mardi 12 novembre 2013

Des nouvelles de Pierre 19


Cette pancarte me fait toujours rire à chaque fois que je la croise. Parce qu'elle suit de très près l'autre d'avant qui annonce qu'on entre dans le 49e parallèle, dans la région Nord-du-Québec :
 « Bienvenue dans le vrai nord! ». Celle-ci se trouve peu avant le secteur qu'on appelle VVB pour Villebois, Val-Paradis, Beaucanton, un peu au nord de La Sarre, en Abitibi-Ouest. Pierre 19 habite toujours à Val-Paradis, son village natal qu'il a choisi de nouveau après avoir fait le tour du monde dans ses jeunes années. 

Des nouvelles de Pierre 19

Je vous ai déjà parlé de lui dans ma série de billets sur Joutel en novembre 2009. Pierre 19 est un personnage impossible à saisir, à décrire, à résumer, mais il existe vraiment, je vous le jure. Entre autre, il est celui qui a « fermé les lumières de la ville » de Joutel et il me l'a prouvé hors de tout doute. J'ai toujours dit qu'il était un sujet à film ou à roman, un personnage plus grand que nature. Pour une présentation plus complète et quelques anecdotes sur l'homme, on peut retourner lire ce billet dans lequel je parlais de lui et de notre première rencontre, inoubliable! : 

http://chez-zoreilles.blogspot.ca/2009/11/la-fin-de-joutel-racontee-par-pierre-19.html

On l'a revu dernièrement, ce drôle d'oiseau, ce génie, ce patenteux, ce lumineux, ce rêveur, cet ermite sociable qui ne sort plus très souvent de son Val-Paradis tant aimé, dans le vrai nord! C'était la soirée d'ouverture au Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue et nous avions prévu une vraie fête, un après-midi et souper de retrouvailles chez les amis Gilles et Martine, dans la serre, tous réunis autour de l'immense table réfectoire, des gens de Loin-Noranda bien sûr, de la Montérégie, de La Sarre et de Val-Paradis. Madame Leblanc et son fils Gilles nous avaient cuisiné une gigantesque tourtière du Lac-St-Jean, accompagnée de salades, marinades maison et plein de bonnes choses à boire et à manger. 

Comme plusieurs d'entre nous avaient participé au tournage de Chasse au Godard d'Abbittibbi présenté en soirée d'ouverture, nous devions être rendus au Théâtre du Cuivre au plus tard à 19 heures 45 pour gagner nos places et assister à la projection tant attendue. Pierre 19 ne voulait pas manquer ça pour tout l'or du monde. Il a vraiment fait des efforts pour venir assister à cette soirée et le meilleur moment pour lui était l'avant soirée d'ouverture où il prenait part à la fête et aux retrouvailles avec un plaisir évident. Et partagé. 

Il était si content de nous revoir. Et c'était réciproque! Quand nous sommes arrivés au cours de l'après-midi, Pierre 19 avait le coeur à la fête comme si lui-même portait le film sur ses épaules. Il nous a fait rire comme jamais, il était déchaîné, je l'avais jamais vu fou de même. Il buvait quelque chose, je ne sais pas trop ce que c'était mais il voulait absolument que j'y goûte, juste mouiller tes lèvres qu'il disait, ça goûte les herbages, c'est un remède, une boisson qui fait rire. C'est vrai que c'était bon, son truc, mais c'était fort en Simonac, je n'ai pas voulu qu'il m'en serve un verre, même un tout petit, je ne voulais pas manquer le film! 

Entre deux fous rires et trois gestes d'éclat de sa part, je lui ai demandé sur quoi il planchait ces temps-ci comme projets révolutionnaires ou inventions flyées. Voici ce qu'il m'a répondu : 

« Tu sais, sur ma terre, de l'autre côté de la salle de bain Renaissance au milieu de nulle part et plus loin que la cabane aux étoiles et le B-52? Ça fait 10 ans au moins que je passe le rotoculteur de manière à tracer des lettres immenses qui pourraient être vues du ciel. Bon là, la préparation du terrain est faite et mes arbres sont prêts. Avec les enfants de l'école à Val-Paradis, au printemps prochain, je veux qu'ils viennent tous planter des arbres dans les lettres géantes P A X. Ça veut dire paix en langage universel. Imagine-toi ça, le mot PAX vu d'en haut, comme un message lancé dans l'univers. Les enfants qui vont participer à cette création seront sensibilisés pour la vie, à l'environnement, à la paix, et c'est à Val-Paradis que ça va se passer!  J'ai toujours voulu laisser une trace de mon passage mais pas pour moi, pour les autres, pour laisser quelque chose... »

Il était très sérieux en disant cela, même un peu ému. Tout son non verbal parlait aussi fort que lui-même en racontant ce projet qui lui tient à coeur depuis des années. 

Le souper était servi, deux tourtières géantes trônaient à chaque bout de la table. On a repris nos folies de plus belle en se passant les plats et les pots de marinades, en remplissant nos verres de vin, en portant des toasts pour tout et pour rien, à l'amitié, aux nouvelles stars du cinéma qu'on allait découvrir bientôt, à notre belle visite du nord et du sud, au plaisir de se retrouver tous ensemble. 

Au moment de débarrasser la table pour s'en aller en vitesse au Théâtre du Cuivre, tout s'est fait en 5 minutes avec la participation de tous et de toutes. 

Pierre 19 est embarqué avec l'un de nous, on s'est tous retrouvés devant l'entrée du TDC. Pierre était comme un enfant heureux et terriblement excité mais il n'entrait pas. Certains lui disaient déjà au revoir et l'embrassaient. Je lui ai demandé pourquoi il ne venait pas avec nous, était-ce qu'il n'avait pas pu trouver de billet? 

Non, m'a-t-il répondu, j'ai essayé vraiment très fort mais je vois bien que je ne serai pas capable d'entrer... Je voulais manquer le moins possible tous ces beaux moments avec vous autres. Je suis agoraphobe. Même en étant pas mal pompette, ça s'arrange pas mon affaire. J'aime mieux ne pas entrer, j'étouffe rien que d'y penser, je ne me sens pas bien dans un endroit fermé avec trop de monde, je suis habitué aux grands espaces. 

Alors, qu'est-ce que tu vas faire pendant toute la soirée, que je lui ai demandé? 

« Je vous sais heureux, j'ai fêté avec vous autres, j'ai vu plein de beau monde, c'est surtout ça que je voulais. Je vais marcher jusqu'au Cabaret de la dernière chance, fumer mon petit pétard en m'en allant et prendre une bière tranquille jusqu'à temps que vous veniez me rejoindre. Je vais coucher chez Gilles et Martine et m'en retourner à Val-Paradis demain. ». Sur ce, comme nous n'allions pas poursuivre la soirée au Cabaret, il m'a serré très fort dans ses grands bras, a fait un gros câlin à Crocodile Dundee également et on s'est dit à la prochaine. 

Longue vie, Pierre 19, et PAX dans ton coeur, oui PAIX sur Terre aux hommes de bonne volonté...


40 commentaires:

Barbe blanche a dit…

Un Grand parmi les rares Grands ce Pierre 19.
Il ne se laisse pas enfermer facilement, cet homme des grands espaces.
La forêt toute entière est son terrain de jeu,
j'ai comme l'impression qu'il me serai facile de m'entendre avec Lui...

Zoreilles a dit…

@ Barbe blanche : Oh que oui, tu t'entendrais bien avec lui! Tout le monde aime Pierre 19, sauf peut-être sa femme... Son ex... Ils ne sont plus ensemble, c'est dommage. Ces génies là, ils ne sont pas forcément faciles à vivre au quotidien il paraît et je serais portée à le croire.

Son terrain de jeu, c'est plus sa terre que la forêt, quoique là encore, il n'a pas de frontière et rien n'est clôturé chez lui.

C'est bien vrai qu'il a voyagé partout dans le monde avant de revenir s'établir à Val-Paradis. Tu pourrais parler de photo avec lui pendant des heures, j'en suis certaine, vous avez le même sentiment d'appartenance au pays et cette même recherche de la luminosité.

Il me disait qu'il y a tellement de fous dans le village maintenant et qu'il contribue à ça fièrement. Il a ajouté qu'ils vont le changer de nom pour Val Paradis cérébrale!

Solange a dit…

Ce qui me frappe dans ce texte c'est sa claustrophobie. Combien de films dont je ne me souviens pas, trop occupée que j'étais à me convaincre que j'étais capable de rester dans la salle. Je suis parvenue à m'améliorer mais je n'aime pas me sentir prisonnière. J'imagine qu'habitué aux grands espaces certains endroits doivent lui paraître bien étroits.

Zoreilles a dit…

@ Solange : Il est plus agoraphobe que claustrophobe. Les foules, ça le dérange plus qu'un endroit fermé, alors imagine quand il y a foule dans un endroit fermé. Parfois, quand il tient absolument à voir un spectacle, par exemple au Théâtre du Cuivre, quand Georges Moustaki était venu, il avait réservé son billet près d'une porte dans la dernière rangée où il pouvait se tenir debout et là, il était parvenu à tenir le coup jusqu'à la fin. Mais lors de la soirée d'ouverture du Festival, la salle de 750 était déjà paquetée à l'os bien avant que les billets soient mis en vente, alors il n'a pu avoir un billet placé comme il aurait voulu. Mais il n'en était pas malheureux, c'est ça le plus important!

Il fait un peu d'anxiété comme beaucoup d'hypersensibles dans son genre. Il ne prend aucun médicament, il fume son petit pétard, comme il dit et c'est pas mal son genre!!!

Zoreilles a dit…

@ Solange : Mais j'y pense, il y a beaucoup de gens qui ne sont pas à l'aise dans des salles de cinéma et des salles de spectacles. J'ignorais que tu étais du nombre...

crocomickey a dit…

Génial ce monsieur et combien sympas sous ta plume ... Un bien beau personnage ...

Zoreilles a dit…

@ Crocomickey : Toi aussi tu l'aimerais! Et tu rirais en masse...

Le factotum a dit…

Tu en as de beaux et bons amis, toi!

Zoreilles a dit…

@ Le Factotum : Tous plus inspirants les uns que les autres!

Guy Vandal a dit…

J'adore ce genre de billet. Et ce genre de personnage!

Ça nous réconcilie avec la nature humaine.

Zoreilles a dit…

@ Guy : Et moi j'adore... ton commentaire!

On a de plus en plus besoin de se réconcilier beaucoup souvent avec la nature humaine... ;o)

Caboche a dit…

Si Pierre 19 a de la jarnigoine, et bien tout est dit et c’est pour ça qu’on l’aime.

Plus sérieusement, par la description que tu nous en fais, ce qui me frappe chez lui c’est son authenticité. Ça me semble quelqu’un qui n’agit pas en fonction du jugement des autres ou de ce qu’on va dire ou penser de lui. Quelqu’un de vrai, de déterminé, c’est un ami précieux. Tant de gens agissent en fonction du paraître, de ce qu’on va penser d’eux ou pour suivre une mode, sans convictions.
Ça ne me semble pas le cas de Pierre 19.

P.-S. : J’adore les gros tournesols. Lorsque je me suis mariée, je n’avais pas de bouquet de fleurs traditionnel mais seulement un gros tournesol … que je n’ai surtout pas lancer dans la foule.

Marico a dit…

Quel magnifique portrait tu traces! Ces êtres plus grands que nature m'apparaissent comme des éclaireurs, des hommes libres. J'en ai connu un qui s'appelait Lucien... Pas très facile a côtoyer au quotidien mais fascinant et chaleureux!
Contente de te retrouver ;-)

Noémie Turbide a dit…

J'adore l'idée du PAX :) C'est le genre d'activité que les enfants ne font pas assez à l'école et qui peuvent influencer le cours de leur vie pour le mieux. Longue vie à Pierre 19!

Zoreilles a dit…

@ Caboche : C'est la deuxième fois que je parle de Pierre 19, c'est le genre de personnalité qui me fascine... Tu as bien lu, il est 100 % authentique, le jugement des autres, il n'en a rien à cire, comme tous les gens que j'aime, que je côtoie. C'est comme si les gens qui ne le sont pas ne faisaient pas partie de mon univers, on dirait que je ne les vois pas, ceux-là!

C'était original d'avoir un tournesol comme fleur pour ton mariage! Tu n'aurais pas choisi celui que j'ai reçu en cadeau de Pierre 19, ça t'aurait pris une remorque pour le transporter, hihihi!

Zoreilles a dit…

@ Marico : Contente de te « revoir » aussi. Oui, un être libre, ce Pierre 19, tu as bien saisi. Il y en a peu de ces hommes (ou femmes) libres, de là tout l'intérêt qu'ils (ou elles) suscitent. On cherche à comprendre, parfois à les imiter mais peu souvent on leur rend hommage. On dirait qu'ils déconcertent leur entourage!

Zoreilles a dit…

@ Noémie : Je savais que tu aimerais l'idée! Et le personnage!

Pierre 19 est de ceux qui font des merveilles avec de la jarnigoione et du retroussage de manches. Il a plein d'idées, son cerveau bouillonne tout le temps. Il le dit lui-même, il a la soixantaine tout juste et s'il avait 8 ans aujourd'hui, on lui prescrirait du Ritalin!

canneberge14 a dit…

Bonsoir Zoreilles!

Je me souviens bien de ce billet sur "Pierre 19" écrit en novembre 2009. Je l'ai relu avec autant d'intérêt.
La toilette de style renaissance, la fermeture des lumières de la ville de Joutel et le très gros tournesol avaient frappé mon imaginaire.
Le portrait que tu traces de cet être plus grand que nature est inspirant..."ce drôle d'oiseau, ce génie, ce patenteux, ce lumineux, ce rêveur, cet ermite sociable qui ne sort plus très souvent de son Val-Paradis tant aimé, dans le vrai nord". On aurait le goût de le rencontrer.
Et que dire des élèves de l'école du village qui iront "planter" la Pax... une expérience inoubliable pleine de nature et de vie. Qui sait ce qu'elle sèmera dans leur tête?
Un très beau portrait, un très beau scénario de film éventuel à réaliser par un gars du vrai Nord!!!
Est-ce qu'on voit Pierre 19 dans le film??

Zoreilles a dit…

Bonjour mon p'tit fruit préféré!

Non, Pierre 19 n'apparaît pas dans le film Chasse au Godard d'Abbittibbi mais je sens qu'il aurait bien aimé faire cette expérience, comme plusieurs de ses amis.

J'ai toujours pensé qu'il serait un sujet à film ou un personnage de roman, je l'ai même dit devant celui qui serait à même d'en réaliser un du genre! Ils se connaissent assez pour se faire une grosse accolade quand ils se voient mais l'étincelle n'a pas jailli suffisamment, je crois, et puis, l'idée d'un film est plus facile à trouver que son financement, c'est probablement là que se situe le plus gros obstacle!

On sait bien que pour faire un film, il faut être drôlement motivé et profondément interpellé pour y travailler longtemps et sans relâche avant même d'ouvrir une caméra...

Alors, il nous reste la littérature. Quand je vais être grande, moi je serais du genre à raconter cet homme et ses réalisations, et comme je ne sais rien inventer, ce serait du vrai. Pierre 19 serait « ma muse »!

Si je pouvais recommencer ma vie, je ferais des films! Et j'embaucherais mon gendre comme directeur photo, c'est le meilleur!!! D'ailleurs, je me demande comment il va ce matin, c'était la première montréalaise de Alex marche à l'amour au RIDM hier soir... Le film sera présenté à nouveau le 21, Isa ira le rejoindre à Montréal, de même que Alex, ses parents, etc. Il sera bien entouré pour la deuxième mais pour la première, il était tout seul avec son film...

Jackss a dit…

Ton dernier commentaire est bien amusant, Zoreilles!

Avant même que je le lise, je m'étais dit que tes textes étaient comme des fils. Ton langage est tellement visuel qu'on voit plein d'images en te lisant. J'ajoute rais même qu'ils dégagent de bonnes odeurs. Tes allusions à la bonne cuisine de chez-vous me font toujours regretter d'être trop loin pour me faire invité.

Puisque tu parles du vrai nord, j'ai une petite nouvelle en primeur: Laure et moi, nous repartons vers Havre-Saint-Pierre pour un an. Laure va remplacer son ancienne chef de service pendant son congé maternité.

Jackss a dit…

Encre une fois, mon correcteur automatique m'a joué un tour. Je voulais écrire: "Avant même que je le lise, je m'étais dit que tes textes étaient comme des films".

Zoreilles a dit…

@ Jacks : Grosse nouvelle, ça, vous repartez pour un an à Havre-Saint-Pierre! Quand partez-vous? Avant ou après les fêtes?

Tu n'as pas l'air fâché de ce « détour improvisé », ai-je bien saisi?

Nous allons avoir le bonheur de te « suivre » là-bas, tu nous fais tellement aimer la Côte-Nord, la Minganie, l'Île d'Anticosti, etc. et si la tendance se maintient, nous serions supposés y aller en vacances à l'été 2014, Crocodile Dundee et moi. Bien sûr que je te tiendrai au courant si ça se concrétise, on se fera un plaisir d'aller vous dire bonjour à HSP. On voudrait se rendre jusqu'au bout de la route, de l'autre côté de Natashquan...

Jackss a dit…

Ça, c'est la premiére chose qui m'est venue à l'esprit. Je serais ravi de vous servir de guide et vous offrir l'hospitalité.

ImAgine, nous pourrons avoir la même maison que nous habitions au 807 aquilon. La maison est grande. Il y a trois chambre à coucher. Du salon, nous voyons la mer et l'île d'Anticosti qui se profile sur la ligne d'horizon.

Nous pourrions vous recevoir avec tous les honneurs dû à voyer rang, vous mettre en contact avec des gens accueillants, des Jomphr, des Turbide. Nous pourrions voir Natashquan et Kégaska nouvellement relié à la 138.

On peut. Rêver, Zoreilles. Tu parles du vrai Nord. Tu pourrais en voir un tout aussi vrai avec Manic 2. On peut aussi visiter les chantier de La Romaine.

Jackss a dit…

Barbe Blannche, tu es également le bienvenue. Tu,as manqué ton coup l'année dernière. On peut se reprendre.

Zoreilles a dit…

@ Jacks : Ton enthousiasme et ton invitation me vont droit au cœur, de même qu'à Crocodile Dundee mais ne nous gardez pas de place à coucher, l'horaire sera trop serré pour nous permettre tout ce que tu proposes.

Tout d'abord, nous y serons avec mon frère Jocelyn et Guylaine et nous arrêterons aussi chez notre cousine à Baie Comeau qui nous attend à bras ouverts depuis trop longtemps déjà.

Kégaska... C'est ça, le nom que je cherchais, de l'autre côté de Natashquan, le nouveau bout de la 138!

Mais je ne saurais passer à Havre-Saint-Pierre sans aller vous serrer la main et vous faire la bise, c'est certain.

On parle du mois d'août prochain... Mais je te tiendrai au courant, promis!

Jackss a dit…

On dit que Rouyn Noranda, c'est loin. Et bien, imagine toi que Havre-Saint-Pierre, c'est pas mal plus loin. De Baie-Comeau à Havre-Saint-Pierre, aller-retour, il y a 1000 kilomètres. Crocodile Dundee va devoir ramer longtemps si voulez nous voir. Alors... même si vous êtes les bienvenus, nous comprendrons fort bien si le temps vous manque.

Ceci me fait penser au courage de nos ancêtres. Quelqu'un m'a raconté qu'autrefois des pêcheurs de Havre-Saint-Pierre se rendaient à pieds à Baie-Comeau pour travailler comme bûcherons. On ne peut s'imaginer dans quelles conditions ces gens vivaient.

Zoreilles a dit…

@ Jacks : Rouyn-Noranda, c'est tellement loin qu'on dit parfois Loin-Noranda! On dit aussi « A beau mentir qui vient de Rouyn » mais ça, c'est un autre dossier!!!

Mais tu sais, les grands espaces et les distances, pour nous, revêtent un caractère singulier. À Montréal ou alentour, il est courant de faire une heure de voiture pour aller travailler. Ici, si tu habites à plus de 5 minutes de ta job, change de job ou déménage!

Mais ça ne nous dérange pas de faire Rouyn-Montréal (640 km) pour aller consulter un médecin, visiter notre monde, voir un spectacle ou passer une entrevue. D'ailleurs, « mes enfants » sont actuellement à Montréal et on garde la petite Félixe jusqu'à dimanche. Du bonheur à la pelle!

Ça fait que... juste 500 km de Baie Comeau à Havre-Saint-Pierre pour aller vous dire bonjour, tu ne me feras pas peur avec ça!!!

Lise a dit…

Zoreilles,

peut-être que Pierre espère que les lettres géantes PAX seront vues de l'espace par des visiteurs extra-terrestres (qui sait?) plus intelligents, plus bienveillants et moins destructeurs que nous le sommes.

Un homme que j'aimerais connaître, moi la "sauvage" associale. J'ai de la misère avec mes semblables, et ça ne s'améliore pas en dépit de mes efforts; Montréal y est sans doute pour beaucoup. C'est une ville qui tue à petit feu; trop de monde, trop de bruit, trop de traffic. Si je pouvais je ne mettrais jamais le nez dehors...

Pour ce qui est des foules, aversion totale dans mon cas aussi, l'horreur; il suffit d'un exalté qui crie plus fort que les autres pour provoquer une catastrophe en chaîne. La seule chose que je ne partage pas avec Pierre 19 c'est son génie; cet homme est un visionnaire.

Bonne fin de semaine chère Zoreilles!

Barbe blanche a dit…

Jackss,
Le voyage sur la Côte Nord, était l'an passé,c'est long, surtout avec le traversier, même la route est interminable, il faut alors passer par Québec, tout le trafique,la pollution, bof.
Je suis passé par Orford et Sherbrooke aussi, mais, tu étais encore ailleurs.
Un jour, nous serons quelque part, en même temps, le hasard fait parfois bien les choses.

Zoreilles a dit…

@ Lise : C'est bien pour dire, Pierre 19 a fait le tour du monde, il a bourlingué longtemps avant de revenir s'enraciner sur sa terre natale... Il en a connu des gens, des cultures et des paysages. C'est le gars le plus ouvert que je connaisse, le plus inventif, le plus hypersensible aussi, ça explique peut-être qu'il a besoin de beaucoup de temps, de solitude, d'espace, de réflexion. Il aime le monde comme ça se dit pas, et ça le rend vulnérable... Est-il un génie? Est-il visionnaire? Tu sembles le croire mais moi, je ne dirais pas ça.

N'empêche que... oui, je suis contente de le connaître et de vous l'avoir « présenté ».

Bonne fin de semaine à toi aussi!

Zoreilles a dit…

@ Barbe blanche et Jacks : Un petit bonjour en passant et je vous souhaite que le hasard fasse bien les choses et que vous puissiez vous serrer la main un jour...

Jackss a dit…

Barbe Blanche,

C'est ce qu'on appelle ne pas avoir de chance. M'avoir manqué 2 fois à 1100 km de distances, j'admets que c'est avoir le hasard contre toi. Je trouve bien dommage de t'avoir manqué si près du but.

Alors, c'est à mon tour. Je me rendrai à la nage s'il le faut. Je n'ai jamais visité la Gaspésie, les gaspésiens et les gaspésiennes. Je n'ai vu que la ville de Gaspé. J'avais fait le trajet en avion. Un jour, je m'étais rendu en avion à Rouyn. J'avais tellement peur de prendre l'avion dans des petits transporteurs. Alor pour mr rassurer, on m'avait dit: Bien, voyons donc! C'est tout de même pas comme prendre les avions pour aller en Gaspésie!

Lise a dit…

Zoreilles,

si j'ai comparé certains points de petite moi avec Pierre 19, je suis très consciente que je n'arrive pas à la cheville de son admirable personnalité.

Moi aussi j'aime le monde, les gens (en petit comité) et ne déteste pas mes semblables,loin de là; si j'ai de la misère avec eux c'est mon problème.

Et ma détestation de Montréal est aussi mon problème; si je ne suis pas contente je n'ai qu'à déménager ailleurs, sauf que pour le moment ce n'est pas possible.

À chacun ses soucis et ses ombres, qu'il ne faut pas imposer aux autres...

:)

Barbe blanche a dit…

@Jackss,
Si tu es venu à Gaspé en avion, c'est certain que tu peux maintenant faire le tour du monde sans plus jamais avoir peur.
Je me souviens, un soir où je devais prendre un vol pour Montréal, m'être dit, je vais à l’aéroport, mais le vol n'aura pas lieu, c'est sur, il vente à écorner les boeufs et la neige poudre sans bon sang.
Ben, cré moi cré moi pas, nous sommes parti,Je m'étais assis sur le dernier banc, voisin de celui de l’hôtesse.
Quelques minutes après le décollage, nous pognons une poche d'air, mais, une vraie,
comme la jeune femme n'avait pas cru bon d'attacher sa vaisselle, nous avons alors entendu un beau kaboum, suivit de tout un cliquètement de vaisselle qui s’envoie en l'air.
À l’hôtesse qui en était apparemment à son baptême Gaspésien, et qui me fixait les yeux apeurer,je lui dit, le plus simplement du monde, "n'ayez crainte, c'est normal par ici".
Je ne l'ai revu sur aucun autre vol, surement qu'elle s'est fait transférer.
Des histoires de vol de ce genre, je t'en conterai d'autre quand nous serons face à face...
Merci Zoreilles pour ton hospitalité.

Zoreilles a dit…

@ Lise : Nous avons tous le goût de nous associer et de ressembler à Pierre 19, on retrouve un peu de chacun de nous en lui, c'est ce qui est fascinant et magique. C'est aussi ce qui le rend aussi sympathique...

Évidemment, chaque être humain est différent au-delà de n'importe quel point commun dans lequel on peut se reconnaître et on reste unique. Tu n'es ni mieux ni pire que lui, tu es toi et c'est parfait de même!

Zoreilles a dit…

@ Jacks et Barbe blanche : Je vous écouterais jaser pendant des heures en étirant mon café...

Dis-donc Barbe blanche, j'ai été chanceuse au retour des Îles le 1er juillet 2012 lorsque mon vol a fait un petit saut de puce de Havre-aux-Maisons à Gaspé et que nous avons poursuivi jusqu'à Québec en survolant le golfe, l'estuaire, le fleuve St-Laurent par un ciel ensoleillé, lumineux et clair sans le moindre petit inconvénient!

Barbe blanche a dit…

Vois tu Zoreilles, il y a aussi, des vols paisibles, de temps en temps, tu as heureusement pour toi, profité
d'un de ces vols paisibles.
Ce vol se faisant au dessus de l'eau,était calme et reposant, il en est tout autrement, lorsque le vol passe au dessus des montagnes, car là, même par temps calme, ça brasse en masse.

Zoreilles a dit…

@ Barbe blanche : J'ai été chanceuse, vraiment! Pour moi, c'est pas si pire mais Crocodile Dundee n'aime pas du tout prendre l'avion, il n'aurait pas aimé son retour si nous n'avions pas eu les conditions idéales, hihihi! Ça lui demande un effort considérable de prendre l'avion. Notre fille tient de son père pour ça d'ailleurs. Je les trouve courageux tous les deux de passer par-dessus leur phobie quand il le faut.

T'aurais dû voir ça quand nous sommes allés en famille à Varadero, Cuba, en février 2010. Le père et la fille assis ensemble à se faire des peurs au moindre bruit suspect, au moindre soubresaut, à la moindre poche d'air.

Dominic et moi, on s'échangeait la petite pour jouer avec elle ou l'endormir (elle avait 13 mois à ce moment-là) pour ne pas qu'elle ressente le stress des deux autres!!!

Barbe blanche a dit…

Le souvenir de ce dimanche me revient en tête et juste avant votre atterrissage, il y avait un orage électrique qui faisait rage, si vous étiez arrivés à ce moment là, vous auriez été en mesure d'apprécier un vol au dessus de Gaspé.
Je me souviens, d'un vol par grands vents, à la descente de l'avion, je dis au pilote:" Il y avait de vilains trous sur la route ce soir"
parce que lors de ce vol, nous n'avions eu aucun moment de répits.
Sa réponse "C'était pire que ça hier"
Nous avons sourit et sommes parti chacun de notre côté.

Zoreilles a dit…

@ Barbe blanche : J'en déduis que tu n'as vraiment pas peur de l'avion si t'es capable d'en rire après un vol aussi agité.

Tu te souviens du 1er juillet 2012? Un orage électrique en avant-midi? Pas aux Îles en tout cas, nous avions eu un avant-midi de rêve et très ensoleillé comme pour nous faire regretter de quitter « mes » chères Iles.

Ce jour-là, par exemple, ce qui m'avait frappé, puisque c'était la fête du Kennedda, c'est que j'avais survolé tout le Québec de l'extrême est (aux Îles de la Madeleine) à l'extrême ouest (Rouyn-Noranda est à 15 km des lignes ontariennes) et que c'était absolument magnifique. Comme pour faire un pied de nez au Kennedda!!!