mercredi 28 octobre 2009

Si le ridicule tuait, je serais morte!

Photo : Elle n'est pas de moi, je l'aurais publiée avant aujourd'hui. Elle m'a été envoyée il y a deux ans par un biologiste de mes amis lors des événements dont j'ai déjà parlé ici. J'avais pris une photo d'un nounours grimpé dans les bouleaux près du garage et c'est celle-là qui avait illustré le billet où je racontais l'invasion de nounours qu'il y avait dans les villes de Rouyn-Noranda et de La Sarre, de même que dans les villages environnants, à cause de la pénurie de petits fruits de cette fin d'été. Résultat, la chicane a pogné dans mon blogue à cause d'un « épeuré » qui semblait souffrir d'insécurité profonde. Ça fait que... je vous serais reconnaissante de ne pas glisser sur ce terrain-là. La peur vient souvent de l'ignorance et notre vie n'est pas en danger. Une chance, parce que...

Si le ridicule tuait, je serais morte!

Et je serais morte ce matin, autour de 9 heures à peu près. Depuis lundi matin, je garde Félixe. Ses parents sont en voyage d'amoureux. Comme ils l'auraient fait eux-mêmes, je l'amène tous les matins à la garderie, sauf que moi, je prends mon temps, j'y vais vers 9 heures. Je vais aussi la chercher le soir, j'arrive vers 16 heures, après son dodo d'après-midi. Je vis donc de grands bonheurs depuis trois jours mais je fais un peu la vie d'une monoparentale au travail, Crocodile Dundee étant absent ces jours-ci, ce qui ne fait que renforcer toute l'admiration que j'ai pour ces femmes-là.

6 h 15 : Je l'entends qui gazouille dans sa couchette, dans l'ancienne chambre de sa maman. Déjà que je me dis? Je pourrais roupiller encore un peu mais j'ai trop hâte de la voir. Les couettes dans les airs, en pyjama de vieille fille, j'arrive jusqu'à elle : « Coucou, c'est moi! ». Elle m'accueille avec un cri de joie et une petite danse.

6 h 30 : Quelle énergie elle a, elle veut toujours jouer, marcher et danser. Je change sa couche, elle veut prendre tout ce qu'il y a autour. D'accord, tiens, ma chouette, on va te changer les idées. Même si j'avais tout sorti hier soir, ça me prendrait deux bras de plus. « Tape, tape, tape, pique, pique, pique, roule, roule, roule, chatouille, chatouille!!! », je réussis à compléter la manoeuvre de changement de couche sans qu'elle se sauve!

7 heures : Biberon. Installée dans sa chaise haute, elle est capable de le prendre toute seule. Mais je supervise quand même. C'est dans ce temps-là que je déjeune d'habitude mais pas ce matin, j'ai rendez-vous pour des prises de sang à 9 h 20. Mes vêtements préparés hier soir, je m'habille et me maquille dans la cuisine. Ce sera fait pour tantôt.

7 h 10 : Biberon terminé. Félixe s'applaudit. Pas longtemps. Elle se tortille, veut sortir de sa prison de chaise haute. Oh elle est comme mamie, sa liberté, elle y tient... Alors, je finirai plus tard de me dessiner une face, là, c'est le temps de jouer. La guitare? OK, mamie va t'en jouer. Après mes plus grands succès et quelques ovations debout, c'est le temps de préparer les céréales et les fruits pour ma danseuse infatigable qui se bouge tout le temps les fesses et son petit corps tout en rythme comme sa tête qu'on dirait sur un ressort.

8 heures : Re-chaise haute. Re-prison sécuritaire pour Félixe. Elle n'a pas vraiment faim, c'est ce qu'elle m'exprime par ses mimiques, en éloignant la cuillère de sa bouche d'une petite main ferme et décidée avec son plus beau sourire garni de ses 6 dents bien en évidence. Les danseuses, ça mange légèrement. Mais moi, j'en mangerais bien de ses céréales et fruits ce matin si je pouvais... C'est ce que je lui dis. Mais je n'ai aucune influence sur elle. Je négocie avec tout mon charme de mamie et notre chanson fétiche super rythmée. « Ah ah ah que je t'aime/Viens ici ma chère Félixe à ma porte/J'ai un secret à te dire dans l'oreille/Que je t'aimerai toute la vie/Ah oui, chérie, Youpi. Bravooooooo! » Applaudissements nourris de la petite foule en délire mais pas moyen de lui faire avaler une cueillèrée de plus, elle fait signe que non. Je fais l'avion qui atterrit, c'est clair que j'insiste trop à son avis, elle me « trtrtr » tout ça sur mon chandail avec une précision qui ne tient pas du hasard, je pense. Elle n'en veut plus. Mamie vient de comprendre le message!

8 heures 15 : Je libère Félixe qui veut jouer avec ses petits bonhommes, ses livres, sa poupée molle, le petit piano, tout lui semble palpitant ce matin. Mais il faut se préparer à partir. Pas le temps de changer de chandail, mamie ira en ville avec son chandail nettoyé à la débarbouillette. Préparation du sac à dos, du sac à couches. Re-changement de couche. Pas besoin, tout est impeccable. J'enlève son pyjama, ses petits vêtements sont prêts, faut l'habiller avant qu'elle se sauve. Bisous, chansons, contines, on y arrive non sans une participation énergique de ma part.

8 h 45 : Nous sommes prêtes. Félixe est habillée, elle a hâte d'aller dehors. Elle me dit « ga ga ga » avec son petit index pointé sur la porte. Oui, mon ti minou, on y va là... Bottes, imperméable, ma sacoche... Où est ma sacoche? Ça me la prend pour les paperasses de l'hôpital. OK, je l'ai. La petite s'impatiente. Oui, mon ti minou, attends, ce sera pas long... « Attends, attends » qu'elle me répète, ce mot-là, elle sait le prononcer depuis quelques mois déjà. On recommence. Ma sacoche, son sac à dos pour la garderie, le sac à couches, la petite dans les bras, on sort. Je n'ai plus de main pour verrouiller la porte. Tant pis, y a pas de voleur au chemin des Castors, c'est un cul-de-sac qui tombe dans le lac. Je prends une chance. Chargée comme un mulet, je monte les marches jusqu'à ma voiture. D'abord, je dépose les sacs sur le siège avant et la petite dans son autre prison, le siège d'auto réglementaire et sécuritaire. Elle déteste le siège d'auto, c'est une attaque à son grand besoin de liberté. C'est le temps de sortir de mes poches les petits bonhommes de couleur et la musique à bouche. C'est donc bien compliqué ces maudites sangles de siège d'auto pour enfant... Mamie, elle a tellement chaud là!

8 h 55 : On roule vers le boulevard Saguenay, mamie chante, Félixe danse dans son siège d'auto. Ça va, elle oublie sa prison. C'est donc bien loin, sa garderie, je trouve. Tous les autobus nous forcent à arrêter aux deux minutes sur le boulevard à quatre voies. Mademoiselle la danseuse s'impatiente, je le vois dans mon rétroviseur. Ah non, pas encore une lumière rouge. Je sors ma musique à bouche et j'improvise un reel endiablé. Ah là, mamie, tu me fais plaisir, c'est en plein mon genre. Le party est pogné dans le char, moi, je me désâme à jouer de l'harmonica pendant que Félixe tape des mains en arrière et bouge tout ce qu'elle a...

9 heures : Comme la lumière allait tourner au vert, sans m'arrêter de jouer, j'ai jeté un oeil dans la voie de droite... C'est là que... Un monsieur tout seul dans sa voiture est crampé de rire, il a assisté à mon show devant un public conquis que je croyais limité. C'était un show intime, vous savez, je n'avais pas conscience que... Et je lui fais signe en haussant les épaules, en montrant la petite qui tape des mains... Il rit encore plus... La lumière passe au vert pendant que ma face passe au rouge et il roule parrallèlement à moi jusqu'en ville, faisant bien attention de ne pas me dépasser, toujours en riant.

C'est donc loin, la garderie à Félixe!

Et le ridicule ne tue pas, même qu'il amuse parfois. Après avoir déposé ti minou à la garderie, je suis allée à mes prises de sang. Contrairement à mon habitude, je n'ai même pas perdu connaissance. Non seulement je suis pas morte mais je suis plus forte qu'avant!

43 commentaires:

Soisig a dit…

Ouf! J'étais sûre que tu avais fait une rencontre avec un gros nounours! Mais passé la gym du siège d'auto, j'étais rassurée mais déjà morte de rire.

Brave mamie, hihihi! Tu es une mamie rêvée! Gros bisous à mamie éreintée!

gaétan a dit…

:-)
Toute une job être mamie!

Lise a dit…

Chère Zoreilles,

que j'ai donc bien fait de passer ici ce soir! J'ai adoré lire ce billet apaisant, débordant de tendresse, qui m'a fait sourire. J'avais l'impression d'y être, mimute par minute.

Un gros merci personnel, pour le bien que tu fais par tes mots....

Jackss a dit…

Si je comprends bien, Zoreilles, tu retombes en enfance.

Chanceuse! Je ne vois pas encore le jour où je serai grand-père. J'ai eu 3 enfants et pas un ne semble sur le point de poursuivre la lignée. Toi, avec une seule fille, tu as réussi l'exploit.

C'est beau de voir le bonheur que tu entretien autant chez toi que chez Félixe Leclerc. Une belle complicité.

Solange a dit…

J'aurais aimé voir ça, mamie à l'harmonica. J'ai eu beaucoup de plaisir à lire ton début de journée, on oublie avec le temps ce que ça peut être grouillant un bébé.

Claire a dit…

Eh bien, chère Zoreilles...

Quelle jolie histoire: on dirait le scénario d'un film! Il y a là plein d'images touchantes et drôles.Je vous imagine très bien, toutes les deux...et ça me rappelle de doux (pffft...)souvenirs de sacs à couches, de biberons, de mains pleines, de sièges d'auto...

Jouer de l'harmonica les deux mains sur le volant!!!
Oui, oui, oui, tu te fais mener par le bout du nez!
Et c'est un bonheur total!
Chanceuse! Tu me donnes hâte d'être grand-mère!(C'est une phrase ,ça?)

Et bonne semaine! (Ouf...)

Caboche a dit…

Quel plaisir de te lire! Le ridicule ne tue pas, au contraire, il fait le plus grand bien, aux lecteurs en tout cas, et à la mamie aussi je pense. C’est plein de fous rires, plein d’amour, plein de tendresse tous ces petits gestes, ces cabrioles, ces tours de passe-passe pour que Félixe soit heureuse.
Je vous ai vues vous amuser comme deux coquines.

Zoreilles a dit…

@ Soisig : Une mamie complètement sautée tu veux dire! Sautée comme un pop corn! Mamie éreintée? T'as pas idée comme tu mets le doigt dessus...

@ Gaétan : On vient tu assez fou, hein? Toute une job, ouais... mais j'avais appliqué sur le poste dès que j'ai su le couple en attente de la cigogne. Et tu sais quoi? C'est la job la plus merveilleuse qui soit.

@ Lise : Jacques Brel chantait « Quand on n'a que l'amour » qui me bouleverse à chaque fois que je l'entends. Moi, je pourrais chanter « Quand on n'a que les mots » parce qu'ils sont pour moi des baumes sur toutes les blessures du monde...

@ Jacks : T'as tout compris, je redeviens une enfant en sa présence. Là, j'ai 9 mois et demi, je suis sur le point de marcher, je veux jouer, faire de la musique, taper des mains et danser. Je te souhaite la même chose, tu n'y seras pour rien, pas plus que moi, mais ça arrive vite parfois. Je te corrige un petit peu, elle s'appelle Félixe Rivest-Leclerc, ça lui met moins de pression, surtout si elle continue d'aimer autant la musique et les spectacles!

@ Solange : Ça me donne une énergie que je ne croyais plus avoir. Hier, en fin de journée, au CPE, quand j'habillais Félixe, une autre maman m'a prise pour... une maman. Quand je lui ai dit que j'étais la mamie, elle a eu sincèrement l'air suprise. Je me disais que je pouvais, dans ce contexte, paraître 40 au lieu de 50... et même 52! Je t'assure que j'ai joué des reels endiablés sur le chemin du retour après ça!

@ Claire : Oui, je me fais mener par le bout du nez, j'en suis consciente par exemple. C'était un peu pareil avec ma fille mais les enfants comprennent d'instinct quelles sont nos valeurs importantes, et ce, tout bébé je pense. Parce qu'au-delà de toutes nos pirouettes, on transmet ce qu'on est, ce qu'on croit, ce qui a de l'importance, de l'amour inconditionnel. Avec cet ingrédient de base, on peut tout faire!

@ Caboche : Je suis contente, t'as bien lu, tout compris, t'as ressenti ce que je voulais communiquer dans ce billet que j'ai écrit à la sauvette, juste avant d'aller la chercher à son CPE. J'avais plein de bonheur dans mon coeur, c'était trop fort, il me fallait partager. Merci Caboche!

Pierre F. a dit…

Allo Zoreilles,

C'est tellement amusant ces situations et surtout, on sait que le rire des gens n'est pas méchant. Ma mère a souvent gardé ma nièce, quand elle était toute petite. Une fois, alors qu'elle était seule en voiture avec mon père, voyant une vache s'exclame avec émotions: "Ohhh, regarde la belle vaaaache!". Puis, elle a réalisé, que la petite n'était pas avec eux dans la voiture. J'ai aussi vu de jeunes mamans, à l'épicerie, faire un petit vas-et-vient avec leur panier d'épicerie, question de ne pas éveiller leurs fruits et légumes. :)

Gelisa a dit…

Ca fait 10 mois maintenant que je suis mamie, mais je ne vois pratiquement pas mon petit fils, il a la chance d'avoir son autre mamie qui vit avec eux. Je t'envie.

Bises

Zoreilles a dit…

@ Pierre F : Ah ces manies rigolotes des parents et grands-parents! Tu me rappelles le va-et-vient des carosses d'épicerie, le balancement des hanches aussi dans la file d'attente, même en l'absence du bébé. Tout ça devient une seconde nature!

@ Gelisa : Ils sont presque du même âge, le tien, 10 mois, la mienne, 9 1/2 mois. Je suis désolée de te rappeler le manque et l'ennui. Vivement qu'il grandisse, tu pourras être présente autrement, par téléphone et par webcam, un petit emprunt de quelques jours à ses parents pour l'amener voir un spectacle, un parc, une plage, un ruisseau, un sentier en forêt, une recette de biscuits à faire ensemble, un bonhomme de neige, bref, n'importe quelle activité avec lui qui te fera rajeunir jusqu'à t'en étonner toi-même.

Nicole a dit…

Tite comique ! Oui on en fait des niaiseries pour nos petits,me semble que je te vois ;-)
Moi aussi quand je pars dans ma bulle, je vois pas grand chose autour. Une fois entre autres, je lisais une histoire à ma petite-fille et un moment donné j'ai changé ma voix selon les personnages sans m'en rendre compte, et je perlais même très bien ( la bouche en cul de poule ) quand tout à coup j'ai aperçu mon fils, sa femme et mon chum assis sur le divan les visages tout rouges, la bouche fendue jusqu'aux oreilles...y avait plus de monde qui m'écoutait que je croyais. Ça beau être de la famille, j'ai ressenti une petite gêne quand même ;-) C'est pas les premières niaiseries et pas les dernières non plus qu'on fera toi ou moi, c'est tellement l'fun des petits. Et en passant j'en ai maintenant trois !

Zoreilles a dit…

@ Nicole : T'as ressenti comme une petite gêne, tu dis? Je te comprends tellement et là, c'est à mon tour de t'imaginer PERLER sur le très bien avec ta petite voix de personnage. Trop drôle!!! « Me semble que je te vois ». Ton troisième petit est arrivé? T'as pas fini de faire des niaiseries! Par chance que le ridicule ne tue pas, tu serais aussi morte que moi. ;o)

Pierre Lafontaine a dit…

Quelle richesse que de faire rire plus que la personne (l'enfant) à qui l'on s'adresse en faisant notre "p'tite niaiserie".

Zoreilles, t'as mis plein de soleil dans la voiture d'à côté aussi.

Si c'est ça avoir l'air ridicule, bin faudrait passer le mot pour que tout le monde le fasse!

En plus de la "Journée sans ma voiture" on devrait vivement inventer (et s'impliquer) dans la "Journée du ridicule"! Chaque personne est invitée à faire une chose drôle dans sa voiture en allant au boulot!

Me semble que ça mettrait bin du soleil dans'patente!

Guy Vandal a dit…

À lire ton texte, on comprend que la petite est aussi excitée que sa grand-mère.

Très drôle et très rafraichissant.

voyageuse du monde a dit…

je te reconnais bien là| La folie, je connais bien, parfois je chante et je danse dans mon auto...et je suis toute seule. Et souvent, je m'en rends compte seulement quand je vois les gens dans les autos autour rire...
bonne journée

Zoreilles a dit…

@ Pierre : T'es trop fin, tu justifies mes folies dans un contexte social plus large et tu l'ériges en une journée spéciale. Décidément, ça, c'est de l'amitié inconditionnelle. Crois-tu aussi que ces temps-ci, on n'a pas trop l'occasion de rire des travers de notre société? Avec le H1N1, on passe de la panique à l'insouciance, toujours soutenus par une grande ignorance et la politique municipale, provinciale et fédérale, toujours égale à elle-même, la grisaille de ces jours d'automne, etc. Les petits bouts d'chou savent nous ramener à l'essentiel et ne pas trop se prendre au sérieux!

@ Guy : Ouais... Comment fais-tu pour avoir raison dans une petite phrase? T'as souri? C'était le but!

@ Voyageuse du monde : T'as été vaccinée à la folie pure, alors! T'es vraiment de bonne humeur quand tu vas travailler? Ces temps-ci tu dois encore avoir la tête en Italie ou en Grèce, avec plein de soleil dans ton coeur...

Guy Vandal a dit…

Comment je fais?

Facile. T'écris tellement bien, qu'on a l'impression d'être à côté de toi!

Gérard Day a dit…

Très bon texte.

Ça me rappelle un peu la fois où (sans m'en être aperçu) j'ai fait le trajet jusqu'au Canadian tire avec une serviette de table au cou après un dîner au restaurant.

Je suis entré ainsi accoutré, j'ai fait mes achats et si ce n'avait été du commentaire de la caissière, je pense que je serais rentré chez-moi avec la serviette au cou.

Nous avons bien rit. Oui, j'ai eu l'air fou, mais au moins, mon habit était propre!

Anonyme a dit…

Non c'est vrai...le ridicule ne tue pas! En effet, ce matin c'était jour spécial de l'halloween à la garderie. Les éducatrice ont dit qu'il y avait des activités spéciales! Sans trop me poser de questions, j'ai pris pour acquis que les tout petits devaient se déguiser. J'ai donc embarquer mon p'tit castor (Félixe a un ensemble brun de castors, grandeur 18 mois, avec des grosses dents blanches dans le front et une queue de castors sur les fesses). Je lui ai fait un p'tit museau et vlan! Prête pour la garderie!!! C'est avec une certaine gêne que j'ai laisser mon p'tit castor dans une meute d'enfants en pyjama...pour l'activité spéciale d'Halloween soit un PARTY PYJAMA...

C'est ben nous autres ça!

Isa xx

Soisig a dit…

J'abonde dans l'idée de Pierre L! Vive la "Journée du ridicule". Mot d'ordre: "T'es pas game"!Avec tout ce qui nous pend au bout du nez (!), ça remonterait le moral des troupes,hihihi!

Bon cinéma ma belle! Je sais que tu en auras plein la "vue" et la tête! Tu me raconteras pour le film tourné dans mon patelin!

Imbécile Joce a dit…

Si le ridicule tuait....
Floride 1985, j'ai 21 ans, on visite en famille le Flamingo Gardens. Je relève d'un party "Spring Break" il fait 30 degré,j'ai faim,pis les maudits gros hot-dogs déguelasse coûte $4. C'est là que j'aperçois une distributrice à liqueur pis une machine à peanut (10 sous la poignée).
Moé pis mononque Marcel on crinque la machine pour $1, là on se liche les babines en se trouvant tellement brillant,lorsqu'on se relève la tête, 150 personnes rient aux larmes en se tapant sur les cuisses, c'est à cet instant précis qu'on a remarquer l'énorme cage de singes juste derrière la machine à peanut.....si le ridiciule tuait!!!

Zoreilles a dit…

@ Guy : Arrête donc, toi! ;o)

@ Gérard Day : Trop drôle. En plus d'avoir des vêtements ultra propres, vous avez dû mettre de la bonne humeur chez tous les gens que vous avez croisés. C'est presque dommage que la caissière vous l'ait fait remarquer, finalement!

@ Isa : Ce que j'aurais donné pour voir ça, un p'tit castor qui se trémousse le popotin au milieu des petites copines du groupe et des éducatrices en pyjama. T'as pris des photos de ça? Elle va encore faire rigoler toute la garderie, la Félixou! Je pense que... le don du ridicule... je te l'ai transmis génétiquement et toi, t'as fait pareil pour ta fille. Si tu vas lire le commentaire de Yaya, tu vas t'apercevoir que c'est de famille!

@ Soisig : Une journée avec le mot d'ordre « T'es pas game? », ça pourrait être drôle en effet. Qui sait si on n'est pas en train de créer un monstre!!! La Donation, de Bernard Émond, film d'ouverture au Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue, tourné chez vous, à Normétal. C'est sûr que je t'en reparle!

@ Joce : Tu viens de me rappeler de quoi là!!!... J'ai les yeux qui pleurent devant mon ordinateur à force de rire, en lisant ton commentaire. C'est parce que... J'ÉTAIS LÀ, la fois que vous avez mangé les peanuts des singes au Flamengo Garden!!! Vous trouviez que c'était pas cher, juste 10 cents pour tant de peanuts mais ça, c'était avant d'y goûter. Je vous revois encore la tronche, mononque Marcel pis toi, les yeux en points d'interrogation, la face en grimace, les joues ben pleines. Ah ça, c'était impayable! Même les singes ont ri de vous autres!!!

Guy Vandal a dit…

Bonne idée ça de créer un "monstre".

Rire, c'est tellement bon pour la santé.

Joce: On a un témoin qui prétend que même les singes riaient de vous autres. C'est vraiment vrai que le ridicule ne tue pas. ;o)

Petit train va loin a dit…

Bonjour Zoreilles, ça fait un bout que je vous lis, trop timide pour laisser un commentaire. J'adore votre façon d'écrire et de nous raconter votre vie, on a l'impression de voir un film. Si le ridicule tuait, il y a longtemps que je serais morte. Entre autre, parmi mes nombreuses gaffes : je suis réceptionniste dans un Clsc, tout en travaillant, je suis en train de faire un chèque pour une dame de qui j'avais acheté des bijoux, dans la note, je suis en train d'y inscrire boucle d'oreilles. Le téléphonne sonne comme j'écris le mot Oreilles; vous me voyez venir n'est-ce pas...??? J'ai répondu de ma plus belle voix : Clsc les Oreilles au lieu de Clsc les Eskers. Heureusement, la dame au bout du fil avait un excellent sens de l'humour!!!! J'en ai été quitte pour un fou rire d'au moins 10 minutes, une de mes compagnes de travail a dû me remplacer pour que je puisse rire tout mon saoul. Ce n'est qu'une gaffe parmi tant d'autres. Mon père m'a tellement répété lors de mon adolescence (à cette époque, je n'entendais pas beaucoup à rire) : Si tu ne vaux pas une risée, tu ne vaux pas grand-chose, je me plais donc à dire que je vaux maintenant mon pesant d'or, car je possède un très bon sens de l'humour, étant très bon public pour les blagues. Continuez votre blogue, à voir les nombreux commentaires, c'est certain que vous faites du bien à tout plein de personnes.

Votre sensibilité m'émeut.

Soisig a dit…

Bonjour Petit train va loin! Tu t'es payé une bonne pinte de rire, lol! ET tu as eu la chance d'avoir une interlocutrice avenante, ce qui n'est pas toujours le cas dans ta job, j'imagine...

Notre amie Zoreilles doit en avoir plein les oreilles et les yeux en cette fin de semaine avec le festival du film de Rouyn-Noranda, hihihi! Elle est à elle seule un CLSC les Oreilles, pour sa qualité d'écoute comme tu as pu le constater en te promenant discrètement sur le site, hihihi! J'espère que tu reviendras!

Bonne fin de semaine à toi!

Joce a dit…

J'espère qu'on aura un résumé du film "La Donation" lorsque Zoreilles reviendra du festival.....j'ai déjà hâte au prochain billet.

Zoreilles a dit…

@ Guy : Si le rire, c'est bon pour la santé, le cinéma aussi! J'ai la tête et le coeur au cinéma depuis ce matin. Je te jure que personne au Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue ne parle ni du H1N1 ni de la politique municipale!!!

@ Petit train : Bonjour et bienvenue ici, c'est votre commentaire qui m'émeut, juste avant que vous me fassiez sourire. J'espère que vous reviendrez, ne soyez pas timide, nous sommes entre nous!!! Réceptionniste au CLSC Les Eskers? Un milieu que je connais et qui n'est pas facile, vous devez avoir une attitude formidable avec les gens, et puis, tout ce que vous voyez et entendez chaque jour... Merci pour ce sourire que vous faites naître avec vos mots, pas seulement pour moi mais pour ceux et celles qui passent par ici.

@ Soisig : Ah t'es trop chouette, toi. Tu as accueilli Petit Train en mon absence, sachant que j'avais la tête et le coeur au Festival. Oui, j'en ai plein les yeux, le coeur et les zoreilles, tu peux être sûre. Si tu pouvais ressentir l'ambiance au Théâtre du Cuivre... J'ai déjà vu des petits chefs-d'oeuvre, et dans mon bagage de cette année, des moments d'émotions incroyables, des rencontres absolument géniales! Dans une heure, je verrai le film tourné dans ton village. Je penserai à toi mais...

@ Joce : C'est toi qui as raison, il faudra que j'en fasse un prochain billet. Peut-être pas de La Donation mais du Festival de cette année en tout cas. Le film de Bernard Émond, en soirée d'ouverture hier, a reçu un accueil mitigé, c'est ce que j'entendais aujourd'hui en coulisses. Je ne peux porter de jugement encore, je m'en vais le voir là... Crocodile Dundee m'accompagne pour celui-là, il va sûrement trouver que ça manque d'action!!! On est loin de Crocodile Dundee, de Rambo ou de son classique Charles Bronson, le bagarreur dans le temps qu'on sortait ensemble!!!

Lise a dit…

Zoreilles,

j'aimerais beaucoup si tu pouvais parler de "La Donation", ce film de Bernard Emond. J'ai raté TLMP (mon péché hebdomadaire) dimanche dernier, mais j'admire le grand talent de cet homme, et Élise Guilbault (qui a joué dans plusieurs de ses films) est une comédienne géniale, dans le registre comique et dramatique.

J'écoute très peu la télé, vais encore plus rarement au cinéma, alors après ta fin de semaine cinématographique, une opinion éclairée serait bienvenue...

;-)

Soisig a dit…

Zoreilles, ne t'inquiète pas pour moi, je suis très peu cinéma (contrairement à mes enfants, hihihi!). Si je vois le film de Bernard Émond un jour, ce sera surtout pour repérer les figurants, des gens de mon patelin, hihihi!
Alors que tu apprécies ou pas, ce n'est pas grave!

Je suis tête-bêche dans le journal actuellement.

Bon cinéma ma belle!

Rosette ou Rosie, c'est pareil a dit…

Quel joie, quel plaisir et quel bonheur de te lire, ma belle Zoreilles! Par les temps qui courent, il fallait vraiment une anecdote qui nous ferait rire de bon coeur tout en mettant du soleil dans la grisaille de certains jours d'automne. Les commentaires de tes "fidèles" démontrent clairement à quel point tes billets font du bien à tout ceux et celles qui te lisent, ma chouette, y compris petite-moi-exilée-en-Ontario, ma belle chouette. Une de mes auteures préférées est Nicole De Buron, mais après avoir lu tes plus récentes péripéties, elle peut bien aller se recoucher, la Nicole! Et tout comme l'écrit ma Claire, tu me donnes hâte de devenir grand-maman, toi! La petite Félixe est décidément très chanceuse d'avoir une mamie aussi aimante, chaleureuse, bienveillante et...divertissante que toi! Veux-tu m'adopter? :D

Zoreilles a dit…

@ Lise : J'avais écouté TLMEP la semaine dernière en croyant qu'Elise Guilbault allait parler du film La Donation mais il n'en a pas été beaucoup question ce soir-là, elle était entourée de deux humoristes qui faisaient beaucoup dévier la conversation. Mon prochain billet devrait te donner mon point de vue là-dessus et celui des personnes qui m'entouraient hier.

@ Soisig : Hé que j'ai pensé à toi hier soir, Soisig. Ton plaisir sera différent du reste du monde, tu reconnaîtras des gens, des lieux très précis et des paysages. Il va falloir qu'on s'en reparle, c'est sûr.

@ Rosie : Mais je t'ai DÉJÀ adoptée, ma chère Rosie!!! ;o)

Lehcim a dit…

Quelle savoureuse tranche de vie !!
"caméra à l'épaule ou sous le menton", c'est du lelouch en écriture.
Zoreilles, z'êtes le stradivarius de la com...

crocomickey a dit…

J'ai eu de la misère à me rendre au boutt de cette lecture. Je fatiguais autant que toi.

Fiou ! Content que tu sois enfin arrivée ! Je manque encore de souffle !

rêves de tables a dit…

J'aime bien votre blog : ses commentaires, son ton, sa pertinence. J’ai beaucoup apprécié me balader au fil des pages. Merci pour cette pause détente.

Zoreilles a dit…

@ Lehcim : Trop drôle! J'aime la référence à l'écriture cinématographique, surtout cette semaine où je suis plongée dedans... jusqu'aux zoreilles.

@ Crocomickey : C'est pas comme ça avec James? Je veux dire... quand il était bébé? Faut être en forme pour être mamie ou papy!

@ Rêves de table : Bonjour et bienvenue dans cette maison virtuelle. Effectivement, le ton y est amical, ici on aime la discussion, les points de vue parfois différents qui peuvent s'enrichir ou se compléter plutôt que de s'affronter vainement. C'est le genre de communauté (virtuelle et réelle) que je trouve agréable à vivre et... qui se ressemble... s'assemble! Vous reviendrez, j'espère?

Mijo a dit…

"Le party est pogné dans le char". J'adore...

Quel joli billet qui m'arrache plein de sourires.
C'est sacrément sportif d'être mamie.

ça m'a fait penser à l'arrière-mamie de mes enfants, allongée sur le tapis à jouer aux petits voitures à plus de 90 ans et qui n'avait pas eu le temps ou les moyens de sauter à pieds joints pour se relever à notre arrivée. C'était franchement drôle et tellement beau à voir.
Même s'il riait ce voisin de char, il devait être touché par le tableau mamie-petite fille.

Donc maintiens-toi en forme, tu auras encore besoin de toute ta belle énergie pour

Zoreilles a dit…

@ Mijo : L'expression « le party est pogné dans le char », c'est du joual mais ce que ça signifie, tu l'as compris, parce que c'est universel!!! L'arrière mamie de tes enfants, c'est mon idole... Quelle anecdote savoureuse!

Djemaa a dit…

Vive le cinéma! Merci pour ces articles. Pascal, journaliste.

Zoreilles a dit…

@ Djemaa : Bonjour et bienvenue dans ma maison virtuelle! J'ai cliqué sur votre pseudo pour vous connaître un petit peu. J'ai lu chez vous que nous avons deux grandes passions communes : l'écriture et le cinéma, des sujets dont on pourrait discuter longtemps! Vous reviendrez, j'espère?

Anonyme a dit…

rireeeeeeeeeee oui mamie...attends de la garder et qu'elle te refile sa gastro ,,, !*!?!??/?"&/"&/?
:-( , !!! ¸


rireeeeeeee
Malina
(t'sé la fille à Mont Laurier...)

Zoreilles a dit…

@ Malina : Bonjour toi! Tu as fait un magnifique travail pour le site des retrouvailles du Bronx. Voici ma chance de te féliciter. Non seulement t'es talentueuse mais t'es donc bien généreuse! En tout cas, tu as fait des heureux(ses) j'en ai entendu des échos...

Anonyme a dit…

Merci d'avoir un blog interessant