jeudi 22 mars 2007

Donne, donne


Je n'ai pas pris cette photo moi-même mais elle me rappelle qu'en dépit de tout, quelle que soit la facilité qu'on me prête parfois à exprimer des idées avec des mots de tous les jours, il m'est arrivé souvent d'être en panne et de devoir créer une chanson pour livrer le fond de mon âme quand je ne trouvais plus les mots et la manière de dire ce que j'avais besoin d'exprimer. Et si je peux créer des textes sur commande pour mon travail, mes chansons, elles, se sont toujours imposées d'elles-mêmes, en lieu et place des larmes que j'étais incapable de verser, parce qu'il y a des chagrins qui ne se pleurent pas. Ma guitare, fidèle compagne en ces moments-là, a toujours été bonne conseillère...

Donne, donne

À ma petite poupée blonde
Mon bel enfant, mon coeur sucré
Tu vas voir en quelques secondes
Combien les grands peuvent se tromper
Ma consigne était donne, donne
Donne, donne toujours sans compter
Donne, tu verras, ça fonctionne
Donne, donne pour te faire aimer

Comme si le monde était rose
Comme s'il n'y avait que de la beauté
Et qu'il n'y avait en toute chose
Que de la générosité
Faut surtout faire plaisir au monde
Toujours sourire, jamais pleurer
User ton coeur et tes secondes
Te donner aux autres en entier

Quand ils oublieront tes sourires
Et ce que tu leur as donné
Quand t'auras plus le goût de rire
Qui c'est qui voudra t'écouter
Quand t'auras épuisé ton âme
À force de trop t'oublier
Le monde te semblera infâme
Mais chez moi tu pourras pleurer

Maintenant que tu as de la peine
Et que tu te caches pour pleurer
Déçue de la nature humaine
Tu fais un peu regretter
Que dans mes leçons de partage
J'avais oublié de mentionner
Qu'il fallait surtout que tu t'en gardes
Qu'il fallait aussi te protéger

À ma petite poupée blonde
Mon bel enfant, mon coeur sucré
Faut pas se donner à tout le monde
Tu vois, Maman s'était trompée

8 commentaires:

Alainsteadele a dit…

Bravo pour ce beau texte,c'est toujours un plaisir de vous lire.
Je continu a vous encourager a publier vos écrits.
Vous avez beaucoup de talent.
Dans ce poeme on y vois le fond de votre âme.
Une belle façon de faire passer votre message.
Alain

Zed Blog a dit…

Nous faisons tous des erreurs en donnant, en offrant, mais le jour où on donne à une personne qui en vaut la joie, elle ne l'oublie pas et nous non plus.

Oui, apprendre à distinguer pour ne pas perdre l'envie de donner et de recevoir. Assez souvent, comme me le faisait remarquer quelqu'un que j'apprécie énormément, l'un est l'autre.

Bonne journée, généreuse Zoreilles.

Zed :)

Henri a dit…

Wow ! C'est profond et touchant. Un très beau texte Zoreilles. Est-ce que tu l'as écrit dernièrement ?

Zoreilles a dit…

@ alainsteadele : Merci beaucoup, vos encouragements me vont droit au coeur. Publier mes écrits, n'est-ce pas ce que je fais ici? Croyez-moi, publier mes textes et photos dans ce carnet, en toute liberté, sans aucune contrainte, représente pour moi un vrai bonheur. Je ne voudrais jamais qu'il en soit autrement, je ne cherche même plus à comprendre pourquoi!

@ Zed : Au fond, tu auras compris toi aussi que dans la vie, j'ai beaucoup reçu en donnant et je le crois tellement fondamentalement que je l'ai transmis...

@ Henri : Cette chanson, je ne l'ai pas écrite dernièrement, non, mais lorsqu'elle avait 9 ans environ. Revenue de l'école avec un gros chagrin parce qu'on s'était servi contre elle de tout ce qu'elle avait donné d'énergie et d'implication, elle découvrait que parfois, la vie peut être injuste. De la voir réaliser ça, à un si jeune âge, perdre quelques illusions d'enfant, m'avait touchée et peinée, surtout qu'elle ne voulait pas pleurer pour avoir l'air courageuse... J'avais écrit cette chanson, je la lui avais chantée et nous avions compris quelque chose toutes les deux ensemble, comme si nous avions eu le même âge, mieux que nous l'aurions compris avec une grande discussion. Dernièrement, je l'ai ressortie de mes fonds de tiroir, parce que cette chanson, pour elle et moi, reste toujours d'actualité...

Ce qui est formidable, c'est que maintenant, elle écrit et chante les siennes, et que pour elle, sa guitare est aussi une fidèle compagne!

Guy Vandal a dit…

Sacré Zoreilles...

C'est vraiment un bonheur de te lire. Je repars d'ici un peu plus serein...

Esperanza "ExLibrex" a dit…

Quelle visite encore une fois ici. Zoreilles, ménages-moi, mon coeur ne tiendra pas.

Oui, tes mots sont beaux et bellement exprimés. Mais c'est ce qu'il y a en dessous qui est le plus beau. Je crois que tu sais véritablement ce qu'est le sens de "donner". Ça fait du bien de se le voir exprimer ainsi.

Dans le sens du don réside le sens du "recevoir" et vice versa. C'est un cadeau cette chanson que j'espère bien un jour partager avec ma guitare, ma blonde, mon fils et un feu de camp. Et votre maîtrise des mots de coeur, naturellement.

Ceci étant, merci!

Zoreilles a dit…

@ Guy Vandal : Quand tu me dis que tu repars d'ici plus serein, alors, c'est toi qui me « donne, donne »!

@ Esperanza : Tu joues aussi de la guitare et quand ton fils grandira un peu, tu verras comme cet instrument (et la musique en général) peut être un outil de communication à nul autre pareil. Je sais que tu lui écriras de belles choses, à lui comme à ta belle brune, et pour toi-même aussi, ça te donnera la chance de vivre avec eux des moments exceptionnels. C'est d'ailleurs ce que je vous souhaite.

Solange a dit…

J'ai fait un tour sur tes messages plus anciens,c'est très intéressant à lire. J'ai trouvé que ce poëme me convenait très bien. Tu as beaucoup de talent.