jeudi 16 mars 2017

CE CADEAU QUE JE ME FAIS

Vous voyez cette photo de moi prise l'été dernier? C'est ma mère qui l'a prise avec mon appareil photo parce que je venais tout juste d'en prendre une d'elle au même endroit qui nous rappelle les années où ma famille avait un chalet dans ce coin-là, en Abitibi-Ouest, plus particulièrement au lac Hébécourt. Ce petit sentier dans le village de Rapide-Danseur mène justement au... rapide danseur dont les eaux vives et la musique m'enchantent depuis longtemps. 


Qu'est-ce qui cloche dans cette photo? Ben des affaires! Mais je vous donne un indice : qu'est-ce que j'ai dans ma main droite? Eh bien, je vous le dis, il n'y en aura plus des photos qui clochent comme celle-ci et c'est grâce à 

CE CADEAU QUE JE ME FAIS

Il y avait longtemps que je me préparais psychologiquement. J'avais toujours dit qu'à 60 ans, je serais non fumeuse et que j'allais cesser avant pour ne pas être en désintox la veille de mon anniversaire ou pire, le jour même. J'aurai 60 ans le 7 juillet prochain. Ça s'écrit ainsi 07/07/17, n'est-ce pas une belle combinaison de chiffres? Cette abondance de 7 me portera chance, je le sens, je le sais!

Je n'avais dit à personne ma date choisie pour entreprendre cette vie nouvelle qui mène à ma libération : le 15 mars 2017. Sans raison précise ou plutôt, oui, pour une foule de bonnes raisons. Dimanche soir, en faisant la vaisselle avec ma fille Isabelle, je lui ai confié mon secret. Une fois rentrée à la maison, je ne me sentais pas bien de l'avoir dit à elle et pas à son père, Crocodile Dundee, avec qui pourtant je partage tout. Donc, depuis dimanche soir, il y avait deux personnes au courant et qui m'encourageaient tout en sachant que c'était là pour moi un défi très important. Ils me font confiance... 

Mercredi matin, au jour J, en me levant, je me sens d'attaque et j'appose sur mon bras le premier timbre Nicoderm d'une série de 28 que je me suis fait prescrire pour les quatre premières semaines, sans aucune difficulté, chez mon pharmacien. Cette béquille temporaire m'aide à mieux supporter les symptômes très désagréables de sevrage que je connais trop bien pour les avoir subis à quelques reprises, chaque fois que j'ai cessé de fumer.  C'est d'ailleurs parce que j'avais peur de revivre ce sevrage que je retardais depuis trop longtemps le début de ma libération. 

Quelques minutes plus tard, toujours hier matin, le téléphone sonne : « Allo Maman, ici la présidente de ton fan club, comment ça se passe pour toi ce matin? ». À travers nos rires, on échange quelques phrases, elle me donne des trucs et astuces auxquels elle a pensé, entre autre elle me suggère d'écrire mon journal de cessation tabagique puisque je règle toujours tout par écrit, me dit-elle. Elle a raison, ça m'éclaircit les idées quand j'écris et dans les moments difficiles, je pourrai relire mes motivations profondes en plus que dans pas longtemps, quand je regarderai en arrière, je verrai le chemin parcouru, le progrès réalisé, le manque qui s'estompe dans l'intensité, dans le nombre ou dans le temps, etc. 

C'est fou, je n'y avais pas pensé, c'est elle qui me l'a suggéré et ce fut une vraie révélation! Elle me connaît bien, ma poulette, mieux que je me connais moi-même...

* * * * *

Alors, puisque nous sommes ici entre nous, sur mon petit blogue chéri si peu mais si bien fréquenté, je vous partage quelques extraits de mon journal de cessation tabagique. Pour vous dire combien je manque de concentration, j'ai écrit la date sur la première page hier matin : Le 15 mars 2015!!! 

« ... je me fais un cadeau, je me donne la santé, la liberté : je me défais de mes chaines, celles qui me lient depuis trop longtemps à ma dépendance à la cigarette. » 

« J'ai mille raisons de cesser de fumer, elles sont toutes excellentes, motivantes et pertinentes. J'aurai plaisir prochainement à les évoquer dans ce cahier, cela me soutiendra dans les moments difficiles. Pour m'aider aussi dans mon gros projet libérateur, j'ai tous ceux qui m'aiment et m'encouragent : Je carbure à ça, moi, l'amour!!! » 

« Ce matin, je me sens solide et fragile en même temps... M'en vais à la piscine là... » 

« Le 16 mars 2017. Deuxième journée sans fumée. Déjà, je savoure la réussite d'une première journée, celle qui me faisait si peur. Ouf, elle est derrière moi, celle-là! Ma nuit a été très agitée et je n'ai pas beaucoup dormi. Je pense que ce soir, je vais enlever mon timbre de nicotine avant d'aller au dodo. Je vais essayer ça... »

« Ma motivation est très grande ce matin. Je me sens forte de mes succès précédents : d'avoir réussi dans le passé à cesser de fumer pendant un an. Je suis fière de moi d'aller nager trois fois par semaine depuis que j'ai 55 ans. J'ai réussi également, à partir de septembre 2015, à complètement repenser mon alimentation pour atteindre mon poids santé, cinq mois plus tard et trente-trois livres en moins. Le plus difficile a été de maintenir ce poids santé et depuis les fêtes, j'ai 9 livres en plus, je travaille là-dessus, je sais quoi faire et j'y arriverai. Il est hors de question de compenser dans la nourriture. » 

« Mes principales motivations (ce que je gagne) : 

1- Une sensation de liberté générale. Respirer à fond et sentir à nouveau la grande capacité pulmonaire que j'avais quand j'étais enfant, que je nageais sous l'eau 2 fois toute la longueur de la piscine olympique à Matagami. Liberté aussi de ne plus ressentir le manque lorsque je suis quelques heures sans pouvoir aller dehors pour fumer.

2- J'ai honte rien qu'à penser que mes petites-filles commencent à réaliser que Mamie est une fumeuse. Dans le cas de Félixe, je crois qu'elle s'en doute et pour Blanche qui comprend tout très vite, je commence à craindre qu'elle me voit faire quand je sors dehors et que je me cache de son beau regard bleu... Mamie, elle aime lire et raconter des histoires, colorier, découper, dessiner, jouer dehors, bricoler, faire des bons soupers avec des desserts santé toujours originaux et amusants, tricoter, réparer des petites choses, faire des bisous et des câlins.  MAMIE NE FUME PAS!

3- Je n'aurai plus peur d'avoir une haleine de cigarette quand on m'approche pour un bisou ou un câlin. Malgré les bonbons à la menthe, la gomme, les pastilles, combien de fois me suis-je empêchée d'aller vers les autres à cause de cette crainte-là? 

4- Je n'aurai plus à traîner de cigarettes, de briquet, de prévoir d'aller au dépanneur avant que ça ferme parce que je veux être certaine de ne pas manquer de cigarettes demain matin. 

5- Je vais épargner au moins 125 $ par mois. C'est fou comme on le trouve toujours, cet argent-là quand on est fumeur... Si l'argent n'est jamais une source de motivation suffisante pour moi, je suis pourtant loin d'être indépendante de fortune, bien au contraire, mais avec 125 $ mensuellement, moi qui n'ai aucun fonds de pension (j'ai presque toujours été soit travailleuse autonome soit contractuelle) je me sentirai peut-être à l'aise de me payer une petite folie de temps en temps. Parce que je le mérite bien, comme dit la publicité! » 

Mise à jour à l'heure du souper :

En allant reconduire Félixe chez elle après notre sortie à la bibliothèque municipale, ma marraine d'arrêtage de fumage, Isabelle, m'avait préparé toute une surprise.


Ce joli coffret qu'elle a bricolé elle-même cet après-midi, « La boîte aux petites douceurs ». À l'intérieur, il y a :


Du côté gauche, des petites bandes de papier où je pourrai inscrire mes « petits plaisir à formuler » et du côté droit, bien pliés, des petites bandes de papier où elle a inscrit, me connaissant, des petits plaisirs variés. J'ai le droit d'en piger une quand j'ai besoin d'un réconfort ou d'une récompense. Ce soir, j'ai pigé : « Aller voir tes cousines à La Sarre et aller à ton magasin boutique que tu aimes. Te rendre aussi au Rouge Café, c'est une petite place cool! »


16 commentaires:

Barbe blanche a dit…

WoW, tout un cadeau que tu te fais là,
pour ma part, ça fait un bon 25 ans que je me le suis fais,
après plusieurs tentatives, un jour j'ai réussis,
j'ai utilisé la méthode des alcooliques anonymes,
lorsque j'en sortais une, je la regardais et me disais,
non, pas celle là, peut être la prochaine.
Ben crois moi ou ben ne me crois pas, mais,
je ne fumais pas la suivante non plus.
L'idée de t'offrir un cadeau avec l'argent économisée,
fais le, tu vas voir, c'est un plaisir tellement grand,
de t'offrir une satisfaction qui avec le temps,
va être vraiment plus importante qu'une clope.
Je suis confiant que cette fois, c'est LA bonne.
Salut ex fumeuse.

Zoreilles a dit…

@ Barbe blanche : Quoi? T'as déjà été un fumeur, toi? Et tu as fait plusieurs tentatives avant de réussir? Alors, bravo, après 25 ans, on peut dire que tu es vraiment non fumeur parce que moi, je ne pourrai pas dire ça de sitôt, cette fois j'ai compris, je serai toujours une fumeuse... qui ne fume pas!!!

C'est lorsque je me pensais « guérie » que j'en ai grillé une, au coin du feu, avec Crocodile Dundee, un soir de vacances, dans un camping des Laurentides. Je m'en souviens encore... C'était son idée d'acheter un paquet de cigarettes menthol et qu'on en fume une ensemble parce que ça faisait tellement vacances. Moi, je trouvais que c'était une idée de génie. Tout de suite après, on a rangé le paquet dans ma sacoche et le lendemain matin à quoi tu penses que je pensais aussitôt que j'ai avalé mon déjeuner, quelque chose qui accompagnerait à merveille mon café? Ben oui, j'avais le paquet dans ma sacoche, on était en vacances, j'étais repartie. Pauvre Crocodile Dundee, il s'en est bien voulu, il ne savait pas. J'ai eu beau lui répéter qu'il n'y était pour rien, que j'étais la seule à être responsable de mes actions et de mes décisions, il sait maintenant que moi, contrairement à lui, je ne peux pas en fumer juste une, une seule fois. J'ai la même relation avec la cigarette qu'un alcoolique avec l'alcool ou qu'un toxicomane avec la drogue, un gambler avec le gambling, etc.

Toi, tu l'as compris il y a 25 ans! Et merci pour tes encouragements, sincèrement, moi aussi je suis certaine que cette fois, c'est la bonne!!!

Barbe blanche a dit…

@ Zoreilles,
Il m'est arrivé une situation semblable à la tienne, cela faisait une bonne année que je ne fumais plus, un soir à des noces, je me suis acheté un paquet de ça là, me disant quelques une ce soir et demain je donne le reste.
Chose promise, chose faite.
Une semaine après, un autre mariage, me croyant bien fin, je m'achète un paquet, en fume quelques une me promettant bien de donner le paquet le lendemain.
Le lendemain, étant en vacance, je me dis, je le garde et je vais en griller une de temps en temps, horreur, le soir même il m'en fallait un autre de paquet, c'était reparti.
Depuis,pour moi,il n'est plus question d'y retoucher,
je sais que ce serait un recommencement et ça, je n'en veux pas.

Zoreilles a dit…

@ Barbe blanche : Comme quoi, le mariage, des fois... ça peut mener à toutes les dérives, hahaha!

On ne retouche plus jamais ça, c'est certain mais ça nous a pris du temps à le comprendre...

Je voulais te dire tantôt que ta méthode pour cesser de fumer, comme tu la racontais, c'est exactement celle que mon grand-père maternel s'était imposée. Il a gardé longtemps dans sa petite poche de chemise un paquet de cigarettes qu'il n'ouvrait jamais. En plus, il n'était pas neuf, son paquet, mais déjà entamé. Il se mettait à l'épreuve. Ça prend beaucoup de volonté pour le faire de cette manière, il faut être fait fort! Mais toutes les méthodes sont bonnes... si elles fonctionnent, l'essentiel, c'est de trouver la sienne.

Solange a dit…

C'est un beau cadeau que tu te fais, je suis certaine que tu vas réussir, tu as trouvé les bonnes raisons pour te motiver. Perdre du poids est tout aussi difficile et tu as réussi, alors bientôt tu n'y penseras plus, bonne chance.

Zoreilles a dit…

@ Solange : Merci de m'encourager, je ressens jusqu'ici la confiance que tu as en moi, en ma libération! Tout cela renforce ma motivation et m'aide beaucoup.

J'en suis ce matin au début du 4e jour et ça se passe quand même assez bien. Dans mon journal de cessation tabagique, j'ai écrit ce matin quelque chose qui m'a toujours beaucoup motivée. Je te raconte...

Après quelques heures enfermée à l'intérieur (c'est de même que je me sentais) lors de réunions de travail, de sorties ou de soirées sociales, il m'est arrivé quand je n'en pouvais plus de m'excuser de m'absenter quelques minutes pour aller « prendre une bouffée d'air frais » en piquant un clin d'œil et en sortant une cigarette et un briquet... Plusieurs fois, j'ai pu voir l'étonnement sur le visage des gens qui me disaient : « T'es fumeuse, toi? Ça te ressemble pas! »

Surtout les dernières années quand j'étais consultante en communication, mes principaux clients étaient la direction régionale de santé publique, l'Agence régionale de la santé et un Centre local de santé et services sociaux. Ça ne me ressemblait pas de fumer, c'est certain! Je me souviens d'avoir orchestré une campagne de communication et d'avoir animé la conférence de presse qui faisait la promotion des restaurants sans fumée de ma région. Je peux tu te dire qu'il n'était pas question que j'aille fumer dehors dans ce temps-là!



Le factotum a dit…

Presque une semaine! Bravo ma belle dame.

Zoreilles a dit…

@ Le factotum : Eh oui, il y aura une semaine ce soir à 21 h 30. Premier objectif atteint, la première semaine va être passée...

Merci pour l'encouragement, ça contribue à faire l'effet escompté, je suis très encouragée et déterminée plus que jamais!

Bergson a dit…

bravo continue ça va être difficile mais tu ne lâches rien

Je te parle en connaissance de cause il m'a fallu au moins 5-6 arrêt mais je tiens depuis 12 ans

en cas de manque beaucoup d'eau !!

Pierre Forest a dit…

Je trouve réaliste la comparaison de ex-fumeur et de l'alcoolique. Une fois qu'on a été un fumeur régulier, on ne peut pas devenir un fumeur social. En prendre juste une, c'est retomber fatalement dans sa dépendance.

Bravo d'entreprendre ça. C'est tout un défi. J'ai pour ma part cessé il y a bien longtemps et je n'avais fumé que 7 ou 8 ans. Pourtant, ce fut difficile, même si j'en suis venu à bout après de multiples tentatives, alors je mesure la nature de ton défi qui est encore plus grand.

Le "un jour à la fois" m'a beaucoup aidé, parce que je ne pouvais à l'époque imaginer que je ne fumerais jamais plus, alors je me concentrais sur la journée courante, parfois l'heure courante ou même la prochaine minute quand le désir de fumer devenait trop fort. Il faut dire qu'à l'époque, il n'y avait pas de patch ou rien du genre.

Le plus dur avait été les 3-4 premières semaines, parce que c'est la dépendance physique qui entre en jeu. Ensuite, c'est la dépendance psychologique, l'habitude d'avoir quelque chose dans les mains, d'en prendre une avec un café, avec une bière, après les repas. Ce sont des habitudes qu'il faut apprendre à casser, à remplacer.

Pour ma part, j'avais arrêté café et bière en même temps, parce que je trouvais ça trop dur autrement.

Et puis je m'étais mis aux crudités, surtout le céleri. Ca me faisait quelque chose dans les mains et dans la bouche et il est impossible de prendre du poids en mangeant du céleri, parce qu'on dépense plus de calories en le mangeant que ce qu'il contient.

Je trouve que tu adoptes la bonne stratégie pour parvenir à tes fins. Bravo.


Zoreilles a dit…

@ Bergson : Bonjour et bienvenue chez Zoreilles! Je n'en reviens tout simplement pas d'avoir la chance d'accueillir un nouveau lecteur sur mon blogue et je me dis que ça valait la peine de cesser de fumer pour que des surprises comme celle-là se présentent dans ma vie!

J'ai écouté la chanson, rythmée et entraînante, ça donne le goût de bouger, de danser, de se mobiliser et même si les mots qu'on y chante, qu'on y scande, ont une saveur politique et critique de notre société, j'ai pris le conseil à titre personnel et effectivement, je ne lâche rien...

Bravo pour ces 12 ans sans fumer, cette fois, ça y est. Moi aussi, j'ai fait plusieurs essais dont certains qui ont été dignes de mention mais cette fois, j'en suis au même point que toi : c'est réglé, je ne fumerai plus.

Merci pour ta visite et au plaisir!

Zoreilles a dit…

@ Pierre : Là, tu m'étonnes, jamais je n'aurais pu imaginer que tu avais déjà été fumeur. Toi? Tu respires la santé et les saines habitudes de vie il me semble... Il faut dire que je ne te connaissais pas dans le temps que tu fumais!

Pour moi, le parallèle était facile à faire entre alcoolique et fumeur, il s'agit de grandes dépendances, comme le sont la toxicomanie, le jeu et beaucoup d'autres qui font des dommages dans la vie des gens. Heureusement pour moi, le tabagisme était ma seule dépendance.

Les autres fois d'avant, j'étais comme toi, je me disais un jour à la fois et ça m'aidait de ne pas penser que la cigarette, c'était fini pour la vie. Juste de penser à en faire mon deuil à tout jamais et j'avais tout à coup une rage de fumer. Mais là, c'est tout le contraire, mon deuil par rapport à la cigarette est fait depuis belle lurette, il me restait seulement à passer à l'action et puisque c'est fait depuis une semaine, j'ai le bonheur de dire que je ne fumerai plus, autrement dit, je ne me taperai plus pareil sevrage, je t'en passe un papier!

J'ai déjà arrêté de fumer avec les patch et sans les patch. Je peux te confirmer que c'est beaucoup plus facile avec que sans, et tu peux être sûr que je commence chaque journée en enlevant la vieille patch de la veille et en apposant la neuve. Une fois, dans une session pour cesser de fumer que j'avais suivie, l'animateur nous avait dit : « Veux-tu savoir le dommage qui est fait à tes poumons parce que tu fumes? Facile... Plus tu trouves ça difficile d'arrêter, plus tu as de dommages de faits » Un peu simpliste peut-être comme argument mais ça m'est resté en tête depuis tout ce temps.

Mon petit truc ces jours-ci, c'est de traîner partout mon contenant d'un litre dans lequel je mets 1/2 tasse de jus d'orange, quelques traits de citron et je remplis le reste avec de l'eau et des glaçons. Je bois ce « drink » hypocalorique à volonté : un peu de couleur, un peu de saveur, je suis bien hydratée et abreuvée de vitamine C!

Et merci pour tes encouragements et tes trucs. Plus j'en ai, plus je suis contente, ça me laisse des choix, j'adore ça!

Anonyme a dit…

Chère Francine/Zoreilles désormais non fumeuse;

je me souviens très bien que tu avais écrit que cesser de fumer serait ton cadeau envers toi-même pour tes soixante ans, dans un billet dont j'ai oublié la date. Je n'ai vraiment plus le temps de fréquenter les blogues, mais je passe ici de temps à autres, ne t'ayant pas oubliée. Il m'arrive très souvent de penser à toi, la personne spéciale qui m'a fait tellement de bien durant maintes années. Tu es un cadeau dans ma vie.

Tu es une personne spéciale pour moi, une amie que j'aurais aimé avoir "pour de vrai". En ce qui me concerne je n'oublierai jamais ton écoute attentive et ton respect envers chacun.

Cesser de fumer, comme cesser de boire est plus que pénible sans aide. Tu y arriveras, même s'il faut quelques rechutes (pardonnables) avant d'y arriver. Mais je sais que tu es entourée.

Le jour où tu cesseras pour de bon de fumer, tu deviendras une ex-fumeuse aux narines hypersensibles à la boucane, bien moins tolérante à la puanteur que la non fumeuse à vie que je suis.

Je suis si épuisée depuis que maman est en CHSLD, je passe ici en visiteuse qui ne lit pas tous les commentaires, mais ça me fait toujours du bien de te lire.

En passant, Félixe et Blanche seront ravie d'avoir leur mamie non fumeuse pour de nombreuses année. Et de plus c'est une preuve d'amour envers toute ta famille, y compris pour ton homme, Crocodile Dundee/Gilles, l'amour de ta vie qui ne respirera plus de pollution.

Lise C.

Zoreilles a dit…

@ Lise : Allo Lise, quelle surprise! C'est bizarre mais Blogger ne m'avait pas envoyé de notification automatique dans ma boîte de courriels me signifiant que j'avais un commentaire ici... C'est tout à fait par hasard que je passais ici et que j'ai vu qu'il y avait 13 commentaire, donc un nombre impair alors j'ai cliqué et je viens de te lire!

Eh oui, j'en suis à ma 34e journée sans fumer aujourd'hui. Je les compte encore, ça m'encourage, mais viendra un moment où j'arrêterai de compter les jours, de même que les crises qui s'estomperont au point où elles seront devenues rares. Je n'utilise plus les timbres Nicoderm depuis 5 jours alors je suis tout à fait propre et sans béquilles. J'avais hâte d'être rendue là.

Félixe et Blanche ne sauront pas que Mamie a déjà été fumeuse, ça je le sais... J'ai vérifié... mine de rien! Elles vivent dorénavant dans un monde où la cigarette est absente... mais la marijuana sera légale avant longtemps!

Je suis contente que tu sois passée par ici et même si tu ne viens plus souvent (et moi non plus d'ailleurs) chacune de tes visites me fait chaud au cœur et j'avais hâte que tu saches que j'avais tenu ma parole, que j'étais non fumeuse... avant mes 60 ans. Merci pour tes encouragements xx

Barbe blanche a dit…

Ben là, c'est une grande nouvelle,Zoreilles est une Ex fumeuse,
je suis très content pour toi, tu t'es libérée avant notre pays, mais, là aussi, un jour.......
Bravo Zoreilles.

Zoreilles a dit…

@ Barbe blanche : J'en suis à mon 35e jour sans fumer et toujours aussi motivée. Il semble plus facile de me libérer, moi, que de libérer notre pays! Quoique... C'est pas toujours facile d'effacer des habitudes et un comportement vieux de... 45 ans...

Merci pour ton encouragement. Je lâche pas...