samedi 11 novembre 2017

PLAISIRS DÉMODÉS

Voici venu le mois de novembre, les jours trop courts, les nuits trop longues et je n'ai rien écrit ici depuis plus de deux mois... Je vous dois des explications : Mon ordinateur a rendu l'âme sans aucune raison cet automne et lorsque j'ai consulté les entreprises de services de chez nous, on m'a répondu qu'après 4 ans, c'était normal que mon disque dur saute, parce que la durée de vie d'un ordinateur n'est que de 5 ans en moyenne... Ben voyons donc, 5 ans, c'est le temps que ça me prend pour maîtriser quelques fonctions de base!  

Étant démunie en ce domaine, j'ai réussi à me trouver un technicien en informatique compétent qui ne demande pas trop cher de l'heure. En plus, il accepte de se déplacer pour venir chez moi poser le diagnostic, ce qui est rare mais tellement apprécié des clients. Son diagnostic est tombé raide et coupant après seulement 2 minutes : FINI! « Mon » technicien est reparti à son bureau aussitôt avec une partie de mon équipement pour tenter de me récupérer le plus possible mes données (particulièrement mes photos) ainsi que le fonctionnement de mes favoris, courriels, fichiers, archives, etc. Ce jeune homme a réussi un tour de force, me réinstaller un disque dur neuf, récupérer le plus possible de données, rebrancher toutes mes affaires ensemble et tout cela, avec le sourire, en peu de temps, moyennant une facture d'un peu plus de 200 $.

Il a même été jusqu'à me demander, entre deux grands rires (je lui faisais penser à sa mère en beaucoup plus drôle, qu'il disait) si j'avais d'autres questions ou problèmes à lui soumettre pendant qu'il était là. Malheureusement, il ne m'en venait pas à l'idée à cet instant-là alors il ne me restait plus qu'à le remercier pour l'excellence et la rapidité de son service. Je lui ai demandé quelques cartes d'affaires que j'ai distribuées à mes amis qui rencontrent souvent les mêmes problèmes que moi. 

J'avais retrouvé un ordinateur à peu près fonctionnel comme avant, récupéré mes photos et mes fichiers principaux mais j'avais perdu plusieurs de mes paramètres personnels, accès, sites préférés, contacts, etc. Donc, dernièrement, je n'avais plus accès aux coulisses de mon blogue, ce qui signifie que je ne pouvais plus rédiger de nouveaux billets ici... jusqu'à ce matin! Mais ne me demandez pas comment j'ai fait, je ne suis pas certaine que je pourrais répéter l'exploit! 

Cet événement de même que quelques autres qui me sont arrivés dernièrement m'ont fait prendre conscience jusqu'à quel point je dois faire des efforts constants pour garder la tête hors de l'eau dans cette société plus-que-virtuelle où j'ai de plus en plus de difficulté à m'adapter. J'ai 60 ans, je les assume et si je trouve que la vie va trop vite, j'essaie de suivre tant bien que mal la cadence mais je ne démords pas de mes bons vieux  

PLAISIRS DÉMODÉS

La photo. Plaisir démodé pour plusieurs mais pas pour moi, heureusement.  Ni pour beaucoup de personnes de mon âge, dont Crocodile Dundee qui s'amuse de plus en plus avec son appareil qu'il apprend à maîtriser. Il a toujours hâte de me montrer ce qu'il a croqué sur le vif dans ses séjours en forêt. Et je suis bon public!


N'est-ce pas que c'est magnifique? Crédit photo : Crocodile Dundee!


J'ai osé un selfie en canot. Voyez comme je suis à la mode!


Cueillir du thé du Labrador. Ça, c'est un plaisir démodé pour vrai! J'en ai cueilli et congelé une bonne quantité pour cet hiver. C'est thérapeutique et délicieux. Zut, j'ai oublié, je voulais en faire goûter à mes amies Canneberge et Andrée lorsqu'elles sont venues au Festival du cinéma à la fin octobre. 



Octobre. À Lorrainville, au Témiscamingue. Les citrouilles étaient déjà en vente dans nos épiceries à 1,99 $ ou 2,99 $ chacune selon leur grosseur mais nous, avec ma fille et mes deux petites-filles, on voulait aller se les cueillir nous-mêmes à la ferme, à deux heures de route de chez nous, par un beau samedi ensoleillé. On n'allait pas là pour épargner des sous, c'est certain. En s'en allant au Témiscamingue, région natale de Crocodile Dundee, j'ai pu montrer aux petites l'univers de Papi quand il était enfant, la ferme où il a grandi, son école, la maison de ses grands-parents en face, etc. 


À la ferme où l'on cueillait nos citrouilles, il y avait aussi des poules, des coqs, des lapins. Les propriétaires avaient prévu de vendre des hot dogs, des jus, du café, afin de remettre les profits de la journée à un organisme local. Mes petites-filles ont pu vivre certains plaisirs démodés que leur Papi avait vécus, lorsqu'il était enfant : sauter dans le foin, flatter des lapins, donner du grain aux poules, profiter du grand air, de l'espace. 


Les petites s'en sont tellement donné à cœur joie sur la ferme ce jour-là que sur le chemin du retour, elles se sont endormies dans la voiture, main dans la main. 



Au Festival du cinéma de chez nous, j'avais une tradition avec Félixe depuis qu'elle a 3 ans : on va ensemble, le dimanche matin, au ciné-muffin. Les projections commencent à 9 heures mais on peut s'y rendre à partir de 8 heures dans le hall d'entrée du Théâtre du Cuivre où l'on nous offre jus, café, croissants, muffins, danoises dans une ambiance festive et très animée. Cette année, Crocodile Dundee a décidé de nous accompagner alors on a pu inviter Blanche avec nous. Je pense qu'on vient d'élargir davantage notre tradition.


Notre grande fille a célébré ses 31 ans le 6 novembre dernier. Son gâteau au rhum est un plaisir démodé indémodable pour elle. Comme les p'tits cœurs à l'orange que je faisais quand elle était enfant. Je lui en ai fait tout un assortiment hier, des p'tits cœurs à l'orange, que j'ai emballés dans une jolie boîte de métal, pour souligner leur 10e anniversaire de mariage. Eh oui, déjà 10 ans de mariage pour elle et son beau Dominic. Même si on n'a pas trop la dent sucrée, ce sont des souvenirs renouvelés significatifs. Et émotifs. 


Quand on est plusieurs à faire des vœux et souffler les bougies, est-ce que nos désirs ont plus de chance de se réaliser? 

Avec le temps des Fêtes qui se pointe et l'hiver qui nous arrive doucement, j'entends parler autour de moi de décorations de la saison, de magasinage de cadeaux et de consommation à outrance. Je n'en suis pas là du tout en ce qui me concerne. Mon grand plaisir en cette saison, ce sont les expositions des artisans, les marchés de Noël et autres événements du genre où l'on peut se rencontrer, échanger, se remplir les yeux, les zoreilles et le cœur de beauté, d'authenticité, de solidarité et de plaisirs démodés. 

Je vous en souhaite autant pour ce mois de novembre qu'on voudrait moins sombre : Allez à la rencontre de nos artistes et artisans, nos musiciens et musiciennes, nos chorales en concert, et autres artistes et créateurs en tout genre. Rassemblez-vous pour cuisiner des beignes ou faire des biscuits, des tourtières et des pâtés au poulet, regardez un vieux film d'enfant tous ensemble à la télé en dégustant un chocolat chaud avec des guimauves en pyjama. Invitez des amis à l'improviste pour un apéro ou un souper partage, allez jouer dehors, faites des bonshommes de neige, glissez avec vos tout petits, sortez vos raquettes et vos skis de fond, retrouvez les plaisirs démodés qui ne coûtent rien et vous remplissent le novembre de sourires enjoués et d'une joie profonde.

En attendant décembre... 

22 commentaires:

Le factotum a dit…

Rigolo, moi qui travaille encore avec mon 486, acheté en 1995.
Je n'ai pas réussi à le bousiller encore.
Et que dire de nos plaisirs de novembre.
Ipso fait partie de l’Ensemble vocal de l’amitié.
Les traditions se perpétuent pour l'Ensemble vocal de l'amitié, qui a présenté son 30e concert annuel, les 4 et 5 novembre dernier, au Théâtre des Eskers d'Amos.
Et maintenant le grand concert de Noël 2017 avec l’OSR.
À Amos le 02 décembre prochain, le concert se fera avec l’Ensemble vocal de l’amitié sous la direction de Gaëtan Roberge.
Ensuite suivra pour nous les randonnées en raquettes et le patinage à l'extérieur.
C'est bien parti.

Zoreilles a dit…

@ Le factotum : C'est pas un lâcheux, ton 486! Il est à la veille d'être inscrit dans le Guinness, comme ma vieille laveuse à linge achetée l'année d'avant notre mariage, donc elle a 40 ans cette année et elle lave encore très bien sauf que je suis la seule à pouvoir la faire fonctionner. (Une Kenmore Heavy Duty achetée chez Sears en 1977!...)

Oh que j'aimerais entendre Ipso avec l'Ensemble vocal de l'amitié. Tu es chanceux, toi, elle doit t'inviter à tous ses concerts.

Ton lac au chalet sera gelé bientôt, je crois, tu pourras patiner allègrement ou bien chausser tes raquettes, c'est vraiment bien parti.

Et moi, je me suis régalée les yeux cet avant-midi en allant à l'exposition de Noël des Fermières de l'Immaculée Conception à Rouyn. J'ai vu du beau monde et de géniales réalisations, fait quelques petits achats pour garnir les bas de Noël, j'ai adoré ma sortie. Tellement de chaleur humaine dans ces sous-sols d'église avec des bonnes grands-mamans tricoteuses, tisserandes, couturières, aux mains habiles et aux sourires affectueux.

Barbe blanche a dit…

Comme disent les vieux, les outils d'asteure. ne sont pas comme dans notre temps...
Ils sont en effet, construis pour ne durer qu'un temps, quasiment que le temps des roses.
Les plaisirs démodés, il n'y a que ça ou presque de vrai, et ils coutent même moins cher que certains jouets tous neufs.
Je regarde les plaisirs de Crocodile Dundee, j'adore sa toile, toute une toile de maître.

Zoreilles a dit…

@ Barbe blanche : Le phénomène dont tu parles, c'est pas juste une impression, c'est un fait reconnu qu'ils appellent « l'obsolescence programmée » qui nous oblige à racheter du neuf tout le temps pour faire rouler l'économie. Je trouve ça dégueulasse à tout point de vue, financièrement, écologiquement, etc.

Mon Crocodile Dundee commence à avoir quelques passions en commun avec toi, n'est-ce pas? Le campe, la nature, la photo...

Sa toile d'araignée? Un travail de maître en effet, ou plutôt de maîtresse, qu'on parle de l'araignée ou encore de Mère Nature, dans les deux cas, je mettrais ça au féminin si ça te dérange pas (clin d'œil/sourire)

P.-É. Larivière a dit…

Ça me fait plaisir de te retrouver sur ton blogue que je dévore avec intéret.
Je n'ai pas pu me rendre au festival du cinéma fin octobre mais Thérèse, Guy et Lise y étaient et ils ont bien apprécié. Bonne fin d'automne!

Pierre Forest a dit…

"Allez à la rencontre de nos artistes et artisans, nos musiciens et musiciennes, nos chorales en concert, et autres artistes et créateurs en tout genre. Rassemblez-vous pour cuisiner des beignes ou faire des biscuits, des tourtières et des pâtés au poulet, regarder un vieux film d'enfant tous ensemble à la télé en dégustant un chocolat chaud avec des guimauves en pyjama. Invitez des amis à l'improviste pour un apéro ou un souper partage, allez jouer dehors, faites des bonshommes de neige, glissez avec vos tout petits, sortez vos raquettes et vos skis de fond"

Quels magnifiques exemples. Les modes passent, mais ce genre de plaisirs restent et se transmettent de génération en génération.

Zoreilles a dit…

@ P.-É. Larivière : Ah merci, c'est gentil de me dire ça, je m'ennuyais aussi, vous savez!

Je crois avoir vu Thérèse dans la foule à un moment donné pendant le Festival mais pas les autres. C'est dommage que vous ne puissiez pas venir cette année, on a eu une riche programmation très variée. Vous vous reprendrez l'an prochain j'espère.

Merci de votre fidélité à passer me lire encore, j'en suis ravie et touchée.

Zoreilles a dit…

@ Pierre Forest : Ce ne sont que quelques exemples qui me sont venus à l'esprit très rapidement mais on pourrait s'en faire une liste beaucoup plus longue.

Je remarque une chose quand je te lis et pourtant tu me cites : toutes ces activités ne requièrent que des personnes et de la bonne volonté, un tout petit peu d'organisation. Rien de tout ce que j'ai énuméré ne demande des sommes d'argent ou de l'équipement onéreux...

Comme quoi c'est peut-être à la portée du plus grand nombre de personnes de vivre des bons moments ensemble?

Solange a dit…

C'est toujours un plaisir de te lire, les petits bonheurs au quotidien sont ceux qui nous marques pour la vie. Pour moi novembre c'est le salon de livre et décembre celui des métiers d'art.

Zoreilles a dit…

@ Solange : Merci Solange, tu m'encourages et c'est toujours un plaisir de te « voir » ici ou de te croiser chez toi ou chez nos amis communs.

Tu es proche, toi la chanceuse, du Salon du livre de Montréal (en fin de semaine prochaine, si je me trompe pas?...) et du Salon des métiers d'art. Il y a longtemps, je suis allée deux fois, à l'un comme à l'autre. J'adorais ça. Mais c'était dans le temps qu'on était jeunes et fous et ça ne nous dérangeait pas trop de se faire prendre par une tempête de neige, soit à l'aller ou au retour! Je me souviens d'une fois, on était avec nos amis Jean et Francine, on était repartis de Montréal vers midi le dimanche. Une fois en route, sur l'autoroute 15, la température s'est mise à changer et plus on s'en allait dans le Nord, plus c'était désastreux. Une fois dans le Parc de La Vérendrye, on roulait à très basse vitesse et on était rentrés chacun chez nous, à Rouyn-Noranda, assez tard qu'il ne nous restait plus que quelques heures à dormir avant de rentrer au travail le lundi matin!

Maintenant, on se raconte ça et on rit, on ne sait pas trop si on était aventuriers, résilients ou complètement inconscients!!!

Bon Salon du livre, toi, et fais de belles découvertes auprès des artistes et artisans du Salon des métiers d'art.

Marico Renaud a dit…

Merci ma belle Zoreilles (trop rare). Regarde qui parle pourrais-tu dire! ;-)
Tu me fais penser à un des célèbres clins d’œil de Jacques Prévert: Il faudrait être heureux ne serait-ce que pour donner l'exemple!
Et toi, on peut dire que tu donnes l'exemple! Ça mérite un gros merci et un super câlin.

Zoreilles a dit…

@ Marico : En effet, on ne peut pas dire que t'abuses de la blogosphère toi non plus!

Pour être heureux, des fois, il faut se botter le derrière un peu et se faire accroire qu'on l'est! Je ne me souviens plus où j'ai lu que le matin, il est bon de se sourire en voyant notre reflet dans le miroir pour bien commencer la journée. Je fais souvent l'exercice en évitant de me passer des commentaires sur ma face, mes couettes dans les airs, etc. En ne mettant pas tout de suite mes lunettes, ça aide!!!

Le bonheur, c'est une question d'attitude, je pense. J'en veux pour preuve que dans les mêmes circonstances, certains vivent les plus belles années de leur vie alors que d'autres se désolent de ce qui leur manque...

Merci à toi de ta visite et gros câlin. Fais-toi moins rare, Marico!

OX Jerry a dit…

Bonsoir Zoreilles, les plaisirs simples restent longtemps ancrés dans notre mémoire et ont cette faculté de faire notre joie. J'aime ta manière épicurienne de voir l'existence et je te souhaite un flamboyant week end !

PS : Sympa la référence à Charles Aznavour dan ton titre .

Zoreilles a dit…

@ Jerry OX : Bonjour Jerry! Ce fut, comme tu me le souhaitais, un flamboyant week end! L'un de nos amis célébrait ses 50 ans, en fait, c'est plutôt son amoureuse qui, depuis des mois, lui préparait toute une fête, sans qu'il ne s'en doute le moindrement, avec la complicité de sa famille et ses amis, dont nous sommes.

Il y a des gens qui ont le sens de la fête et puis, tiens, je crois que ça se cultive, cette façon « épicurienne de voir l'existence »! Merci pour ton commentaire, j'en suis très touchée.

Que novembre s'achève dans la joie et la musique pour toi et vivement que décembre nous amène son lot de festivités et de rencontres qui nous réchaufferont l'amitié.

Anonyme a dit…

Bonjour Zoreilles,
C'est toujours avec un grand plaisir que je grignote ces moments de vie que tu partages si généreusement .
Les fêtes arrivent avec leurs perspectives joyeuses pour les uns mélancoliques pour les autres.
Ici aussi c'est la débauches de cadeaux vite oubliés, on est à la période kleenex, j'achète, je jette, c'est désolant. Heureusement tout le monde n'agit pas de la sorte et il semblerait qu'il y ait un sursaut pour les "plaisirs démodés" que nous sommes quand même nombreux à partager.
Chaque soir je fais une ballade dans ton grand pays.
Une chaîne tv programme "Alaska les derniers trappeurs" pas mal de séquences se passent dans le grand nord canadien.
Bon début d'hiver.
Geneviève du sud de France

Zoreilles a dit…

@ Geneviève : Bonjour chère amie du sud de la France!

C'est avec un grand plaisir également que je reçois ton commentaire. Je vois bien qu'on se rejoint dans nos réflexions à l'approche du temps des fêtes... Quel que soit le coin de la planète où l'on vit (est-ce que la boule qu'est la Terre a des coins?...) l'être humain reste le même, à se perdre dans la performance à outrance ou la consommation effrénée, alors que les plaisirs démodés que nous sommes plus nombreux qu'on le pense à valoriser, offrent tant de bonheur à partager pour les petits et les grands.

Tu voyages par la télé dans le nord du Canada et des Etats-Unis? C'est un peu loin de chez nous, ces lieux de tournage, (le pays est immense) mais si tu fais abstraction du côté spectaculaire et de la mise en scène « folklorique » de cette émission, ça pourrait te donner l'impression de nos hivers québécois quand on monte vers le Nord. Ici, tu vas rire, on a inventé les appellations « petit Nord », « moyen Nord » et « grand Nord ».

Je te souhaite aussi un bon début d'hiver avec de très nombreux plaisirs démodés à vivre ou à réinventer!

Anonyme a dit…

Et oui, tous ces reportages et récits alimentent et donnent des repères à mon imagination. J'ai euun petit avant goût de l'hiver Canadien il y a quelques années quand j'ai séjourné en janvier à Winnipeg (MTB),la première semaine, il faisant vers les -30°, on a pas ça chez nous........... le vent soulevait la neige comme du sable, c'est idiot mais je n'avait qu'une seule crainte : que la chaudière s'arrête car il n'y avait pas de poêle ni de cheminée.
Cela reste un très bon et rare souvenir.
Passe de belles fêtes de fin d'année bien entourée, Noël est magique lorsqu'il y a des tout petits à la maison.
Je profite de mon passage pour envoyer mes meilleurs voeux à tous ceux et celles qui se retrouvent sur ton blog.
Que 2018 fasse de tous les petits bonheurs quotidiens une grande joie!
Geneviève sud de France

Zoreilles a dit…

@ Geneviève : Oulalalalala tout un avant-goût de l'hiver canadien, avec -30 degrés, on n'a pas ça souvent chez nous non plus, t'en fais pas. D'un autre côté, on a grandi dans ce climat, on est habillés pour toutes les saisons et tiens, tu me fais penser, la fourrure naturelle reste l'habillement le plus performant, le plus chaud, le plus efficace, dans des pays et sous des climats comme les nôtres.

Chez toi aussi, passe de belles fêtes de fin d'année, avec plein de chaleur dans ton cœur (puisque tu parlais du froid tout à l'heure!...) et meilleurs vœux de bonheur, de plein de petits bonheurs au quotidien à toi qu'on aime à lire.

T'es une fidèle, toi, comme tous ceux et celles qu'on retrouve ici.

Que 2018 nous fasse nous rencontrer souvent, du moins virtuellement!

canneberge14 a dit…

Bonsoir chère Zoreilles!

Je vis présentement un plaisir démodé...celui d'écrire mes cartes de Noël.
Je les choisis avec soin, je les écris en pensant très fort à leurs destinataires.
Je choisis mes "collants" que j'aposerai sur le verso de l'enveloppe.
Je marche jusqu'au bureau de poste avec mon trésor.
J'offre mes voeux à la dame qui y travaille depuis bientôt 37 ans.

Et ces cartes s'envoleront bientôt vers les gens que j'aime.
Mon plus beau cadeau de Noël...

Merci pour ces beaux moments que tu nous partages.
Câlins et bisous.

Câlins et bisous!

Zoreilles a dit…

@ Canneberge : Bonjour ma chère petit fruit préféré!

Ah oui, quel plaisir, celui-là, d'écrire nos cartes de Noël. Tu procèdes exactement comme moi sauf pour la dame qui travaille à ton bureau de poste depuis 37 ans, moi, je n'ai pas cette chance, je poste chaque jour 4-5-6 cartes au coin de ma rue dans les boîtes postales communautaires! J'ai malheureusement terminé tous mes envois hier, c'est dommage, j'aurais aimé continuer mais j'avais fait pas mal le tour... de ceux et celles dont j'avais l'adresse à tout le moins.

Parmi les plaisirs démodés de la saison de l'avant Noël (celle que je préfère à Noël pour mille raisons!...) ces temps-ci, je fais du pain de ménages, des pâtés (à la viande et au poulet) des gâteaux au rhum que j'offre en cadeau, des grosses soupes aux légumes, poulet et riz et plein de boustifailles qui favorisent les dîner et soupers improvisés à la bonne franquette quand l'occasion se présente.

Autre plaisir démodé? J'ai fait mon sapin de Noël dimanche avant-midi en ressortant tous nos ornements de Noël des plus anciens (certains datent de l'époque où j'étais petite, une boule bleue dépeinturée qui vient de chez mes grands-parents Poirier, une autre que j'avais achetée moi-même étant enfant, en métal avec un Père Noël dessus, cette boule s'ouvre en deux parties et il y avait des petits bonbons dedans, d'autres ornements du temps de notre fille était en maternelle, en première année, etc. J'en ai deux qui sont des cadeaux que Félixe nous a offert, en maternelle, en première année, etc. Et il y a tous ceux qu'on choisissait, Isabelle et moi, chaque « boxing day », une tradition qu'on a gardée longtemps, il fallait qu'on se mette d'accord pour en choisir juste une qui serait représentative de l'année qui s'achevait. Ah ça, je pourrais t'en parler longtemps de cette belle tradition.

Aussi, pour la 4e année consécutive, avec Félixe, on a repris le projet des papillotes, elle y tient beaucoup. Justement, tout à l'heure, à 15 h 30, j'irai la chercher à l'école et probablement qu'on terminera toutes ses papillotes de cette année. Il ne nous en reste plus que trois... à moins qu'elle en rajoute d'autres! Moi, je suis à son écoute...

Des plaisirs de décembre, on pourrait en faire une belle liste et je suis certaine qu'on trouverait qu'il y a plus de plaisir à donner qu'à recevoir. Ça rend heureux...

Ne me remercie pas pour ces beaux moments qu'on partage tous ensemble ici, ce sont des petits plaisirs pas du tout démodés qu'on se crée nous autres mêmes!

Câlins et bisous OO XX

OX Jerry a dit…

Pour répondre à ta réponse (je m:e comprends) oui, tu as raison Zoreilles, le sens de la fête ça se cultive , c'est comme la bonne humeur !! Que 2018 soit une fête !!

Zoreilles a dit…

@ Jerry OX : Ah comme c'est bien dit! Et toi, comme tu l'as déjà, le sens de la fête, la bonne humeur, je te souhaite la continuité en 2018!