samedi 3 mars 2018

BONHEURS DIVERS (D'HIVER)

On ne s'écrit plus souvent, n'est-ce pas? C'est que le temps file, qu'on passe plus d'énergie ailleurs que sur les réseaux sociaux, que la vie nous happe avec son tourbillon incessant, que les heures s'écoulent encore plus rapidement lorsqu'on est heureux. Il faut croire qu'on est heureux!


Cet après-midi de février, nous étions allés voir nos amis Réjeanne et Gérald qui pêchaient sur la rivière des Outaouais/Darlens, à Rapide Deux. On trouvait ce soleil timide mais sa lumière nous inondait d'une belle sérénité. 


Une fois qu'on a ramassé les lignes, ils nous ont invité à leur campe pour prendre l'apéritif. Le soleil était plus haut dans le ciel comme s'il voulait nous éclairer encore un petit peu. On aurait dit que le soleil voulait pas se coucher!



Quand on va au campe, je peux marcher des heures et des heures dans les sentiers de motoneige. Pas besoin de ski ou de raquettes. Je laisse vagabonder mes pensées... 


Ici, comme c'était la semaine de relâche scolaire, nous sommes retournés au campe avec notre petite famille. Les petites avaient tellement hâte d'y aller qu'elles nous en parlaient depuis des semaines!


Félixe avait trop hâte de retrouver « ses » pies (leur vrai nom est « mésangeai », c'est Papi qui nous a appris ça. 


Blanche a encore un peu besoin d'aide (et de sécurité et de patience!...) pour imiter sa grande sœur!



Autant j'aime marcher dans les sentiers de motoneige, autant Isabelle préfère, quant à elle, les sillonner en ski de fond. 


Environ à 2.5 km du campe, il y a un véritable trésor : une source d'eau... C'est là qu'on va y chercher notre eau à boire, à vaisselle, etc. On l'a fait analyser déjà et nous avons eu la confirmation que c'était bel et bien de l'eau pure. Dominic est toujours impressionné de ce trésor et c'est ce qu'il explique à sa petite Blanche, combien c'est précieux, de l'eau pure en pleine forêt. Elle y a goûté puis avec son grand sourire, elle a décrété que c'était délicieux. 

À votre santé!


Elle, c'est notre ti-clown...


Mère et fille


Un vrai ti-clown que je vous dis!


Jouer au walkie talkie avec Papi et parler à sa sœur restée au campe. 


Allumer une bûche scandinave qui brûlera jusqu'au soir très tard et qui creusera la neige jusqu'au sol. 


Papi a dit : « Félixe, je vais te montrer à faire un abri de survie en forêt. Si jamais tu te perds, tu pourras te tenir au chaud en attendant les secours. Tu feras un feu pas trop loin pour signaler ta présence ». 


« Ton abri va te protéger du vent et pour mieux l'isoler, tu creuses la neige et tu t'en fais des murets à l'intérieur comme à l'extérieur. »


Pendant ce temps, pas loin, on ajoute du bois à notre bûche scandinave et on joint l'agréable à l'utile!


Papi nous fait son imitation du président américain dont je n'ose pas écrire le nom... 


L'abri de survie terminé, on l'essaie ensemble, les deux petites sœurs. 


On profite du camp, de la source d'eau, de la forêt, du beau soleil mais on a quand même des petites tâches à faire, comme couper des arbres morts pour s'en faire du bois de chauffage pour l'hiver prochain. Tout le monde participe. 


Ça y est, maintenant, la source d'eau est baptisée : La source des sœurs. Papi avait fait son affiche dans le garage avant de partir là-bas et il rêvait de se faire poser avec ses deux petites-filles. 

Voilà, ce sont des petits bonheurs divers d'hiver. Les gens heureux n'ont pas d'histoire... 


22 commentaires:

Pierre Forest a dit…

J'ai pensé à vous autres quand j'ai lu cet article concernant les camps installés en Gaspésie sur les terres de la Couronne et que le Ministère faisait démolir parce que les gens n'avaient pas eu de permis pour se bâtir là. J'espère que vous n'êtes pas dans cette situation, d'autant que ce petit coin, vous en avez fait un paradis pour toute la famille et que vous avez l'expérience et la compétence pour exploiter les ressources de façon respectueuse de l'environnement. Je remarque que les brinballes utilisées pour la pêche sur la glace ont évoluées par rapport à celle qu'on utilisait dans mon enfance.

Je trouve que ce contact avec la nature que vous avez offert à vos enfants et maintenant à vos petits-enfants est d'une richesse incroyable pour leur apprendre à vivre en harmonie avec notre planète.

Barbe blanche a dit…

Les divers bonheur d'hiver,
ça garde les idées claires,
et ça réchauffe les relations.
Profiter de la nature
en y initiant des amateures futures,
c'est du gros bonheur à l'état pur.

Pour ma part, j’attends la fonte des neiges
pour filer vers mon coin de paradis,
je commence à trépigner,
un peu comme les chevaux dans l'écurie
lorsque vient le temps de sortir au grand air.


Zoreilles a dit…

@ Pierre Forest : Moi aussi, j'ai pensé à nous autres quand j'ai eu connaissance de cette nouvelle concernant les camps en Gaspésie. Comme je dis souvent : « Abitibi et Gaspésie, mêmes combats »!

D'ailleurs, en Abitibi-Témiscamingue, on a moins de camps qui sont ciblés mais la situation est la même : en Gaspésie, autour d'une centaine, ici ce sont 28 camps qui seront brûlés par le Ministère parce que leur situation ne peut pas se régler légalement.

La situation est très complexe...

Mais nous ne sommes pas touchés personnellement parce que nous avons 5 baux à payer annuellement : au Ministère, à la Ville de Rouyn-Noranda et à la Commission scolaire Rouyn-Noranda. Ça coûte un bras pour avoir la paix. Et on n'est pas plus chez nous, tout est toujours « à la Couronne », on reste des locataires!

Oui, les brimbales pour la pêche blanche ont évolué. Mais nos amis qu'on était allés voir cette fois-là sont très bien équipés, ils sont tous les deux d'excellents pêcheurs, en hiver comme en été.

Ce qu'on a offert à nos enfants et aujourd'hui à nos petits-enfants est même d'une richesse incroyable pour nous autres aussi. Autrement dit, on récolte bien plus que ce qu'on a semé!

Zoreilles a dit…

@ Barbe blanche : Du gros bonheur à l'état pur, t'as jamais si bien dit!

C'est pour ça que je partage, il me semble que je ne peux pas garder ça pour moi toute seule.

Que tu dois donc avoir hâte à la fonte des neiges, je me demande comment tu fais pour patienter!

Sais-tu ce que je te souhaite? Un printemps hâtif, hahaha!

Jackss a dit…

Bonjour Zoreilles,

Comme toujours, le hasard fait bien les choses. Je n'ai visité aucun blogues, même pas le mien, depuis des mois.
Et j'arrive juste au moment où tu viens de laisser un nouveau billet. C'est beau de voir cette belle vie familiale en pleine nature d'hiver.
Vous savez en profiter. C'est admirable. Il y a tellement de monde qui s'en plaignent au lieu d'apprécier ses charmes.

Le factotum a dit…

Un plaisir infini que de pouvoir côtoyer ses petits-enfants au quotidien.
Cela gruge du temps mais on est millionnaire en temps.

Solange a dit…

Moi je trouve que c'est une histoire bien agréable à lire si on compare avec ce qu'on lit dans les journaux.

Zoreilles a dit…

@ Jacks : Tu me fais toute une surprise là! Ne te lisant plus sur ton blogue et pas tellement plus sur Facebook (où je suis peu présente) j'avais fini par croire que tu étais trop occupé par tes nombreux projets et passions! Et je m'en réjouissais pour toi!

Remarque... moi aussi, je n'y consacre plus beaucoup de temps mais l'intérêt et le plaisir de communiquer avec vous tous, mes amis, m'incite parfois à revenir ici laisser des images et des bouts d'histoire. Je me dis que si ça met du soleil dans ma journée, il se pourrait que ça fasse pareil pour des gens qui me ressemblent...

Comme là, tu vois, on revient tout juste du camp, on y était depuis lundi matin avec mon beau-frère et ma belle-soeur qui sont aussi nos très grands amis. Pas de poisson, pas de soleil, mais beaucoup de plaisir quand même, juste à aller de l'eau à la source, marcher dans les sentiers, mettre une bûche dans le poêle, cuisiner ensemble nos repas, faire notre vaisselle (avec de l'eau de source réchauffée sur le poêle à bois) remplacer nos appâts sur nos lignes quand on se faisait voler par ce qu'on suppose être de gros brochets voraces, bref, juste le petit quotidien vécu à l'ancienne, dans le calme et la blancheur de l'hiver blanc...

Tu peux être certain qu'on en a encore profité!

Zoreilles a dit…

@ Le factotum : Oui, c'est bien un plaisir infini, tu as raison de dire ça. Il y a 2 semaines, on y était avec des amis, la semaine dernière avec nos enfants et petits-enfants et là, on revient tout juste de là-bas avec Céline et Luc, la petite sœur à Crocodile Dundee et son mari, qui sont nos meilleurs amis en plus d'être de la famille. C'est avec eux qu'on a été aux Îles l'été dernier, on se tient ensemble depuis... toujours, on a élevé nos enfants ensemble!

Quant à nous, avec nos petites-filles, on constate tous les jours combien le temps passe encore plus vite que lorsque nous étions parents. Imagine que cet été, ils seront partis tous ensemble pendant 2 mois de temps, on va s'ennuyer!

Zoreilles a dit…

@ Solange : Tu me fais sourire... Je pense souvent comme toi, c'est pourquoi je regarde de moins en moins la télé, j'essaie de lire des choses plus légères, je m'informe quand même mais je choisis mieux qu'avant mes sources d'information, je privilégie les contacts humains chaleureux, j'en ressens le besoin.

Des fois, je me trouve fleur bleue, un petit peu trop « Walt Disney » mais je me protège tant que je peux...

Anonyme a dit…

C'est beau, c'est simple , c'est la vie, ta vie entourée de l'amour des tiens dans une belle nature encore préservée
Vos petites filles se tricotent des souvenirs qui les accompagneront dans leur vie d'adulte.
Mes petits fils sont aussi très attachés à la petite station où ils ont fait leurs premiers pas sur des skis bien qu'ils fréquentent des grandes stations avec leurs parents, la preuve, c'est que pour leur premier séjour entre copains à la neige, alors qu'ils avaient le choix, ils ont choisi de venir à Réallon, j'étais contente, cela prouve leur attachement à ces lieux qu'ils fréquentent depuis toujours.
Ce sont de bons moments privilégiés pour nous tous.
Geneviève du sud.

Zoreilles a dit…

@ Geneviève du sud : Comme c'est agréable de te lire et j'ai eu la surprise en venant ici puisque j'ai vu « 11 commentaires » sous mon dernier billet alors quand c'est un chiffre impair, je devine qu'il y a eu une personne qui est passée par ici pour me faire un coucou et j'adore ça. Avant, je recevais dans ma boîte de courriels une alerte pour me dire que j'avais un nouveau commentaire sous un billet mais maintenant je ne suis plus avisée automatiquement. C'est dommage parce que si une personne me laisse un commentaire sous un vieux billet, je n'ai aucun moyen de le savoir... Ça veut dire probablement que les blogues sont devenus vraiment dépassés. Et moi qui aimes tellement les fréquenter...

J'aime beaucoup ton expression « se tricoter des souvenirs », c'est tellement vrai. Moi, j'ajoute que ce sont des repères qu'on sème ici et là dans leur vie pour l'an prochain, l'adolescence, la vie adulte, etc.

C'est toujours un plaisir de te lire, d'échanger entre nous. On se tricote des souvenirs pour la semaine prochaine, le mois prochain, l'an prochain...

Bisous nordiques!

Jackss a dit…

Joyeuses Pâques Zoreilles,

On se croise moins, mais ça ne veut pas dire qu'on s'oublie.
C'est la vie qui nous occupe un peu plus qu'on le voudrait.
Mais heureusement, je suis toujours en pleine forme. Je souhaite pouvoir laisser un billet bientôt. Ce ne sont pas les sujets qui manquent.
Le temps passe tellement vite. Déjà l'hiver nous quitte... Il ne reste que quelques traces de neige sur ma terrasse.

Continue à profiter de la vie, du temps et des amis qui te sont fidèles.

Zoreilles a dit…

@ Jacks : Non, bien sûr qu'on ne s'oublie pas même si c'est difficile de garder le contact sur nos blogues parce qu'avant, lorsqu'on me laissait un commentaire, je recevais une alerte dans mes courriels alors que maintenant, sans que je ne fasse aucun changement, je ne suis plus avisée du tout, voilà pourquoi tu as laissé ce commentaire le 30 mars et moi, je viens tout juste de le voir presque par hasard.

Je vais aussi parfois voir sur ton blogue s'il y a encore une petite lumière allumée!

Santé et bonheur à toi et à Laure. Portez-vous bien!

Jackss a dit…

Je crois que Google a été touché par l'expérience de Facebook. J'ai téléchargé la nouvelle application Google.
On avait bloqué les accès à mon propre blogue et ce fut toute une aventure de montrer suffisamment pâtes blanches pour être réadmis.
Je trouve plusieurs améliorations intéressantes pour contrôler notre vie privée, ce qu'on veut, ce qu'on ne veut pas, même en termes de publicité. On peut également couper des liens existant déjà entre certaines applications et Google. Merci Google.
Bon dimanche, Zoreilles. Amitié.

Zoreilles a dit…

@ Jacks : J'ignore ce qui se passe mais tant mieux, j'ai été avisée de ton commentaire dans ma boîte de réception de courriels et ça fait longtemps que je ne recevais plus ces alertes automatiquement. On dirait que tout est revenu à la normale.

Pendant ces derniers mois où tu étais silencieux sur ton blogue, je t'ai laissé des commentaires à quelques reprises, on m'avisait que mon commentaire serait publié quand tu l'aurais approuvé mais ces messages ne se sont jamais rendus jusqu'à toi semblerait-il.

Toi, tu trouves des améliorations dans les nouvelles applications et moi, j'ai renoncé à comprendre!

Bon dimanche Jacks!

Solange a dit…

Un petit bonjour en passant!

Zoreilles a dit…

@ Solange : Ah t'es fine... Ton petit bonjour en passant me fait plaisir, si tu savais... Je suis moins présente virtuellement, c'est que je travaille présentement mais je t'assure que je ne travaillerai pas pour bien des années encore, il me semble que j'ai pu de vie et je vais quitter ce job aussitôt que ce sera « humainement » possible! Si je peux me rendre à la fin juin, ce serait déjà un tour de force...


Anonyme a dit…

Nous n'aurons pas eu droit aux "petits bonheurs de printemps"! l'été est presque là, je plaisante, je sais bien que ton silence est dû au fait que tu es très très occupée cette période.
Une petite anecdote : dimanche dernier, repas de famille (4 générations) une de mes petites cousines 7 ans portait une "robe de petite fille" comme nous en avons toutes portée et sa grand mère qui est un peu plus jeune que moi me dit : tu ne reconnais pas cette robe? nous l'avons trouvée dans les affaire de maman décédée cet hiver à 93 ans, et en y regardant de plus près j'ai trouvé : c'était la robe de demoiselle d'honneur qu'elle portait pour mon mariage, il y avait un petit cortège d'enfant, cela se faisait à l'époque, cette robette avait été conservée raccourcie et était portée encore aujourd'hui 3 générations après.
Ca été un joli petit bonheur de printemps!
Je t'embrasse.
Geneviève du sud

Zoreilles a dit…

@ Geneviève du sud : Ah comme c'est charmant de lire ton anecdote et si j'ai mis du temps à répondre, c'est que je n'ai pas reçu d'alerte dans mes courriels pour me signifier qu'il y avait un nouveau commentaire sous mon dernier billet… Je viens de tomber dessus par hasard et quelle belle surprise!

En fait, tu as raison, les bonheurs du printemps, ils ont été nombreux et les défis aussi, j'y arriverai bientôt. J'ai mis fin à mon lien d'emploi et je vais pouvoir récupérer du temps libre. J'ai hâte de pouvoir écrire ici à nouveau mais ce ne sera pas en fin de semaine encore puisque je vais passer la fin de semaine au camp avec Crocodile Dundee, nous partons ce soir après le spectacle musical en plein air de notre fille.

À très bientôt, Geneviève du sud, et merci pour tant de fidélité!

Anonyme a dit…

je crois que tout le forum est rassuré : tu vas bien ainsi que tous les tiens, c'est le principal!
Geneviève du sud

Zoreilles a dit…

Oui, je te le confirme, je vais très bien et ma gang aussi. Je vous reviens bientôt, peut-être même aujourd'hui!