mercredi 9 avril 2008

À l'affiche sur le frigo


Cette photo date de 40 ans, c'est ma mère qui l'a prise lors de nos vacances de l'été 1967. Si je devais choisir une seule photo dans le monde entier, ce serait celle-là. Pourquoi? Parce qu'elle me faire rire, les larmes aux yeux, elle raconte tellement d'histoires de notre enfance, de tout ce que j'aime, l'humour et l'amour, la tendresse aussi.

La dernière fois qu'on l'a regardée, c'était lors de notre souper familial chez Maman, à Pâques. Juste à l'évoquer, Joce et moi, on riait tellement que j'étais incapable de parler et je suis allée chercher l'album du 50e anniversaire de mariage de nos parents. Oui, on a l'air misérable mais on était tellement heureux! Plus Maman se défendait corps et âme qu'on était loin d'avoir eu une enfance misérable, plus on essayait de lui dire que c'était vrai mais on était incapable de finir nos phrases. Avec nos enfants, empilés les uns sur les autres dans la petite causeuse de la salle à dîner, on a revisité l'album au complet, avec ses 50 photos agrandies de notre histoire, les séquences écrites qu'on a faites à trois et qui ont servi d'hommage à nos parents...

Je cherchais à publier cette photo ici parce que nous avons perdu l'original. J'ai donc numérisé une page de l'album du 50e et l'occasion s'est présentée dernièrement de l'inclure ici alors qu'un ami m'écrivait qu'il aimerait bien lire « À l'affiche sur le frigo », un texte que j'ai écrit en 2006, publié dans le recueil « Empreintes boréales ».

-------------------------------------------

À l’affiche sur le frigo

« L’enfance est un bagage que l’on transporte toute sa vie », Gilles Vigneault. Dans ma famille, on a assimilé cette phrase, comme tant d’autres, puisqu’elle a longtemps figuré à la place d’honneur, à un endroit stratégique de la maison familiale : la porte du frigo! Maman avait cette habitude, quand elle tombait sur une perle, de la retranscrire sur une feuille blanche, de son écriture du dimanche, avec des majuscules rondes et voluptueuses, qu’elle affichait bien en vue sur le frigo. Ces pensées, maximes et pistes de réflexion, portaient toujours la signature de leur auteur(e) parce qu’elle avait un respect immense pour les mots et pour ceux qui les écrivent. Elle était aussi d’avis qu’il en va des réflexions comme des musiques : certaines élèvent l’âme…

Elle procédait ainsi : plus elle souhaitait que nous comprenions l’affaire, plus la phrase restait longtemps à l’affiche, si bien qu’avec le temps, nous avons intégré ces valeurs comme les fondements de nos vies d’adultes. Enfants, nous comprenions d’instinct qu’une phrase choisie par Maman pour un tel honneur devait en valoir la peine. Maman n’affichait pas n’importe quoi sur le frigo! Pour nous, la découverte d’une nouvelle phrase coïncidait souvent avec une occasion spéciale ou notre repas préféré, du moins, en gardons-nous le souvenir d’une belle page neuve dans le livre de notre histoire familiale. Au fil des ans, il y en a eu sur la reconnaissance, la générosité, le partage, la foi, l’amour des autres, l’amitié, l’intégrité, bref, sur tout ce que Maman voulait nous transmettre comme bagage… que l’on transporte toute sa vie.

L’une d’elles, restée très longtemps à l’affiche, est venue teinter de riches couleurs nos existences : « Le bonheur se compose de mille et une petites choses ». Puisque son auteur est resté inconnu, on soupçonne Maman de l’avoir écrite sur mesure pour nous… En tout cas, dans nos réunions familiales, quand on se remémore les phrases du frigo de notre enfance, celle-là arrive en premier et elle nous trouve toujours des exemples récents pour mieux l’illustrer.

J’ai réalisé dernièrement que chez mes deux frères comme chez moi, la porte du frigo est bien garnie : messages, dessins d’enfants, caricatures, dates de rendez-vous, billets de spectacles et toujours… une seule phrase, écrite à la main, portant le nom de son auteur(e). Elle change parfois selon les événements ou l’âge de nos enfants qui, eux, la découvrent avec un enthousiasme semblable au nôtre lorsque nous retournons à la « maison mère », et que nous découvrons que Maman vient d’en afficher une toute nouvelle… sur la porte de son frigo!

------------------------------------------------------

Histoire d'actualiser ce texte, voici ce qui est présentement à l'affiche sur mon frigo :

« De tous les visiteurs de la forêt, les randonneurs sont les moins égoïstes : ils n'y recherchent aucun avantage matériel. Ce sont eux qui en retirent le plus. Un séjour sous la voûte sylvestre, si court soit-il, procure à l'âme le plus grand bien et vaut toutes les méthodes de méditation au monde ». (André Croteau, Guide de la forêt québécoise, saison par saison)

30 commentaires:

voyageuse du monde a dit…

Chez moi aussi, il y a toujours un spectacle à l'affiche sur le frigo et ce depuis toujours. Les spectacles changent selon les saisons, les humeurs, les besoins... Il y a des photos des enfants, des chats, de mémos de choses à ne pas oublier (genre la feuille de temps de mon fils qui malgré les nombreuses visites qu'il fait au frigo, oublie de la compléter). Il y a aussi des phrases à ne pas oublier, soit écrites par moi, soit écrites par d'autres. Quand ma famille vient chez moi, ils s'arrêtent toujours devant le frigo, histoire de voir s'il y a du nouveau.
Après tout, un frigo, ça ne pas servir qu'à être utile.

Guy Vandal a dit…

Elle avait de bonnes idées ta maman.;o)

J'aime bien cette idée que ce sont les randonneurs les moins égoïstes en forêt...

Non mais la forêt, elle est déjà si généreuse!

Renart L'éveillé a dit…

J'espère ne pas oublier ce texte. Voilà une façon chaleureuse de passer des messages et de construire des souvenirs...

gaétan a dit…

Chez-nous la porte de frigo est garnie aussi photos mais elle est surtout utilisée comme aide-mémoire. Avec l'âge....-)
Pour la photo de ton texte moi c'est l'impression que vous êtes assis dans une très grande chaloupe qui me frappe.
Oui c'est un plaisir de sortir de temps en temps un album de photos. La dernière fois c'était avec notre brue qui ''savourait'' les photos de fiston alors bébé. Les albums de photos c'est l'histoire des familles, c'est précieux.
Quant aux petites phrases écrites sur des bouts de papier et laissées ici et là mes plus belles étaient celles que je trouvais dans ma boîte à lunch ( je connaissais ça avant que Richard D. le chante ;-)

Zoreilles a dit…

@ Voyageuse du monde : Ah le frigo, ça nourrit le monde ben plusssssse qu'on pense! Le tien semble nourrir des réflexions, des souvenirs, des rumeurs, de l'espoir, de l'éducation, des objectifs, etc.

@ Guy Vandal : ... et elle en a toujours! Maman, c'est une grande pédagogue dans l'âme. Dernièrement, quelqu'un que j'estime beaucoup m'a dit qu'il trouvait ma mère extrêmement allumée. C'est pas fin de dire ça mais ça m'a étonnée... puis ça m'a fait très plaisir, j'ai réalisé que des fois on est injuste, on prend des choses pour acquises chez les gens qu'on aime.

@ Renart l'éveillé : Ouep! Maman a su semer quelque chose pas mal plus largement que dans le jardin de ses enfants, t'en es un bel exemple!

@ Gaétan : Les portes de nos frigos sont des instantanés de nos vies, finalement... Une grande chaloupe, tu dis? Non, c'est nous autres qui étions tout petits! Si ta belle-fille tombe en amour avec Fiston bébé... tu risques de devenir papy dans pas longtemps. « Tes petits mots doux laissés au fond de ma boîte à lunch, pour me donner de l'espoir, c'est mieux que la Bible » chante Desjardins, un gars du coin... Moi, mon rôle a toujours été de les écrire, pas de les lire...

Zed Blog a dit…

Bien, dis donc, ma belle Zoreilles, avec toute cette belle chaleur sur la porte, vous avez dû en perdre, de la nourriture!!!

Zed :D

Guy Vandal a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Guy Vandal a dit…

C'est pas fin de dire ça mais ça m'a étonnée... puis ça m'a fait très plaisir,

Non mais, la perfection n'étant pas exigée!

j'ai réalisé que des fois on est injuste, on prend des choses pour acquises chez les gens qu'on aime.

Oui ça, c'est vrai. À moins que, pas toujours. C'est que... la perfection n'étant pas exigée!!!

Macamic a dit…

Le frigo ces centrale dans la maison et qu’il offre donc une belle grande surface pour y coller toute une mosaïque de choses hétéroclites, quelques choses d'important ou de moins important.

Je connais des gens qui y dépose milles pensées utile dans la vie de tous les jours. Pensée d’amour, d’amitiés. Des états d’âme. Des pensées de supports pour les jours difficiles. Des rappels. Tiens moi j’ai un
cassetête de la Gaspésie qui me rappel le grand tour en vélo de 2003 ou mon grand copain c’était remarié à Chandler.

J’ai vu des frigos de grand maman plein de photos de ces petits enfants.

Pour moi quand j’ai besoin de ressourcement je vais prendre une belle marche en forêt . Ont y sent si près de la nature et la sensation d’en faire partie intégrante est très exaltante. Il y est plus facile de faire taire le mental en nous qui n’arrête jamais…..de tourner.

Zoreilles a dit…

@ Zed : Non, ma chère, avec le monde qu'il y avait chez nous (la maison toujours pleine de visite) on n'a jamais rien gaspillé, je te jure!

@ Guy : Sans vouloir atteindre la perfection, il me semble que...

Zoreilles a dit…

@ Macamic : Oups, on s'est juste croisés! Étrange, n'est-ce pas, que l'endroit le plus chaleureux de la maison soit justement... le frigo, comme l'évoquait Zed à mots couverts? Et ça l'est aussi de constater que de faire taire le mental, c'est plus facile dans le silence de la forêt...

P.-É. Larivière a dit…

Merci pour votre empathie, ça réconforte en cette période difficile.

Je continue à lire votre blogue au fur et à mesure des nouvelles parutions et j'apprécie beaucoup.

macamic a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Zed Blog a dit…

« Ces pensées, maximes et pistes de réflexion, portaient toujours la signature de leur auteur(e) parce qu’elle avait un respect immense pour les mots et pour ceux qui les écrivent. »

Je voulais juste que tu saches que cela ne m'avait pas échappé, chère Zoreilles. Une phrase aussi importante, tu penses bien! ;-) Zed

Zoreilles a dit…

@ P-É Larivière : Votre visite est toujours un bonheur pour moi, revenez souvent ici respirer notre forêt boréale, nos 100 000 lacs, venez y puiser un peu de notre chaleur, nos bras ouverts, comme le saumon retourne là d'où il vient. Le printemps reviendra, vous verrez... Je pense à vous.

@ Zed : C'est drôle que tu reviennes là-dessus... Quand j'avais écrit ce texte, en 2006, je ne te connaissais pas encore. Quand je l'ai retranscrit cette semaine, rendu là, j'ai eu une chaleureuse et très complice pensée pour toi! ;o)

Zed Blog a dit…

Zoreilles, tu veux sans doute dire pour 4 ou 5 parmi nous, dont toi...

Misèèèèère...

Bonne fin de semaine, chère Zoreilles Zed ¦]

Accent Grave a dit…

Elle est bien cette photo, surtout avec le visage du pèere en arrièreplan.

Accent Grave

crocomickey a dit…

Mais que cette chose est joliment écrite ...

Lise a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Lise a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Lise a dit…

Chère Zoreilles,

j'ai supprimé mes commentaires car je trouvais, après quelques relectures qu'ils étaient inappropriés et nuisaient à la beauté de ton texte.

La photo, je la trouve magnifique, car elle est un moment de bonheur unique, avec ton père en pleine santé, et vous trois éblouis de soleil.

Lise

Zoreilles a dit…

@ Zed : Oh nous sommes beaucoup plus nombreux que ça à aimer les mots et ceux qui les écrivent!

@ Accent Grave : Assez représentative en effet, cette photo... Notre Papa en arrière-plan, toujours là, à veiller sur nous, mine de rien, en arrière de ses verres fumés. Il n'a pas de veste de flottaison, lui, mais nous, on était réellement blindés contre tout éventuel risque de noyade!

@ Crocomickey : ;o) T'as remarqué? Ma mère avait compris un principe de base de la photographie : la personne qui tient l'appareil doit être dos au soleil. Que les sujets soient aveuglés, ça, c'est pas grave!!! Il faudrait que je me rappelle s'il y a déjà eu à l'affiche sur le frigo la phrase : « La personne qui prend la photo doit tourner le dos au soleil, surtout en plein midi »

@ Lise : Ils étaient loin d'être inappropriés, tes commentaires, Lise, je les trouvais sensibles, respectueux et magnifiques, comme toujours. J'ai pu les lire dans ma boîte de réception de courriels où ils m'arrivent intacts. Ce n'est qu'une fois ici que j'ai constaté que tu les avais supprimés. Dommage, je serai la seule à t'avoir lue, j'aurais aimé qu'on puisse partager les élans de ta plume si tendre...

Solange a dit…

Ta mère est sûrement la pionnière des blogueuses avec ses écrits sur le frigo. Elle est aussi l'inspiratrice pour ce beau texte.

Jocelyn a dit…

SALUT
Je ne comprends pas pourquoi, mais cette photo est toujours aussi drôle...on dirait une info-pub de Vision Mondiale ou un reportage sur les boat-people.
On as des flottes pour aller à la guerre, rien de moins.
On fait dur, mais en famille.
"Genou" trouve ben drôle quand même.
Un ben beau souvenir!

Rosette ou Rosie, c'est pareil a dit…

Mon frigo est également garni de photos qui changent selon les souvenirs de voyage, les exploits de ma fille et ceux de mon conjoint, les frasques de mes bibittes à poil et ainsi de suite. Cependant, la tienne est éblouissante de bonheur ma belle Zoreilles et je te souhaite une myriade d'autres merveilleux souvenirs que tu pourras continuer d'afficher sur ta porte ! :-)

Zoreilles a dit…

@ Solange : Ma mère, la pionnière des blogueuses? Pas sûre. Elle et la technologie, tu sais... Mais elle a toujours écrit, chéri la langue française et elle a une âme sensible. Très, très sensible. Petite, j'allais fouiller dans sa grosse malle bleue. C'était défendu. Mais c'était plein de trésors : ses échantillons de broderie, de couture, ses photos de l'ancien temps collées avec des coins argentés sur des pages noires, ses taies d'oreiller en broderie Richelieu et... ses cahiers d'école, elle était allée étudier à Québec, seulement ceux de français qu'elle a gardés, écrits à la plume... Et ses rédactions. Ses magnifiques pages uniques avec des sujets imposés par les religieuses. Des sujets qui ne lui ressemblaient pas du tout mais qui l'amenaient ailleurs. Forcément... Je tombais en amour avec celle que je découvrais, adolescente et rêveuse, sous un jour que je ne lui connaissais pas du tout...

@ Jocelyn : « Genou » trouve drôles et touchants moi aussi. Drôles, pour les mille raisons qu'on sait. Touchants, parce que je voudrais encore jouer avec vous deux, qu'on « travaille » sur les mêmes projets fous, tu te souviens comme on était capable de se mobiliser? C'est cette complicité-là qu'on a retrouvée quand on organisait le 50e des parents... Penses-y un peu, c'était un prolongement de notre enfance! Écoute, faut que je te dise que vendredi dernier, Yves et moi, on soupait ensemble au même resto où se déroulaient nos réunions du 50e. « Notre » serveur est passé en coup de vent nous saluer avec son grand sourire puis il nous a dit : « Il vous en manque un et vous n'êtes pas dans ma section! »

@ Rosie : Ouais, une photo, c'est souvent un instantané couleur pour notre ti coeur, un concentré de bonheur, un moment fugitif qui devient, en quelque sorte, un peu éternel, qu'on peut revivre à l'infini.

Zoreilles a dit…

@ le beau p'tit chou sur la photo : Jeudi soir, M'man m'a invitée à souper, avec sa fameuse chaudrée aux fruits de mer... J'ai vu ce qu'il y avait « à l'affiche sur le frigo » ces temps-ci. Ça t'intéresse? Deux phrases que voici :

« Les enfants sont comme les fleurs, ils fleurissent mieux lorsqu'ils ont des racines »

ET

« On n'aime pas une personne parce qu'elle est belle mais elle est belle parce qu'on l'aime ».

Les deux n'étaient pas signées. J'ai posé la question, elle ne savait pas trop où elle les avaient lues. Penses-tu que M'man les invente? Ça serait son genre... et Noémie est sûre que M'man écrit toujours...

Pen Drive a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Soisig a dit…

Bonsoir...

Sur mon frigo il y a des "magnets" de mes voyages, des photos de gens que j'aime et une liste de choses à faire "à un moment donné"...

Et pour le moment cette petite phrase: "Avoir le sentiment que ce à quoi on consacre son énergie correspond à ce que l'on sait faire et surtout à ce que l'on aime faire"!

Et ça varie selon... mon état d'esprit, hihihi!

Actuellement "trainent" aussi de mes petites créations rigolotes aimantées!

Pas de nouvelles des acouphènes?

alp, soisig

modotcom a dit…

Dites donc, chère Zoreilles adorée, en vous lisant décrire votre maman, on croirait ben que c'est elle qui vous a faite! Ah, pis votre petite Isa aussi! La plume, l'empathie, la sagesse, la pédagogie, le tout ce que l'on aime de vous finalement. Mais quel bel héritage! Et vous nous partagez le tout gratuitement en prime, sur la blogosphère. Beaucoup de chaleur. Les bébelles ne tiennent plus sur les frigos en acier inox, ça prend du scotchtape. C'est drôle, il y en avait plus sur le nôtre lorsque les fils étaient petits. J'y avais collé des stats sur la faim dans le monde pendant des mois, je pense que c'était pas très pédagogique, ça a pas levé, pis le frigo a continué à se vider, pis les vidanges à se remplir. À chaque message correspond un medium idéal, c'est pas toujours la porte du frigo.

Bon bref, je vous aime gros!