pas. La CSOB s'éloigne de sa mission pour des considérations futures qu'on ignore... Quand on se laisse acheter par la mine, est-ce qu'on devient automatiquement minable?

Soisig a dit…

Tchéque ben ça, t'as le bon scénario" selon moi!

"Le pire, c'est que si la pression est trop forte sur Osisko Mining pour restaurer l'environnement après l'exploitation, dans quelques années, par des tours de passe passe financiers, en deux ou trois transactions bidon, ils vont se débarrasser des passifs et ne conserver que les actifs et les profits. Barrick Gold est passée maître dans ce genre de transactions magouilles de par le monde entier... Des fois, on se demande..."

Pleinement d'accord avec Joce qui m'a quand même arraché un éclat de rire avec ses bonnes explications, hihihi!

Intéressant à lire sur Malartic (un excellent article écrit par le journaliste Y. Chartrand qui a passé 3 jours à Malartic pour assister aux audiences publiques du Bape):
http://www.ruefrontenac.com/nouvelles-generales/3963/3963

Chose certaine, l'Abitibi aura la mine... à terre dans quelques années!

Soisig a dit…

Oups! J'oubliais, voici une autre adresse donnée sur le site précédent: le mémoire de 40 pages déposé par Québec solidaire est bien intéressant...

http://www.quebecsolidaire.net/actualite-nationale/malartic-pas-de-mine-a-ciel-ouvert-dans-les-conditions-actuelles

Zoreilles a dit…

@ Soisig : Merci pour ces liens, je vais tous les suivre, c'est promis. Ça m'a l'air très intéressant. Aussi, nos hebdos régionaux en parlent abondamment ce matin. Mais là, il faut que je passe au plus urgent. Je m'explique : Depuis lundi avant-midi, mon ordinateur est tombé ben ben malade. J'ai dû le transporter d'urgence chez le Dr Informatique qui l'a tout de suite transféré aux soins intensifs où il séjournait depuis 48 heures. J'ai été à son chevet des grands bouts. Et je m'en informais par téléphone. Il y a eu de nombreuses complications... Finalement, après une opération à coeur ouvert, la transplantation d'un rein et la pose d'un pace maker, il a été sous observation et sous respirateur un bout et puis, ce matin, il a obtenu son congé de l'hôpital des ordis, je viens de le ramener à la maison. J'aimerais bien qu'il puisse récupérer tranquillement mais avec mon travail, les courriels s'étaient accumulés dramatiquement pendant ces deux jours.

Pas croyable comme je suis dépendante de lui (mon ordi). Pour mon travail et pour l'ensemble de ma vie. Ça m'a frappée en pleine face...

Zoreilles a dit…

L'article écrit par Yves Chartrand (dont Soisig nous donne le lien) est très représentatif de la réalité qui s'est vécue et se vit actuellement à Malartic. Aucune exagération de sa part, je le trouve très honnête même si on sent très bien qu'il a un parti pris. Et il ne présente que la pointe de l'iceberg.

Quant au mémoire présenté aux audiences du BAPE par Québec solidaire Rouyn-Noranda Témiscamingue, (merci Soisig pour le lien) j'en connaissais les grandes lignes pour en avoir souvent discuté avec Guy, celui qui a présenté ce mémoire, mais j'ai aimé le lire dans son ensemble pour être informée des détails et des faits très bien documentés qui y sont exposés.

Tiens, je vous en cite un bout qu'on trouve en page 7 et qui explique ce que j'ai tenté de démontrer il y a quelques jours, c'est-à-dire comment une minière peut se désengager de ses responsabilités sociales et environnementales pour qu'on en arrive à payer collectivement les pots cassés à même nos taxes.

-----------------------------

« Il y a 6 ans, ce site appartenait à Barrick Gold Mines qui est l'un des plus grands producteurs mondiaux d'or. Barrick a vendu le site à une compagnie moribonde, McWatters, qui était au bord de la faillite et qui a d'ailleurs fait faillite peu après l'acquisition du site. Elle s'est ainsi débarrassée d'une dépense de près de 30 M $ pour la restauration.

Sachant qu'il y avait un potentiel exploitable sur ce site, le gouvernement l'a cédé à la Ville de Malartic, mais sans le parc à résidus à décontaminer. La ville l'a aussitôt cédé à Osisko.

En l'espace de 2 ans, Barrick Gold Mines a réussi à se débarrasser de ses responsabilités environnementales et le gouvernement a, lui, tranféré un site évalué à 5 milliards de dollars canadiens à la minière Osisko par l'entremise de la Ville de Malartic et ce, tout en conservant la facture du parc à résidus contaminés.

On apprenait, lors des audiences du BAPE de mars 2009, que Barrick Gold qui s'est débarrassée de ses responsabilités environnementales a quand même conservé un lien sur les profits futurs du site et qu'Osisko lui a racheté une partie de ses redevances!

N'est-il pas curieux que d'une part, le gouvernement ne tire aucune redevance de l'or qui est cueilli dans les sous-sols du Québec alors que d'autre part, la Barrick réussit à se libérer d'une responsabilité environnementale tout en conservant un lien sous forme de redevance sur les profits qui seront réalisés sur le même site? »

-------------------

Zoreilles a dit…

Et aujourd'hui, nos hebdos régionaux, propriétés de Québécor (L'Écho Abitibien et La Frontière) regorgent d'informations, d'articles, de lettres ouvertes et de points de vue, qui sont en lien avec le projet Osisko à Malartic.

Ça joue dur...

À titre d'exemple, Jean-Pierre Thomassin, directeur général de l'Association de l'exploration minière du Québec (AEMQ) se plaint du traitement accordé par les journalistes et commentateurs locaux de Radio-Canada au dossier du projet minier en question et aux audiences du BAPE. Il s'indigne que « l'équipe de journalistes est complètement sous l'emprise du groupe de contestataires regroupés sous le nom de la Coalition Pour que le Québec ait meilleure mine. Les membres de ce groupe auraient, selon lui, eu constamment l'antenne. Il va jusqu'à prétendre qu'on a tenté de le piéger dans une entrevue en direct suivie immédiatement d'une autre entrevue avec un des contestataires, nul autre que Richard Desjardins. »

Jean-Pierre Thomassin dépose donc une plainte à Radio-Canada, officiellement adressée à Madame Julie Miville-Deschène, Ombudsman des Services français, Radio-Canada.

-------------------------

En conclusion, ce n'est pas ce qui me désole le plus dans notre presse écrite de cette semaine. Mon coup de masse, je l'ai eu en lisant La Frontière, en page 15, un petit encadré bleu pâle titré :

« Question de la semaine :

Doit-on imposer un moratoire sur les mines à ciel ouvert?

Oui : 18,5 %
Non : 81,5 % »

--------------------

Cou'donc, pour quoi, pour qui qu'on se bat? On est tu des Don Quichotte? Cette histoire n'intéresse vraiment personne...

Je pense que je vais regarder ce soir le 4e match de la série Canadiens-Boston. Il me semble, malgré tout, que les Canadiens ont encore plus de chance de gagner que nous autres contre l'establishment des mines, du développement économique à n'importe quel prix et des pouvoirs en place.

Et là j'arrête parce qu'il me vient en tête des phrases à la Falardeau...

Soisig a dit…

Bonsoir Zoreilles

Reçu ce soir ce courriel d'une amie au coeur du conflit sur la plainte déposée : http://malartic.blogspot.com/2009/04/laemq-depose-une-plainte-radio-canada.html

Pour le sondage, comme je ne lis pas La Frontière, je n'ai pu voter: ça aurait augmenté le % du OUI!

Je suis moins présente car je suis en mode "peinture" ces temps-ci: du rattrapage à faire avant la sortie du journal... ;)

Et enfin l'adresse internet de notre petite entreprise locale : http://www.creationnormetal.com/fr/index.cfm

Soisig a dit…

Oups! l'adresse n'était pas complète!

http://www.creationnormetal.com/fr/index.cfm

Zoreilles a dit…

@ Soisig : Un autre lien très intéressant à suivre... On peut y lire plusieurs points de vue de gens qui sont concernés vraiment. J'y ai appris plein de choses qui sont choquantes de vérité, bien sûr, mais d'un autre côté, ça m'a fait voir que contrairement à ce que je vois autour de moi, tout le monde n'est pas indifférent à cette situation.

Le petit sondage maison de La Frontière qui dit non au moratoire sur les mines à 81,5 %, normalement, je ne l'aurais pas pris au sérieux mais il reflétait exactement ce que je perçois dans la population.

Dans nos institutions officielles, c'est encore pire, les dirigeants et représentants n'ont pas le droit de prendre position ni de s'exprimer librement ni de poser des questions ni de faire la moindre revendication.

Quant aux gens d'affaires, la Fédération des chambres de commerce, les chambres de commerce locales de Rouyn-Noranda et de Val-d'Or, les CLD ont déjà fait leur spectacle à grand déploiement et la chasse aux contrats bat son plein dans l'ensemble de la région.

Quand Félixe sera grande et qu'elle me demandera pourquoi on n'a pas voulu l'indépendance du Québec quand la question nous a été posée et comment ça qu'on a laissé piller notre région de ses forêts, de ses ressources naturelles, de son eau des eskers, je pourrai au moins lui répondre : « C'est toujours ben pas de ma faute, j'ai fait tout ce que j'ai pu, ma belle chouette, je comprends pas plus que toi comment on a pu laisser faire ça! »

Soisig a dit…

Deux poids, deux mesures? 2 pages dans la Presse de jeudi!

http://www.cyberpresse.ca/actualites/200904/23/01-849476-une-mine-a-proximite-de-north-hatley.php

Mine de rien, aurons-nous des retombées indirectes? Mi

Lise a dit…

@Soisig

Des retombées indirectes, North Hatley étant un endroit touristique (donc $$$) alors que l'Abitibi, magnifique mais loin des grands centres (signifiant peu de touristes, hormis en saison de chasse...pour ce que j'en sais), les médias en parlent moins, forcément.

Et je suis tellement choquée lorsque j'entends des Abitibiens d'origine qui ont "émigré au sud" décrier leur propre région, ou en faire une source de plaisanterie, comme Cathy Gauthier, pour ne pas la nommer.

Ne connaissant rien à la politique, je ne parlerai pas de l'indifférence de notre merveilleux gouvernement concernant nos richesses naturelles, vendues au plus offrant ($$$), mais une chose est certaine l'humain est passé maître dans l'art de détruire son environnement naturel, et les autres espèces qui y vivent.

Lise la pessimiste.

Jackss a dit…

Bonjour Lise et Soisig

C'est bien instructif de vous entendre jaser ici. Étant citoyen de l'arrondissement de Rock Forest en Estrie, je viens d'apprendre que ma maison est presque construite sur une ancienne mine désafectée.

Je n'ose pas me prononcer sur la différence entre North Hatley et toute ville de l'Abitibi. J'aurais l'impression de marcher sur des oeufs.

Zoreilles,

Je l'avoue, j'ai pris du temps avant de regarder cette vidéo que tu as laissée. Une chance que tes billets restent plus longtemps que les miens.

Cette vidéo est venue me chercher. Je te dis bravo! Tout se passe trop souvent dans le plus grand secret. Mais je dois avouer que je suis comme un fier partisan de la démocratie fatigué. Je ne sais plus jusqu'à quel point ce que l'on pense peut influencer ce gouvernement.

La parti au pouvoir doit comprendre que, peut importe ce qu'il fait, il sera réélu quand même et probablement encore de façon majoritaire.

Soisig a dit…

@ Lise
Tu as bien raison! L'Abitibi comme toutes les régions éloignées est moins peuplée, moins touristique, moins près de la métropole et de nos dirigeants... Les richesses naturelles du Québec tout entier intéressent beaucoup de gens mais... pas les gens qui y vivent!

Ça a toujours existé et il y a toujours des migrants qui renieront le milieu d'où ils viennent... Je le sais, j'en ai dans ma propre famille! Comme le dit l'un d'entre eux: "Je comprends que c'est émotif mais l'Abitibi, c'est ben de valeur, c'est une vieille pute maganée par le capitalisme à outrance
coupée à blanc, creusée de partout, des dizaine de slams orphelines, des eaux polluées, etc."

@Jacks
North-Hatley est un joyau, comme toute ta région d'ailleurs... Très touristique, médiatisée, beaucoup plus peuplée et visitée que la Côte-Nord et l'Abitibi qui, elles, sont très "jeunes" et nature sauvage, lol. Les gens y sont conscients de la valeur de leur patrimoine et habitués à y livrer des batailles depuis plusieurs années. Tandis qu'ici, nous dépendons "de la main" qui nous nourrit... et qui nous exploite...

Un avantage: on a moins d'"anges" que toi, hihihi!

Zoreilles a dit…

@ Soisig : J'ai lu l'article en lien que tu proposes. Ça ne m'inquiète pas tellement pour les gens de l'Estrie qui habitent le secteur, malgré qu'on parle de Jack Stoch, de Globex, de la Noranda, etc. Ce sont des noms très connus ici pour « l'ensemble de leur oeuvre » MAIS...

Mais la population de là-bas se mobilise déjà contre ce projet minier, alors même qu'il ne s'agit que de rumeurs. Même le député libéral Pierre Reid a réagi avec force en disant : « On va tout faire pour empêcher ça » (pour une fois que je suis d'accord avec un libéral!!!...) alors qu'ici, jamais un député libéral ou autre n'a osé prendre position, ni le Conseil régional des élus (CRÉ) qui ne se prononce pas, ni les MRC, ni les élus, bref, ici, sauf quelques groupes écologistes, la population subit tout ça avec une indifférence consommée.

La rumeur de projet minier près de North Hatley, c'est même pas une mine à ciel ouvert en milieu urbain mais une mine souterraine, déjà pas mal moins pire, hein? Malgré tout, ils se défendent farouchement quand on attaque leur environnement ou leur qualité de vie.

Si c'est deux poids, deux mesures, c'est de notre faute, rien que de notre faute.

@ Lise : T'as tout compris, t'es même pas pessimiste mais réaliste. Cathy Gauthier, moi, je n'arrive pas à la trouver drôle... Je prends ça trop à coeur, faut croire.

@ Jacks : Tu n'auras pas besoin de faire la différence entre North Hatley et Malartic, je viens juste de le faire en répondant à Soisig! Et mes billets restent plus longtemps sur le dessus de la pile? C'est bien simple, je manque de temps!!! Mais ils ne restent pas assez longtemps encore parce que juste avant « d'interrompre la programmation en cours » j'avais répondu à ta demande spéciale dans mon billet intitulé « Au fil de l'eau », billet dont je devrais d'ailleurs publier bientôt la suite, si je peux sortir des mines!!! Je viens de voir que tu avais mis mon billet, donc, ce sujet, en lien chez toi, merci, plus on pourra sensibiliser de gens, mieux ce sera. Il y avait aussi Zed qui avait fait la même chose chez elle, c'est-à-dire en parler et présenter le vidéo de la Coalition Pour que le Québec ait meilleure mine.

@ Soisig : Contrairement à toi, dans ma famille, ce sont de vrais ambassadeurs de l'Abitibi-Témiscamingue! Te connaissant, ça doit t'atteindre en plein coeur de les entendre... J'en connais aussi des gens partis d'ici avec la rage au coeur et qui contribuent largement à entretenir les préjugés tenaces qui nous collent encore à la réputation comme une vieille tache d'huile.

Lise a dit…

Zoreilles,

mais non tu ne prends rien trop à coeur! Je peux très bien comprendre la frustration de voir les ressources naturelles dilapidées (l'eau, entre autres), et le paysage dévasté, sans soucis de ceux qui y vivent. J'ai de la famille en Abitibi, et j'y ai passé quelques temps déjà, un séjour apprécié, qui ne m'a laissé que de bons souvenirs.

Et je n'ai aucune sympathie pour les gens qui dénigrent l'endroit d'où ils viennent. Lorsque j'entends des gens faire de l'humour douteux à propos de la Côte-Nord, où j'ai passé mon enfance et une partie de mon adolescence, je rage intérieurement, mais je SAIS qu'un jour j'y retournerai. Pas question de mourir à Montréal !!!

Lise a dit…

Jacks,

je te lis toujours, mais les derniers billets, concernant dieu et les anges, j'ai de la misère avec ça. Comme Zoreilles j'ai lu le texte de Zed, à propos de l'Abitibi et les mines. Et là je vais aller lire ce que tu as mis en lien chez-toi.

Je suis contente de voir que vous n'êtes pas, Laure et toi, rebutés par la Côte-Nord, qui peut sembler "sauvage" de prime abord à ceux qui ne la connaissent pas. Surtout que l'endroit où vous étiez, un joyau du Québec, est vraiment très différent.

:)

Jackss a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Anonyme a dit…

Ici aussi , certaines personnes veulent ré-exploiter la mine de Capelton...plusieurs ont de gros doute...on a peur pour la pollution de l'environnement...


la pancarte de l'orignal se trouve aux serres municipales...et je l'ai compris comme une farce pour amuser le public...;)

bisous
ly

Zoreilles a dit…

@ Lise : Peut-être parce que je connais Jacks et Laure depuis une bonne dizaine d'années, je n'ai pas été étonnée du tout qu'ils soient émerveillés de découvrir tout le merveilleux et le particulier de la vie quotidienne sur la Côte Nord. Ils avaient réagi de la même manière lorsqu'ils sont venus nous visiter en Abitibi-Témiscamingue, quand ils ont séjourné en Alsace, en France et partout où ils ont voyagé. Ce sont des gens très ouverts. De coeur et d'esprit. Ce qui m'enchante, c'est de lire sur le blogue de Jacks toutes leurs découvertes dans leur région d'accueil, en ne perdant jamais leur sentiment d'appartenance à la région d'où ils sont originaires et en s'intéressant également à toutes les autres régions du Québec et du monde. Cette belle ouverture aux autres et ce goût du partage des idées et des discussions enrichissantes, quelle que soit l'opinion qu'on exprime, c'est ce que je retrouve toujours intact lorsque je lis Jacks, peu importe le sujet qu'il aborde et l'angle avec lequel il l'aborde. Mais je comprends aussi pour l'avoir souvent vécu sur les blogues depuis deux ans, certains sujets sont devenus extrêmement tabou et il y a des questions qui dérangent beaucoup. Jacks est courageux, il n'a peur de rien et il aborde toutes les questions avec l'ouverture qui le caractérise et du respect pour tout le monde. Ce n'est pas vrai qu'il n'y a pas de tabou au Québec, les tabou ont simplement changé de place...

@ Ly : C'est inquiétant en effet, il faut rester vigilant, informé. Et pour la pancarte, c'était une farce, tu crois? C'était aussi mon impression! ;o)

Jackss a dit…

Bonjour Lise,

Je tiens à te rassurer: tu as le droit d'avoir tes idées, tes intérêts, tes zones sensibles. Je le respecte. Je ne suis pas différent. C'est tout de même gentil de continuer à lire mes billets.

Zorelles,

C'est agréable de voir comment tu me connais bien. C'est vrai que je suis attaché à mes racines, les régions du Québec. Hier, nous avons été visité Natashquan et bavardé longtemps avec les gens de la place. Du ravissement à l'état pur. J'ai rapporté des photos, des histoires, des échanges passionnants. Ces gens étant originaires des iles, il y a là aussi bien sûr un peu de toi.

De beaux billets en perspectives.

Soisig a dit…

"c'est même pas une mine à ciel ouvert en milieu urbain mais une mine souterraine, déjà pas mal moins pire, hein? Malgré tout, ils se défendent farouchement quand on attaque leur environnement ou leur qualité de vie.
Si c'est deux poids, deux mesures, c'est de notre faute, rien que de notre faute."

Mets-en que c'est moins pire et que la majorité se battra pour leur qualité de vie! Et ils ont raison! Encore une fois je suis en parfait accord: ce sont les gens de la région, nos élites aussi, en plus, qui ont changé l'autorité de l'église pour celles des sociétés minières ou forestières. La main nourricière qui dit quoi faire ou ne pas faire... C'est difficile de ramer à contre-courant quand on est pas nombreux, n'est-ce pas?

@Lise et Zoreilles
Oui ça m'atteint. Ce qui me fâche le plus, c'est que des spectacles ou du théâtre, j'en vois autant qu'eux. J,ai peut-être moins de choix mais je vais voir ce que je veux! Et des saucettes à Montréal ou ailleurs, pour visiter un musée, ça me suffit. J'ai peut-être pas un producteur bio comme voisin, mais je fais pousser mes laitues et mes fines herbes sans chimique moi aussi... Bon, je m'emporte, hihihi!

Bonne semaine

Zoreilles a dit…

@ Jacks : De beaux billets en perspective, en effet! Dès que j'ai une minute, j'irai te lire avec plaisir.

@ Soisig : Non, pas facile de ramer à contre-courant, j'en sais quelque chose... ;o)

Anonyme a dit…

[url=http://ivlkrwnnz.com]cWXsoixensVYF[/url] - UtubOCw - http://hhmgziigpu.com