vendredi 5 septembre 2008

Je les préfère dans la nature



Photo 1 : En fin de semaine dernière, j'ai pris ce cliché que je partage avec vous et que j'offre particulièrement à Zed, qui pourra avoir l'impression de les cueillir alors qu'ils sont à leur plus frais. C'est d'ailleurs ce que j'ai fait moi-même après avoir fait clic!

Photo 2 : Je vous l'avais un peu promise, celle-là, parce qu'ici, elles font partie du paysage, ces affiches routières nous avertissant de rester vigilant. L'orignal est incontestablement le roi de notre forêt boréale. Maintenant, on rencontre quelques affiches de chevreuil également. La seule chose qui change, c'est le nombre de kilomètres et je me suis toujours demandé comment on faisait pour déterminer que les orignaux pouvaient apparaître sur 4, 6, 12, 17, 22 km... Ont-ils des balises à respecter? Savent-ils instinctivement où leur territoire s'arrête?

Je les préfère dans la nature

Quel lien y a-t-il entre ces deux photos qui ne passeront jamais à l'histoire et ce que j'aimerais vous raconter ces temps-ci? Pas grand chose, vraiment, et je sens que je vais encore faire rigoler la belle Noémie, ma super filleule, partie étudier à La Pocatière (tu nous manques, ma belle sweet sixteen!... mais tu m'inspires tellement, tu vas au bout de ta passion, et là, tu te diras encore qu'il n'y a que Zoreilles pour faire de pareilles entourloupettes pour faire « fitter » ses photos avec ce qu'elle raconte!)

Les bleuets, moi, et c'est très personnel comme goût, je les préfère nature. Durant l'hiver, il m'arrive de fouiller dans mes réserves et d'en prendre un petit bol de congelés, que je déguste un à un comme des bonbons glacés. La crème 35 % et la cuillèrée de sucre blanc, je laisse ça à Crocodile Dundee, ça lui rappelle son enfance, les collations qu'il prenait chez sa mémère à Ville-Marie, au Témiscamingue.

Et pour les orignaux, c'est pareil, je les préfère dans la nature. Je suis littéralement tombée amoureuse d'eux. Plus je les suis dans leurs saisons, leurs pistes, leur habitat, mieux je les connais, avec leurs habitudes, leurs instincts, plus ma fascination grandit pour le roi de la forêt boréale. Particulièrement parce qu'il n'est le prédateur d'aucune autre espèce. Ça fait des années que c'est comme ça. Dans mes anciens billets, j'exprimais un certain malaise que je ressens encore à l'approche de la saison de la chasse à l'orignal. Je ne suis pas contre les chasseurs, au contraire, quand c'est fait avec respect de la nature et de la faune, je considère qu'on ne fait que récolter ce que la nature nous donne. De ça, je pourrais vous en parler longtemps, ce n'est pas paradoxal du tout, contrairement à ce qui pourrait sembler.

Il faut être deux chasseurs sur un même territoire en même temps pour avoir le droit d'abattre un animal. Crocodile Dundee et moi, nous faisons équipe. Donc, je chasse. Et j'adore ça. Je n'ai pas le permis qu'il faut pour chasser pendant la période de l'arc mais pour la carabine, oui. À chaque fin d'été, je prends mes responsabillités et je vais me pratiquer au champ de tir. Ma 308 avec téléscope, anti-recul, étui et tout, c'est un petit bijou d'arme à feu, très puissante, très précise. Les dernières fois où je suis allée, à chaque coup de feu en direction de la cible, je me sentais mal. Ah, sans être une tireuse d'élite, j'atteignais toujours ma cible dans « le vital » mais je sais pas... je me sentais drôle à la pensée que... au lieu d'une cible... si ça avait été un buck, une femelle, un p'tit veau... Et puis, ça fait du bruit, du gros bruit d'enfer que j'aime pas, qui fait peur et qui déchire l'air ambiant avec violence.

Mais je faisais ce qu'il faut pour être une chasseresse responsable et sécuritaire. Autour de moi, on accepte très bien que je parte chasser avec ma caméra d'un bord, mon arme de l'autre et on sait tout à fait de quel côté je vais pencher si je fais venir jusqu'à moi l'animal. Je l'ai prouvé quand ça m'est arrivé... J'ai eu le seul réflexe de la photo mais l'animal a déguerpi à la vitesse de l'éclair. J'étais fière, j'avais fait venir un petit buck à quelques mètres de ma « watch ». Il devait y avoir quelque chose de féminin et d'aguichant dans ma voix. Ça me chatouille le coeur rien d'y repenser!

Fin de l'été 2008, ça me tente pas d'aller au champ de tir. Ça m'écoeure même. À la seule pensée d'épauler mon arme, d'appuyer sur la gachette, de la puissance et du bruit des coups de feu, c'est la démotivation qui m'envahit, ça ne me ressemble plus du tout, c'est si loin de moi, de ce que je suis devenue. Mon petit bijou, je l'ai vendu. À bon prix. Même pas eu besoin de l'annoncer. Décision prise et exécutée subito presto. Je suis contente d'avoir l'âge que j'ai, on sait tellement ce qu'on veut et ce qu'on ne veut plus!

J'ai illico été me choisir un arc. Pas eu un sou à débourser. Il est parfait, mon arc, c'est mon nouveau bijou. Sur mesure pour moi, léger, l'allonge parfaite pour mon bras, un déclencheur, un carquois et des flèches. Pas mal de flèches, parce qu'au début, on en perd beaucoup. Trente-cinq livres de pression, pas plus, il faut que je m'apprivoise. Surtout avec mes maux d'épaule, tendinites et épicondilites chroniques, je déteste parler de mes bobos mais les miens sont le fruit de trop longues années d'exagération du nombre d'heures passées à l'ordinateur, à gérer le stress, à produire sous pression, avec de très mauvaises postures, etc.

Mercredi au souper, le maître archer m'appelle. Mon arc est prêt, il m'attend. Je suis allée à son atelier, on a fait les derniers ajustements, il m'a appris ce que je dois savoir et apprendre à maîtriser. J'étais très à l'écoute. Aussitôt de retour chez moi, Crocodile Dundee me propose qu'on aille ensemble sur l'île du Tir à l'arc, pour que je pratique pendant que c'est tout frais dans mon esprit. Lui, c'est un excellent archer. D'accord. Là-bas, on a une belle cible installée avec des repères aux 10, 20, 25 et 30 mètres. Je m'exécute. Il me suggère 10 mètres. C'est fou tout ce qu'il y a à penser avant de décocher ma première flèche. Toutes ces techniques, la position du corps perpendiculaire à la cible, la main gauche appuyée sans forcer, les doigts libres, l'épaule déployée, la main droite en position, le coude à angle droit, l'index derrière le déclencheur jusqu'au dernier moment, le « kisser » vis-à-vis la lèvre supérieure droite, bref, j'ai pensé à tout mais j'ai raté la cible... à 10 mètres!!! On a dû chercher ma flèche dans les broussailles!

J'en ai tiré 3 autres ce premier soir. J'avais l'avant-bras et l'épaule gauche morts raides. En compote. Mais j'ai atteint la cible. Une fois. Ah pas dans le centre mais dans le jaune orange... presque. En tout cas, j'ai aimé ça, je sautais partout. Mes objectifs n'étaient pas très grands, heureusement, pour ce premier soir. Et le coucher de soleil était magnifique en revenant...

Hier soir, nos amis y allaient. Oh la la, j'allais m'exécuter devant les copains, le rendez-vous sur l'île du Tir à l'arc, je ne pouvais pas l'éviter et puis, ils voulaient tous voir mon nouveau bijou. Pas facile. Mais je n'ai aucun orgueil, aucun ego, et on a beaucoup ri. Eux, sont des champions, ils se lancent des défis, font des compétitions amicales où le perdant paie la bière. Je m'en fous, j'aime pas la bière. Moi, je suis toujours à 10 mètres. Quand je vais être grande, je vais tirer à 30 mètres mais c'est pas demain la veille. Ils m'encouragent beaucoup mais ne me ménagent pas. Ils m'appellent Robine des Bois. Personne ne veut jouer à Guillaume Tell avec moi. Pour un archer, après avoir maîtrisé la technique, il suffit d'être sécuritaire, concentré, en confiance, précis et constant. Ils ont dit que j'avais de très grandes qualités d'archer déjà : je suis sécuritaire et constante... toujours en dehors de la cible, directement dans les broussailles!

Mais j'ai tiré au moins 15 flèches hier soir. Pas eu si mal que ça, en fin de compte, je vais y arriver, vous allez voir. Et j'ai fait rire les copains, rien qu'en masse, surtout quand j'étais fière de moi, là, j'étais déchaînée. La fois (sur 15) où j'ai atteint le vital, en plein centre et que j'attendais des félicitations des copains, savez-vous ce qu'ils m'ont dit? Ils ont décrété à l'unanimité que c'était une erreur et que j'étais en train de perdre ma constance!

La chasse s'en vient. J'ai hâte. Plus qu'à l'habitude. Je serai toujours la moitié de l'équipe que je forme avec Crocodile Dundee. Sur papier et dans la vie. On s'en fout que je ne tirerai jamais sur un orignal. J'apporte ma caméra, je passerai de longues heures dans ma « watch » et je chasserai très sérieusement... les images. Pas de carabine à traîner, mon arc restera au camp, mais seulement pour me pratiquer, on a installé une cible près du camp, ça ne fait pas de bruit, ça me passionne et j'ai pas mal de pratique à faire avant qu'on me respecte... comme archer.... je veux dire!

42 commentaires:

Solange a dit…

Je ne pratique ni la chasse ni la pêche; pour aimer ça il faut avoir été entrainée, ce qui ne fut pas mon cas. Mais je comprends qu'on puisse aimer. Par contre le tir à l'arc sur une cible il me semble que j'aimerais. J'imagine que ça prend une certaine force et beaucoup d'adresse. J'attends tes photos de chasse.

Zed Blog a dit…

Chère Zoreilles,

Tu dois bien te douter des deux parties de mon commentaire.

D'abord, merciiii pour les bleuets. Mon arbsute à moi m'a boudé cette année. Grrrr... Masi j'en ai mangé quand même pas mal. Hélas, pas des frais comme ceux-là! Alors, merci!!!

Ensuite, non, je ne crois pas que la nature NOUS donne. Je crois que toutes les vies et toute chose dans la nature se bat (réflexe) ou existe suite à un long, long processus. Diversité, reproduction, ordre, chaos, etc.

Je crois que les armes seront toujours inégales entre l'humain et les autres espèces. Je crois que certains humains possèdent aussi des armes de destruction massive de la planète, entre autre, de leurs congénères humains : l'indifférence, la soif de pouvoir, bien des croyances, les superstitions, les religions, le manque d'éducation, ahhhh il y en a trop...

Je t'aime avec ton arc et ta cible de couleurs. Ça, j'adorerais tirer avec toi. Faudrait comme tant d'autres choses, que j'aprenne. Et on rirait un bon coup, en mangeant des bleuets directement dans l'arbuste, comme je fais avec les merveilleux raisons bleus noirs qui m'attendent au jardin.

Pour la caméra, par contre, je suis fin prête.

Zed ¦)

gaétan a dit…

haha robine des bois! ça fait plaisir de lire un tel texte en rapport avec la chasse. Moi la chasse à l'orignal ça m'a jamais intéressé. Pourtant tout le monde y va dans ma famille même ma plus jeune soeur. Suis plutôt du genre chasseur à kodak moi aussi. :-)
Savais pas qu'il existait des arbustes à bleuets...

Soisig a dit…

Dis donc, on partage ça aussi...

J'ai toujours été la partenaire de mon chum jadis... Excellente au fusil sur cible à part ça, oui, oui, moi aussi madame! Mais je n'ai jamais été capabe de tirer sur un animal. Mon appareil photo suivait toujours: je me souviens de mon premier vrai oiseau de proie vu ... à hauteur d'oiseau (du haut de la tour de 30 pieds)... Moment exaltant lorsqu'il est passé à 10 pieds à peine avant de s'enfuir à tire-d'aile! Et pour l'arc, mon physio n'apprécierait sûrement pas, lol...

Mais tu sais, j'ai déjà transporté ma "dactylo" dans le temps au camp de chasse: la sainte paix pour travailler au camp. Fallait voir la figure de beau-papa lorsqu'il a vu mon "arme" de chasse, hihihi! Ça n'empêchait pas les ballades et la photo...

De beaux souvenirs car plus personne ne m'y amène, sniff! Bonne chasse (photographique) à toi! Tu es dans le "sud", donc tu commences plus tard qu'ici! ...

Je vais me contenter de mes beaux couchers de soleil... à moins que j'ai une invitation de mes frérots qui s'y préparent actuellement...

Guy Vandal a dit…

C'est un beau trait de ta personnalité que tu nous partages là.

On peut bien t'aimer...

Renée a dit…

Ah Zoreilles, que je t'aime! que ce soit pour la chasse ou les bleuets, je suis d'accord avec toi. Les derniers se mangent nature - quel beau cadeau m'ont d'ailleurs fait mes belle-filles pour mon retour: j'ai trouvé dans mon frigo fraises,framboises et bleuets pour mon premier petit déjeuner montréalais, quelle belle idée!
Pour la chasse: pas capable - et comme je suis conséquente avec moi-même, je ne mange pas de viande...

Zed Blog a dit…

Zoreilles, Au fait, bien sûr, oui, nature, à la poignée ou un à un...

Hier, au marché, un minuscule contenant de bleuets minuscules, avec probablement moins de fruits que ce qui est visible sur ton magnifique arbuste coutait 4 $ (peut-être une demie chopine américaine, puisque les mesures sont toutes mêlées, 40 ans après l'introduction du métrique, toujours en phase d'introduction...).

Pour acheter « Québec », il est essentiel de gagner un salaire de premier/ère sinistre ou alors d'avoir gagné quelques millions à Loto Québec.

Ou peut-être d'être anorexique. Un panier = une semaine...

Désolant. Dé-so-lant. Qu'est-ce qu'il a le secteur de l'agriculture ici... Un fromage que j'adore indisponible plusieurs mois par année, des fruits venant de la planète cinq fois moins chers et souvent meilleurs, à mon gout en tout cas. Même le commerce équitable international est moins dispendieux.

Tu parlais de mise en marché. J'ajoute tout ce qui concerne la distribution et le passage de la terre à ma table, impossible à faire.

C'est valable pour d'autres produits, non alimentaires, aussi.

Et on ne parle pas bio, là.

Zed

Zoreilles a dit…

@ Solange : La chasse, la pêche, ça fait partie de... Ce que j'aime par-dessus tout, tu t'en doutes, c'est d'être en forêt. Le tir à l'arc, je trouve ça zen, je découvre en ce moment que c'est une activité que je pourrai pratiquer longtemps.

@ Zed : J'ai bien pensé que pour les bleuets, t'allais être d'accord et pour les flèches dans les cibles de couleur aussi. ;o)

@ Gaétan : Tiens, un autre qui rit de Robine des Bois. Toi non plus, tu ne veux pas jouer à Guillaume Tell avec moi? Des arbustes à bleuets? Ici, ça s'appelle une « talle », sur la Côte Nord aussi, j'imagine...

@ Soisig : On en voit tellement, des belles affaires, dans nos miradors, tu te souviens de ça, hein? Des hérons, loutres, castors, rats musqués, perdrix, etc. Les écureuils, moi, ils m'attaquent carrément, on les appelle des « stools », ils trahissent notre présence. L'automne dernier, il y en a un qui le prenait vraiment personnel, il me garrochait des cocottes!!!

@ Guy : Je partageais ma nouvelle passion pour le tir à l'arc en tout cas. Pour les orignaux aussi, les bleuets frais, finalement, c'est vrai, je suis passionnée, comme toi, un trait commun de nos personnalités!

@ Renée : Bonjour et bienvenue ici, c'est la première fois qu'on se « rencontre » n'est-ce pas? Tu as des belles-filles qui t'adorent, toi, dis donc, si tu trouves dans ton frigo des fraises, framboises et bleuets...

@ Zed : Et dire qu'il y en a qui croient que la vie est chère en Abitibi. Des bleuets pour 4 $, on ramasse ça dans 2 minutes! Depuis que j'achète local d'abord, régional ensuite, au Québec après et en dernier recours, au Canada, je trouve que ça me coûte moins cher. Bizarre, hein?

Joce a dit…

Salut ma belle grande soeur
Je ne te parlerai pas de carabine ou d'arc tu connais mon point de vue...mais je respecte tous le monde.
Pour les pancartes d'orignaux, savais-tu que la pose a déjà été confié à MICHEL PAGEAU (refuge Pageau à Amos) et oui..notre vénérable concitoyen.
Pour les distances, c'est un calcul simple,tu mesure la section de route sans habitation.
P.S. en passant j'ai des bleuets pour toute l'année.....environ pour $5000 sur le marché noir )Marché Atwater,marché Jean-Talon) etc...

Esperanza a dit…

Robine sécuritaire et constante... Un magnifique "totem" scout! ;-)

Zed Blog a dit…

Esperanza,

Hahahahaha!!!!!


Mais n'oublions pas que faire de la robine, en tout cas ici à Montréal, que ça signifie aussi alcoolique qui traine dans les rues...

Zed :D

Lise a dit…

Zoreilles,

tes bleuets sont magnifiques, et comme ton Crocodile Dundee, je les préfère, comme tous les petits fruits, dénaturés avec du sucre et de la crème.

J'aime ta phrase, disant que ça lui rappelle son enfance. Moi, c'est le sucre à la crème, unique, de mon père qu'y me ramène plein de souvenirs. Je n'entrerai pas dans les détails ici.

Je le vois rarement, mais chaque fois il me fait une pleine boîte de ce merveilleux sucre à la crème, ce que je je considère comme sa façon de me dire qu'il m'aime...

Zoreilles a dit…

@ Joce : Mon beau grand p'tit frère, mets-en que je sais ça que tu respectes tout le monde! Mais j'ignorais que Michel Pageau avait déjà fait ce travail, tu me l'apprends, tout comme la réponse à ma question, comment évaluent-ils les distances si les orignaux ne savent pas lire et que leur territoire n'est pas clôturé? C'est plein d'allure ce que tu me dis. Mais alors, comment expliques-tu qu'en haut de la côte Johannes, sur la 117, direction Rouyn, juste à côté de la grande sculpture illuminée « Rouyn-Noranda, capitale nationale du cuivre », il y a une pancarte d'orignal avec la mention « sur 12 km » alors qu'il y a plein de maisons de chaque côté de la route, jusqu'à Rouyn? Un jour, p'tit frère, on chassera ensemble à nouveau... les images! Et puis, on apprendra à reconnaître les champignons, j'ai appris une nouvelle patente que t'aimerais, on fabrique notre propre essence de sapin, c'est génial. Mais là, on est encore trop jeunes, on n'a pas assez de vacances...

@ Esperanza : Tiens, c'est vrai, je n'y avais jamais pensé. T'as déjà été scout?

@ Zed : Nenon, moi, c'est Robine DES BOIS, Robine de Montréal, je serais jamais capable!

@ Lise : Elle est bien bonne celle-là et je la retiens, je les aime nature et vous les aimez « dénaturés ». Tous les goûts sont... dans la nature! Y a-t-il plus belle façon de dire à quelqu'un qu'on l'aime qu'avec... du sucre à la crème! Mine de rien, je viens de passer mon gros message pas très subtil, là...

Zed Blog a dit…

Bon, d'accord, comme tu me tords le bras... (Clique!) Ce n'est pas mon genre, mais bon, qu'est-ce que je ne ferais pas pour des BLEUETS!!!!!!

(Et pour toi, Zoreilles! :DDDDDDD)

:D

Lise a dit…

Mille excuses Zoreilles, je n'ai pas voulu "insulter" ton texte avec mon jeu de mot/esprit de bottine. Les framboises, je les aime nature aussi.

Et j'ai bien aimé ton nouveau nom (Robine des bois); garde toujours cet amour de la vie Zoreilles, perceptible dans tout ce que tu écris, c'est très précieux. Pour toi et pour les autres; semer du bonheur autour de soi, ce n'est pas donné à tous !

Rosette ou Rosie, c'est pareil a dit…

Miam, miam, miam, ce qu'ils ont l'air succulents tes bleuets !!!! Attends-moi ; j'arrive pour les déguster avec toi ! :-)

Coudonc Zoreilles, tu es une jeune femme abritant un millier de facettes ! Le tir à l'arc... Wow... Il faut une patience d'ange pour exercer ce sport (que dis-je ? Il s'agit d'un art, non ?) et je te vois bien en pleine forêt, communiant avec la nature et savourant des petits fruits à même les arbustes... J'irai bien te rendre visite, un jour, ma belle Zoreilles dans ce pays de rêves, là oû tu habites en harmonie avec tout ce qui t'entoure... Tu es un exemple frappant d'une personne qui pense avec sa tête, mais qui agit avec son coeur et voilà pourquoi je t'aime tant sans même te connaître dans le monde du réel... Je te relance la même balle que tu as laissée sur mon blogue : tu es une gagnante Zoreilles ! :-)

crocomickey a dit…

Je t'imagine facilement avec ton arc et rater une vache marine sur les gros rochers de Bassin ...

mouhahahaha !

Soisig a dit…

T'en fais pas Zoreilles, amuse-toi, c'est ça qui est important!

"Visez toujours la lune ; si vous ratez vous atterrirez parmi les étoiles !"

Et profites-en pendant qu'il y encore des bleuets dans tes "talles"! Miam! Je ne veux pas te relancer, mais as-tu vu mes tites fraises des bois sur http://merveillesabitibi.piczo.com/

Elles sont dans le congélo!

Zed Blog a dit…

Soisig,

Atterrir sur les étoiles avant d'alunir sur terre. Sidérant voyage intersidéral!

Zed :DDD

Lise a dit…

Zoreilles,

je sais que ton texte parle des bleuets, mais il n'y a que les framboises que j'aime nature. Ça je pourrais me rendre malade à en manger...

Accent Grave a dit…

Toujours plaisant de vous lire, si rare maintenant que je lise sur l'ordinausore.

Accent Grave

Zed Blog a dit…

Accent,

Aurais-tu oublié combien il est plaisant pour nous de TE lire, aussi?

Alors, si tu boudes l'ordinosaure, tu peux nous écrire de ton MobileMe, Blackberry, IPhone ou ce que tu voudras... Nous sommes preneurs et preneuses. ¦)

(Est-ce qu'on tente de le soudoyer avec des bleuets, Zoreilles?)

Zed

Accent Grave a dit…

Vous ne pouvez pas lire ce que je n'écris pas!

Blue berry, black berry! Jeux de mots involontaires?

Tous ces gadgets, et tant d'autres, inimaginables vous diriez. Ils ne me suivent pas hors du boutot, ils m'irritent, comme la sonnerie du téléphone ou celle de la porte. Utiles, ils le sont, force est d'admettre.

En parlant de cela Zed, il y a deux jours, vendredi soir je crois, je visite votre site quand mon ordinateur cesse de répondre aux touches enfoncées. Alors je tape n'importe quoi avant de lui couper son alimentation, comme on couperait le dessert à un enfant gâté. Depuis ce moment, je reçois dans ma boîte courriel tous vos commentaires écrits ici et là, tous ceux qu'on vous écrit aussi.

Dans mom concerto pour clavier et web, j'ai dû établir un lien entre mon adresse électronique et la vôtre.

En tant qu'internaute éveillée, auriez-vous l'obligeance de couper ce lien si cela vous est possible. C'est une façon de parler bien sûr!

Accent Grave

Soisig a dit…

@zed blog

"Atterrir sur les étoiles avant d'alunir sur terre. Sidérant voyage intersidéral"

Hihihi! Je n'avais même pas remarqué la cocasserie et bravo pour le beau jeu de mots!

Comme quoi les voyages, même dans le cosmos, forment la jeunesse, lol! On apprend toujours! Merci!

Zed Blog a dit…

Accent,

Ha! Ha! Ha! Ha! Ha!

Trop drôle...

C'est ton inconscient qui a parlé... Ne compte jamais sur moi pour couper ce lien-là! ;-)))

Sans farce, tu as dû cliquer sur le fil RSS d'abonnement aux messages, commentaires, dans la colonne de droite. Personnellement, je ne suis vraiment pas RSS et je déteste toutes ces orthèses... Je blogue très peu. Mais tu le sais, maintenant, n'est-ce pas... Misère!!! Tu peux me suivre partout avec ça??? Une chance que je n'ai pas de double vie, hein!!!

Non, hélas, je ne peux m'attribuer que la pousse de blacberry(ies) (mûres, je crois?) dans mon jardin et pas de ce joli jeu de mots.

Concernant RSS, je ne suis qu'une internote invertébrée et l'entourloupette que tu me demandes est hors de portée de mes connaissances.

À ta place, je consulterais sous le titre « Air sucré salé » pour voir si tu n'aurais pas cliqué quelque chose là et pour te désabonner, j'imagine à l'aide du clic droit. Je suis pas mal certaine que c'est ça.

Je te jure que je n'y suis pour rien... Mais tu me fais réellement bien rigoler ce soir.

S'il te plait, ne coupe pas mon alimentation!

Hahahahahahaha!!! (Quelqu'un peut-il m'arrêter de rire, s'il vous plait???) Zed

Zed Blog a dit…

Soisig,

Bin, t'étais peut-être juste un peu dans la lune en écrivant sur la Toile!!!

Hihihi!

Zed *****

Zoreilles a dit…

@ Zed : J'ai cliqué, j'ai écouté, ce n'est pas trop mon genre non plus mais depuis que je m'appelle Robine des Bois, est-ce que Urbain des Bois est devenu... comme un frère?

@ Lise : J'ai beau te relire, je ne vois pas où j'aurais pu être insultée. Ça m'en prendrait pas mal plus que ça, tu sais! Mon amour de la vie, ne crains rien, j'en prends bien soin...

@ Rosie : L'arc... Est-ce un sport ou un art? Je ne saurais dire mais j'ai toujours trouvé le geste noble, probablement à cause de ces films et séries télévisées de mon enfance! Alors, je fais ma fraîche, on dirait que j'entre dans la peau du personnage. Ça ne requiert pas beaucoup de force, d'adresse ou de patience mais sûrement que de ne pas avoir trop d'orgueil, ça va beaucoup m'aider. Merci pour tes clins d'oeil complices. Des facettes de ma personnalité? Attends, t'as encore rien vu!!!

@ Crocomickey : Des vaches marines? Il n'y en a plus depuis longtemps, voyons! Et je serais capable de rater un paquebot de Green Peace ancré au port de Cap-aux-Meules. Mais s'il y avait la Bardot sur le pont, je me concentrerais très très fort.

Zoreilles a dit…

@ Soisig : Que j'aime cette jolie phrase plein de sens, elle me rejoint beaucoup. C'était toi, l'auteure de la photo des fraises? Maintenant que tu le dis, ça ne m'étonne pas!

@ Lise : Et que penses-tu des petites fraises sauvages, comme celles que Soisig a dans son congélo? Personnellement, juste de les sentir, ça me transporte au paradis...

@ Accent Grave : Votre visite ici, je la considère chaque fois comme un grand privilège, surtout que j'ai remarqué que vous vous faisiez plus rare, chez vous et chez ceux que nous avons en commun.

@ Zed : Le soudoyer avec des bleuets? Hum... Je ne crois pas qu'il se laisserait influencer par La Grande Séduction ou même le chantage émotif...

@ Accent Grave : C'est pas moi, c'est elle!!! Mais quel honneur de vous revoir ici, même si c'est à cause d'une entourloupette informatique et/ou virtuelle dont personne n'est responsable. Permettez-moi de ne pas trop m'en désoler, juste pour aujourd'hui... Après, j'aurai beaucoup de compassion, je vous le promets!

Zoreilles a dit…

@ Soisig : Mais quelle grande pédagogue tu es, toujours prête à apprendre et à comprendre quelque chose de nouveau. Pour toi, la connaissance est une richesse à partager. De toutes parts. À chacune de tes interventions, tu me rappelles certains(es) de mes profs que j'ai tant aimés(es), ceux et celles qui m'ont aidée, m'ont inspirée.

@ Zed : Ne compte pas sur moi pour t'arrêter de rire, moi je serais plutôt du genre à t'encourager, le rire, c'est la santé, je ne t'apprends rien là!

Zed Blog a dit…

Je devrais peut-être perdre cette habitude de me promener avec une pomme sur la tête...

Un bleuet?

Si tu le visais, comme la lune, je verrais peut-être des étoiles.

Je pense que Jackss a trouvé ta talle, avec sa bien-aimée, Zoreilles. Penses-tu, toi?

Zed ¦)

Zoreilles a dit…

@ Zed : Si j'en crois mon intuition, Jacks et Laure seraient plutôt dans la musique que dans les talles de bleuets, ces jours-ci. Je m'explique : Jipé, leur fiston, lance son album ce soir à Sherbrooke et demain, à Montréal.

Et toi, tu oserais te balader à 10 mètres devant moi avec une pomme sur la tête? Chouette, t'es la première et la seule à vouloir jouer à Guillaume Tell avec moi. Quand je serai bonne, on essaiera avec un bleuet!

Lise a dit…

Zoreilles,

les petites fraises des champs, à Montréal je n'en ai jamais trouvé. Peut-être parce que je ne sais pas où regarder, ce qui me caractérise en général...

Et là, je demande une permission spéciale, même si le moment est sans doute mal choisi. J'aimerais t'écrire, de manière privée (autant y aller directement) demain soir. J'ai vraiment besoin de tes vitamines, de ta chaleur et de te "parler". Tu répondras quand tu auras le temps, et merci...

Lise xxx

Zoreilles a dit…

@ Lise : À Montréal, les petites fraises des champs sont probablement inexistantes en effet. Je ne croirais pas que personne n'oserait les vendre dans un marché public et si ça se trouvait, ce serait plus cher que du caviar! J'avais cru que peut-être... sur la Côte Nord de ton enfance... Tu veux m'envoyer un courriel? Le moment n'est jamais mal choisi. Et tu n'as pas à me demander la permission, voyons.;o)

Soisig a dit…

Je ne pense pas qu'il y ait des ptites fraises des champs à Montréal! Sinon elles seraient pas mal polluées! L'an dernier, il n'y en avait presque pas mais cette année, ça été une belle saison. Les fraises de la photo, ce n'est pas moi qui les ai ramassées, c'est mon proprio qui m'en a fait cadeau. Elles sont au congélo, bien au froid : Je les réserve à ma fille qui revient bientôt de la Nouvelle-Zélande. Un trésor que je vais partager avec elle!!!

@Lise.. Si tu goûtais les tites fraises, tu les préférerais, hihihi! Je connais quelqu'un qui les vend $10 et un autre $20 le petit pot de confiture. D'habitude, quand j'en vois, je les ramasse et les bouffe tout de suite.

Bizarre, mais un endroit où on les retrouve souvent, c'est dans un ... cimetière! J'en ai mangé en juin au Lac Masson dans les Laurentides, elles mûrissaieint à peine!

Zoreilles, les paroles du voyage dans le cosmos n'était pas de moi (""), mais je trouvais que cela allait très bien à ta situation, hihihi! Même si la sémantique n'était guère respectée, lol!

Zoreilles a dit…

@ Soisig : On voit que ta fille est une personne très précieuse dans ta vie puisque c'est avec elle que tu partageras tes tites fraises, à son retour de Nouvelle-Zélande!!! Toute une preuve d'amour, ça. As-tu commencé à compter les dodos?

Jackss a dit…

Merci pour cette délicate pensée pour nous Zoreilles,

Hier soir, ce fut une soirée magique au Téléphone Rouge de Sherbrooke. Ce soir nous serons au Cabaret Juste pour rire pour le lancement de notre fiston Jipé Dalpé.

Mais comme tu vois, j'avais le goût de me rafraîchir ici avant de repartir. J'ai tout lu les messages, plein de bleuets et de bonne humeur.

Un bleuet sur la tête au lieu d'une pomme pour de faire pratiquer ton tir à l'arc, ça prouve la confiance illimitée qu'on a en toi. Je me place un bleuet sur la tête. Allez, Zoreilles, tire!

Zed Blog a dit…

Oh oh... J'avais cru comprendre que les bleuets étaient plus gros que les pommes, moi???

Qu'avec un seul bleuet, on pouvait faire une tarte, comme au Lac?

Il a raison Jackss...

Zed ;-)

Zoreilles a dit…

@ Jacks : Je n'oserais jamais tirer, voyons, s'il fallait que je te blesse, que tu manques le lancement de l'album de Jipé à Montréal, ce soir. Laure m'en voudrait. Et Jipé n'aurait pas le coeur à chanter. Tasse-toi de là que je m'exécute, je peux pas me concentrer avec la tête que t'as, je fais juste de rire!

@ Zed : Non, nous, nos bleuets ne sont pas obèses du tout, ça en prend plusieurs pour faire une tarte, contrairement à ceux du Lac St-Jean. Par contre, les nôtres sont plus sucrés, tellllllemment sweet, à cause des heures d'ensoleillement qui sont plus longues chez nous, c'est pareil pour tous nos petits fruits. J'avais de la visite de St-Jérôme en fin de semaine dernière, chaque fois, on remarque qu'il fait clair plus longtemps chez nous.

Tiens, je viens d'inventer un nouveau slogan pour la mise en marché des bleuets de l'Abitibi-Témiscamingue : « On est petits mais on est plus « sweet »!!!

Zed Blog a dit…

Très chère Zoreilles,

J'adopte la version française (sucrés) et j'y ajoute : Un bleuet du Lac et trois bleuets d'Abitibi pour le sucre, ça vous fait une de ces tartes!

:DDD

Jackss a dit…

Nous avons maintenant nos bleuets dans notre jadins.

Nous en avons récolté au moins un gallon ou une pinte. Je laisse le gallon au Capitaine Bonhomme.Nous voulons avoir l'Abitibi dans notre cour.

Nos bleuets sont plus gros que ceux de l'Abitibi. Je ne crains pas d'en mettre un sur ma tête et de me laisser tirer. Je te fais une confiance aveugle, Zoreilles.

Et si tu manques ton coup, je suis sûr de passer au Téléjournal. Mon fils a beaucoup passé à la télé dernièrement. Je cherche un truc pour réussir le même coup.

Si tu réussis, tu passes à la télé. Si tu manques ton coup, c'est de moi qu'on va parler.

Les paris sont ouverts. Qui gages pour Zoreilles? Qui gages pour ma vie? Si Zoreilles perd, c'est sûr elle aura un Air grâve tout à fait de circonstance.

Zoreilles a dit…

@ Zed et @ Jacks, votre confiance aveugle mérite bien son qualificatif. C'en est touchant!

Mais je m'améliore comme archer, par exemple. Ça fait deux soirs d'affilée qu'on va sur l'île du Tir à l'arc avec les copains. Ils sont toujours aussi précis et compétitifs, eux, ils m'ont même donné une promotion, je tire maintenant à 15 mètres et je n'envoie plus jamais de flèches dans les broussailles. Même que je groupe mes flèches dans le jaune orange!!! Je me familiarise avec mon arc, les techniques sont intégrées, ça va très très très bien. Mais de là à vous mettre un bleuet sur la tête devant ma cible...

Zed Blog a dit…

Hein quoi, Jackss??? Si Zoreilles rate son coup elle aura un Accent Grave?!?

Bin et moi, alors???? Je rappelle que dans c't'histoire, c'est moiiiii qui m'en suis mis un la preumière! Faudrait pas l'oublier.

En bas de RDI, oubliez ça... (Huhummmm)

Ahhh et puis je parie sur le bleuet!


Zed :DDD