mardi 28 août 2007

Le premier achat


Vous ne voyez pas le lien entre le titre et la photo? Normal. Vous savez que j'adore les vieilles photos, surtout celles en noir et blanc? Celle-ci a été prise en 1958, je devais avoir à peine un an et mes parents me laissaient jouer avec les jumelles, un signe précurseur sans doute que j'allais aimer pour toujours les images, que mes yeux n'allaient jamais cesser d'être ébahis par tout ce qui m'entoure. Je tiens ça de Maman qui raconte qu'avec sa première paye, quand la Commission scolaire du Lac Abitibi avait fini par lui verser son salaire annuel d'institutrice juste avant la fin de l'année, elle avait enfin pu réaliser son rêve de se procurer un appareil photo.

Ce qui me fait rire de cette vieille photo aussi, c'est la mine impatiente que je fais parce que j'ai le soleil dans ma petite face. Ce serait pareil aujourd'hui et ça, je crois que ça me vient plutôt de mon Papa, il ne semble pas plus content que moi de ce rayon de soleil un peu trop envahissant!

Si Maman a longtemps gardé son appareil photo acheté avec sa première paye, je me souviens qu'elle avait dû le remplacer parce qu'elle ne trouvait plus les films pour mettre dedans. Elle n'arrivait pas à s'en défaire, elle lui vouait véritablement trop de respect pour le travail accompli jusque là. Pourtant, elle aimait bien la couleur de son nouveau modèle compact, les flashes éclairs qui étaient bons pour 4 photos et toutes les possibilités offertes par cette « nouvelle technologie » des années 70.

À mon tour, à l'adolescence, je gagnais quelques sous pour m'offrir des nécessités et des petites douceurs. En fait, je travaillais beaucoup. À 15 ans, au sortir de l'école, de 16 h à 18 h dans une boulangerie près de chez moi et, bien souvent, de 18 h à 21 h, à la tabagie deux rues plus loin. Les fins de semaine, je travaillais seulement à la tabagie, toujours de midi à 18 heures. Au salaire minimum de 1,55 $ l'heure, je me trouvais riche et j'avais pas mal d'ambition! Travailler beaucoup m'empêchait surtout de faire des conneries et me procurait assez d'argent pour être plus riche que maintenant, dans le sens que je n'avais aucune responsabilité financière! J'ai aussi acheté très tôt mon premier appareil photo qui m'a servi à garder des souvenirs de mes amis et amies bien plus qu'à photographier des paysages.

Une fois mes études terminées, à 17 ans, j'ai occupé mon premier vrai emploi à temps plein, comme secrétaire de service bilingue, c'était comme ça que c'était écrit sur mon diplôme du cours commercial, ça ne me rajeunit pas... Oui, je suis retournée à l'université dix ans plus tard, je voulais absolument en sortir du secrétariat! Mais avec ma première paye sur le marché du travail, j'avais choisi d'acheter ce dont je rêvais depuis longtemps : un système de son. Évidemment que mon salaire d'une semaine n'était pas suffisant pour me payer cette technologie de pointe (!) mais je me souviens qu'on m'avait fait des conditions très généreuses, 3 mois sans intérêt.

En plus de mes versements mensuels sur mon nouvel achat, il me restait assez pour acheter des disques et des cassettes, profiter de la musique autant que je voulais. D'ailleurs, souvent, le jeudi soir, le vendredi soir ou le samedi, mon plus grand bonheur consistait à aller fouiner dans les magasins de disques et de musique.

Notre premier achat, celui qu'on fait avec notre première paye, ça dit beaucoup sur la personne qu'on est, vous ne trouvez pas? Et vous, quel a été votre premier achat?

21 commentaires:

Joce a dit…

Des patins....Super Tacks...C'a là changer ma vie. J'ai ainsi acquis un standing qui m'a permis de faire le "all star" et ma vie a ensuite été une série de succès.
C'était vraiment ce que je croyais!!!
Non mais sérieusement j'avais couché avec...j'ai passé bien plus près de la castration que de la ligue Nationale
Mon chum lui était goaler y a couché avec ses pads....c'est vous dire comment on aime le hockey.

crocomickey a dit…

Avec ma première paye de ti-cul-à-tout-faire à l'aréna de Thurso (vers 1964), j'ai acheté une belle poubelle neuve et moderne pour la cuisine (!!!) que j'ai donné amoureusement à ma mère.

voyageuse du monde a dit…

moi avec ma première paye, je me suis acheté des vêtements et une belle bourse neuve. Et pourtant dieu sait que je ne suis pas coquette. Mais comme on était 7 chez nous et 6 filles et que j'étais l'aînée, des vêtements neufs, je n'en n'avais pas souvent. Ma mère était une excellente couturière mais comme toute bonne ado, c'était rarement à mon goùt et surtout jamais pareil comme dans les magasins. Et les vêtements données des cousines et des amies, j'en ai pas mal porté. Alors je me suis acheté des pantalons pattes larges, à carreaux blanc, rouge et noir, avec le veston et une sacoche grise à la mode. Enfin à la mode. j'étais bien fière de mes nouveaux vêtements. Que mes soeurs m'ont d'ailleurs volés très vite. Après quand j'ai travaillé pour vrai, c'est à dire quand j'ai terminé mon cours d'infirmière et que j'ai commencé à Matagami, ce fut une auto, mon premier achat. Une pinto jaune orange qui m'a coûté $4000 dollars, emprunté à la banque avec la signature de mon père... Elle en a fait du chemin ma pinto orange. que de beaux souvenirs.
Merci zoreilles de nous brasser la mémoire pour se souvenir de belles tranches de vie.

Zoreilles a dit…

@ Joce : Oui, oui, je m'en rappelle que tu couchais avec tes Super Tacks!!! Ton chum goaler qui couchait avec ses pads, c'était tu Koki? Lui, il l'a fait la Ligue Nationale, tu vois que ça marche... des fois! Faut dire que t'étais vraiment très jeune quand t'as gagné tes premiers sous, si je me rappelle bien, tu vendais La Frontière et le Rouyn-Noranda Press? Ça a dû te prendre du temps à les gagner, tes Super Tacks...

Et toi, tu te rappelles de mon fameux « système de son »? J'ai dû coucher avec moi aussi et vous casser les zoreilles avec Cat Stevens, Janis Joplin, Georges Moustaki, Claude Gauthier, Chiliwalk, etc.

@ Crocomickey : T'es ben trop fin, t'as acheté un cadeau à ta Maman avec tes premiers sous? Une poubelle neuve... C'est l'intention qui compte! Je sais pas pourquoi, ça m'arrache le coeur, pauvre ti chou!

@ Voyageuse du monde : Des fringues neuves du magasin et une bourse. T'as dû te faire chiper ça par tes soeurs à la vitesse de l'éclair. T'aurais p't'être dû coucher avec toi aussi, comme Joce avec ses patins! Ta Pinto orange... Ça me dit quelque chose...

Amourable a dit…

à 16 ans, je suis allé travailler chez un cultivateur tout l'été en Ontario. J'y ai appris l'anglais mais surtout, je me suis fais $85.00 ($15 par semaine). Avec cet argent j'ai acheter une caméra super 8 et je suis devenu cinéaste amateur.
Je ne trouve plus mes films :-(

voyageuse du monde a dit…

et oui, je me suis fais chipé tout ça bien rapidement, et quand j'y repense, elles étaient vraiment laides, à la mode des années 70 mais tellement laides. Et ma pinto, c'est l'auto que j'avais à mon arrivée à Rouyn, donc quand on s'est connue. et en revenant du travail ce soir, je pensais encore à ça et je me suis rappelé que bien avant d'avoir une vraie paye, je gardais et avec plusieurs $.50 de l'heure et $0.75 après minuit, j'avais acheté le long jeu des Beatles, Let it be que j'adorais. C'était le compromis pour écouter ma musique dans la maison parce que moi j'étais plutôt une fan des Rolling Stones.
tourlou

Anonyme a dit…

Mon premier achat, après avoir gardé tout un été 3 enfants, un beau manteau de cuir... que je me suis fais volé lors d'une sortie au Motel Alpin snif.. snif...

Et lorsque que j'ai vraiment débuté sur le marché du travail j'ai acheté la première sécheuse à mes parents, avec 6 enfants à la maison ce n'étais pas un luxe.

Zoreilles a dit…

@ Amourable : Une caméra Super 8 sonore? J'en ai eu une semblable, je l'ai toujours mais ne m'en sers plus et les archives familiales filmées de ma belle-famille sont entreposées en dessous de l'escalier, au même endroit que ma Super 8, ça doit être complètement inutilisable maintenant. Les films coûtaient un bras, hein? Ça durait au maximum 3 minutes, on filmait pas trop de niaiseries, j'te dis! Dommage que tu aies perdu tes films...

@ Voyageuse du monde : Comment ça que toi, t'étais payée 50 cents de l'heure, 75 cents après minuit, alors que moi, qui suis de ton âge, on me payait 25 cents l'heure, 50 cents après minuit? T'habitais un quartier chic ou quoi? J'aurais dû me syndiquer! Les Beatles... Ouais, c'était bon, ça!

@ Anonyme : J'ai l'impression qu'on doit se connaître, si tu t'es fait voler ton manteau de cuir à l'Alpin... C'est à Noranda-Ouest, ça, j'y allais aussi. Mais c'est pas moi, je te jure! La seule chose que j'ai volée dans ma vie, c'était la petite sacoche-blanche-pour-jouer-à-la-madame de la petite fille d'en face, j'avais 5 ans! Et, chère anonyme, tu as aussi grand coeur que Crocomickey, tu as fait un cadeau à tes parents avec ta première paye... Une sécheuse, c'est pas rien. Vous m'épatez, vous autres, je commence à me sentir un peu égoïste avec mon système de son!

Omo-Erectus a dit…

À l'âge de 7 ans, deux achats. Huit petits pots de pudding Laura Secord au chocolat que j'avais tout mangé à l'école, au point d'en être très malade. Et un 45 tours de Tom Jones... What's new pussicat !

Ados: une batterie ou, comme je le disais à cette époque, un drum. Mes parents se souviennent encore des petites soirées "tranquilles" à m'entendre me défouler...

Et oui! j'ai aussi eu ma phase photographie, avec mon Pentax, trois objectifs, filtres et une chambre noire complètement aménagée.

Il y aura bien eu l'époque plongée sous-marine, jusqu'à ce que mon frère ne se décide de vendre mon équipement à vil prix et... à mon insue.

Votre invitation à retourner dans ces souvenirs m'a amusé. Et cela m'a, en quelque sorte, convaincu que j'ai bel et bien été un garçon de son époque.

Noémie a dit…

Bon Alors moi, mon premier achat, je n'ai même pas encore finit de le payer! Et je ne finirais jamais en fait...

J'ai décider de m'offrir le rêve de ma vie (avec l'accord et le très gros soutien de mes parents) .

Je me suis achetée un cheval!!!

Esperanza "ExLibrex" a dit…

Mon premier achat: Une guitare 12 cordes Yamaha achetée au Comptoir musical Filion à Shawinigan... Tout un été à travailler pour me payer ce rêve à 200$.

Malheureusement je ne l'ai plus. Je l'avais vendue à mon ami Claude de Témiscaming qui l'a eu aussi pendant une bonne dizaine d'années.

Zoreilles a dit…

Vous lire et vous connaître davantage est vraiment fascinant, je suis tellement contente d'avoir posé cette question!

@ Omo-Erectus : Vous êtes tellement de NOTRE époque qu'on ne dirait jamais que vous avez 100 000 ans : Laura Secord, drum, photographie et plongée sous-marine, on voit que vous avez plusieurs intérêts et passions...

@ Noémie : Comme c'est original et sensible, tu as fait pour ton premier achat l'acquisition de quelque chose de vivant, le beau Nitro...

Zoreilles a dit…

@ Esperanza : Oups, on vient de se croiser, je pense qu'on a pris notre café ensemble ce matin!

C'est drôle, ton premier achat tourne aussi autour de la musique, ce qui ne m'étonne pas. Une Yamaha 12 cordes qui serait restée aux alentours de Témiscaming peut-être? Qui sait si je ne la croiserai pas dans un magasin d'instruments de musique usagés... Ça me fait penser à la chanson « La guitare de Jérémie ». J'ai vendu ma Yamaha 6 cordes, je le regrette encore mais le gars qui me l'a acheté l'aime tellement que ça me console un peu... Il me reste juste ma vieille guitare de camping!

Accent Grave a dit…

Le premier achat? M'en souviens pas. Je me souviens de ce qui m'a marqué toutefois.

Un vélo, un Garlati: 110$ en 1970. Puis un système de son, 700$ en
1974.

Je payais tout, mes sorties, mes vêtements, mes choses, et je trimais dur, comme aujourd'hui. Mais à cet âge, je travaillais vraiment trop dur. J'ai passé à côté de bien des choses.

Ce système de son, il a marqué ma
vie.

Accent Grave

Zoreilles a dit…

@ Accent Grave : Sauf le vélo, nous avons beaucoup de choses en commun, comme le système de son et le fait d'avoir trimé dur à un jeune âge, d'être responsable de « se faire vivre ». Vous dites qu'en 1974, votre système de son avait coûté 700 $? Le mien a été acheté en 1975, ça devait être dans les mêmes prix, j'imagine.

D'avoir été autonome financièrement très jeune, j'en tirais une grande fierté et pour ma part, c'était une bonne affaire que je passe à côté de certaines choses, croyez-moi...

voyageuse du monde a dit…

oh non, loin du quartier chic mais vois tu, je gardais 3 familles ce qui faisait 7 enfants de 7 ans à 6 mois, alors je pense que mes 0.50, je les méritais et tout ça dans un 41/2... Mais je peux t'assurer que j'ai démissionner assez vite. Ensuite, l'été de mes 16 ans, celui où j'ai fait mes folies pour les fringues, je gardais dans une famille où la mère s'était fait opérée, je l'aidais à récupérer, 3 enfants très gentil. Je devais faire le ménage, la bouffe, occuper les enfants, je couchais là et je retournais chez nous le vendredi soir. Pourtant ils habitaient à peine à 15 km de chez nous. Mais il fallait que je me lève avec les enfants le mation. Je crois que j'avais $50 par semaine. POur la bouffe, on ne peut pas dire que c'était de la haute gastronomie, à 16 ans même si on vient d'une grosse famille, la maman ne travaille pas et la cuisine est son royaume. Mais ce fut une belle expérience d'été.

macamic a dit…

À 16 ans je travaillais déjà dans mes vacances d’été. Je sillonnais l’Abitibi et le Témiscamingue comme aide pour arpenter des cours d’eau pour l’agriculture. Notre paye arrivait seulement à l’automne. Je ne me souviens plus vraiment de mes premiers achats. Sûrement mes premiers paquets de cigarettes, mes premières bières en faisaient sûrement parties aussi.

À 18 ans oups !!! Un accident de la route devant le chalet du lac que tu connais m’a laissé une cicatrice de 3 pouces au front. Maintenant peut apparente. Elle fait partie de mon age.

En ce rendant passer la soirée à La Sarre un vendredi soir, une voiture sortant de l’entrée nous a coupé le chemin j’ai n’ai pas eu le temps de rien voir arriver. Les assurances du propriétaire de l’auto dans lequel je prenais place mon versé la coquette somme de $800 qui a plutôt servi à me payer des vêtements et une partie de mes études qu’à réparer les dommages, le doc qui m'avais reçu à l'hôpital de La Sarre avait fait une très belle job de couture 23 points si ma mémoire est bonne, ça laissait peut de trace finalement, sans oublier les frais d’avocat bien sur...

bibco a dit…

Chère Zoreille, c'est effrayant, je ne m'en rappelle plus...
À lire tous ces commentaires de gens de Lasarre et de l'Abitibi Ouest, je me demande si je n'y retrouverais pas des Riopelle ou des Melançon...
Bah, j'suis certaine qu'on finirait par se trouver une parenté à quelque part!
Mais si je ne me rappelle plus de ma première paye, je me souviens de ma première voiture...souvenir inoubliable. Je l'ai eu un mois puis une "van" l'a coupée en deux sur la route Rouyn Amos...avant l'aéroport...J'étais dans la partie avant, un miracle, je n'ai rien eu. La voiture était en petits morceaux....Un bel achat qui ne m'a pas porté chance... ou alors si?

Marc a dit…

Le premier achat grâce à l'argent des "patates" un tourne disque rouge je l'ai gardé longtemps et je pouvais l'emporter partout, chez les copains,dans les "boumes". A bientôt.

Zoreilles a dit…

@ Voyageuse du monde : Je blaguais, voyons donc, je savais bien que tu n'habitais pas un quartier chic mais tu gagnais quand même le double, d'habitude, les filles de notre âge ont gardé à 25 cents de l'heure!

@ Macamic : La route Macamic-La Sarre a été le théâtre de bien des accidents de voiture, tu fais malheureusement partie des statistiques... Heureusement, ça s'est bien terminé.

@ Bibco : Assurément, cette voiture t'a porté chance malgré tout et la 117, entre Val-d'Or (donc Amos) et Rouyn, c'est une autre route meurtrière, la 3e pire au Québec... Des Mélançon et des Riopelle, j'en connais, mais je ne crois pas qu'ils lisent mon blogue!

@ Marc : Décidément, au Québec comme en France, nos premiers achats ont beaucoup tourné autour de la musique. Jolie tendance!

Mijo a dit…

J'avais 17 ans pour ma première paye : 3 semaines en tant que monitrice dans une colonie de vacances.

J'ai fait 3 achats.

Un pantalon rouge !!

Deux paquet de pralines et un autre pour mes trois frères pendant la foire aux melons du village. J'adorais ces pralines. On en mangeait qu'une fois par an. Je rêvais d'en avoir un paquet rien que pour moi toute seule.

Les cours de code pour le permis de conduire.