mardi 4 janvier 2011

Gratitude




Photos 1, 2 et 3 : Elles ont toutes été prises au temps des Fêtes et chacune d'elles m'inspire le même sentiment démodé : la gratitude.

Gratitude

Chaque année, à cette date, me reviennent à l'esprit les mots de ma mère, ceux qu'elle avait écrits pour rendre hommage à ses parents qui célébraient leur 40e anniversaire de mariage. Je devais avoir 9 ans à peu près et j'avais appris par coeur son long texte pour pouvoir le rendre de manière plus sensible, en y mettant tout mon coeur de petite fille qui avait la vie devant elle, qui ressentait les choses plus qu'elle ne les comprenait. J'avais déjà le sentiment vague et étrange que ces mots-là allaient être signifiants pour le reste de ma vie. Ça commençait comme ça :

« Avant de s'évanouir dans les brumes du passé, le joyeux cortège des fêtes de Noël et du Nouvel An nous invite à laisser libre cours à une joie profonde et toute intime. D'où vient que l'on éprouve toujours bonheur nouveau à exprimer des souhaits déjà anciens? C'est que l'amour et la reconnaissance sont des sentiments qui ne vieillissent pas mais qui, au contraire, prennent plus d'intensité et de chaleur à mesure que le temps fuit... »

Cette façon d'être et de voir la vie s'est inscrite dans mon « code barre » à tout jamais.

Dernièrement, quelqu'un de mon entourage me traitait d'optimiste et je vous assure que ce n'était pas dit sur le ton d'un compliment. Pour bien que je saisisse l'intention derrière le message, on a ajouté que ça tapait royalement sur les nerfs parfois. Tout ce que j'ai trouvé à répondre, c'était : « Oui, je sais, moi-même je me tape royalement sur les nerfs parfois. »

Sur le coup, ça a brassé ma cage, je me suis remise en question, c'est sain de le faire et je crois avoir démontré de l'ouverture d'esprit. Et puis, après mûre réflexion, j'ai décidé d'assumer ça. Point. Dans les jours suivants, je suis tombée par hasard sur une lecture qui disait à peu près ceci, que les gens qui font preuve de gratitude vivent plus longtemps. J'ai eu envie de rire. J'ignore si c'est vrai, mais je suis certaine d'une chose, c'est que la gratitude, ça aide à vivre au quotidien!

Le temps des Fêtes (le joyeux cortège des fêtes de Noël et du Nouvel An) a été comme toujours un vrai tourbillon chez nous. Avant de tourner cette page (avant de s'évanouir dans les brumes du passé) j'ai besoin d'y cueillir quelques précieux moments à conserver dans mon coffre aux trésors (à laisser libre cours à une joie profonde et toute intime).

Il y a eu ces deux jours en forêt avec « nos enfants », notre p'tit Noël, un bonheur tout simple, mais si grand, à prendre le temps de vivre les uns avec les autres.

Une escapade de 20 minutes pour faire une course en ville avec mon frère Jocelyn, la certitude que même à 900 km de distance, on peut être si proches qu'on se comprend avec juste des débuts de phrases et des sourires. Et qu'on sait tellement d'où l'on vient : de la même place!

Un câlin géant reçu le 31 décembre et auquel je ne m'attendais pas, une grande déclaration d'affection arrivée de nulle part comme par magie. « Tu t'en vas pas, hein? » et qui m'a bercée beaucoup plus longtemps que les quelques secondes de cette accolade enthousiaste et impromptue à laquelle je n'avais pas le choix de m'abandonner.

La gratitude... Ça signifie de prendre le temps de savourer ces moments d'éternité qu'on cueille au passage et qui se laisseraient oublier facilement si l'on n'y prêtait pas attention. Ça signifie aussi qu'il est bon d'apprécier ce qu'on a plutôt que de s'acharner à vouloir ce qu'on n'a pas. C'est cultiver, contre vents et marées, l'attitude et l'aptitude des gens heureux... fondamentalement optimistes, même si ça peut parfois taper royalement sur les nerfs. Tout bien considéré, j'assume, persiste et signe,

Zoreilles, l'optimiste qui ne peut pas et ne veut pas changer son code barre xx

118 commentaires:

Le factotum a dit…

L’optimiste Zoreilles,

Tu as bien raison de vouloir garder et même de protéger cet état d’être …

Pour la gratitude, c’est la reconnaissance à la vie. La vie nous apporte tellement de belles occasions d’avoir du bonheur, d’être cette joie de vivre.

Remplacer la peur de perdre le bonheur par le goût d’être bien. C’est peut-être ce que les gens pessimistes refusent d’accepter.

Soyons reconnaissants aux personnes qui nous donnent du bonheur [Marcel Proust]

Barbe blanche a dit…

Vous avez de bien belles photos, dame Zoreille, le regard de Félixe, et son sourire, suffisent à combler le coeur de Grand Maman de bonheur sans limite...
Vous aviez pris le temps de bien décorer vos arbres, pour votre retraite d'amour, ils sont supers...
Être trop optimiste, pour moi, ce n'est pas possible, dans le monde où on vit, il faut être blindé d'optimisme pour y vivre, c'est même un prérequi.
La gratitude, c'est être capable d'accueillir le bonheur lorsqu'il s'offre à soi, et ce à chacune de ses visites...

Zoreilles a dit…

@ Le factotum : Oh tu sais, ce n'est pas comme si j'avais le choix, c'est pas facile de changer sa nature profonde. On peut améliorer des comportements, remettre en question nos attitudes mais changer quelque chose d'aussi fondamental que ça, non, c'est pas possible. Alors, il ne reste qu'à s'assumer! Je retiens particulièrement ta phrase « Remplacer la peur de perdre le bonheur par le goût d’être bien », je la trouve très constructive.

@ Barbe blanche : On pourrait facilement t'accuser de la même chose que moi! Tu dis « dans le monde où on vit, il faut être blindé d'optimisme pour y vivre » et moi, j'ajoute que ça aide énormément, en effet. Le regard et le sourire pleins d'espoir de Félixe quand elle appelait les pies ont d'ailleurs été récompensés, on le voit sur la photo suivante que j'ai publiée le 25 décembre dernier. L'optimisme, le « non doute », les enfants ont ça naturellement!

lady a dit…

Ne change surtout pas ton code barre optimiste....c,est une grande richesse que de voir et d'apprécier les beaux côtés de la vie....

merci à toi pour ce partage émouvant...

le photos prises dans la fôrêt sont magnifiques...charmante enfant ...et blancheur immaculée..!!!

ly xxx

Caboche a dit…

Du vocabulaire à la sémantique.

Gratitude, voilà un mot qui ne fait pas partie de mon vocabulaire. Et pourtant, s’il y a une personne qui est « reconnaissante à la vie », c’est bien moi.

C’est seulement le mot qui me rebute, comme ça. Il me fait penser aux religieuses à l’école qui parlaient de la gratitude comme d’une obligation d’être reconnaissante.

Je n’ai jamais aimé qu’on m’oblige … La loi de la gratitude devait heurter mon côté rebelle. L’adulte d’aujourd’hui, plutôt optimiste, ne cesse de remercier la vie.

Je sais que l’optimisme et le positivisme peuvent tomber sur les nerfs des grincheux, mais comme tu le dis, ça doit être inscrit dans notre « code barre ».

Être optimiste n’implique pas qu’on ne soit pas capable de jugement critique. C’est tout simplement une façon positive d’aborder différentes situations de la vie.

Très belles photos hivernales qui ont un petit air de gratitude spontanée, par forcée du tout ;-)

Zoreilles a dit…

@ Lady : J'aurais voulu être photographe, tellement la forêt s'était mise toute belle, endimanchée dans sa robe blanche. Je n'ai eu qu'à faire « clic ». Mais je l'ai fait 240 fois en deux jours, j'étais sous le charme!

@ Caboche : J'ai eu exactement le même réflexe que toi, le mot gratitude a une drôle de connotation, je trouve, on dirait que la reconnaissance à la vie, c'est plus défini comme concept. Intriguée, je viens de regarder dans quelques dictionnaires que j'avais sous la main. Voici la définition de Hachette : Gratitude : nf. Reconnaissance pour une aide, un service rendu. Témoigner sa gratitude. Le Larousse dit : Gratitude : n.f. Reconnaissance d'un bienfait reçu : témoigner sa gratitude. Le Littré, maintenant: Gratitude : (b. lat. gratitudo 1445), n.f. Sentiment de gré qu'on a à l'égard de celui qui a rendu service « Une juste gratitude ». Pourtant, ça semble assez clair mais c'est bizarre que toi et moi, on ait eu la même impression. Je retiens ta phrase « Être optimiste n’implique pas qu’on ne soit pas capable de jugement critique. » je la trouve pleine de sens, c'est un argument qui me plaît beaucoup!

Esperanza a dit…

En cette journée de blues de fin de congé, tes mots me font du bien. Ils viennent boucler cette période de fin d'année.

Tu le sais, j'en ai déjà parlé, je n'aime pas particulièrement cette période chargée de lourds souvenirs et d'une enfance parfois tumultueuse...

Ceci ne m'empêche cependant pas d'apprécier certains moments surtout depuis que Nathan fait partie de notre vie. Lui, la gratitude, il l'a inscrite profondément dans le coeur et dans les yeux...

Oui, il en faut de l'optimisme pour vivre par les temps qui courent... La simple lecture des nouvelles du matin en commande une bonne dose. Des gens optimistes, il n'y en a pas suffisamment... Peut-être que s'il y en avait davantage, ça nous ferait nous questionner quant à nos désillusions...

Merci d'écrire Zoreilles. Je passe à chaque jour et je découvre toujours ton immense capacité à livrer ce que tu ressens et ça fait du bien.

Les photos de ton Abitibi sont belles. Bonne année à toi et à ton code barre!!! ;-)

Jackss a dit…

Quelles charmantes photos, Zoreilles

Je suis tombé instantanément en amour avec elles.

Ton billet me va droit au coeur. Pour moi, la gratitude et la reconnaissance sont des mots qui me rejoignent. On les associe souvent à du paternalisme et je trouve que c'est un peu dommage.
Je les relie à la franchise: Dire ce qu'on pense, bon ou mauvais.

Mais je comprends que chacun interprète les mots selon les associations que ses expériences l'amènent à faire.

Je suis en train de lire un livre que ma fille Véro a eu le bonheur de publier récemment: Difficultés de lecture et d'apprentissage.

Il est évidemment question de la signification des mots. J'ai été frappé par une phrase où elle dit que même une phrase très simple est interprétée souvent très différemment selon les personnes. Les mots font beaucoup appel à nos valeurs et nos émotions.

Je sais que je n'ai rien à t'apprendre à ce sujet. Mais j'avais le goût de la partager justement à cause des intérêts que je te connais.

Je sais que tu es positive de nature et c'est souvent ce qui rend tes commentaires forts intéressants à lire.

Ce n'est pas toujours mon cas. Je l'avoue, il m'arrive de manquer de nuances dans mes propos lorsque je suis seul dans mon salon devant la télé en train d'écouter des nouvelles qui me font sursauter. Laure pourrait parfois me dire que je suis bête. Elle utilise un mot qui m'a toujours fait sourire. Au lieu de me dire: Tu es donc bien bête, elle dit Je te trouve bien sévère . Et ça passe mieux. Comme quoi le choix des mots a souvent beaucoup d'importance.

Guillaume a dit…

Wow !! Tes photos sont vraiment magnifiques. J'y vois un reflet du réel bonheur chez les êtres humains et du calme profond de la nature. Merci de nous les partager !

Solange a dit…

Il y a tellement de gens déprimés qui voient toujours la vie sous son pire angle, que quand on rencontre une personne qui aime la vie et qui est heureuse de partager ses bons moments, ça fait du bien. Ne change surtout pas, c'est comme ça qu'on t'aime.

TaLou a dit…

Il n'est pas démodé ton sentiment Zoreilles... C'est juste que beaucoup de gens l'ont perdu en cours de route...

Il n'est pas démodé, il s'est juste un ti-peu perdu...

Et quand on le retrouve... Wow! C,est là qu'on se rend compte que le bonheur... il est partout dans nos vies...

Bon début d'année!

TaLou

Soisig a dit…

Caboche, tu m'as enlevé les mots de la bouche. Je suis entièrement de ton avis... Je n'aime pas le mot gratitude, pour moi aussi il a une connatation d'obligation. Notre éducation religieuse sans aucun doute...

J'aime la vie et les gens ... vivants; vibrants, devrais-je dire!C'est pourquoi je m'implique beaucoup dans mon coin et ce, bénévolement. Je suis reconnaissante à la vie pour ce qu'elle m'a apporté, expériences heureuses comme malheureuses, qui m'ont fait grandir.

Zoreilles a dit…

@ Esperanza : Donc, je comprends que tu rentres au travail ce matin? Bon courage, il en faut pour reprendre le collier... Ton commentaire me fait aussi chaud au coeur que ce câlin géant auquel je n'ai pas eu le choix de m'abandonner le 31 décembre. Sérieusement! J'aime le code barre de Nathan. Il me rappelle tellement celui d'Isabelle au même âge. Elle n'a pas trop mal tourné, je trouve. L'avenir du monde est entre leurs mains à eux, ça devrait nous redonner de l'optimisme. C'est le genre d'information qu'on ne trouvera jamais sur les grands réseaux. Nous travaillons dans des sphères d'activités qui nous font voir le pire côté des choses, ça manque d'humanité, et nous, on manque parfois de recul. Faudrait pas qu'on l'oublie jamais, Espé, tiens, on devrait se souhaiter ça cette année : prendre un recul bienfaisant de tout ça quand c'est nécessaire, sans pour autant baisser les bras dans nos actions. On signe ça? ♥

@ Jacks : Ce que tu soulignes, la puissance des mots, le sens qui leur est donné selon la personne qui les dit et celle qui les entend, le fossé parfois géant entre ce qui est dit et ce qui est compris, c'est une passion en effet pour moi, en même temps qu'une énigme. Oui, j'ai toujours à apprendre à ce sujet, si tant tellement beaucoup. C'est comme si chacun avait son petit dictionnaire personnel. Laure qui dit : « Je te trouve bien sévère », je la reconnais bien dans ton exemple, elle est très sensible à ces phénomènes-là et attentive aux autres. Laure, c'est de l'or, tu le sais aussi bien que moi ♥ Tu sais quoi? Le prof que j'ai le plus aimé à l'université avait une façon de dire les choses... Dans des groupes laboratoires, chacun notre tour, on animait et lui, devant tout le groupe, devait souligner nos forces (notre base solide) et nos faiblesses (ce qu'on devait améliorer). Il suggérait beaucoup plus qu'il ne jugeait. Il commençait toujours ainsi : « Si j'avais une consigne à te donner... » et il pouvait tout dire ensuite sans qu'on en soit blessé ou frustré.

@ Guillaume : J'en ai pris 240 pendant ces deux jours, je pouvais pas résister, on aurait dit que l'hiver s'était endimanché. Ça me fait très plaisir de partager, comme tu sais.

Zoreilles a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Zoreilles a dit…

@ Solange : Ah t'es donc fine! Je trouve aussi que côtoyer de trop près des gens déprimés et négatifs, ça finit par nous rentrer dedans. Mais j'en ai pris une leçon quand même de ce reproche, je ne changerai pas mon code barre mais je pourrais nuancer un peu... parfois... en présence de certaines personnes qui se sentent confrontées facilement!

@ Talou : À toi aussi, bon début d'année. Perdu ou démodé, ce sentiment de gratitude, ça me dérange pas trop, je suis pas souvent dans le courant, pas tellement tendance! Et si je regarde comment va le monde, c'est pas trop grave ;o)

@ Soisig : Là, c'est le tour du chapeau, nous sommes au moins trois à avoir un doute, un questionement au sujet de ce mot-là, ce n'est sûrement pas un hasard. Ça viendrait de notre histoire ou de notre éducation? Pourtant, t'as lu, j'imagine, les trois définitions des trois dictionnaires que j'ai retranscrites plus haut? Mystère et boule de gomme...

Claire a dit…

Qu'il est difficile de statuer sur un mot, une définition, et de s'entendre tous sur sa signification propre.Et quand je dis "sa", c'est l'image ou le sentiment ressenti.
Gratitude, moi j'aime bien...J'aime aussi reconnaissance et remerciement. Des mots...
Mais qu'il m'est difficile de mettre en place le processus de "dire " les choses.
Rien à voir avec l'optimisme. Bien entendu, je peux remercier la vie, je suis d'une nature assez enjouée, rigolote et optimiste. Mais la vie autour de moi, c'est les autres, mes parents,ma famille, mes amis, mes chums, mes collègues et tous ceux qui ont gravité autour de moi, dans ma vie et qui m'ont tellement donné. De belles choses, mais aussi des moins belles, avec lesquelles j'ai du apprendre, grandir et me construire. Et j'apprend à tous les jours...et j'espère apprendre encore, tous les jours de ma vie...
Mais qu'est-ce que j'aimerais avoir le don de gratitude et de remerciement!

La photo d'Isabelle et de Félixe est très émouvante...(Ca se dit une photo émouvante?)
Ah...les mots!

Bises

Martine a dit…

Lorsque je travaillais, il y avait parfois des soirs où j'avais l'impression d'un grand poids sur les épaules, ou je n'étais pas forcément contente de ce que j'avais fait de ma journée... mais toujours je me disais que le lendemain serait un jour nouveau. Et c'était exactement ça : le lendemain je repartais confiante et sûre de profiter du moindre petit bonheur qui se pointerait.

Dans les enfants que je voyais à une certaine époque beaucoup avaient d'énormes difficultés scolaires: j'ai toujours été persuadée que l'on pouvait trouver, pour chacun, le petit côté ensoleillé et qu'en passant par là on pouvait l'aider...

Parfois encore j'arrive un peu trop riante quelque part, ça surprend et je me trouve presque bête. Mais je crois que je ne vis pas trop mal alors pourquoi ferais-je la tête? Moi aussi je me régale de petits bonheurs, à cueillir puisqu'ils sont là, et cela ne m'empêche pas de rester sensible à ce qui se passe autour de moi, et d'écouter, et de comprendre.

Votre optimisme et votre amour de la vie vous portent à partager vos joies Zoreilles, et moi je vous suis reconnaissante pour cela, cela me fait du bien et apparemment je ne suis pas la seule.

Zoreilles a dit…

@ Claire : En tout cas, ici, il ne te semble pas trop difficile de mettre en place le processus de dire les choses... À te lire, on saisit bien ton code barre. Et je l'aime bien, moi, ton code barre!

@ Martine : Ça me fait un bien énorme de constater que je ne suis pas une extra-terrestre, que d'autres vivent les mêmes situations que moi, se remettent en question et puis reviennent à ce qu'ils sont fondamentalement, sans se le reprocher. C'est réconfortant, j'aurais dû le savoir, écrire l'est toujours, communiquer aussi. Voyez où nos blogues nous mènent? À des milliers de kilomètres de distance, même pas sur le même continent, nous avons l'impression de discuter autour d'un bon café et de si bien nous comprendre!

Mijo a dit…

Gratitude.
Tiens, un mot que je n'emploie jamais et que je n'ai du entendre que du temps où j'étais obligée d'aller à la messe. (D'ailleurs mes pauvres parents ne devaient pas recevoir en pleine face ma gratitude pour cela ;-).

Ne change surtout pas ton code barre optimiste. Et tant pis si ça doit taper sur les nerfs.

Je suis d'un naturel souriant, je suis souvent optimiste. On ne m'a pas dit que ça tapait sur les nerfs mais on m'a souvent dit que j'étais une optimiste naïve. ça doit être la même chose.
ça m'a vexé plusieurs fois mais comme je ne reste jamais vexée bien longtemps, j'ai décidé de m'en contrefichtre...

Guy Vandal a dit…

Ne change jamais ton code barre belle Zoreilles...

Être optimiste, c'est bon pour la santé, avoir de la gratitude, c'est encore mieux.

La vie, ça peut n'être pas compliqué.

Allez hop ça fait longtemps, un GROS CÂLIN!!!

Zoreilles a dit…

@ Mijo : Tiens, c'est curieux, pour toi aussi (quelques autres personnes ont mentionné ça) le mot gratitude a une connonation un peu religieuse, dans le sens de pratique religieuse... Ce n'est sûrement pas un hasard. Une optimiste naïve, j'aime bien ton code barre, je pense qu'on a le même!

@ Guy : Penser et agir comme si le meilleur pouvait encore et toujours se produire, je crois aussi que c'est bon pour la santé. Il me semble que je passe mon temps à simplifier ma vie autant que possible, je n'aime rien de ce qui est compliqué mais je peux faire face quand ça se passe autrement que j'avais espéré. Je réalise qu'il faut travailler fort en Simonac pour que la vie reste simple... Merci pour le câlin, il tombait bien!

Claire a dit…

Aye! ma belle Zoreilles!
T'es où??? Ah oui...c'est l'anniversaire de la belle Félixe aujourd'hui!
Grosses bises à la puce, ainsi qu'à toi, je m'ennuie...

Lise a dit…

Et moi je suis sérieusement inquiète.

Zoreilles a dit…

@ Claire : Je suis là, Claire! Et quelle mémoire tu as, c'était effectivement hier, le 14 janvier, le 2e anniversaire de Félixe. Devine où j'étais? Je « sévirai » à nouveau sur mon blogue et ceux des autres prochainement, je te le promets. Les choses se sont un peu bousculées dans ma vie depuis une semaine, j'ai même eu de la mortalité, quelques déplacements à l'extérieur, un surcroît de travail, bref, mon absence est motivée, tu peux me croire!

@ Lise : Ne t'inquiète pas outre mesure, Lise. J'aimerais pouvoir te rassurer plus que ça mais bon, sans vouloir faire de mystère, je suis en attente des résultats d'analyse du pathologiste après avoir subi une intervention chirurgicale mineure (curetage) cette semaine. Je suis sur pied mais moins jasante, moins présente. Et il arrive plein de choses en même temps. C'est ça, ma vie!...

Barbe blanche a dit…

Ta santé, Zoreilles, prends en bien soins, car vois tu, on en a une seule et c'est pour toute la vie,qui elle doit durer longtemps. très longtemps, sans être longue à cause de la maladie.
Je te prédis de très bonnes nouvelles...

Soisig a dit…

Claire a dit…

Repose-toi bien...ne pense qu'à toi...
Je t'embrasse

Zoreilles a dit…

@ Barbe blanche : J'ai toujours été extrêmement consciente de ça, c'est aussi inscrit dans mon code barre... L'optimisme, la confiance en la vie n'empêchent pas le doute, la peur, l'angoisse. Je veux croire tes prédictions. De toutes mes forces!

@ Soisig : Ah oui, tellement ♥

@ Claire : Une « embrasse » de l'autre côté de l'Atlantique, avec l'immensité du ciel bleu et une vague de tendresse. Merci ♥

Le factotum a dit…

J'ai une pensée juste pour toi ...
de ton ami itinérant ...

Zoreilles a dit…

@ Le factotum : Merci pour cette pensée... et pour l'ami itinérant ♥

Jackss a dit…

Prends bien soin de toi, Zoreilles

Le 14 janvier, c'était le 2è anniversaire de Félixe? Aujourd'hui, le 16 janvier, c'est le 2è anniversaire de notre arrivée sur la Côte-Nord.

Il me semble que ça se peut pas. Déjà! Et imagine si Félixe était née le 16 jamais. Peux-tu imaginer comment je n'aurais pas manqué l'occasion de parler de hasard!

Solange a dit…

Je passais voir aux nouvelles j'apprends que tu as des petits problêmes de santé. Prends bien soins de toi et reviens-nous en pleine forme.À bientôt, bisous.

Ren a dit…

Quel billet intéressant ! Vous savez votre point de vue--je ne le qualifie ni le coince derrière une étiquette--est fort intéressant, parce que c'est différent que le mien. Par exemple, quand vous avez écrit sur le conseil sage de votre père au temps que vous avez acheté votre première maison, j'ai répété ce conseil à ma femme, parce que ! le monde aujourd'hui dit qu'une femme doive être indépendant, qu'une femme n'a besoin de son mari, et qu'un homme va plaquer sa femme pour une femme plus jeune. Malheureusement, cela arrive trop souvent. Quand je regarde la télévision que ma femme regarde, je lui dis que je trouve ses programmes méchants, revanchards, ... pessimistes. Cela me déprime qu'on puisse se réjouir à voir tant de violence, mauvaise foi, et méchanceté. Ce que je veux dire, c'est que les mots de votre mère, de votre père sont magnifiques.

A mon avis, vous perdez votre temps à vous justifier en cherchant des raisons pour répéter ces conseils. Les mots optimistes, pessimistes sont des mots polarisés. Ils ont un but de faire le tri entre le bon côté et le mauvais. Et cela peut mener à un conflit. S'il faut se justifier, à mon avis, cherchez un autre chemin, le chemin que vous avez déjà choisi, c'est le chemin à la sagesse. Il n'est pas optimiste qu'un couple de deux personnes qui s'aiment est plus fort que deux personnes qui se détestent, il est sage. La sagesse n'est ni optimiste ni pessimiste, elle est divine.

Merci Zoreilles ! Amicalement

Zoreilles a dit…

@ Jacks : Comment peux-tu toujours arriver à me faire sourire, à me faire sentir mieux? Ce n'est pas un hasard, c'est de la magie...

@ Solange : Pour le moment, je suis dans l'attente. Je vous reviendrai avec des nouvelles dès que j'en aurai moi-même. Bises boréales à toi aussi.

@ Ren : Vous m'avez incitée à faire quelque chose que je ne fais pas souvent : me relire! Pourquoi je me justifie? Et je ne manque pas d'arguments pour le faire! Et ma phrase fétiche, c'est « J'aime mieux mourir incomprise que de passer ma vie à m'expliquer! » Ça aussi, c'est inscrit dans mon code barre. Votre commentaire m'éclaire beaucoup tout à coup... C'est moi qui vous remercie.

Lise a dit…

Zoreilles,

attendre c'est ce que nous faisons la plupart du temps de notre vie je crois; je n'élaborerai pas sur le sujet (l'ayant fait ailleurs il y a un bon moment) mais depuis que je te lis je me suis attachée (c'est peu dire) à toi, et j'attends aussi le résultat de tes examens...

J'aime beaucoup le commentaire de Ren, qui a tout à fait raison; justifier ton point de vue, quasiment t'excuser d'être optimiste (alors que notre monde en a TANT besoin), il ne faut pas, c'est ainsi que je le vois en tout cas. Ta phrase disant que tu aimes mieux mourir incomprise que passer ta vie à t'expliquer est très réaliste, et elle m'est toujours restée en tête, citée maintes fois par toi.

Nous vivons dans une société sourde aux cris de détresse de ceux qui ont le plus besoin d'aide, ça je l'ai compris depuis longtemps....

Bon, suffit! Tu nous diras ce que tu voudras le moment venu, et en attendant, que l'amour de tous les tiens te réchauffe le coeur!

Zoreilles a dit…

@ Lise : Même si « j'aime mieux mourir incomprise que de passer ma vie à m'expliquer », je me dois de rétablir les faits : Non, je ne passe pas ma vie à attendre, habituellement, j'ai un spring terrible (entretenu par mon amour de la vie) je me guéris dans l'action, je me retrousse les manches, je suis en mode solution, je me débats, je me rebiffe, je me rebelle, je consulte, je discute, je recule seulement quand c'est pour mieux sauter, j'analyse, je tire mes conclusions et je fais des pas dans la direction que j'ai choisie, c'est pourquoi je trouve si difficile en ce moment de n'avoir aucune emprise sur le cours de ma vie, passivement, en attendant le diagnostic du pathologiste. Ça va complètement à l'encontre de tout ce que je suis. Bien sûr que je vous informerai dès que je saurai, mais d'ici là, effectivement, je ne peux rassurer personne, pas plus qu'on m'a rassurée moi-même et ma vie est en mode attente ♥

crocomickey a dit…

Je m'ennuie ...

:-)

Lise a dit…

Zoreilles,

je savais que ton attente n'était pas inactive voyons! Se tourner les pouces ne te ressemble pas. Tu es ce que l'on appelle une battante, dans le meilleur sens du terme, au superlatif. Lorsque je parlais d'attente, je voulais dire de manière invonlontaire ou incontrôlable; comme attendre un bébé, attendre l'autobus, attendre en ligne, attendre le résultat d'examens médicaux (dans ton cas), attendre une lettre qui n'arrive pas...

Et j'aime tellement ta phrase parlant de moments d'éternité, ce que j'appelle souvenir impérissable, que je revisite à mon gré, comme si j'y étais à nouveau. Je le fais souvent, dans mon monde imaginaire.

Aujourd'hui je suis revenue plus tôt de mon ennuyeux travail, car je devais passer une mammographie à la clinique située au coin de ma rue, et n'ai pas eu affaire à la radiologiste à l'air bête qui m'avait traité (poliment... si on veut) de douillette il y a deux ans. La joie d'être une femme...

Et ça va me faire tellement de bien de me ressourcer en allant voir ma mère ce soir. J'ai bien besoin de sa tendresse! Et bon je me tais, sauf pour dire que je t'aime, si belle personne que tu es, au propre et au figuré.

Lise XX

Soisig a dit…

Zoreilles, t'as vu? "Ton film Ali" va être présenté en primeur au Ciné Québec (choisi parmi les 6 films québécois présentés. Wow!
Bisous mon amie!

Zoreilles a dit…

@ Crocomickey : Mouéssi... ;o)

@ Lise : Merci pour ces mots du ♥ Pour ta mammo, c'en était une de dépistage? Une routine qui revient aux deux ans, là? J'espère que tu auras trouvé auprès de ta mère toute la tendresse voulue.

@ Soisig : Ah oui, je le sais depuis un gros mois. Martin (Guérin) et Dominic (Leclerc) étaient fous de joie quand ils ont su la nouvelle. C'est un festival pas ordinaire, sur invitation seulement et pour les gens de l'industrie du cinéma, de la télé, des distributeurs, diffuseurs, producteurs, réalisateurs, etc. Ils n'ont pas d'attentes précises mais d'avoir été invités là, c'est tout un honneur. Ils aimeraient bien que le film Voir Ali soit invité dans des festivals et prenne son envol dans sa carrière cinématographique. C'est quand même universel, ce propos-là!

Éléonore a dit…

Ha mon doux, tu t'es fait dire que le fait que tu aimes la vie tapait sur les nerfs, ha ben dis-donc c'était sympathique !

Moi j'approuve chacun de tes mots !
J'ai même lu quelque part qu'à trop vouloir chercher les grands bonheurs les gens passaient à côté des petits bonheurs souvent plus vrais.

Et comme Solange, je dirais qu'il ya tellement de gens déprimés et négatifs, des gens qui ne pensent qu'à leurs bobos qu'un vent vrai de gratitude et de positivisme pourquoi pas !!!

Je voulais te dire que j'ai beaucoup pensé à toi dernièrement, j'ai vu un docunmentaire très intéressant et en arrivant ici j'ai vu à droite Fondation Rivière, as-tu vu Chercher le courant avec Roy Dupuis ? Voici le lien de mon billet http://yadesmots.blogspot.com/2011/01/chercher-le-courant.html

Esperanza a dit…

Dac: Je signe! :-)

Zoreilles a dit…

@ Éléonore : J'arrive de lire ton excellent billet sur le sujet. Non, je n'ai pas encore vu « Chercher le courant » mais je le verrai, c'est sûr, j'ai entendu l'entrevue radio qu'ils ont donnée juste avant la sortie de leur film. J'espère qu'il sera assez percutant pour réveiller le monde. Roy Dupuis (natif de l'Abitibi-Témiscamingue) est le porte-parole le plus connu, il porte ce film et cette cause, Fondation Rivières, dans son coeur, autant que les deux messieurs qui ont fait ce film d'une expédition de canot sur La Romaine, dont l'histoire et les enjeux sont un peu les mêmes que ce qu'on a connu sur la Rupert... à quelques années de différence. J'étais impliquée, comme mon conjoint, dans Révérence Rupert, l'organisme de défense et de sensibilisation de cette rivière, un site que tu ne trouveras plus à droite de mon blogue, tout simplement parce que l'organisme n'existe plus, il a dû se saborder. Nous avons perdu cette bataille pour la Rupert par la suite. Je t'invite à retourner dans mes archives pour lire deux billets : « Laisser couler le Nord, prise 1 », le 15 août 2007 et « Laisser couler le Nord, prise 2 » le 21 août 2007. Ces deux billets, je viens de les relire, je les signerais encore n'importe quand avec les mêmes convictions mais je connais maintenant la triste fin de l'histoire. Les Québécois ne s'y sont jamais intéressés vraiment, à la Rupert, c'était loin, c'était dans le Nord, sans intérêt, alors, ils étaient loin de se mobiliser pour arrêter la locomotive si puissante de ceux qui nous vendent à rabais pendant qu'on s'étourdit avec des peccadilles. Hydro-Québec a eu les coudées franches et une marge de manoeuvre ultra confortable, même si 81 % des gens de la région Nord-du-Québec étaient contre le projet de dérivation de la Rupert. Pas grave, c'était juste des Indiens... Je vous souhaite une finale différente sur la Côte Nord. Très sincèrement. Au Québec, on n'est pas assez conscients de nos richesses, on devrait être plus fiers de ce qu'on a, on aurait le coeur de le défendre. Je pense à la Rupert, à l'Harricana, la Pontax, la Broadback, et tellement d'autres, comme La Romaine. Et que dire de notre eau? De notre sous-sol? De nos forêts? Je m'arrête ici mais c'est pas parce que je manque d'arguments!

@ Esperanza : Il me semblait bien que je pouvais compter sur toi pour signer ça ♥

Le factotum a dit…

Ton ami itinérant vagabondait dans le coin de Waskaganish la semaine dernière et a remarqué de visu le désastre causé par le détournement de la Rupert.

Destruction irrémédiable du couvert panoramique qu'on retrouvait à Waskaganish.

Déplorable, vraiment déplorable.

Jackss a dit…

Bonjour Zoreilles,

Ça fait du bien de lire tes commentaires sur Chercher le courrant. Ça me déculpabilise un peu.

Comme j'habite tout près du théâtre des opérations, beaucoup de détails contribuent à alimenter mes émotions. Et parfois, je m'emporte. Mes paroles dépassent ma pensée, mais si peu.

Quand j'exprime tout ce que je ressens, je me sens ensuite un peu mal à l'aise. J'aime mieux ressentir des sentiments positifs envers toute personne qui appartient, comme moi, à la race humaine. Mais il y a des jours où je suis un peu dépassé, pour ne pas dire découragé par tout ce que je vois.

Cette terre, cette nature si belle, si riche, si invitante, elle est à nous. Et ceux que nous avons élus pour nous représenter se comportent comme si c'était leur bien personnel dont ils peuvent disposer comme ils veulent, avec qui ils veulent, aux condidtions qu'ils veulent. Et en même temps, ils nous reprochent de vouloir une place à la table où tout se joue.

Tout le dossier des ressources énergitique est mené en tenant compte uniquement des considérations économiques. Notre qualité de vie, les intérêts de la majorité des habitants d'ici, la survie de la planète, ça n'est pas pris en compte.

J'ai vu hier dans un article scientifique que je pourrais retrouver que lorsqu'il y a des fuites de gazs de schiste, les effets sur le réchauffement climatiques étaient 21 fois supérieurs aux émanations de gaz carbonique dû au pétrole. Madame Normandeau a ridiculisé les écologistes; elle a dit qu'un puit émettait moins de gaz carbonique qu'une vache. Sur la Côte-Nord, on n'a pas de vache... :-)

L'actualité nous révèle qu'il y a beaucoup de fuites présentement.

Mais, j'ai quand même eu une bouffée d'air frais en entrant sur ton blogues. Tes photos. Elles sont merveilleuses. Elles nous donnent de bonnes raisons de défendre la nature.

Zoreilles a dit…

@ Le factotum : Waskaganish... Anciennement Fort Rupert. C'est là que se terminaient la plupart des expéditions de canot sur les rivières du Nord. Les gars ont vu les changements se produire au fil des années. Au début, on les accueillait au village avec du jus d'orange, des sourires, des poignées de main, les aînés étaient là, ils voulaient des nouvelles de la rivière, de la faune, de la pêche, les jeunes offraient de transporter les canots, etc... Ensuite, il y a eu les années de renvendications, l'accueil était mitigé, presque froid, tout tournait autour de la politique, les aînés n'étaient plus là, les adultes venaient en VTT, les jeunes portaient des vêtements de marque, demandaient de l'argent, refusaient de parler français. Waskaganish a beaucoup changé et pas pour le mieux. On t'a parlé des « beer's night »? Vaudrait mieux pas être dans le village ces soirs-là, il y a tant de violence. Le paysage, on n'en parle même pas, quand c'est rendu qu'on change la géomorphologie d'une rivière, d'un territoire entier, imagine ce que ça fait de dommage à l'humain, à la faune, à la flore... Le Nord ne nous appartient plus depuis longtemps. Déplorable, comme tu dis. Comment ça que personne n'en parle jamais de ça?

@ Jacks : Ne regrette pas d'en parler, nous sommes si peu nombreux à le faire et nous avons si peu de pouvoir, d'écoute, de tribunes pour le faire. Sur qui pouvons-nous compter? Toujours bien pas Greenpeace! Le temps et l'argent qu'ils investissent à faire brailler le monde entier sur le sort des phoques, ils empochent les dollars et ils construisent des ponts d'or pour laisser passer les bonzes de l'industrie pétrolière, gazière, minière et tout ce qui se trame dans notre dos, dans les grands bureaux des métropoles. Je ne suis pas toujours optimiste, mon cher ami, je ne ressens pas de la gratitude sur tous les sujets, tu le vois bien! Je ne sais plus quoi faire pour réveiller les Québécois qui dorment... au gaz!

Jackss a dit…

Bon point, Zoreilles

J'ai déjà fait des dons à Greenpeace. Mais je ne le fais plus. Quand on m'a sollicité par la suite, j'ai signnalé que je les appuierais quand ils seraient capables de choisir leurs combats.

Je crois, malheureusement, que cet organisme a vite été infiltré par d'autres groupes dont les intérêts sont pour le moins douteux.

J'ai beaucoup de gratitude pour ton écoute et tes appuis, Zoreilles. Et,je suis toujours heureux de voir le nombres de commentaires qui suit chacun de tes billets. C'est une manifestation assez éloquente.

Zoreilles a dit…

@ Jacks : Moi, j'enverrais pas non plus une vieille cenne noire à Greeenpeace! J'arrive de faire des courses en ville, en revenant, j'ai pris un café dans un resto où je lisais un journal que je n'achète jamais (je les boycotte)et j'apprenais qu'une cinquantaine de plaintes viennent d'être portées officiellement à la Sûreté du Québec par des chasseurs de phoques madelinots qui recevaient des menaces de mort et des courriels haineux du monde entier, particulièrement de l'Europe. Si tu voyais comme c'était violent, jusqu'à quel point ces mensonges de Greenpeace ont frappé fort, on n'a rien mis en doute dans leurs campagnes de salissage, on a cru toutes ces balivernes. Brigitte Bardot et ses semblables ont ben du pouvoir, ça a l'air... Pourquoi s'acharner sur eux, ces pêcheurs madelinots qui sont aussi chasseurs de phoques? Ils pratiquent pour ces quelques semaines un métier d'appoint, mal connu, méprisé, ils prélèvent un pourcentage infinitésimal d'une surpopulation de phoques pour préserver un minimum les ressources de pêche dont ils vivent, bien chichement d'ailleurs. Mais qui c'est qui a intérêt à les faire passer pour des êtres sanguinaires et démoniaques? On a même écrit sur des réseaux sociaux qu'on devrait s'en prendre à des membres de leur famille et répandre leur sang sur la neige. Ce commentaire venait de Montréal. Heille, c'est au Québec, ça, Montréal! Le monde est rendu tellement loin de la nature qu'ils ne connaissent plus la valeur d'une vie ni le cours normal des choses... Pour les commentaires ici, je te le redis, ne te fie pas aux chiffres, j'en écrit la moitié moi-même parce que je réponds à tous et l'autre moitié, ben... T'as juste à laisser un billet à l'affiche trop longtemps, les commentaires s'additionnent ♥

Lise a dit…

Zoreilles,

moi j'avais de la sympathie pour Greenpeace, et après m'être renseignée je n'ai plus la même vision. Je ne connais rien à la chasse, aux phoques ou autres, mais je sais que lorsqu'une espèce devient envahissante, au dépens des autres il y a danger.

Les humains aussi sont trop nombreux sur notre planète; nous envahissons l'espace d'espèces qui ont le droit de vivre, autant que nous, des espèces en danger ou en voie de disparition, qui ont besoin d'un milieu spécifique, mais ça humainement c'est difficile à reconnaître.

Je n'ai rien contre Brigitte Bardot, qui survit grâce à l'amour de ses animaux (innombrables chiens et chats adoptés, abandonnés par leurs humains); elle me fait de la peine cette femme, mais misère qu'elle et ses semblables (Greenpeace et autres) sont loin de la (cruelle) réalité de notre société.

La survie, pour tous et chacun c'est ça la réalité, et je vais aller lire les billets de Jacks...

Lise a dit…

Zoreilles,

poussée par ma curiosité j'ai fait une recherche à propos de Brigitte Bardot, pour découvrir qu'elle a une fondation. J'ignore si elle est associée à Greenpeace, mais en tout cas je ne suis pas allée plus loin que la page d'accueil; les titres étaient déjà trop pour moi. Je ne veux pas être manipulée, d'autant que je ne vais pas bien émotivement (rien de grave) ces jours-ci.

Et là je vais lire Jacks, pour vrai!

Solange a dit…

Tu n'écris pas de billet, mais les commentaires sont de vrais bijoux. Je viens de les lire et je suis aussi révoltée par tout ce qui se dit et se fait pour nous nuire. Quand on sait que les grandes compagnies font bien plus de tort que nos pêcheurs, mais ils ont les moyens de se défendre eux.

Le factotum a dit…

"On t'a parlé des « beer's night »? Vaudrait mieux pas être dans le village ces soirs-là, il y a tant de violence."

Je sais bien de quoi tu parles ...

Je dois visiter régulièrement les 24 villages autochtones du Nord du Québec desservis par le gouvernement.

Le manque flagrant de logements deviendra une des principales causes de l'augmentation de la violence au Nord.

Et que penser des grands projets d'annarchements des rivières près de Whapmagoostui et Kuujjuaraapik.

Un dossier qui devient de plus en plus préoccupant.

Le simple citoyen ne connait rien de ces réalités ... On lui cache bien ces dossiers...

Zoreilles a dit…

@ Lise : Bien sûr que Brigitte Bardot a sa propre fondation. Ses actions sont probablement louables à certains égards. Je ne dis pas qu'elle fait tout de travers, je rejette seulement ses actions avec lesquelles je ne suis pas d'accord. D'ailleurs, elle est victime de plus puissant qu'elle, la madame, on se sert d'elle, on la manipule pour atteindre d'autres objectifs que les siens. Elle ne le soupçonne même pas. Ses crises hystériques quand elle débarque chez nous, au Canada comme elle dit, attirent irrémédiablement les médias du monde entier, trop ravis de braquer leurs objectifs avec leurs zooms puissants sur cette star déchue, aigrie et misanthrope. Ils en font leurs choux gras pendant des semaines. Au fond, je la plains, Brigitte Bardot, mais je constate qu'elle fait beaucoup de dommages à ceux qui ne le mériteraient pas. Pour la surpopulation, je suis consciente de ça mais c'est pas le cas chez nous où il y a un habitant par km carré! À l'échelle planétaire par exemple, c'est un fléau auquel il faudrait trouver des solutions autres que les conflits armés.

@ Solange : Si tu savais comme je regrette de n'être pas capable en ce moment d'écrire de nouveaux billets ni même de commenter les vôtres que je lis toujours avec le même bonheur... C'est une situation temporaire, je t'assure. Merci de ta belle présence qui fait toujours chaud au coeur, particulièrement ce matin où nous avions un - 34 C au thermomètre extérieur... ♥

@ Le factotum : Tu connais si bien le Nord, je t'écouterais en parler pendant des heures. J'ai été obligée de regarder sur une carte, je savais où était Kuujjuaraapik mais j'ignorais où était Whapmagoostui et finalement, c'est tout près. J'ignorais qu'on voulait arnacher aussi cette partie de la Grande rivière de la Baleine. Le simple citoyen ne sait vraiment rien de tout ça. Comment se fait-il qu'on connaisse si peu notre Québec? Que personne ne parle de ça, jamais? C'est pour nous dépouiller de nos richesses sans qu'on lève le petit doigt? Nous avons des journalistes, des cinéastes, des chefs d'entreprises, des artistes, etc. Mais j'y pense, ça prendrait plus de gens qui prennent ça à coeur mais surtout, qui ont les moyens financiers de partager ce qu'ils pensent. Je vais citer mon ami Jacks, « quand y a une piasse à faire, y a toujours des volontaires ». Tiens, j'ai une idée folle... On devrait lancer une nouvelle téléréalité, du genre La Course destination monde mais autour du Québec seulement. Avec des concurrents triés sur le volet, des prix prestigieux, pas de jury à l'esprit étroit mais le vote du public chaque semaine jusqu'à la grande finale. En partant, l'un des critères de base serait de mieux faire connaître le Québec dans son ensemble. On jase là... ;o)

Lise a dit…

Chère Zoreilles,

je suis tellement d'accord avec ta réponse à mes derniers commentaires, d'autant plus que je viens d'écouter un reportage à Télé-Québec (Planète Bleue), à propos des espèces vivant dans le Pacifique (entremêlé d'histoire avec des explorateurs Européens), et je me suis forçée à l'écouter jusqu'au bout, histoire de me rappeler que la nature est cruelle et ne fait pas de cadeau.

J'ai vu des requins (espèce mal-aimée et indispensable) se nourrir de jeunes albatros apprenant à voler, venus se poser sur l'eau, et des oiseaux se nourissant de poussins (volés sous les yeux de leurs parents), du cannibalisme si on veut.

À travers ça il y avail l'histoire de marins Européens égarés (j'ai oublié l'année) qui pour survivre avait mangé un de leur compagnon mort. Ouache! Je me suis obligée à tout regarder, histoire de ne pas verser dans un sentimentalisme exagéré (ce que j'ai tendance à faire), comme ceux justement qui sont incapables de comprendre qu'il y a un équilibre dans la nature et que tout est une chaîne. Lorsqu'elle est brisée, à cause d'une espèce disparue, ou d'autres trop nombreuses, l'équilibre est rompu.

Merci Zoreilles pour ta réponse bienvieillante et réfléchie, comme elles le sont toutes d'ailleurs...

Le factotum a dit…

Et que dire de ce que le gouvernement s'apprête à faire du côté minier en catimini ... avec son plan Nord.
Essaie de déchiffrer ses communiqués de presse.
Que se passe-t-il du côté de Kangiqsujuaq, présentement ...
La seule information disponible présentement:
www.mrnf.gouv.qc.ca/presse/communiques-detail.jsp?id=8780

Zoreilles a dit…

@ Lise : La nature ne fait peut-être pas de cadeau mais je ne dirais pas qu'elle est cruelle. Le cycle de la vie et de la mort est normal, inévitable, et la nature, si on la laissait un peu tranquille, elle s'auto-régulerait. J'en veux pour preuve les martres qui mettent au monde le nombre de petits très exactement adapté à la nourriture disponible sur le territoire, c'est bien fait. J'en veux pour preuve aussi le nombre de lynx dans une forêt qui se nourrissent des lièvres et des perdrix. Quand ils ne suffisent plus à les bouffer, il se déclenche une maladie chez les lièvres, la tularémie, qui vient décimer toute une population de lièvres quand il y a surpopulation de cette espèce. Un cycle de 7-8 ans à peu près. Même chose pour les castors, pour la meute de loups qui s'agrandit ou pas, et tout le reste. Je crois que les humains répondent inconsciemment à ce genre de loi naturelle aussi mais tout ça peut être faussé par l'ambition de l'Homme, la course aux profits, la méconnaissance ou l'ignorance volontaire de ces lois naturelles. Pour en finir avec Brigitte Bardot et ses semblables, si elle prenait tant à coeur le sort des phoques, elle se battrait plutôt contre l'exploitation pétrolière d'un gisement comme Old Harry, au large des Iles de la Madeleine. C'est juste un exemple.

@ Le factotum : J'ai l'habitude (très dérangeante d'ailleurs) de décoder la vérité sous-jacente dans un communiqué de presse. On dirait que j'ai des yeux rayons x pour ça, l'intention m'apparaît comme surligné en jaune, c'est ben ben fatiguant... Les minières sont rendues sophistiquées dans leurs relations publiques, elles embauchent les meilleurs consultants en communication, des fabriquants d'images aussi brillants que ceux qui travaillent en politique mais mieux payés. Les minières, les gazières, les pétrolières ont les moyens, encore plus que les politiciens, sans la contrainte de devoir se faire élire aux 4 ans. Je m'arrête ici, je deviens aigrie là...

crocomickey a dit…

Le pire avec Greenpeace, c'est qu'il existe une armée de jeunes convaincus qui "contribuent" à Greenpeace en faisant du porte-à-porte pour ramasser des dollars qui, en fin de compte, vont servir à transporter et voyager quelques millionnaires qui font le tour du monde en première classe pour aller faire leurs coups d'éclats sur et avec des bateaux dispendieux ou autres bidules onéreux en comptant des énormités nullement appuyées scientifiquement. Quand je vois (rarement) de ces jeunes venir sonner à ma porte, c'est le discours que je leur tiens, avant de leur demander de quitter poliment.

Zoreilles a dit…

@ Crocomickey : Tu ne pouvais pas mieux résumer ce qui se passe réellement. Mais si toi et moi, on sait ça, d'autres le savent aussi. Comment ça qu'ils peuvent continuer impunément de faire de la fausse représentation, de la fraude même? C'est vrai qu'il faut être drôlement puissant pour s'attaquer à Greenpeace, ils sont forts... et fointés! J'ai vu comment ils agissent partout dans le monde, comment ils achètent des pages entières du Times Magazine, des grands journaux, ils financent des films de propagande, etc. Les médias nous présentent leurs coups d'éclat sous un angle particulier, on a le goût d'y croire. Et même de les encourager. Ça marche. Si je n'étais pas au courant de leurs actions aux Iles, je n'aurais peut-être jamais ouvert l'oeil là-dessus. J'aime mieux les organismes qui oeuvrent sur le plan local, régional, national, comme l'ABAT (Action Boréale Abitibi-Témiscamingue), la Fondation Rivières (au Québec), la coalition Pour que le Québec ait meilleure mine (au Québec). D'ailleurs, ceux-là, on les reconnaît facilement, ils sensibilisent la population autant que les décideurs et ils ne nous demandent pas d'argent, sauf un petit montant symbolique pour une carte de membre, parfois, même pas tout le temps.

Le factotum a dit…

Suite à une rencontre, nous avons appris que les redevances minières s'établissaient à 16 % des revenus nets.
Imagine, l'ensemble des compagnies minières n'ont réussi qu'à payer 27 millions en impôt l'an dernier.

Le plus bas taux au monde ...

Que se passe-t-il avec nos élus ?

Claire a dit…

Ma belle Zoreilles,

Partir de la gratitude, pour arriver à Brigitte Bardot, faut le faire!
Je pense à toi, je m'ennuie et espère de bonnes nouvelles! Je t'embrasse xxx
ainsi que Lise : rouvre ton blogue qu'on puisse jaser un peu, toi!
;)

Jackss a dit…

On se pose de bien bonnes questions! Au moins, on en parle. Mais il y a un problème à mes yeux: l'usure du temps. J'ai tellement tempêté, dénoncé, que je suis rendu à me sentir mal à l'aise. J'en suis venu à me trouver trop négatif.

Et je crois qu'il y a là un effet recherché. Ceux qui tirent les ficelles se plaisent à dire que les québécois disent non à tout.

Zoreilles a dit…

@ Le factotum : Je poserais même la question plus largement : Que se passe-t-il avec nos dirigeants d'institutions? Ces 27 M $ d'impôt l'année dernière pour l'ensemble des minières ont-ils réellement été payés et encaissés au ministère du Revenu? J'en doute. Encore aujourd'hui, j'apprenais que la minière valdorienne Northern Star Mining déclarait faillite. Ses dettes seraient de plus de 40 M $. Il doit bien y avoir de l'impôt pas payé là-dedans? La difficulté vient entre autre du fait qu'on ne peut jamais mettre de nom ou de visage sur ces phénomènes qui nous gouvernent bien plus que nos gouvernements, ce sont des investissements, des chiffres, des compagnies à numéro, et personne n'est vraiment imputable en bout de ligne. Comment comprendre qui c'est qui tire les ficelles de notre développement? Pas nos élus, en tout cas, ils sont seulement les pantins!

@ Claire : Maintenant que tu le dis, gratitude et Brigitte Bardot, je vois pas de lien non plus! Toujours en attente des nouvelles, je te remercie d'espérer avec moi...

@ Jacks : Oui, moi aussi, quand je parle de ça ou que j'en discute avec d'autres personnes, j'ai l'impression d'être dans le négatif, de creuser une spirale infernale et infinie. D'un autre côté, je n'aime pas qu'on nous prenne pour des imbéciles heureux qui croient tout ce qu'on veut leur faire croire. Voilà pourquoi j'ai besoin de me tenir loin de l'actualité et de la politique, au moins dans mon blogue. Mais quand ces discussions et ces échanges se présentent, j'embarque souvent avec fougue! Qui va parler de ça si on n'en parle pas, nous? Il y a peu d'hommes et de femmes libres, tu le sais bien. C'est Pauline Marois qui le disait encore aujourd'hui, à propos du choix de Lucien Bouchard pour remplacer André Caillé. On lui faisait remarquer que Bouchard était un rassembleur, un as des relations publiques, etc. Elle a répondu : « Oui, mais il a un patron maintenant! » et j'ai trouvé que ça valait toutes les analyses qu'on pourra faire dans les prochains mois.

Mijo a dit…

Juste un petit bonjour en passant.

Zoreilles a dit…

@ Mijo : Et un câlin aussi... ♥

Anonyme a dit…

Les bonnes idée fusent de partout ici......ils ne nous restent qu'à nous présenter aux assemblées, aux audiences, aux conventions, aux élections........aux urnes pour commencer!!

Jackss a dit…

Bien dit anonyme!

Les idées sont riches et variées. Le niveau de discussion est à mon gout et les idées ne manquent pas.

Je trouve utile parfois de me valider ici en particlier. Pourtant je crois à mes idées. j'y crois trop à certains jours. Mais si on me rassure, je fais vite le plein d'énergie.

Nous en avons beoin plus que jamais parce que les enjeux sont énormes.

Si vous n'avez pas lu le dernier billet de Barbe blanche sur les mines, courrez vite le lire. Ça nous éclaire beaucoup.

Zoreilles a dit…

@ anonyme 17:54 : Mais pour ça, il faudrait d'abord être informé, se sentir concerné, ce qui n'est pas le cas actuellement, sauf quelques rares exceptions. Le temps consacré par les grands médias nationaux à l'information spectacle, aux chiens écrasés, aux vox pop sur la rue et au sensationnalisme, ça enlève un précieux temps d'antenne à tout ce qui se passe réellement dans les coulisses des régions. Ça fait l'affaire de nos dirigeants. Pour être informé adéquatement aujourd'hui, il faut s'abreuver à de nombreuses sources, très diversifiées, pour pouvoir ensuite faire la part des choses et exercer son jugement. Ce serait déjà un début...

@ Jacks : Oui, j'ai lu hier le dernier billet de Barbe blanche. Il en faudrait plus des gens comme lui, on devrait leur donner un micro, une tribune, une chronique régulière dans notre actualité. De sa Gaspésie si solidaire du Québec, il rapporte un fait dont tous les Québécois devraient être conscients. Ce qu'il met en lien, c'est un article qui résume une situation qu'on vit ici au quotidien, dont on entend parler en long et en large. Pourtant, ça ne sort jamais de l'Abitibi-Témiscamingue, ces nouvelles-là et les débats qui s'en suivent. Heureusement qu'il y en a qui ouvrent l'oeil et le bon. Ça me touche beaucoup que ça vienne d'un fier Gaspésien.

Quand les gens de la Côte Nord se mobilisaient contre l'exploitation d'un gisement d'uranium près de Sept-Iles, j'étais avec eux à 100 %, je suivais ça dans les médias, j'étais interpellée comme si ça avait été chez nous. C'est ça, la conscience du Québec, qu'on se sente touchés par les enjeux qui nous concernent, partout au Québec. Les rivalités, ça nous divise terriblement, l'indifférence fait les mêmes dommages. Et pour la fin de l'histoire, disons que l'exploitation d'uranium, ça va se faire dans la région Nord-du-Québec à la place. Personne ne va rien dire, tout se met en place actuellement dans la plus parfaite indifférence des Québécois... Au moins, le gaz de shiste, comme ça se passe où il y a une forte densité de population, ça va attirer l'attention sur la Loi des mines, au-dessus de la loi divine, c'est ce qu'on dit par ici!

La mise à jour de l'article rapporté par Barbe blanche, on la trouve dans tous nos médias régionaux depuis hier.

http://www.radio-canada.ca/regions/abitibi/2011/01/27/002-malartic-comite-vigilance.shtml

Le comité de vigilance de Malartic, ce sont des héros du quotidien, version 2011, des David citoyens impliqués contre des Goliath de compagnies minières immensément powerfull.

Soisig a dit…

"Comment ça qu'ils peuvent continuer impunément de faire de la fausse représentation, de la fraude même?"
Ben parce qu'ils gueulent plus fort... Ils n'ont pas besoin d'être nombreux mais gueulards, pas comme nous!!!

Et copmme ANONYME@ a dit: "ils ne nous restent qu'à nous présenter aux assemblées, aux audiences, aux conventions, aux élections........aux urnes pour commencer!!"

Bon la madame est brûlée, elle va essayer de dormir sa 2e heure en 24h, hihihi!

Barbe blanche a dit…

Zoreille mon amie, j'ai copié sur mon mur fesse bouc, le texte que tu propose au sujet du comité de vigilance de Malartic.

Je me permet de présenté ici, un reportage du Pharillon, journal local de la pointe de la Gaspésie, "dénoncer les méthodes des minières face à leurs pratique devient hasardeux."
Voici la manchette du journal:

Pétrolia dépose une poursuite contre Le Soleil et Ugo Lapointe


Le Journal - MCC
Général - Publié le 26 janvier 2011 à 11:35

Selon Petrolia, le quotidien Le Soleil a rapporté à son égard, le 3 décembre 2010, des accusations fausses et diffamatoires.



Le 26 janvier dernier, Petrolia annonçait qu’elle a déposé le 20 janvier 2011 au greffe de la Cour supérieure à Québec, une Requête introductive d’instance réclamant solidairement à 3834310 Canada inc. de Montréal, propriétaire du quotidien Le Soleil de Québec, et à Ugo Lapointe, porte-parole de la Coalition pour que le Québec ait meilleure mine! des dommages moraux de 300 000 $ et des dommages exemplaires de 50 000 $. Cette requête fait suite à la publication d’un article paru dans l’édition du 3 décembre 2010 du journal Le Soleil qui rapportait des accusations fausses et diffamatoires portées par Ugo Lapointe contre Pétrolia.

Engagement de Petrolia

Dans sa requête, Pétrolia s’engage à faire don à des organismes sans but lucratif de la Gaspésie dévoués au développement de l’emploi et au développement économique de leur région, le produit net de la totalité de toutes sommes qui pourraient lui être accordées par le tribunal. Le procureur de Pétrolia est Me Claude-Armand Sheppard du cabinet Robinson Sheppard Shapiro à Montréal.

Le texte de la requête peut être consulté sur le site internet de Pétrolia à l’adresse : http://petroliagaz.com/fr/investisseur/parle.php

Accent Grave a dit…

À première vue, «traiter» quelqu'un d'optimiste c'est comme «traiter» quelqu'un d'intelligent ou de belle personne. On m'a déjà «traité» de «riche». J'ai dit : merci, mais je ne paie pas pour les compliments.

Je comprends toutefois ce que vous dites et je comprends aussi que l'éternel optimiste, le jovialiste heureux puisse tomber sur les nerfs, surtout quand la situation est désespérée!

Votre gentillesse envers tout le monde fait que pour vous, c'est peut-être difficile à encaisser. Ne vous en faites pas, avoir quelques détracteurs, c'est sain! Savourez ce reproche, les ennemis sont précieux, trop rares.

Et puis, vous savez faire la part des choses, vous savez vous révolter et vous offusquer, nous le savons aussi.

J'aimerais bien vous acheter ce nouvel annemi, donnez-lui mon adresse courriel s.v.p! J'aime ces détracteurs, peut-être me trouvera-t-il une qualité à détester, un rêve...

Accent Grave

Zoreilles a dit…

@ Soisig : Je pense qu'on pourra se permettre d'être moins gueulards le jour où l'on aura un micro, une tribune, du temps d'antenne, de l'espace public, un droit de parole et un minimum d'écoute de la population en général. D'ici là, ce sont les stratèges des relations publiques qui se font entendre là où ça compte. Ils n'ont pas besoin de parler fort, juste d'avoir du cash pour s'acheter du temps d'antenne et de l'espace publicitaire... Je suis cynique, je sais, mais je vois tellement d'affaires tordues dans l'univers médiatique... Bon dodo, ne laisse pas les préoccupations t'enlever de précieuses heures de sommeil!

@ Barbe blanche : Merci de le publier, cet article, j'en avais été informée également, j'ai reçu le communiqué de la coalition Pour que le Québec ait meilleure mine, par l'entremise de GÉCO (Groupe éco-citoyen) dont je suis membre également, comme de l'Action boréale, de la Fondation Rivières et tout ce que je peux, qui va dans le sens de mes préoccupations environnementales et sociales. On s'attaque à coups de poursuites à ces défenseurs que sont ces organismes et leurs porte-parole. C'est signe que ça dérange, donc, qu'ils commencent à avoir une certaine portée. On a fait même des menaces de mort à Richard Desjardins dans le temps qu'il dénonçait la toute puissante Noranda Mines, c'était avant qu'il soit connu ailleurs que chez nous. On a fait passer pour fou le dernier résistant, exproprié par Osisko, à Malartic, ça se passait en 2010. Et tellement d'autres... Ceux qui défendent ce qu'ils croient, on leur fait payer cher leur implication, leurs convictions. Ça prend du monde qui n'ont rien à perdre ou qui agissent dans l'ombre. Ce sont eux que j'appelle mes héros du quotidien.

@ Accent Grave : Ne vous en faites pas pour moi, je ne me suis pas remise en question très longtemps, quelques heures seulement, juste avant d'écrire ce billet, le 5 janvier dernier! En fait, cette personne qui m'avait « traitée » d'optimiste en m'assurant que ça tombait parfois royalement sur les nerfs, quelques jours plus tard, cette personne m'avouait que ça devenait invivable lorsque je ne l'étais plus, optimiste... lorsque je ne faisais plus preuve de la gratitude qui est ma marque de commerce en quelque sorte. Je n'essaie plus de plaire à tout le monde à tout prix depuis au moins... dix ans. Le bien que ça fait? La liberté que ça apporte? J'aurais tellement voulu comprendre ça avant! Et je n'ai pas votre adresse courriel, comment pourrais-je la donner à mes détracteurs pour vous les envoyer, avec une passe sur la palette? Votre humour pince-sans-rire est toujours aussi suave! Vous me faites du bien...

Le factotum a dit…

Alors, je suis votre itinérant qui agit dans l'ombre ...
Bonne journée.

Lise a dit…

Zoreilles,

optimiste oui tu l'es, mais pas du tout déconnectée de la réalité. Tu n'es pas de ces gens qui dansent sur un nuage ésotérique; tout le monde il est beau tout le monde il est gentil, et ce que vous faites (même vos pensées) vous revient, en bien comme en mal.

La pensée magique ça ne fonctionne pas toujours, sinon comment expliquer les injustices de la vie...

Bon, j'aimerais juste savoir comment tu vas et n'ose pas m'inviter en privé, devinant que tu as besoin de l'amour de ta famille. Nous sommes déjà gatés par tes réponses ici.

Mais il ne t'es jamais arrivé de rester si longtemps sans écrire un nouveau billet, alors normal de s'inquiéter...

Lise ♥

Air fou a dit…

Saperlipopette, Zoreilles!

J'étais certaine d'avoir laissé un commentaire ici, la magie de cette passation de moments magiques entre maman et Félixou, que l'on devine sans peine sur arrière-fond Zoreilles et son amoureux.

Fichtre! va falloir que je supprime mon blogue « Merci la vie »? Moi qui suis tellement allergique aux religions!!!

On en met-tu des affaires sur le dos de la religion, quand même, comme si c'était de là que tout était parti! Faut plus se sentir coupable sans se sentir coupable de se sentir coupable, faut plus partager ça fait évangéliste, faut plus aimer la vie, avoir le sens du merveilleux, remercier car cela fait appel aux esprits???

Quand même assez cocasse quand on pense que ce sont plutôt les religions monothéistes qui ont piqué de millénaires valeurs de survie et les ont encadrées pour des fins pas très catholiques (ou le contraire! Hihihi!)

Je viens de m'absenter un fichu de bon moment justement parce que j'étais super occupée à offrir, partager, cueillir du bonheur. Ce qui donne des forces pour s'investir ensuite dans les transformations auxquelles on souhaite contribuer dans notre société.

Gratitude a pour moi une résonnance nouvel-âgiste. Et c'est donc ce courant spirituel qui fut inspiré de la reconnaissance, du merci à la vie aussi vieux que la vie qui ne fut pas éteinte par un quelconque danger!!!

La santé, il me semble que tu en fabriques beaucoup. Je te souhaite le meilleur possible par ton mode de vie sain et tout ce qui t'entoure. On attendra des nouvelles avec toi.

Zed ♥

Zoreilles a dit…

@ Le factotum : Alors, bienvenue dans le club!

@ Lise : Effectivement, en 4 ans, je ne suis jamais restée si longtemps sans écrire un nouveau billet et sans participer aux blogues de mes amis... Dès que j'ai des nouvelles, vous en aurez aussi, quelles qu'elles soient, c'est promis. D'ici là, je n'ai pas l'élan qu'il faudrait pour m'investir plus que ça et je m'en tiens à l'essentiel. Ça ne devrait plus être très long maintenant...

@ Zed : Hors de question que tu supprimes ton blogue Merci la vie, ces initiatives sont d'autant plus précieuses parce que rares, tu ne trouves pas? Mais c'est quoi le rapport avec la religion? Je ne le lis nulle part, pas dans mon billet ni dans les commentaires, à part le tien. Mais puisque t'en parles... ;o) Je trouve qu'on a tout jeté par rapport à ça, on aurait pu conserver le meilleur et s'affranchir du reste, il me semble. Aujourd'hui, c'est la santé publique qui est la nouvelle religion et on la pratique avec une ferveur aveugle dans notre société, je suis à même de le constater, crois-moi! La religion catholique n'a jamais été pour moi ni pour personne de ma famille un carcan, un empêchement, une série de règlements, des croyances sans allure, de fausses notions du bien et du mal, de la réussite ou de l'échec. Bien au contraire. C'est pourquoi je ne rejette rien, jamais jamais, tu le sais maintenant, depuis le temps que tu me lis. Je cherche, j'écoute, je me fais ma propre idée, je reste ouverte à en changer, je suis prête à en discuter, j'aime l'exactitude des faits même dans la nuance et je poursuis mon chemin en étant fidèle aux valeurs qu'on m'a inculquées, qui font mon affaire, et qui sont très proches de la religion dans laquelle j'ai grandi : amour, justice, sincérité, liberté, solidarité, ce qui se traduit toujours pour moi par « Aimez-vous les uns les autres ». De là découle le reste, le respect des autres, de moi-même, de la nature, une sorte de gratitude, de confiance en la vie et en nos possibilités, une recherche de la justice et de la liberté dans les pensées, les actions, tous ces petits gestes qu'on pose dans notre quotidien. Malgré tout, mon credo, je ne lui mettrais pas l'étiquette de religieux mais plutôt d'humain. Je ne renie pas d'où je viens. C'est la sorte de foi que j'ai voulu transmettre. Non pas dans mon propos mais dans ma façon d'être et de vivre. C'est aussi celle que j'ai reçue. Je réfléchis beaucoup à la pérennité des choses en ce moment. Tu crois que je fabrique de la santé, toi? ;o)

Air fou a dit…

J'aurais dû mentionner, pardon...

« @ Mijo : Tiens, c'est curieux, pour toi aussi (quelques autres personnes ont mentionné ça) le mot gratitude a une connonation un peu religieuse, dans le sens de pratique religieuse... Ce n'est sûrement pas un hasard. Une optimiste naïve, j'aime bien ton code barre, je pense qu'on a le même! »

L'histoire nous dit que ce sont les religions qui ont repris des valeurs existentes et les ont encadrées, ont trouvé à mettre des « saints » dessus, etc.

Jeter toute la religion ou toutes les pour moi ne revient donc aucunement à en rejeter toutes les valeurs. Ce ne sont pas des valeurs qui leur appartenaient au départ.

Est-ce que je jette le bébé pour garder l'eau du bain ou l'inverse?

Oui, pour moi, tu fabriques de la santé. Je demeure persuadée que l'attitude face à la vie, notre mode de vie, l'exercice, l'alimentation, tout ce que tu sais... Une attitude comme la tienne renforce le système immunitaire tandis que le contraire fait l'inverse avec les nuances à apporter bien sûr. Rire c'est de l'endorphine gratuite. C'est la vie et la survie, non?

Prends bien soin de toi, Zoreilles.

Zed ¦)

Zoreilles a dit…

@ Zed : C'est bien trop vrai, j'avais oublié ce bout-là, tu me cites et ça me revient, quelques personnes ici avaient fait un certain rapprochement entre le mot gratitude et ce qu'il évoquait de vaguement religieux pour eux... Skuze-moi, faut pas faire attention, j'ai la tête ailleurs, probablement plus avec le bébé qu'avec l'eau du bain d'ailleurs, s'il me faut faire un choix! Côté attitude, c'est vrai, la mienne est assez bonne pour la santé habituellement, même ma médecin de famille me l'a dit souvent, elle qui se prenait parfois pour une amie, parce qu'on se connaît depuis longtemps, que nous avons le même âge et des filles du même âge, c'est dommage qu'actuellement, elle doive se battre contre une récidive du cancer... Pour de saines habitudes de vie, la nouvelle religion prônée par les ayatollahs de la santé publique, c'est une autre affaire, je suis loin du 0-5-30 (0 tabac - 5 fruits et légumes et 30 minutes d'activité physique). Ma seule bonne note, c'est le 5 du 0-5-30! Pour le reste, je coule l'examen, je vais rester avec les cancres, ils vivent vieux. Probablement qu'ils produisent beaucoup d'endorphines et de dopamine!!! Sérieusement, je te promets de prendre soin de moi, croix de bois crois de fer, si je meurs j'irai en enf... oups, je crois pas à ça, l'enfer! ♥

Barbe blanche a dit…

Cancer, maudit que nous ne l'aimons pas ce mot là, le médecin a même eu le plaisir de m'en retirer deux, un sur la tempe, l'autre me jouait dans le dos, comme disait ce commantateur sportif, "Bonsoir, ils sont partis".
Ils ont été pris à temps, tout semble ben correct.

Lise a dit…

Zoreilles,

je suis désolée de mon dernier commentaire, que j'aurais dû taire (ça rime et c'est involontaire). Misère!

Je crois qu'il est temps que j'ouvre vraiment un blogue, ou disparaisse définitement dans la brume, plutôt que squatter celui des autres. Prends le temps qu'il te faut Zoreilles; est-il nécessaire de dire que nous reviendrons toujours.

Tu fumes, on le sait, ça ne nous empêche pas de t'aimer. Le cancer, ce mot si effrayant, ne fait pas vraiment de distinction, en fin de compte. Les non-fumeurs peuvent être atteints aussi; le stress excessif peut être cause, ou même rien du tout. Le hasard aveugle de la vie (que certains appellent Dieu)et qui est indifférent à ce qui se passe sur notre petite planète, quoi qu'on en dise...

Prends soin de toi Zoreilles, c'est cliché de le dire mais je le pense vraiment!

Lise xx

Lise a dit…

définitement??? DéfinitIVement, misère!

Zoreilles a dit…

@ Barbe blanche : Le teint pâle, le cheveu à l'avenant, les yeux bleus, nous sommes toi et moi très à risque pour ces cancers-là, très localisés, de même que les cataractes. J'ai fait des cataractes très jeune pour ma part, l'oeil gauche à 31 ans, le droit à 42 ans. Nous devons être très vigilant avec le soleil. Tu dois porter de grands chapeaux maintenant? La crème solaire ne suffit pas. Ces cancers se traitent bien, il paraît, tu en es la preuve.

@ Lise : Ne sois pas si dure avec toi-même, les commentaires et les visites sont toujours des privilèges dont on se sent honorés. Si tu te punis, tu nous punis aussi, c'est dommage... À propos du cancer, l'image qui me vient, c'est celle d'un tireur fou dans une foule, on veut juste pas être dans les premières rangées! Depuis qu'on n'a plus le droit de fumer nulle part, et c'est très bien ainsi, beaucoup de gens que je côtoie ignorent que je suis fumeuse. Ah je fume pas beaucoup mais je les fume intensément, passionnément, de tout mon coeur. Je fais jamais rien à moitié, moi... ;o) Une chance que je bois pas et que je prends pas de dope!

Zoreilles a dit…

Petite réflexion pas rapport...

Au sujet de la foi, de la confiance en la vie...

C'est parce que je « m'enfarge » toujours dans la première photo de ce billet et chaque fois je me fais la même réflexion...

Avoir confiance, c'est ne pas douter... De rien... La beauté de l'enfance, l'innocence, la candeur, c'est un cadeau précieux, on ne l'apprécie pas au moment où on l'a...

Petite Félixe appelle les pies de tout son coeur, elle est sûre qu'elles vont venir « Les pies, viens manger du pain » qu'elle leur criait, ses yeux étaient invitants, expressifs, confiants, elle était sûre que les pies viendraient, elle ne savait juste pas quand.

Isabelle, déjà, a un sérieux doute dans ses yeux, une petite peur que les pies ne viennent pas. Pourtant, c'est elle qui a le pain dans sa main. Même sa voix voulait se faire enjôleuse, un peu suppliante, je m'en souviens, c'est moi qui prenait les photos.

Dans mon billet du 25 décembre, j'ai mis la photo de la minute d'ensuite, quand les pies sont venues. Isabelle a l'air soulagée et Félixe trouve ça tout à fait normal. Pas impressionnée du tout, la Félixou... En fait, c'est qu'elle n'a jamais douté, ELLE.

Et moi là-dedans? J'ai bien trop développé la science du doute, je devrais prendre exemple sur Félixe. On a toujours tellement à apprendre de plus petit que soi...

Martine a dit…

Je m'arrête donc juste le temps de te dire bonjour, un mot de petit poids, mais toujours bon à prendre... Je passe souvent aux nouvelles !

Zoreilles a dit…

@ Martine : Quelle délicate attention, quelle aimable visite, quel bonheur que ce « bonjour, j'étais venue prendre des nouvelles ». Toujours rien, ma chère Martine, le temps passe tranquillement, et j'espère toujours, un peu figée moi-même...

Nicole a dit…

Bon matin cousine ! Moi aussi je viens souvent te lire en espérant de bonnes nouvelles pour toi. Trois semaines aujourd'hui... c'est long hein ? On va croiser les doigts pour que tu sois fixée très bientôt.
Gros câlins XX

Zoreilles a dit…

@ Nicole : Adorable Nicole... Hé que j't'aime donc, toi... T'as compté les jours autant que moi? Oui, trois semaines ont passé depuis l'intervention et je repense souvent à notre conversation de la veille, après les funérailles de Jacques. Et toi, ça va? L'inquiétude que t'avais, t'es fixée sur le sujet? Ah si je pouvais sortir de ma torpeur, on irait casser la croûte avec Lucie... Veux-tu bien me dire pourquoi on ne prend pas le temps de se voir autrement que dans les trop nombreuses funérailles? On devrait se donner rende«-vous pendant qu'on est en vie, Simonac! Si je m'en sors pas pire, j'ai l'intention d'ajouter deux ou trois choses dans ma liste des priorités. Tu m'arrives ce matin avec ton commentaire, t'es comme ce soleil magnifique qui éclabousse de lumière mon bureau en ce moment. Chère chère chère Nicole... ♥

Claire a dit…

On est une maudite gagne à croiser les doigts...
Laisse-toi bercer par tous tes amours ...et n'oublie pas ton cheval blanc...
Grosse bises!

Jackss a dit…

Bonjour Zoreilles

Ton blogue est toujours vivant. Ton dernier billet aura bientôt un mois. Et pourtant, les échanges n'ont rien perdu de leur saveur et de leur intensité.

J'avais l'impression d'avoir manqué quelque chose d'important. Le temps nous fait souvent trop défaut, ce qui m'amène à lire parfois une peu trop en diagonale.

Je me suis repris. J'ai tout relu depuis le début. Ce qu'on esprime est toujours aussi riche. Tu écoutes et relances avec un art qui te caractérise si bien. Tu as un bon code barre!

Si j'ai bien compris, que tu es en attente der résultats d'examens. Tu as bien hâte d'avoir l'heure juste pour pousser un grand soupir de soulagement. Malgré tout, tu puises au quotidien une foule de petits cadeaux de la vie qui fleurit autour de toi. Et tu as des mots d'encouragement pour tout le monde.

Je suis avec toi de tout coeur.

Le factotum a dit…

Toujours en déplacement au Nord du Nord, j'ai quand même une pensée quotidienne pour toi.
Tu demeures pour moi mon rayon de soleil quotidien.

Lise a dit…

J'aime beaucoup le commentaire de Claire, te disant de ne pas oublier le cheval blanc. Quelle manière touchante de te dire qu'elle pense à toi! Quelle belle sensibilité!

Dans mon cas, tu es la première que je visite le matin en ouvrant mon ordinateur, anxieuse d'avoir des nouvelles. Comme si je te connaissais en personne, pas seulement dans le monde virtuel...

Zoreilles a dit…

@ Claire : Tu peux en être sûre, je me raconte souvent l'histoire du cheval blanc, la crinière au vent, fort et fier, libre comme l'air, qui court dans sa prairie, en pensant rien qu'à son heureusité... Ton commentaire est si tendre et touchant, je le prends comme un clin d'oeil de mon Papa ♥

@ Jacks : Tu as saisi l'essentiel, je suis en attente des résultats d'analyse du pathologiste pour avoir l'heure juste sur la suite des choses en ce qui concerne ma santé. Ce que je souhaite, tu l'auras compris, c'est que le mot cancer ne signifie pas autre chose que NOTRE signe astrologique! Merci d'être là... de tout coeur avec moi.

@ Le factotum : Ah que voilà un baume bienfaisant... Le soleil se lève au Nord, je l'ai toujours dit! (Je fais ma comique là mais t'auras compris que c'est pour faire diversion que je fais une pirouette, dans le fond, je suis très touchée).

@ Lise : Fidèle, loyale, à l'écoute, respectueuse, c'est bien notre Lise, comme on la connaît. Je ne voudrais pas vous faire vivre ça, l'angoisse de l'attente qui s'éternise. Je suis désolée. Je ne sais plus comment c'est arrivé que j'en parle ici... Ah oui, ça me revient, c'est parce que je n'écrivais plus de nouveau billet. Tu sais ce que Crocodile Dundee et une amie me disaient hier soir? Que si ça avait été grave, j'aurais été rappelée avant ça. Cette hypothèse m'a souri ♥

Guy Vandal a dit…

Je passe souvent, mais je ne laisse pas toujours un commentaire...

Pis avant de continuer, j'aimerais te faire un énorme câlin. :o)

Cette semaine, en conversant avec une amie, il m'est venu cette réflexion: Parfois, on a deux petits lutins dans la tête, un qui doute et un qui ne doute pas...

C'est celui qui doute qu'il faut tasser, c'est pas toujours évident, je sais.

Mais ça demeure celui qu'il faut tasser!

XXX

Solange a dit…

Un petit bonjour en passant je venais aux nouvelles, pas de nouvelles bonne nouvelle!

Zoreilles a dit…

@ Guy : Merci pour le câlin ;o) et pour le p'tit lutin, ben... Celui qui doute pas, je lui ai jamais vu la face, moi, j'ai tout le temps été achalé par l'autre là, le fatikan!

@ Solange : Hé que je veux te croire... Penses-tu qu'ils ont perdu mon dossier? ♥

Jerry OX a dit…

Bravo Zoreilles pour cet ensemble , le texte très inspiré et fort bien écrit et illustré de manière poétique ! j'aime ! belle soirée Zoreilles !

Jackss a dit…

Zoreilles,

J'espère qu'ils ne l'ont pas perdu ton dossier. Mais je suis renversé par le manque d'efficacité. Je ne sais pas si tu as vu cette nouvelle. Il y a des médecins qui ont décité de ne plus attendre le Gouvernement pour informatiser leurs dossiers. Ils l'ont fait eux-mêmes et obtiennent des résultats étonnants. S'ils entendent par exemple qu'un médicament présente des dangers, ils peuvent immédiatement voir la liste de tous les patiens à qui ils l'ont prescrit.

Zoreilles a dit…

@ Jerry Ox : Merci tout plein mais si les images sont poétiques, je n'en prendrai pas le crédit, je n'ai eu qu'à appuyer sur la « gachette » quand ça se passait, en décembre dernier! Contente que ça te plaise, par exemple.

@ Jacks : Ouais j'ai vu ce reportage moi aussi, ça m'intriguait de savoir comment ils avaient réussi là où le MSSS échoue, depuis le temps qu'on entend parler du DSQ, que les délais sont reportés, que des sommes faramineuses y sont investies et qu'on n'arrive toujours à rien. Je côtoie de près le réseau de la santé et des services sociaux d'ici, ils ont tellement de problèmes informatiques quotidiens à régler, et ça, c'est avant de penser à soigner le monde et sauver des vies là! Je commence à penser qu'avec mon dossier médical, quelqu'un a appuyé sur CTRL + ALT + DEL pendant que je suis là à attendre des nouvelles... C'est pas parce qu'on rit que c'est drôle, mon cher Jacks ♥

Ton ti-frére a dit…

Toujours pas de nouvelles....j'ai une petite suggestion de lectures en attendant.
"Avard chronique"
aux editions Les Intouchables.

Bien sûr il est vulgaire et irrévérentieux....comme nous les aimons!

Barbe blanche a dit…

Quand j'ai vu le courriel m'informant d'un commentaire de ta part chez moi, le coeur m'a fait deux ou trois tours à la vitesse ultrason je me suis dit Zoreilles à eu de bonnes nouvelles et je me suis précipité ici.
Je constate, que tu attends toujours, je me dis, il n'y a rien d'alarmant à ce délais, car vois tu Zoreille, dans mon cas, chaques périodes d'attentes entre chaque examens et les résultats, il s'est écoulé quatres semaines, alors, je me dis que ton carême achève et que très bientôt, tu recevras le résultat te disant que tu vas parfaitement bien, que tu es pétante de santé et que tu n'as aucune raison de t'inquiéter.
Je sais, tu as vraiment hâte d'avoir la nouvelle officielle, nous sommes nombreux à attendre avec toi, à croiser le doigts très fort,( les miens sont presque bleus) mais en attendant, je sais,l'inquiétude persiste,mais ton chemin de Damas achève.
Yvon

Soisig a dit…

L'attente est longue... xox

Zoreilles a dit…

@ Mon ti-frére : Tu sais quoi? Je vais aller à la librairie cet après-midi et suivre ton conseil pour les chroniques d'Avard. Si tu l'as aimé, je vais l'aimer aussi, c'est sûr. Je veux m'en procurer un autre, celui de mon amie Jocelyne Saucier, chez XYZ, qui a été lancé à Montréal le 1er février. « Il pleuvait des oiseaux », c'est un roman mais son univers personnel ressemble au mien, on en a jasé souvent, j'ai hâte de la lire. Si jamais tu mets la main là-dessus... J'aurai de la belle lecture au campe en fin de semaine... et une pensée pour Noémie Ali. C'est demain son combat de boxe? Pourvu qu'elle mange pas de coups dans sa belle tite face... Dis-lui que sa marraine la déclare déjà vainqueur dans son coeur ♥

@ Barbe blanche : Je n'aurais tellement pas voulu vous faire vivre ça, j'en suis désolée. Je suis transparente, c'est bien de valeur, j'ai de la misère à être autrement. Depuis quelques jours, j'ai retrouvé un peu de mon élan, disons que l'angoisse de l'attente ne prend plus toute la place, c'est sans doute que les encouragements et les espoirs de tout mon monde auront fini par me sortir de ma torpeur. Et puis, c'est pas tout, j'accompagne Crocodile Dundee au campe en fin de semaine, un ressourcement dont tu peux mesurer les bienfaits. Merci pour tout, Yvon!

@ Soisig : Looooonnnnngue comme une nuit d'hiver, ma chère ♥

Joce a dit…

T'en fais pas son combat est remis au 25 fev. car "sa" adversaire ne pouvait pas.......et c'est tant mieux, en attendant Noémie s,est tourné vers un concours de mannequin au cegep, là elle est finaliste,des 200 candidats il reste 40 personnes pour 25 places.........Je me dis que si elle est choisie et que le défilé est le 26 ou 27.....y aura un conflit de loisir!!! Tsé un mannequin avec les yeux aux beurres noires!!!!
Je me demande lequel des 2 activités est plus...saine!

Joce a dit…

Ah oui...une bonne nouvelle, Jean-Mi est accepté à la cité collégial d'Ottawa pour l'an prochain....option journalisme ou production télévisuel.
Il optera pour le journalisme.

Zoreilles a dit…

@ Joce : Sacrée Noémie, elle réussit tout ce qu'elle touche, elle. En plus, elle fait ça en souriant. Là, elle va avoir un méchant conflit de loisir en effet parce que je suis sûre qu'elle va se rendre en finale comme mannequin. C'est dans la boxe que je l'imagine mal, elle a en elle le même genre d'agressivité que sa marraine, c'est-à-dire pas du tout! N'empêche que c'est une go-getter, comme Jean-Mi. Bravo pour la Cité collégiale d'Ottawa, j'en ai jamais douté pour lui non plus mais c'est toujours mieux quand c'est confirmé! Son option m'étonne, journalisme, j'aurais cru qu'il aurait plutôt opté pour production télévisuelle. De toute manière, le monde des com, on voyait ça dans lui depuis tout petit, il sera vraiment dans son élément. Un petit voyage en vue dans l'Outaouais pour vous autres bientôt, pour lui trouver un apparte et l'aider à s'installer...

Barbe blanche a dit…

Ne sois pas désolée, des amis, c'est fait pour partager,partager les rires commes les angoisses, et puis, une attente comme celle là, plus on est, moins le temps est lourd.
Profitez à plein de votre fin de semaine en forêt.

crocomickey a dit…

Je pense que je vais partir une pétition pour exiger le prochain texte de Zoreilles. Un mois ! Ça va faire !

:-)

Zoreilles a dit…

@ Joce (encore!) : J'ai trouvé « Avard chronique » à ma librairie préférée, la préface est signée Falardeau, (en 2008) tu parles si je vais l'aimer, ta suggestion de lecture! Mais pour le roman à Jocelyne Saucier dont je te parlais, ils sont en rupture de stock déjà, ils attendent une réimpression, un méchant beau problème! C'est que Jean Fugère en a fait une critique dithyrambique à l'émission de Joël Le Bigot. On ne pourra plus dire que « Nul n'est prophète... » parce qu'à Rouyn-Noranda en tout cas, (c'est une fille de Cléricy) tous les exemplaires se sont envolés comme des p'tits pains chauds.

@ Barbe blanche : Ah ben là je suis d'accord avec toi, une peine partagée, c'est comme une attente en gang, beaucoup moins lourd! J'entendais tout à l'heure à la radio qu'un câlin (accolade) à une personne qu'on aime, ça réduit le risque des accidents cérébro-vasculaires. Je me demande si ça compte quand c'est virtuel? Je prends pas de chance, je te fais un gros câlin abitibien ♥

@ Crocomickey : Un mois aujourd'hui, c'est ben trop vrai. En 4 ans, c'est la première fois que je suis pas régulière aux semaines. Laisse faire ta pétition, appelle ma gynéco pis dis-lui qu'elle se grouille pour me donner les résultats, que je souffre de paralysie littéraire, sur le bord de la crise de narfes!!! Sans farce, j'ai jamais tant écrit que depuis un mois, c'est juste que c'est pas « publiable ». Mais j'ai plein d'idées qui bouillonnent, des billets à écrire, des sujets à traiter, des histoires à conter pour 5 ans d'avance!

Claire a dit…

Le fils de mon waiter préféré s'oriente vers le journalisme et la communication? Wow!Il aurait pas les mêmes talents que sa "matante", lui?

Ma belle Zoreilles,
Me semble que tu reprends du poil de la bête. Tant mieux!
Profite bien de ton week-end au campe. De toute façon, on viendra aux nouvelles, des fois que tu nous aurais mis de nouvelles photos,puis une ou deux petites phrases...pour faire mentir Croco...

Bises

Zoreilles a dit…

@ Claire : Tiens, t'es venue faire ton tour pour le 5 à 7 du vendredi? T'as bien déduit, c'est le fils de ton waiter préféré qui se dirige vers le journalisme. Rien à voir avec sa « matante » mais le monde des communications est tellement vaste.

Effectivement, je reprends du poil de la bête, est-ce de l'intuition ou de l'inconscience? Nenon, réponds pas à ça!

Je vais en écrire d'autres tites phrases et même des trop grandes, c'est promis, avec des photos pitoute pitoute. Merci d'être là, Claire. Ton waiter préféré va sûrement t'apporter un verre de drigne, il était pas loin tantôt ♥

Lise a dit…

Ta maison virtuelle Zoreilles, ton blogue (pour utiliser ce mot que je n'aime pas) est vraiment comme un forum où chacun discute avec les autres, dans le respect et avec amitié. Le fait que tu répondes à chacun, et que nous sachions qui est ton "gérant" (coucou Jocelyn!), que tu parles de ta famille (sans tomber dans le journal intime) nous donne l'impression d'en faire un peu partie, à distance. C'est une formule que j'aime.

Cette semaine, un blogue que j'avais découvert en octobre, tenu par un psychiatre Européen que j'estime beaucoup (j'ai trois de ses livres), et que je ne nommerai pas, a pris fin lundi. L'auteur a décidé d'y mettre fin, et je comprends ses raisons. Je n'entrerai pas dans les détails, mais certains (une surtout, au féminin singulier, semant la pagaille ) commentateurs en profitaient pour attaquer les autres, les humilier et les rabaisser. Le psy a bien essayé de modérer les choses, sans résultats, et comme il est contre la censure, il a préféré fermer son blogue. Sur le dernier billet, les commentaires étant toujours ouverts, la féminine singulière ne cesse depuis d'écrire des horreurs. Misère!

Je croyais avoir des problèmes psychologiques: oui j'en ai mais d'autres en ont de bien pires!

J'ignore pourquoi je parle de ceci, sans doute parce que je serais vraiment trop triste de ne plus te lire. Ceci dit, bonne fin de semaine au campe!

Et je te souhaites de trouver le livre que tu cherches; les éditions XYZ ne publient que ce qui est génial (à mon avis) et en nombre malheureusement limité. Tu parles de Jean Fugère; c'est personnel mais je l'adore cet homme-là! Je l'ai déjà croisé alors que j'entrais dans une librairie; il en sortait et m'a regardée comme s'il me connaissait, m'a fait un sourire. Bien entendu je n'ai pas osé lui dire bonjour ni que je l'admirais; à l'époque il avait une émission télé que j'écoutais quasi religieusement.

Et bon, pour terminer, j'espère que l'attente se terminera bientôt, pour toi et pour nous...

Lise a dit…

Et Zoreilles,

tu as bien de la chance que ton gérant soit aussi ton waiter. Il a de multiples personnalités, et c'est très bien ainsi.

Mais dans son cas, pas besoin d'un psy!

:-)

Air fou a dit…

Dis donc, Zoreilles, c'est peut-être là, en réalité, ton plus long billet, déclenché par un commentaire avec photos!!!

Et nous l'écrivons avec toi, de plus.

modotcom a dit…

Zoreilles : bonne année! gratitude : d'avoir des gens d'une telle qualité autour de nous. Félixe est grande et magnifique. Porte-toi bien et à bientôt! Bises xx

Jackss a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Zoreilles a dit…

@ Lise : Que je suis contente, t'es venue te faire une petite tisane en mon absence! C'est que tu trouvais l'ambiance assez accueillante pour y prendre une pause. Comme tu le soulignes si justement avec le blogue du psychiatre Européen, il suffit parfois de peu de choses pour tout faire basculer, ça fait partie des splendeurs et misères du monde virtuel. On s'expose toujours plus qu'on ne le voudrait et puis une personne malade, malheureuse, frustrée, si elle est habile, peut tout bousiller. C'est encore plus fragile, l'équilibre, dans une maison virtuelle... Jusqu'ici, je n'ai pas eu à me plaindre en 4 ans. Pourtant, je prends des chances, il n'y a aucun verrou ici, on y entre comme dans un moulin. Le jour où je devrai installer des caméras de surveillance et des agents de sécurité, je ne me sentirai plus chez moi. Ah je ne juge pas ceux qui le font, ils ont leurs raisons, mais moi, je ne serais pas à l'aise. Pour mon p'tit frère, il n'a qu'une seule personnalité (très attachante) mais plusieurs talents!

@ Zed : Oui, c'est vrai et vous avez tous beaucoup de répartie d'ailleurs, je vous trouve tellement intéressants ♥ C'est comme dans un café bistrot sympathique, on y entre comme ça nous adonne si on a le temps, soit on se joint à la conversation déjà amorcée, soit on amène un nouveau sujet mais l'ambiance est douce, comme une discussion entre vieux amis.

@ Modotcom : Ah tu parles de la belle visite, toi! On te voit pas souvent, je croyais que t'avais perdu ton mot de passe pour entrer sur les blogues!!! Ce n'est pas un reproche, je comprends que la vie puisse nous amener ailleurs parfois. Le meilleur du monde à toi aussi, tout au long de l'année ♥

Éléonore a dit…

Mon doux Zoreille lire tes réponse c'est comme lire les pages d'un roman. Y en a pas assez de monde comme toi !

Zoreilles a dit…

@ Éléonore : Et pourtant, je suis pas du tout romancière! Mais je viens du monde des forums de discussion, je faisais partie des animateurs/trices de la Place Publique de Sympatico dans les années 90, ça doit être une déformation due à mon bagage, je suppose!

Tu sais, nos blogues, ce sont nos maisons virtuelles, comme on le dit souvent. Chacun habite la sienne comme il est, comme il veut, comme il le sent, comme il a le goût, le temps et la manière.

Avec le temps, j'ai l'impression que ma maison virtuelle ressemble à ma vraie maison. D'ailleurs, quelques personnes que j'ai eu la chance de rencontrer réellement après les avoir connues virtuellement me disent que je suis exactement la même en vrai qu'à l'écrit, et ça, je considère que c'est le plus beau compliment!

Au fond, si l'on prend la peine de me parler, c'est la moindre des choses que j'écoute (mon nom, c'est Zoreilles après tout) et que je réponde. Et j'y prends plaisir. Je m'attache aux personnes qui laissent des commentaires aussi, je leur dessine un visage, une allure, des yeux expressifs, un sourire...

halline a dit…

quinceanera dress
quinceanera dresses